Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

18 octobre 2019

"Histoires des Pays d'Or : tome II" de Jean Marcel

Histoires des Pays d'Or : tome II de Jean Marcel

Source: Externe

Résumé :

Entre fables et contes, ces courts récits, empruntés au patrimoine mythologique du Siam, de la Birmanie, du Laos, du Vietnam et du Cambodge, nous emmènent joyeusement et pour notre plus grand bonheur dans un monde de légendes.
Nous voilà replongés au royaume de notre enfance, des amours contrariées de belles princesses, des valeureux princes, des animaux rusés ou cruels, grâce à ces textes drôles, voire espiègles, à la chute étudiée, qui mettent à notre portée les clés de l’imaginaire sud-est asiatique.

« Entre les sables blancs, les ondes bleues, le ciel azur et les îles au loin ombrées de jade, elle a bien fière allure sur son caillou de soleil. Toute d’argent et de grâces, elle lisse lentement sa longue chevelure dans un geste qui pourrait être un reste d’éternité. La première fois qu’on la voit, si l’on vient d’Occident, on croit qu’elle est propre à évoquer la petite sirène d’Andersen, égarée en ces parages exotiques... »
La sirène de Songkhla.

Jean Marcel est médiéviste, essayiste et romancier.
Après une prolifique carrière universitaire en qualité d’enseignant et de chercheur, il a fait de la Thaïlande son pays d’adoption, où il continue aujourd’hui sa réflexion et son oeuvre pour laquelle il a reçu plusieurs prix littéraires.

Mon avis :

En premier lieu, je tiens à dire qu’Histoires des pays d’or est un livre qui a une apparence fort jolie mais trompeuse. En effet, quand j’ai vu qu’il était illustré, j’imaginais qu’il était illustré comme la couverture et non « grossièrement » aux crayons à papier. Ce ne fut pas le cas. Grosse déception.

Toutefois, passé cette petite contrariété, je me suis lancé dans sa lecture, et je dois dire que je n’ai pas été déçue dans l’ensemble ; car les histoires assez courtes, sont toutes différentes et possèdent chacune leur morale et leur personnalité qui fait que je me suis souvent retrouvée partagée entre la « peine » et l’émerveillement.

En outre, et outre le fait que l’auteur nous raconte des contes d’autres contrées avec leur merveille, leur magie, leur mystère, leur peine, etc. ; j’ai apprécié mais sans trop, les petites touches personnelles que Jean Marcel a inséré dans ces textes. Des touches personnelles, qui vont de la référence à nos contes à des petites réflexions bien senties comme dans l’histoire Le pas du Bouddha, qui certes surprennent au premier abord il est vrai, mais sur lesquelles on passe assez vite étant donné que parfois ça rajoute un petit truc en plus. Bien que certaine fois ça casse quelquefois un peu l’exotisme, en effet il y a des emplois peu poétiques comme dans la première histoire. Je ne vous cache pas que ça pique un peu au mot « fringue » nippe me semblait par exemple plus approprié. Mais bon.

En résumé, le contenant est un peu décevant (oui j’en reviens à mes dessins), mais le contenu est agréable. Un beau moment en Asie.

Merci aux éditions Gope et Babelio.


26 septembre 2019

"La non pareille" de Michel Peyramaure

La non pareille de Michel Peyramaure

Source: Externe

Résumé :

Née en 1364 à Venise, Christine de Pizan n’a que quatre ans lorsqu’elle rejoint la cour de Charles V où son père, astrologue réputé, a été appelé. Mariée encore adolescente à un jeune savant picard, elle donne naissance à trois enfants avant que la maladie ne lui prenne son époux.
Veuve à vingt-cinq ans, Christine se retrouve face à un dilemme  : se remarier pour assurer l’avenir de sa famille ou se battre pour demeurer indépendante. Contre les mœurs de son temps, elle décide de vivre de ses écrits. Jusqu’à sa mort, de sa plume féconde et de sa remarquable érudition naîtra une soixantaine d’œuvres, en prose et en vers.
Féministe, humaniste et pacifiste avant l’heure, elle sera la première à écorner les représentations misogynes dans l’art de son époque, à défendre l’amour courtois et à dénoncer les horreurs de la guerre.
Sensible à la misère du peuple parisien, engagée dans son siècle, elle en a traversé toutes les tempêtes : la guerre de Cent Ans, la guerre civile opposant Armagnac et Bourguignons, la folie du roi Charles VI et les dévergondages de la reine Isabeau.
 
