Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

18 octobre 2018

Avis divers.

 IMG_20181012_220533

Chroniques expresses (très expresses)

Le lac né en une nuit de Minh Tran Huy :

Un petit livre qui permet de découvrir la naissance et la mentalité du Vietnam à travers des légendes toutes plus mystérieuses et enchanteresses les unes que les autres. C'est dépaysant, c'est agréable, c'est instructif, c'est plein de sagesse, et ne manque pas de poésie. A lire.

Moriarty de Anthony Horowitz :

Il y a de l'idée, des choses intéressantes, mais qu'est-ce que je me suis fait chier ! C'est long, c'est barbant, c'est brodé, j'ai eu du mal à le lire - j'avoue, j'ai même sauté des passages -, et autant j'avais vraiment apprécié "La maison de soie", autant là on en est loin. Très loin.
Je pense que je ne vais pas récidiver de manière si enthousiaste, si jamais l'auteur ressort un jour un livre "Sherlock".

Le vagabon des fleurs de Robert Fortune :

Intéressant pour découvrir des choses sur cette vieille Chine comme la pêche à l'oiseau (je ne sais plus lequel), comment est vu l'étranger, mais à la moitié du bouquin j'ai abandonné. Ce n'est pas raconté de manière très vive et intéressante. De plus il n'y a aucune carte pour se repérer ce qui est très vite agaçant, car on voyage mais on ne sait pas où...

La clôture des merveilles de Lorette Nobécourt :

L'histoire d'Hildegarde est probablement intéressante, mais l'écriture du livre fait que je n'ai pas aimé. Je vais tenter d'autres livres pour mieux connaître cette femme.

Posté par Florell à 23:27 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 octobre 2018

"Concours pour le Paradis" de Clélia Renucci

Concours pour le Paradis de Clélia Renucci

Source: Externe

Résumé :

« Tout était dévasté, consumé, calciné. C’est de cet enfer qu’allait renaître le Paradis. »

Dans le décor spectaculaire de la Venise renaissante, l’immense toile du Paradis devient un personnage vivant, opposant le génie de Véronèse, du Tintoret et des plus grands maîtres de la ville. Entre rivalités artistiques, trahisons familiales, déchirements politiques, Clélia Renucci fait revivre dans ce premier roman le prodige de la création, ses vertiges et ses drames.

Mon avis :

« Les artistes ne sont que les marionnettes du pouvoir, interchangeables tant qu’un nom ne vient pas légitimer les œuvres qu’ils réalisent. »

Le Palais des Doges brûle, la salle du Conseil symbole du pouvoir vénitien et de sa politique, n’est plus que ruine fumante. En cette année 1577, Venise se réveille stupéfaite et le Paradis est mort ! Brûlé par la fournaise, il n’en reste qu’un tas de cendre. Tout est à reconstruire pour le triomphe de Venise, tout est à redécorer. Tout n’est donc pas perdu pour tout le monde. Les artistes y trouveront leur compte. Mais pour l’apothéose de la salle qui est cet espace vide derrière l’estrade des doges, un concours désignera celui qui aura le privilège de peindre cet immense espace.
Ce livre, nous raconte cette histoire. Personnages, peintres, religion et politique, ici tout se croise et se mêle, et c’est une plongée dans la Venise du 16ème siècle que nous offre Clélia Renucci.

Avec beaucoup d’érudition et un peu d’imagination, elle va donc nous raconter la technique des peintres, les difficultés de l’exécution du Paradis et l’impossible entente entre les peintres accomplis et les « petits jeunes ». Elle va narrer aussi cette compétition entre peintres, et les appuis qu’ils ont au sein du gouvernement, permettant ainsi d’aborder que l’idée et l’originalité ne sont pas toujours la clé pour la commande. (Même si l’originalité n’est pas trop de mise en cette époque du Concile de Trente qui doit permettre de renforcer l'Église face aux hérésies profanes et religieuses.)
Bref ! Clélia Renucci, va donc aborder dans ce livre le système du mécénat, ainsi que la vie des peintres. Elle va aborder par ailleurs, cette Venise des passions et des caractères, ainsi que les tensions religieuses et politiques.

