Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

29 mai 2015

"Ulugh Beg, l'astronome de Samarcande" de Jean-Pierre Luminet

"Ulugh Beg, l'astronome de Samarcande" de Jean-Pierre Luminet

ulugh beg astronome de samarcande

Résumé :

En 1429, Samarcande, escale majeure de la route de la soie connaît une animation encore plus vive qu'à l'ordinaire. Le plus grand observatoire jamais conçu vient d'être inauguré. Les ambassadeurs du monde vont contempler un immense sextant de 80 mètres de haut et 40 mètres de rayon plongeant dans une fosse vertigineuse, un gigantesque cadran solaire dont les parois externes sont couvertes d'une vaste fresque représentant le zodiac et qui recèle les plus perfectionnés des instruments de mesure du temps et de l'espace : sphères armillaires, clepsydres, astrolabes...
Le promoteur de ce prodige architectural, mais aussi le directeur de l'observatoire n'est autre que le prince et gouverneur de Samarcande, Ulugh Beg, le petit-fils du conquérant redoutable qui mit tout l'Orient à feu, de l'Indus au Jourdain : Tamerlan.
Amoureux des sciences et du ciel, piètre politique et militaire - ce qui lui coûtera la vie -, Ulugh Beg entouré des meilleurs astronomes de son temps, va calculer la position de mille étoiles et rédiger un ouvrage majeur : les tables sultaniennes qui fascineront les savants, les religieux et les voyageurs du monde entier.
C'est l'histoire totalement hors du commun de ce savant poétique et rigoureux que Jean-Pierre Luminet nous invite à découvrir dans une fresque romanesque épique, au coeur d'un monde de grandes étendues désertiques, de cités au raffinement incomparable et de guerres permanentes où, cependant, l'homme continue plus que jamais sa conquête de la science et des étoiles.

Mon avis :

Je suis d’avance désolée auprès de l’éditeur mais je ne suis pas arrivée jusqu’au bout ce livre. Je ne suis absolument pas arrivée à rentrer dedans, et ce pour trois raisons ;

Premièrement, le livre ressemble plus à une liste, un catalogue de personnage, qui ont été glissé-là de manière peu naturelle - parce que l’auteur voulait les glisser - et sans saveur.

Deuxièmement, l’écriture est trop plate pas assez romanesque. Avec un sujet pareil et dans cette époque, je pense sincèrement qu’il y avait matière à faire de ce roman une véritable épopée romanesque si l’auteur n’avait pas été aussi scientifique mais un peu plus écrivain. Je précise que j’adore lire des documentaires, mais quand je lis un roman j’aime bien voir un roman dans les mains.

Et troisièmement, certaines choses m’ont fait tiquer. Comme par exemple les réflexions que le personnage Samuel de Cresque a à propos du fait qu’il pense que les musulmans étaient plus tolérants avec la science que les chrétiens d’Europe, ou encore qu’ils savaient faire la différence entre profane et sacré ; pourtant, - et sans vouloir remettre en cause l’âge d’or islamique qui s’est fini au 13ème siècle -, on sait que ces assertions ne sont pas exactes, car des personnalités comme Al-Ghazali - qui aujourd’hui encore voit sa pensée durer-, et les persécutions des scientifiques et des philosophes sous les almohades - dont Averroès a été victime – ou autres évènements, montrent quand même l’inverse,  - même s’il est vrai que les persécutions des almohades ont été faites plus tôt.
Alors je n’irai pas dire que l’Europe était entièrement tolérante avec les sciences, attention. Cependant elle les étudiait depuis toujours à l’ombre des monastères et plus tard dans les universités, même si c’est vrai qu’on ne peut pas nier que certains domaines comme l’algèbre ont été amélioré depuis la Grèce antique par les musulmans, et même avant par les hindous entre autre.

Bref. J’ai peut-être un peu oublié que parfois c’était un roman, alors que curieusement plus haut je lui ai reproché son écriture trop scientifique. Allez comprendre !

Cela étant et même si je n’ai pas lu ce livre correctement jusqu’au bout, j’ai survolé assez bien la suite, et ce que j’en ai lu avait l’air intéressant -j’ai d’ailleurs pioché des infos pour aller voir plus loin de mon côté-, du coup je le conseille à ceux qui ont l’esprit curieux et qui ne sont pas gênés par ces romans trop rigides.
De mon côté j’avoue que je suis assez déçue de ne pas avoir accroché à ce roman qui promettait beaucoup de découvertes à cause d’une écriture trop froide. Mais bon ce sont des choses que l’on ne peut pas toujours savoir, hélas. La lecture c’est comme la vie ça réserve toujours des surprises, parfois on aime parfois on n’aime pas.

Bref ! Trêve de philosophie à la noix, et même si je n’ai pas aimé cette écriture, je conseille malgré tout ce bouquin car il y a indéniablement des choses à tirer de cette lecture.

Merci malgré tout aux éditions JC Lattès.

Posté par Florell à 12:08 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,