Par son formidable talent de conteur, Michel Peyramaure nous fait partager l’intimité d’un des personnages féminins les plus fascinants du Moyen Âge, une héroïne d’une incroyable modernité dont la liberté de pensée et la détermination à vivre selon ses convictions ont encore de quoi nous inspirer aujourd’hui.

Mon avis :

Dans mes cours d’histoire j’ai bien sûr entendu parler de Christine de Pizan. Toutefois je n’ai encore jamais eu l’occasion de me pencher sur son œuvre et sa vie, c’est maintenant presque chose faite. « Presque » car ça reste un roman, mais après un petit tour sur Wikipédia (dieu du savoir) les grandes lignes de sa vie que sont son mariage, son veuvage, ses œuvres, etc. sont, semble-t-il, respectés. Chose heureuse, car on découvre ainsi et sans ennui, la force de caractère et le talent de cette femme qui malgré sa situation de veuvage préférera sa liberté.
Connue surtout comme femme de lettre, l’auteur a agrémenté aussi son roman avec quelques bribes de ses œuvres et idées, nous faisant ainsi partager la plume et les pensées de cette femme hors du commun, tout en n’hésitant pas à dire via le personnage de Laurette les limites de ses textes et de son écriture. Ne faisant pas de ce livre, et c’est là un point agréable, un panégyrique à la gloire de cette écrivaine qui a traversé le temps.

Mais ce roman ne se contente pas que de décrire l’existence de Christine, en effet, à travers ces pages nous allons découvrir les vicissitudes de la France et plus particulièrement de Paris. Bon, je ne vais pas vous mentir, en pleine Guerre de Cent ans c’est souvent mauvais (la révolte des cabochiens, Jean sans peur, la folie de Charles VI, etc.), mais les bons moments sont néanmoins là, telles des petites lumières dans ces temps difficiles.

Enfin, dernière chose agréable à ce livre, la résurrection d’autres femmes écrivaines comme Marguerite Porete ou encore Marie de France, par quelques petites références çà et là. Pour ma part, je trouve qu'il est toujours agréable de voir des choses qu’on ne voit pas toujours.

En définitive, ce livre n’est pas un coup de cœur car l’écriture est somme toute banale, mais il était très intéressant pour découvrir une époque, une femme, des œuvres. Là-dessus le livre tient sa promesse. A lire pour sa culture et son plaisir.

Editions Calmann-Lévy.

Posté par Florell à 16:39 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

22 septembre 2019

C'est l'heure du bilan lecture ! (derniers mois)

 

Hey à tous, voici un petit bilan lecture et achat, le dernier étant assez lointain.

 

Livres lus (normalement je n'en ai pas oublié) :

1- La grande migration de Alain Hugon

2- Civilizations de Laurent Binet

3- La non pareille de Michel Peyramaure

4- Le guérisseur des Lumières de Frédéric Gros

5- Mes 150 pourquoi : la Terre de Anne-Claire Lévêque (livre enfant)

6- Le garçon et l'aigle (conte d'Albanie) de Nathalie Beau (livre enfant)

7- L'aile des vierges de Laurence Peyrin

8- L'amie prodigieuse tome 3 de Elena Ferrante

9- Richelieu et l'écriture de pouvoir de Christian Jouhaud

10- Les Égéries de la Révolution de Jean Tulard

11- Douze leçon d'histoire de Antoine Prost

12- La vérité sur la tragédie des Romanov de Marc Ferro

13- Lais de Marie de France (Littérature médiévale <3 )