Toutefois si c’est un roman artistique intéressant à suivre, d’un point de vue narratif ce n’est pas la joie. En effet, si j'ai réellement apprécié le côté réel où j'apprends des choses, je n'ai que moyennement apprécié l'écriture, vu qu'il n’y a pas cette passion romanesque de vouloir raconter les choses en beau et en grand, alors que Venise s’y prête largement. Pour moi, ça reste trop instructif, trop solennel, trop didactique pour être un roman au pouvoir accaparant. Et pour tout dire, après lecture de ce livre, j'ai eu l'impression qu'il y avait plus une volonté de recherche et de partager les connaissances, que d'écrire un roman. Alors qu’il y a pourtant du roman dans ces pages, allez comprendre !

En fin de compte, c’est à lire pour la connaissance, mais pas pour l’histoire romancée, niveau écriture ça manque trop d'étincelle.

 

Merci à Babelio et aux éditions Albin Michel.

12 octobre 2018

Non aux passeurs de l'Aquarius.

 

         A l’heure où les idiots généreux signent et manifestent pour que l’Aquarius puisse continuer son organisation criminelle sous des apparences humanitaires, moi je signerais bien une pétition pour dire « STOP, arrêtons ces passeurs ! ». Oui, je signerais bien une pétition pour que ces passeurs criminels inconscients, arrêtent immédiatement leur crime contre l’Europe et l'Afrique qu’ils pratiquent via le prisme de l'humanisme inconscient et anarchiste. (Qui ne respecte pas les frontières, cherche la guerre.)

     « Crime », « criminelle », les mots peuvent sembler forts, et pourtant, pourtant, ils ne le sont pas. Pas pour moi en tout cas, car en effet, il est criminel de vouloir tuer les nations européennes pour en sauver d’autres, tout comme il est criminel d’encourager les périls de la traverser et l’infantilisation de l’Afrique.
     Voilà pourquoi, aujourd’hui devant les méfaits de cette idiotie généreuse où le pathos est loi et non la raison, je dis « NON » à l’Aquarius bateau criminel. "NON !" parce que je revendique le droit de vivre avec mon identité (non le grand remplacement n'est pas un mythe, les politiques eux-mêmes ne s'en cachent pas) et de vivre bien. Je sais, cela peut paraître primaire comme idée, surtout à l’heure où la mondialisation voudrait faire croire que la terre est un village global où tout le monde peut s’entendre avec tout le monde malgré les différences de culture, pourtant ça ne l'est pas. Pas si on regarde l'état d'une bonne partie de l'Europe et de la France de près.
En effet, il n'est pas exagéré de dire que nous ne vivons pas si bien que ça en France aujourd'hui, et il suffit de regarder les crises que l'on traverse depuis des décennies pour s'en convaincre. Crises migratoire, sanitaire et sociale, écologique, sécuritaire, identitaire, économique, ou encore du logement, du chômage, de l'éducation... tout cela jo
ue contre nous et n'assure aucun lendemain qui chante.
     Alors quand je vois ça, et comme je n'ignore pas les méfaits de l'immigration massive sur les sociétés, je pense sincèrement que stopper l'Aquarius qui encourage l'immigration massive et illégale, est une des premières choses à faire pour commencer à sauver le continent européen de la banqueroute totale. Certes, ce n'est pas la seule chose à revoir, revoir les dictats de l'UE, les
lois nationales et internationales sur l'immigration et les réfugiés - ces vieilles lois désuètes qui ne correspondent plus au schéma passé et qui font toujours retomber sur les mêmes les responsabilités -, seraient judicieux aussi. Mais comme ça prendra plus de temps, il faut parer au plus pressé (l'Aquarius et leurs copains passeurs en terre africaine), et ensuite changer tout le reste.
     On ne plus se permettre d'accueillir toute la misère du monde, nous avons aussi la nôtre et nos problèmes, et ce n'est pas criminel de le dire contrairement à ce qu'affirme les discours accusateurs venant des Torquémada de la bien-pensance nauséabonde.


