Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

14 février 2016

"Le revers de la médaille" de Olga Lossky

Le revers de la médaille de Olga Lossky

Source: Externe

Résumé :

Fin des années trente. Pál est un jeune artiste hongrois, étudiant à la faculté des beaux-arts de Budapest. En quête de modèle pour un projet de médaille, il fait la connaissance d’une jeune pianiste, Erzsebet. Fasciné par sa beauté, il réalise son portrait. Avec cette esquisse, Pál espère remporter le prestigieux concours organisé par la Monnaie de Budapest. Mais les événements décident autrement de son destin et le prix obtenu n’est pas celui qu’il attendait…
Les années ont passé. Installé à Londres, l’artiste – assisté de sa femme, la fidèle Nicky – est devenu l’un des médaillistes les plus renommés de son temps. Musiciens et hommes politiques le sollicitent pour immortaliser leurs traits. Après bien des personnalités illustres, c’est au tour du pape de lui commander une médaille à son effigie. Pál hésite, de peur de croiser dans les rues romaines le jeune homme qu’il a jadis été. Ainsi qu’il le craignait, cette rencontre avec le pape va l’entraîner dans un inéluctable processus de dévoilement.
On retrouve dans Le Revers de la médaille la belle et captivante écriture d’Olga Lossky, qui nous plonge dans le destin d’un homme d’exception, marqué par son époque et prisonnier d’une histoire qui le hante.
Mon avis :

Le revers de la médaille raconte l’histoire de Pal, jeune artiste hongrois obligé de quitter son pays et sa famille pour exercer son art ailleurs en toute liberté.
Le rêve sera accompli, mais hélas la seconde guerre mondiale chamboulera cette vie d’artiste qui aurait pu être belle et magnifique si notre jeune artiste ne vivait pas avec un lourd espoir doublé d’un chagrin dans le cœur.

Servi par une plume banale, sans grand effet de style, mais qui fait son petit effet, ce bouquin se dévore comme des petits pains. Je n’irai pas jusqu’à dire que tout est parfait, parce qu’un point m’a exaspérée, mais néanmoins que ça soit le sujet, la manière dont l’histoire est racontée, le développement de cette dernière et des personnages - qui sont en passant très fouillés et très humains -, tout est fait pour passer un agréable moment de lecture.
L’histoire est en effet émouvante sans pour autant favoriser un torrent de larme, l’auteure joue sur les angoisses et les espoirs, les déceptions et les craintes, d’un même cœur, sans nous perdre dans des méandres incompréhensibles sentimentaux ni nous balader d’une humeur à l’autre histoire de remplir des pages.
Bref, ici tout est maîtrisé, et tout est fait pour que l’histoire avance sans redite, mais avec suffisamment de mystère, de doutes, de réflexions, de surprises, pour tenir 300 pages.

Pour en venir un peu plus profondément au livre et outre l’histoire, j’ai aussi beaucoup apprécié les personnages et notamment Pal qui est typiquement le genre de personnage que j’aime bien. C’est-à-dire difficile à cerner sans pour autant être une girouette. Je m’explique, Pal n’existe pas par des doutes complètement crétins, mais par sa souffrance, ses craintes et ses espoirs, et de ce fait il est très poignant à regarder vivre surtout que tout cela est légitime ; ce qui fait qu’on peut facilement le comprendre et se mettre à sa place. En effet, on ne retrouvera rien à redire sur son mode de penser et de vie, et pourtant c’est le genre de chose dont je ne me prive pas habituellement avec les personnages.
En clair, Pal est un personnage terriblement complexe et vivant quand bien même qu’il soit déjà à moitié mort. Et ça je kiff.
Quant aux autres personnages, ils ont aussi leur côté plaisant ou déplaisant, c’est selon, mais aucun n’est mieux représenté que Pal, - en même temps c’est normal le roman tourne autour de lui.

Cela étant comme je le disais un peu plus haut, un point m’a exaspérée ; c’est le délire artistique. Je ne sais pas pourquoi mais là j’ai été moins emballée par la vision que l’auteure donne à Pal sur son art. Franchement j’ai même parfois complètement été perdue parce que ça partait dans des méandres limites incompréhensibles, et en prime c’était difficile à retenir. En clair l'auteure pourrait se contredire, on ne s'en apercevrait même pas. Là vraiment pour moi y a en eu trop de fait, mais qu'on se le dise ; ça ne change rien au plaisir de lire cette tragique histoire.

En résumé, c'était une lecture très belle, bien écrite et que je conseille vivement.

Merci aux éditions Denoël
Parution le 14-01-16
Collection ; Roman français

Posté par Florell à 23:41 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,