14- Notre Dame de l'humanité de Adrien Goetz

15- Le Colisée de Mary Beard

16- Les petites voix : quand l'intuition toque à la porte de Christelle Lauret

17- Fille du silence de Carole Declercq

18- Combattant de l'empire : les toupes coloniales dans la Grande Guerre de Collectif

19- Des maquis du Morvan au piège de la gestapo de Joël Drogland

20- Marie Antoinette et ses soeurs tome 2 : Premiers bals de A.M. Desplat-Duc (Livre enfant)

21- Le sabordage de la noblesse de Fadi  El Hage

22- Les enquêtes de Lottie Lipton : l'aigle de Rome de Dan Metcalf (Livre enfant)

23- Empires illusoires : les paris perdus de la colonisation de Bouda Etemad

24- La route sombre de Ma Jian

25- Quand le lys terrassait la rose de Daniel de Montplaisir

26- Le Donjon de Naheulbeuk tome 24 de John Lang (BD)

27- L'auberge rouge : l'énigme de Peyrebeille de Michel Peyramaure

28- Accueillons les migrants de Xavier Emmanuelli (A fuir !)

29- Le livre des choses perdues de John Connolly

30- Les amants de Pompéï de Michel Blondonnet

31- Les fils de Canaan : l'esclavage au Moyen-âge de Sandrine Victor

32- Contes des sages de la mer de Partick Fischmann

33- A l'origine notre père obscur de Kaoutar Harchi

34- Les suppliciées du Rhône de Coline Gatel

35- Le sauvage de Guillermo Arriaga

36- Allons-nous sortir de l'histoire de Jacques Julliard

37- Léonard de Vinci de Carlo Vecce

38- Par deux fois tu mourras de Eric Fouassier

Achats (je vous passe ceux des cours, je vous passe aussi les SP) :

 

IMG_20190922_185614

 

IMG_20190922_185725

Et j'ai oublié en photo : L'été des quatre rois de Camille Pascal

 

Ciao les gens !

Posté par Florell à 19:12 - Bilan - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

12 septembre 2019

"Civilizations" de Laurent Binet

Civilizations de Laurent Binet

Source: Externe

Résumé :

Vers l’an mille : la fille d’Erik le Rouge met cap au sud.
1492 : Colomb ne découvre pas l’Amérique.
1531 : les Incas envahissent l’Europe.

À quelles conditions ce qui a été aurait-il pu ne pas être ?
Il a manqué trois choses aux Indiens pour résister aux conquistadors. Donnez-leur le cheval, le fer, les anticorps, et toute l’histoire du monde est à refaire.

Civilizations est le roman de cette hypothèse : Atahualpa débarque dans l’Europe de Charles Quint. Pour y trouver quoi ?
L’Inquisition espagnole, la Réforme de Luther, le capitalisme naissant. Le prodige de l’imprimerie, et ses feuilles qui parlent. Des monarchies exténuées par leurs guerres sans fin, sous la menace constante des Turcs. Une mer infestée de pirates. Un continent déchiré par les querelles religieuses et dynastiques.
Mais surtout, des populations brimées, affamées, au bord du soulèvement, juifs de Tolède, maures de Grenade, paysans allemands : des alliés.

De Cuzco à Aix-la-Chapelle, et jusqu’à la bataille de Lépante, voici le récit de la mondialisation renversée, telle qu’au fond, il s’en fallut d’un rien pour qu’elle l’emporte, et devienne réalité.

Mon avis

Honnêtement, je suis certaine qu’ils leur auraient fallu bien plus que le fer, les anticorps et le cheval pour résister aux conquistadors. Toutefois pour l’idée qu’il y avait derrière cette réécriture de l’histoire ce livre me tentait. Hélas, trois fois hélas, j’ai vite déchanté et pour plusieurs raisons.