     Pour un avenir en France (et même en Europe), arrêtons l'Aquarius et son association. Arrêtons de jouer les riches généreux avec de l’argent que l’on n’a pas. Arrêtons de donner à tout le monde et d’enlever aux français en parallèle. Arrêtons de fermer les yeux sur l’état et l’avenir de notre pays. Arrêtons d'écouter ces discours accusateurs au pathos exacerbé, et refusons les lois capitalistes qui veulent faire croire que l’immigration est bénéfique pour le pays, alors qu’elle n’est bénéfique que pour revoir le code du travail, le droit social, geler les salaires et approfondir la misère.

     Pour l'avenir de la France et un avenir un peu plus radieux, je dis NON à l'Aquarius ; NON à la mort programmée de l'Europe ; NON au déni sur l'état de la France ; NON à l'infantilsation de l'Afrique. Mais par contre, je dis "OUI" pour que cesse ce laxisme contre les passeurs de l’Aquarius et ceux qui les soutiennent, et je dis doublement "OUI" pour que les africains (et les autres) se prennent enfin en main. Il est temps pour eux de s’y mettre et de cesser cet espèce d'assistanat qui existe, ils ont un pouvoir de décision, ils ont la faculté de se faire entendre, d'agir et de réfléchir pour le bien commun, alors maintenant qu’ils osent changer leur pays dans cette lignée bénéfique, qu'ils osent dire non aux modèles archaïques et à la religion afin de devenir des êtres pensants, et s’ils n’en sont pas capables, tant pis, qu’ils coulent seuls dans leur coin. On ne peut pas être constamment derrière les peuples et assumer pour eux leurs erreurs. En effet, contrairement à ce que affirme SOS Méditerranée, ce n’est pas à l’Europe ni à l'Occident (qui aident déjà énormément) d’assumer toutes les erreurs africaines (corruption, surpopulation, religion, système archaïque du fonctionnement des sociétés, mauvaise politique, guerre des clans....). Bien sûr ça ne sera pas facile de changer les choses, et je ne veux pas mettre tous les africains dans le groupe "des gens qui attendent et ne font rien", mais si peu de gens essayent pendant que les autres laissent faire, sûr que ça sera encore moins facile.

     Maintenant est venu le temps d'arrêter cette association, et l'idéologie accusatrice et destructrice qu'elle représente. Maintenant est venu le temps de changer les choses vraiment. Que tout le monde prennent ses responsabilités, et plus seulement une partie du monde.

Posté par Florell à 22:09 - Message - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

06 octobre 2018

"Une diversité menacée : les chrétiens d'Orient face au nationalisme arabe et à l'islamisme" de Joesph Yacoub

Une diversité menacée : les chrétiens d'Orient face au nationalisme arabe et à l'islamisme de Joesph Yacoub

Source: Externe

Résumé :

Aujourd’hui, les chrétiens d’Orient sont menacés. Alors que notre monde est fait de diversité ethnique, culturelle, linguistique et religieuse,le Moyen-Orient se vide de cette richesse et se prive d’un apport essentiel pour favoriser la compréhension entre les groupes et les minorités. Mais pourquoi en est-on arrivé là ? Comment cette diversité a-t-elle été gérée, voire malmenée dans le monde arabe ? Que dire d’un tel drame ?
À travers des rappels historiques indispensables, Joseph Yacoub cible deux menaces principales. Dans sa volonté d’arabisation à outrance, le nationalisme arabe, fût-il laïcisant, s’est montré par choix idéologique peu respectueux des chrétiens, comme on l’a vu en Syrie et en Irak. À cela s’est ajoutée la montée d’un islam radical et violent, dont les nouvelles formes atteignent l’Occident même. Face à cette tragédie qui rappelle à maints égards le génocide de 1915, qui toucha Assyro-Chaldéens-Syriaques et Arméniens, il s’agit tout à la fois de comprendre et de suggérer quelques pistes concrètes en termes d’alternative pour que survive ce christianisme autochtone et apostolique, fortement enraciné et universel, riche de culture et de modernité.

