Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

12 juin 2019

"Accueillons les migrants" de Xavier Emmanuelli (Attention je ne suis pas pro-migrant)

Accueillons les migrants ! de Xavier Emmanuelli

 Source: Externe

Résumé :

53 ans après l'Abbé Pierre sur Radio-Luxembourg à l'hiver 54, l'une des grandes consciences de notre temps nous enjoint de manifester notre solidarité. Des vagues humaines bravent les pires dangers pour rejoindre une terre qui est à leurs yeux l'ultime espoir. Ils sont des milliers à être retrouvés noyés après le naufrage de leurs embarcations de fortune, morts de soif dans les cales de camions. Tous portent un avis d'expulsion gravé dans leur chair. Dans leur pays, leur vie était menacée. Lampedusa, Lesbos... Ils espèrent, à la fin du leur périlleuse traversée, trouver une vie meilleure. Mais à leur arrivée, ils sont arrêtés par la police pour être de nouveau parqués dans des camps saturés. Clochardisés, maltraités, ils sont déplacés d'un centre d'hébergement à l'autre avant de se résoudre à reconnaître la vérité : personne ne veut d'eux ! Pourtant, la France est riche, nous avons la capacité d'accueillir ces migrants, clame Xavier Emmanuelli. Nous ne faisons pas assez pour eux. Soyons à la pointe de ce combat.
Dans cet appel solennel, le fondateur du Samu social explique que les migrants sont une chance pour notre pays et qu'il faut les accueillir dans nos coeurs et nos maisons...

Mon avis : (Attention avis vénère et long.)

"La France parviendra-t-elle à ne pas se laisser entraîner dans l’orbite du monde arabo-musulman ? Rien n’est moins sûr, car dans sa confrontation avec l’islam de masse installé sur son sol, la France se trouve mortellement handicapée par ce qui fait sa fierté et constitue la seule identité qu’elle veuille bien revendiquer aujourd’hui : les droits de l’homme. En effet, l’application de droits individuels jadis conçus pour protéger un peuple contre les excès d’autorité de ses gouvernants devient dangereux pour ce peuple quand se déversent sur son territoire d’autres peuples, surtout dans un climat de guerre entre civilisations."

"L’admission, au nom des droits de l’homme, de tous les individus présents sur le territoire d’un pays européen à multiplier les revendications et les actions juridiques fournit à ces individus une arme en principe contre l’Etat, mais en réalité contre le groupe humain du pays d’accueil. […]
En France nous ne sommes plus dans le cas de figure des droits d’un peuple face à son état, mais du droit d’un peuple d’être défendu par son Etat contre la présence envahissante de membres d’autres peuples, d’autres civilisations, qui dépossèdent notre peuple d’une partie de son territoire, lui causent de graves préjudices (incivilités, violences, dommages matériels), lui occasionnent des dépenses énormes (allocations sociales, médicales, dépenses éducatives) et détruisent son identité. Bref, qui sont en train de nous remplacer. Si bien que notre préoccupation première est désormais notre droit, comme peuple, à survivre.
[…] Car cette religion des droits de l’homme, au nom du dogme de l’amour de l’autre jusqu’au mépris de soi, a gravement dénaturé notre droit au détriment des valeurs de durée nécessaire à l’inscription dans le très long terme des groupes humains. Car cette religion des droits de l’homme nous livre sans défense à la flagellation d’une immigration dont le déferlement est présent comme le règne du bien sur terre. Car cette religion des droits de l’homme prête à la conquête généralement feutrée, mais bien réelle, de notre pays par la civilisation arabo-musulmane."

"Le concept de guerre de civilisations, que l’on s’est empressé de rejeter au prétexte qu’il s’agirait d’une bêtise du néo-conservatisme bushiste, est une réalité, certes désagréable, mais malheureusement évidente. Ayant généralement pour enjeu principal le contrôle d’un sol, les conflits entre Etats ou groupes appartenant à des civilisations différentes sont susceptibles de déboucher sur des guerres civilisationnelles, les quelles peuvent éclater dans des Etats, mais aussi au sein d’un même Etat. Il est par ailleurs avéré que les musulmans sont beaucoup plus impliqués que les membres des autres civilisations dans les violences des guerres de civilisations.