Premièrement à cause de l’écriture : ce n’est pas raconté de manière très vive et attractive. J’ai eu l’impression que l’auteur racontait son imagination, par l’étalement de scène sans chercher à avoir une écriture qui en vaille la peine. Une écriture avec un souffle autre descriptif.

Deuxièmement, quand j’ai vu écrit : « la reine se souvint d’un marin génois qui souhaitait prouver la rotondité de la terre […] » ou encore « […] ce qui la forçait, disait-elle en riant, à admettre la rotondité de la terre », j’ai pris peur. Ce cliché de l’époque médiévale - et là on est même à la Renaissance - me gonfle au plus haut point. Depuis l’antiquité on se réfère au globe ou à la sphère pour parler de la Terre.

Et troisièmement, je n’ai pas apprécié ce livre car je ne le trouve pas - même pour une uchronie - crédible. Il y a beaucoup trop de facilité. Déjà au niveau du voyage des Incas. Ils ont vraiment le cul bordé de nouille pour arriver si vite à manier le bateau ; à si bien voyager ; à si bien approcher les plages ; à si bien lire les cartes, que ça en est incroyable.
Idem pour la prise de pouvoir. Pour commencer, je vois mal une déchristianisation si rapide de l’Europe alors que la religion est chevillée au corps et à l'âme. Ensuite, je vois mal l’acceptation d’une nouvelle religion, surtout quand à côté un bon nombre de personnes se tapent sur la tronche à propos de religions ressemblantes et multiséculaires pour eux. Ca fait désordre. Et enfin, je dois dire que j'ai trouvé la prise de pouvoir trop facile. Outre le fait qu'on n'a pas de prophétie pour favoriser l'invasion en Europe, j'avoue que je n'ai pas compris cette pusillanimité des espagnols envers Atahualpa. Certes, ce dernier tient le roi espagnol en otage, mais justement comme c'est sa seule planche de salut on peut subodorer qu'il ne lui fera rien. Je pense donc que les espagnols étaient clairement en position de force pour agir, surtout que même en cas de pépin il existe toujours d'autres prétendants au trône. Donc qu'ils ne fassent pas dans le concret et n'imposent rien, pour moi c'était peu crédible, surtout qu'ils ont la force militaire, l'assise politique et administrative. L'Espagne ne fonctionne pas comme l'Amérique en 1492.

Bien sûr l’intérêt du livre est ailleurs. Il sert à prendre de la hauteur, à voir que toutes les religions sont ridicules et montre que le pouvoir est partout le même, mais c'est un fait, c'était mal amené. Et ceci malgré un début prometteur et plausible avec
le voyage des vikings, ainsi que la sérieuse déconvenue de Christophe Colomb. 

En résumé, le début était prometteur, mais l’écriture sans étincelle et le manque de crédibilité m’ont vaincue par K.O.

Editions Grasset.

Posté par Florell à 12:43 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 septembre 2019

"Le guérisseur des Lumières" de Frédéric Gros

Le guérisseur des Lumières de Frédéric Gros

Source: Externe

Résumé :

Franz-Anton Mesmer publie son Mémoire sur la découverte du magnétisme animal en 1779. Il y révèle l’existence d’un fluide universel aux pouvoirs thérapeutiques. Par simples effleurements de la main, ce fluide pourrait guérir et rétablir l’harmonie du corps et de la nature. Rejetée par la médecine officielle, portée par quelques guérisons « spectaculaires », cette théorie vaut à Mesmer une foudroyante popularité. La fièvre mesmérienne enflamme les imaginations, dans la France prérévolutionnaire des Lumières où son harmonie universelle fait écho aux aspirations à l’égalité et à la fraternité.

C’est au cœur de cette histoire fascinante, celle d’un homme en qui s’incarne toute l’effervescence d’une époque, que Frédéric Gros, puisant sa matière romanesque au cœur de l’événement historique, nous entraîne.