Mon avis :

     J'ai enfin fini le livre et je peux affirmer que certains passages n'étaient pas faciles à lire. Cela étant c'était une lecture très intéressante qui rejoint d'ailleurs ma lecture du Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde, où les pays musulmans tenaient la première place.
Il le rejoint, mais pas tout à fait non plus, toutefois ils se complètent bien. En effet si le Livre noir est un état des lieux actuels de la situation des chrétiens dans le monde, celui de Monsieur Joseph Yacoub va surtout développer l'aspect historique, politique et culturel de la question chrétienne en Orient. Certes il va aborder un peu l'actualité en parlant notamment du calvaire des otages chrétiens, mais ce n'est pas la part la plus grosse du bouquin. Les trois aspects cités plus haut, remplissent vraiment le livre.

     Déjà d'un point de vue historique et culturel, Joseph Yacoub va rappeler que les chrétiens étaient là avant et ont donc participé activement à l'histoire et à la culture de ces pays, notamment par des débats via les innombrables écoles antiques (Antioche, Alexandrie...) et aussi via les chrétiens syriaques qui ont eux-mêmes fortement participé à l'âge d'or islamique avec les juifs. Sans eux les musulmans n'auraient probablement pas eu grand-chose du savoir antique. D'ailleurs l'âge d'or peut être aussi plus tardif et contemporain.


"L'histoire ne s'arrête pas à la fin du 13ème siècle, période qui correspond généralement au déclin. Sous l'influence des idées de la Modernité occidentale, des voyageurs et des missionnaires, le 19ème siècle fut un tournant. Il a donné un élan sans précédent qui marque le retour de la langue et de la littérature syriaques (ique et moderne) après des siècles de régression. Les voyages d'études en Occident se multiplient. A partir de 1840, le syriaque connaîtra une floraison de publications autochtones et des traductions, accompagnées d'anthologies, de grammaires et de dictionnaires. Depuis les revues se sont multipliées. A l'époque moderne et contemporaine, les chrétiens ont participé activement à la renaissance arabe comme théoriciens, acteurs et traducteurs." Page 176


      Ensuite et toujours pour les mêmes catégories, il va rappeler dans un but pédagogique et par soucis de vérité historique, ceux qui étaient là avant les chrétiens (babyloniens, grecques, juifs...) et qui ont eux-mêmes laissé leur trace dans l'histoire de ces pays.
L'auteur va même plus loin en dépassant les frontières orientales, en parlant de ce que les chrétiens d'Orient ont apporté à l'Occident, notamment des hommes d'église comme Jacques premier évêque de la Tarentaise. Ceci dans le but de montrer les liens qui uni le christianisme d'Occident et d'Orient, et rappeler par ces petits points que l'Occident devrait aujourd'hui adopter une position plus ferme sur les problèmes que traverses les chrétiens d'Orient, comme par exemple au niveau des discriminations (qui sont énormes et ont toujours été car l'Islam est une religion discriminatoire de base).
      De même, Joseph Yacoub rappelle via quelques citations de chrétiens d'Orient, que l'Occident devrait un peu plus les écouter, et notamment quand ils dénoncent le manque de réciprocité dans le traitement des hommes et des femmes en orient à cause de la religion.

« Nous, chrétiens syriens, souhaiterions seulement être traités dans ce pays à majorité musulmane comme les musulmans le sont en Europe dans les pays de tradition chrétienne. [...] Et nous en voulons un peu aux Occidentaux de ne pas avoir appuyés pour demander l'application de la réciprocité. » (Propos de François Abou Mokh, évêque. Page 201.)     

