Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

16 septembre 2015

"Today we live" d'Emmanuelle Pirotte

"Today we live" d'Emmanuelle Pirotte

today we live

Résumé :

Décembre 1944. C est la contre-offensive allemande dans les Ardennes belges. Pris de panique, un curé confie Renée, une petite fille juive de 7 ans, à deux soldats américains. Ce sont en fait des SS infiltrés, chargés de désorganiser les troupes alliées. Les deux nazis décident d exécuter la fillette. Au moment de tirer, Mathias, troublé par le regard de l enfant, tue l autre soldat.
Commence dès lors une cavale, où ils verront le pire, et parfois le meilleur, d une humanité soumise à l instinct de survie.

Aucun personnage de ce roman palpitant n est blanc ou noir. La guerre s écrit en gris taché de sang. Une écriture efficace et limpide.

Mon avis :

Ce livre conte l’histoire d’un lien entre une petite fille et un homme. Entre une juive et un nazi, après l’incroyable décision de ce dernier de lui laisser la vie sauve alors qu’il était parti pour la tuer.

L’histoire est certes improbable, un homme dressé à tuer ne fait pas de sentiment, mais pourtant j’ai apprécié - bien que sens plus - cette histoire étonnante de par ce qu’elle raconte et montre. Alors elle raconte ce que je vous ai déjà dit sur cet allemand et cette petite fille, mais elle montre aussi que les salauds ne sont pas toujours ceux qu'on pense. En effet on redécouvre ici que certains soldats américains ne se comportaient parfois pas mieux que les boches.
A côté de cela ce livre va aborder la situation des civils qui veulent être bons mais pas trop parce qu’ils ont peurs que le malheur s’abatte sur eux. Là-dessus, et c’est sûrement ce que j’ai préféré le plus, l’auteure nous met vraiment dans la situation incertaine des personnages en nous faisant découvrir leurs dialogues intérieurs, leurs questions, leurs raisonnements. En nous faisant côtoyer leur peur devant la mort. Là-dessus je dois dire que le résumé ne dit pas n’importe quoi, la couleur est grise, non noire et ni blanche. On voit clairement que les personnages sont pris entre le désir de vivre et l'envie d'aider.

En ce qui concerne les deux personnages principaux là par contre j’ai moins marché, alors pas pour Mathias mais pour Renée plus particulièrement. Pour ma part, j’ai eu beaucoup de mal à imaginer une petite fille aussi courageuse, aussi calme dans les situations tendues, aussi mature, alors un peu je ne dis pas mais là c’est trop.

Autre chose que je reproche à ce roman, c’est une certaine lenteur. En effet, on a une espèce de huit clos tellement tendu dans ces pages, que le fait que les ¾ du récit qui se passe dans cette cave devient vite très long et très étouffant pour le lecteur, en tout cas la lectrice que je suis. Surtout que j’ai trouvé ce sentiment étouffant encore plus appuyé par le fait que la découverte sur la nature allemande de Mathias met du temps à arriver, alors qu’on sait pertinemment que ça va arriver dans le récit.
Cela dit ce huit clos n’est pas non plus chiant à lire, il est émaillé  par des souvenirs de Mathias, par des réflexions, qui donnent une profondeur à cette histoire, à la nature humaine et aussi sur la personnalité un peu trouble de ce dernier, pas désagréable.

En résumé, dans l’ensemble ce livre fut une bonne lecture même si je l’ai trouvé un peu lente, et même si avec Renée la mayonnaise n’a pris qu’à moitié.

 

Je remercie les éditions Cherche midi.


Commentaires

Poster un commentaire