Mon avis :

A travers ce livre Frédéric Gros, nous propose de découvrir la vie de Franz-Anton Mesmer, magnétiseur du 18ème siècle qui défendit toute sa vie les fluides émis par les hommes, la nature, l’univers et qui peuvent guérir les êtres de leur mal si on sait bien les utiliser. Magnétiseur qui aurait quelques guérisons à son actif, Franz-Anton Mesmer peut apparaître pour notre époque comme un homme farfelu, ce qui était déjà le cas à son époque quand Lavoisier ou Franklin le descendaient en flèche, pour autant le personnage mérite qu’on s’y attarde car il est un homme de l’Europe aux prises avec la Révolution mais aussi un homme de son époque où l’esprit se libère.

C’est donc à travers quelques lettres destinées à un ami, Monsieur Wolfart, que nous allons découvrir Mesmer. Ces lettres qui sont écrites à la fin de sa vie sont une manière pour l’auteur de faire une rétrospective sur l’existence de Mesmer depuis le commencement et de nous faire ainsi partager la découverte de son don, sa manière de travailler, ses réflexions et découvrir les liens qu’il a pu créer avec des personnages plus ou moins célèbres comme Mozart, Theresia Von Paradis, etc.
Au-delà de son carnet d’adresse (impressionnant quand même) et d’une biographie, on va aussi aborder la manière dont il a été accueilli par les hommes de son temps, et découvrir que si une partie de la population l’acceptait, une autre partie refusait d’admettre son don. Si l’époque se prêtait effectivement à toutes les découvertes pour améliorer le futur de l’homme, toutes n’étaient pas admises pour autant. En effet, la religion ayant trop abusé de son pouvoir mystérieux, le 18ème siècle arrivant ne veut plus de mystère impalpable et ceci malgré le don certain de ce personnage qu’est Mesmer.

En lisant ce livre, qui reste un roman pour rappel, on va aussi découvrir la personnalité d’un homme proche de la nature, voulant aider son prochain, mais aussi un homme sensible avec ses secrets et ses peurs, qui s’est vite fait dépasser par son rêve de renommée. Renommée que ses disciples ont aussi pas mal saccagés. Toutefois, si les disciples ont dévoyé les fluides, son idée d’ouvrir une école était tout aussi pourrie faut bien le dire, un don ne s’apprenant définitivement pas.

Comme je le disais Mesmer est de l’époque révolutionnaire, il goutera quelques mésaventures d’ailleurs, toutefois bien plus que nous décrire les déboires de Mesmer l’auteur va nous décrire par son personnage Paris et sa terreur, Paris et sa mémoire courte. Il va en outre, nous faire aborder ce Paris sensible que Mesmer dans le livre dit avoir ressenti via des énergies, lourdes, sombres. Je ne sais bien sûr pas si cela est vrai, mais pourquoi pas, l’idée de la Révolution sur un plan plus sensible est plaisante. Surtout que ce côté rattrape le côté froid de l’écriture de Frédéric Gros. On ne lit en effet pas ce livre pour l’écriture mais plus pour l’histoire.

En résumé, à travers ce roman on va découvrir la vie d’un homme, son don, son rêve de gloire, mais aussi sa chute. Petit bémol, ce n’était pas forcément une lecture très agréable sur le plan de l’écriture, mais pour l'histoire réelle en partie, c’est à tenter.

 

Editions Albin Michel.

Posté par Florell à 12:06 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 août 2019

"Combattants de l'Empire : les troupes coloniales dans la Grande Guerre" sous la dir. de Philippe Button et Marc Michel


Sur Encre d'époque :

Mon avis sur Combattants de l'Empire : les troupes coloniales dans la Grande Guerre : ici.