     Et effectivement, on peut comprendre que ça énerve, si ici les musulmans ont trop de droit qui fait que l'Europe est envahie par l'islamisme au nom des Droits de l'Homme détournés, il faut bien penser que les chrétiens d'Orient n'en ont pas autant chez eux qui est pourtant leurs terres ancestrales. Ce qui est anormal on en convient.

      Comme vous commencez peut-être déjà à le voir, ce livre n'est pas qu'un livre d'histoire, qui retracerai dans de grandes lignes précises l'Histoire de l'Orient depuis l'époque de la Mésopotamie. En effet, il est aussi un appel à changer pour les pays musulmans, notamment en remettant dans l'Histoire de ces pays les peuples et cultures qui étaient là avant et qui ont laissé des traces matérielles et immatérielles dans les paysages, dans les langues, dans les cultures, et qui sont pourtant absents des musées ou des livres d'histoire à cause du nationalisme arabe et de l'islamisme. Comme le dit joliment l'auteur « L'homme n'est pas un être abstrait, né ex nihilo. Il est le produit de l'histoire. », un pays c'est pareil, et il serait temps pour les musulmans de s'en rappeler...
      Pour continuer dans la description du livre, j'ai laissé voir aussi dans les lignes un peu plus hautes, que ce livre était aussi un appel à l'Occident qui devraient appuyer le principe de réciprocité et soutenir les chrétiens d'Orient dans leur demande d'égalité ; toutefois il est bon de préciser que ces pages ne sont pas qu'un « appel », puisque ce bouquin est aussi un état de fait.
Un état de fait en montrant notamment que même laïc ou imprégné de bon sentiment, les pays musulmans et/ou arabes (difficile de séparer ces deux termes) restent imprégnés de cette culture religieuse qui concerne le plus gros pourcentage de la population, de fait et à cause de cela il existe une réelle difficulté de liberté et d'égalité pour les populations non musulmanes. L'auteur décrit notamment la situation irakienne qui fait un pas en avant, un pas en arrière, entretient le flou, et tout cela dans la même constitution !
      Cela étant et pour une touche d'espoir (?), l'auteur nous montre à côté qu'il existe au moins un pays musulman non arabe, le Kirghizistan, qui est purement et simplement laïc – notamment grâce à l'occupation soviétique – et qui n'hésite pas à partir à la recherche de son passé chrétien nestorien. Si cela laisse de l'espoir et montre que la laïcité et la diversité sont possibles en terre islamique (même si ça ne concerne pas un pays arabe), il ne faut pas non plus oublier comme le précise l'auteur que ça reste aussi un pays assez faible et jeune, qui n'est pas à l'abri d'un retournement d'idée à cause de violence. Mais voilà, l'auteur a eu l'honnêteté de parler de ce pays et ceci malgré sa passion chrétienne. Et j'insiste sur ce dernier point car il est vrai qu'il cache mal ses passions, mais d'un côté tout ce qui écrit là est juste, donc ça se comprend qu'il vive cet effacement de l'histoire très mal lui qui est né en Syrie. Nous même en Occident on ne le vit pas mieux d'ailleurs...

      En résumé, et comme vous le devinez ce livre est nécessaire pour comprendre le présent des minorités en terre musulmane et voir leur traitement. C'est accessoirement un bon complément au Livre noir de la condition des chrétiens dans le monde, et un excellent bouquin pour prendre de la distance sur les sempiternels discours de l'amitié entre religion, puisqu'ici l'auteur montre bien que ça doit aller plus loin qu'une supposée amitié ; toutefois c'est très « difficile » à lire car on est vite saturé par l'information. Donc à lire, oui, mais doucement et calmement, et ne pas hésiter à relire des passages si besoin.

Editions Salvator.