Couverture du livre « Combattants de l'empire ; les troupes coloniales dans la Grande Guerre » de Philippe Buton et Marc Michel aux éditions Vendemiaire

Résumé :

Tirailleurs sénégalais, spahis algériens mais aussi troupes indochinoises : autant de soldats des colonies appelés sur les fronts européens de la Grande Guerre pour défendre l'empire. Bien que l'on ait beaucoup écrit sur le sujet, certains aspects restent encore inexplorés : la composition de ces troupes coloniales, et l'attitude du commandement à leur égards.
De la bataille oubliée de Dobro Polje aux graffitis du Chemin des dames en passant par les mutineries d'août 1917, cet ouvrage aborde la spécificité du cas français sans négliger les expériences des autres empires.
Cent ans après les événements, grâce à la somme de travaux inédits d'historiens émérites, il est possible de mettre en lumière cet épisode essentiel de la Grande Guerre, trop souvent traité de manière polémique.

Posté par Florell à 00:16 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 août 2019

"Les 150 pourquoi : la Terre" de Anne-Claire Lévêque & Stéphane Nicolet

Les 150 pourquoi : la Terre de Anne-Claire Lévêque & Stéphane Nicolet

150 pourquoi terre

Résumé :

Le monde qui nous entoure est d’une grande complexité !

Pourquoi Internet a-t-il été une révolution planétaire ?
Pourquoi parle-t-on d’un « Continent de plastique » ?
Pourquoi un être humain sur dix n’a-t-il pas accès à l’eau potable ?
Pourquoi les Japonais célèbrent-ils la déesse du Fuji-Yama ?

Mon avis :

Abordé par thématique comme son cousin sur les animaux, nous allons découvrir ici la Terre : sa faune, sa flore, sa population qu’elle soit humaine ou animal, sa structure.

Au fil des pages, avec force dessins, photos et cartes, les enfants et les adultes découvriront donc les coutumes, les constructions, la vie des animaux, les curiosités de la nature, les inventions, bref, toutes ces choses qui nous entourent à plus ou moins grandes échelles et qui nous interrogent ou pas.
Pourquoi dit-on que les continents « dérivent » ? Pourquoi le lac de Baïkal est-il surnommé la « perle de Sibérie » ? Pourquoi le drapeau du Vatican, le plus petit état du monde, a-t-il voyagé dans l’espace ? Voilà un échantillon de ce qu’on trouve dans ce livre très diversifié et qui aborde cette diversité sans rentrée dans la difficulté.

En plus de leur faire découvrir la complexité et diversité du monde, le petit plus du livre c’est qu’il cherche à éveiller chez les enfants – hélas se sont souvent les adultes à éduquer en premier – la conscience éco-responsable en leur parlant des problèmes de pollution, du manque de ressources que l’on va connaître dans l’avenir. Un pas idéal selon moi car sans la Terre on ne peut pas vivre, et si les parents ou l'école font les autres pas vers cet éveil éco-responsable, je pense qu'on a tous à y gagner.

Bref ! Un excellent petit livre pour petit et grand, instructif et responsable. 

Editions Flamamrion jeunesse.

23 août 2019

"Le garçon et l'aigle" de Nathalie Beau

Le garçon et l'aigle de Nathalie Beau et illustré par Donatien Mary

Source: Externe

Résumé :

Ilir vit dans les montagnes d’Albanie et aime s'y promener. Un jour, il sauve un aiglon d’un serpent prêt à le mordre, et le prend avec lui, persuadé que ses parents seront fiers. Mais la mère de l’aiglon le supplie de libérer son petit. En échange, elle promet de rendre Ilir aussi fort qu’un aigle. Ilir accepte et grandit sous l’ombre de l’aiglon, toujours là pour veiller sur lui.

Mon avis :

Ce conte qui nous narre l'histoire d'Ilir jeune garçon ne manquant pas de courage et venant d'une famille paysanne et nombreuse, fera découvrir aux enfants un conte inspiré d'Albanie. Agrémenté de dessin stylisés et modernes, au fil des pages le petit lecteur verra ce petit bonhomme compatissant envers la maman aigle et son petit, devenir un puissant seigneur et guerrier ne manquant pas de courage pour protéger les siens.
Agréable à lire, on regrettera juste la rapidité du passage entre la promesse faite à l'aigle et la force du jeune homme qui se développe. Mais c'est un détail.

En résumé, pour les enfants qui apprennent à lire c'est un petit conte rapide et facile, et agréable à regarder. Pour ceux qui ne savent pas lire, visuellement et à entendre c'est agréable aussi.

Editions Flammarion jeunesse.

Posté par Florell à 00:33 - Livre jeunesse / Ado - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 août 2019

"L'aile des vierges" de Laurence Peyrin

L'aile des vierges de Laurence Peyrin

Source: Externe

Résumé :

Angleterre, avril 1946. La jeune femme qui remonte l'allée de Sheperd House, majestueux manoir du Kent, a le coeur lourd. Car aujourd'hui, Maggie Fuller, jeune veuve au fort caractère, petite-fille d'une féministe, entre au service des très riches Lyon-Thorpe. Elle qui rêvait de partir en Amérique et de devenir médecin va s'installer dans une chambre de bonne.
Intégrer la petite armée de domestiques semblant vivre encore au siècle précédent n'est pas chose aisée pour cette jeune femme cultivée et émancipée. Mais Maggie va bientôt découvrir qu'elle n'est pas seule à se sentir prise au piège à Sheperd House et que, contre toute attente, son douloureux échec sera le début d'un long chemin passionnel vers la liberté.

Mon avis :

J'ai plutôt bien apprécié la première partie en Angleterre, la partie américaine devient plus fastidieuse.
Cependant, ce n'est pas tant ça le problème qui fait que je ne lui attribue que un 2/5. Non. le problème, c'est l'héroïne qui est franchement agaçante. Elle ne sait pas ce qu'elle veut, elle est obtuse, elle n'est jamais contente, ne se pose pas trop de questions non plus, et pense à tort qu'être féministe s'est foncer dans le lard de tout le monde !

Par ailleurs, je trouve cette personne trop actuelle pour être d'époque et crédible, en effet dans ce livre être féministe c'est (attention la liste est longue) : combattre pour LGBT, combattre pour les minorités, combattre contre le racisme, combattre contre la religion, combattre la faim dans le monde, et c'est être plus ouverte que les autres (forcément). C'est même se poser déjà pour l'époque, la question de féminisme égale classe privilégiée de blanche.

Enfin bref, l'héroïne se prend pour une Mère Teresa de toutes les causes, il ne lui manquait que le foulard islamique à défendre pour avoir le combo. Par ailleurs ce côté Mère Teresa qui ne pense qu'aux autres et pas à elle c'était peu crédible, à voir d'ailleurs si Mère Teresa ne pensait pas un peu à elle de temps en temps.
Bref ! Tout est excès dans ce livre. Dommage.

Posté par Florell à 15:33 - Contemporain - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

12 août 2019

Livres que je recommande #1

 

"Je viens de découvrir une bibliothèque remplie des livres que j'ai toujours rêvés de lire.
Le plus étonnant c'est que c'est la mienne !"
Grégoire Lacroix

 

Dans ma vie j'ai lu beaucoup de livre, mais certains sortent du lot.
Dans cette nouvelle catégorie je vous propose de découvrir ceux que je recommande en priorité. Ils ne sont pas tous forcément des coups de coeur, mais néanmoins tous m'ont appris des choses ou fait passer un excellent moment.

 

IMG_20190811_192857

J'avais apprécié ce livre car ça parle de Monet, le peintre impressionniste que je préfère. Ce livre est un savant mélange de peinture et de biographie. Très agréable à l'oeil, on va découvrir en plus la vie de ce peintre qui vous rappellera L'oeuvre de Zola et ses techniques de peinture pour capter le temps.
Une biographie indispensable.

 

Posté par Florell à 12:14 - Ces livres à lire... - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,