 

Extraits :

"Au confluent de l'Orient et de l'Occident, accepter le principe de réciprocité de traitement. Les musulmans qui revendiquent, à juste titre, des droits et des libertés publiques pour eux en Occident, devraient aussi avoir le souci de ces mêmes droits dans leurs pays d'origine pour tous ceux qui ne partagent pas la religion musulmane, comme les chrétiens et les autres minorités. Défendre cette diversité menacée les honorerait, car on est loin de l'égalité de traitement."

 "Les syriaques ont traité de tous les sujets. Si les intellectuels nationalistes arabes avaient pris la peine de chercher, ils y auraient trouvé des idées y compris sur le patriotisme et la justice sociale, sujets qu'ils chérissaient.
La pensée syriaque embrasse en effet tous les domaines du savoir, religieux, philosophique, éthique, moral, juridique, politique, spirituel, ascétique, poétique, historique, linguistique, grammatical, encyclopédique... Autrement dit, contrairement à ce que certains affirment, elle ne se limite pas à la dimension religieuse malgré son importance. Son âge d'or commence à fleurir à partir du 4ème siècle, qui vit depuis le début des publications et des traductions du grec en syriaque et des contributions de grand intérêt."

Posté par Florell à 11:01 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , , ,

04 octobre 2018

"Les enquêtes de Clem : la mystérieuse Mrs Walton" de C. Kalengula & M. Gribouille

Les enquêtes de Clem : la mystérieuse Mrs Walton de C. Kalengula & M. Gribouille

 Source: Externe

Résumé :

Derrière son chignon impeccable et ses belles manières, Mrs Walton, la nouvelle hôte de la famille Neuville, semble cacher quelque chose.
Qu’est-elle vraiment venue faire au hameau?
Clémentine et ses cousins sont bien décidés à le découvrir!

Entre Clémentine et ses cousins, aucun indice ne laisse suspecter le lien familial. Mais quand il s'agit de mener l'enquête, leur complicité n'est plus à prouver!

Mon avis :

Clémentine emménage avec sa mère dans le hameau de feu ses grands-parents, avec ses cousins, tantes... Objectif : sauver le hameau en faisant des chambres d'hôtes. Cela fonctionne assez vite car une dame très chic loue une chambre. Toutefois, très vite cette dame a un comportement étrange qui titille la curiosité des enfants, les voilà donc partis pour jouer les apprentis détectives.

Ma première impression à la lecture de ce livre est plutôt agréable. La lecture est rapide et aérée, et les personnages résonnent bien avec notre époque. Ils aiment la technologie, vivent des tensions avec leur parents, sont de famille recomposée... Autre bon point pour un jeune enfant, c'est l'accessibilité du texte, aucun mot compliqué ou situation alambiquée, tout est clair et simple, ce qui facilitera la concentration des enfants.

Cependant, ma deuxième impression est un peu moins bonne. En effet, si le dernier point est un atout, c'est aussi une faiblesse pour les enfants qui peuvent en demander un peu plus. En effet, la simplicité du livre et son côté un peu gentillet, pourraient je pense rebuter les enfants qui aiment un peu plus l'action et les situations compliquées. Ceci fait, que je ne le conseillerai pas à ces enfants qui seraient habitués à lire des choses plus consistantes, plus sombres, mais toutefois je le conseillerai sans hésiter aux enfants un peu paresseux à la lecture ou vites impressionnables (si jamais ça existe encore).

En fait, à bien regarder, je pense que le problème ce n'est pas tant le livre, mais plutôt la tranche d'âge recommandé par l'éditeur, pour moi 8 ans c'est l'âge maximum et non minimum.

En résumé, c'est une lecture sympa pour les enfants, les mots sont simples et les situations aussi, mais si votre enfant aime la collection Chair de poule, les romans policiers pour enfants plus consistant je ne vous conseille pas ce livre car vous allez faire un déçu.

Merci aux éditions Flammarion Jeunesse, collection Père-Castor.