L’islam impose aux Européens un conflit de civilisations en s’invitant et en s’incrustant avec aplomb sur leur sol tout en refusant de se fondre dans la société sécularisée produite par près de 2 millénaires de chrétienté occidentale, et dont les membres, quand bien même ils ne seraient plus religieusement des chrétiens, ne portent pas moins profondément l’empreinte du christianisme, ce qui fait des modernes que nous sommes – athées et anticléricaux compris -, qu’on le veuille ou non, des chrétiens.

Dans sa guerre ouverte contre l’Occident, l’islamisme entend s’appuyer sur les masses musulmanes installées sur le sol européen et qui affluent chaque jour plus nombreuses. L’islam submerge des territoires entiers et y installe sa civilisation, ses minarets, ses modes de vie, ses prescriptions et interdits alimentaires, ses comportements vestimentaires, avec pour conséquences de déposséder les habitants légitimes et de les expulser vers d’autre zones."

Les droits de l'homme contre le peuple de JL Harouel

    Je savais que j’allais m’énerver en lisant ce livre, comme je m’énerve déjà devant les idiots généreux qui s’expriment dans la presse. Les entendre vanter les bienfaits de l’immigration (qui nous pose problème depuis plus de 30 ans soit dit en passant), les entendre prêcher le suicide de l’Europe pour sauver l’Afrique et le Moyen-Orient (depuis quand doit-on se suicider pour sauver les autres ?), les entendre victimiser et infantiliser l’Afrique et Le Moyen-Orient, les entendre taper sur l’Union-Européenne qui ne ferait pas assez selon ces juges de la bien-pensance alors qu’on en fait déjà beaucoup trop, forcément ça énerve. Oui, ça énerve, car ces aveugles qui n’ont pas un minimum de réflexion ne voient pas les méfaits de leur pensée et de leur action, les conséquences graves qu’elles font peser sur l’Europe et son avenir, vu qu’ils sont – parfois sans s’en rendre compte – dans une logique de capital, de mondialisation, de concurrence, de pauvreté, d’apartheid, de mise à mort des nations, des identités et des frontières qui pourtant assurent la paix civile.
Bref ! Quand on voit tout ce que l’immigration cache, qu’elle soit légale ou pas, forcément entendre ou lire ces idiots utiles ce n’est pas possible de le faire sans s’énerver. Et il y a tellement à dire dans ce livre, que je ne sais pas par où commencer.

     En fait si, je pourrai déjà dénoncer l’idéologie de l’auteur qui pense que l’on fait de la politique avec des bons sentiments, et cela est particulièrement visible page 129 quand il regrette que l’on n’ait pas favorisé l’accueil et l’hébergement des hors-la-loi suite à la noyade du gamin. Comme si on faisait de la politique avec des bons sentiments et que les bons sentiments devaient être la règle du jeu. La politique demande un peu plus de bon sens quand même !

     Outre cette idéologie dégoulinante de bon sentiment, je pourrais parler aussi du fait que ce livre fait une grande part au pathos et au déni. Je sais ces tares-là sont typiques du sectarisme gauchiste, mais à chaque fois ça fait un choque faut bien le dire. Comment ne pas être choqué quand vous voyez que ce mec, met l’incendie du camp de Grande-Synthe sur le dos des autres afin de dédouaner les migrants ? Comment ne pas être choqué quand il pense que les migrants ne sont pas responsables en partie des agressions de Cologne ?! Car il pense qu’ils ne peuvent pas être méchants parce que ce sont des grands malheureux, qui dans la tête de l’auteur ne viennent, ni avec leurs mœurs, leurs problèmes, leur volonté de reproduire ici leur société d’origine. Dire que tous cherchent la paix, laissez-moi rire. (Et d’ailleurs je me demande, étant donné que le livre date de 2017, comment il a réagi en entendant parler d’autres faits eux-mêmes indiscutables sur le comportement des migrants qui a eu lieu depuis. Ce mec veut tellement croire aux victimes qu’il en oublie tout sens rationnel. C’est son déni et son pathos avant tout. C’est grave quand même, mais dieu merci il n’est pas aux commandes du pays, hélas son idéologie oui...)

     Cela étant, ce qui m’a énervé ce n’est pas tant ces tares, c’est choquant, très choquant, mais ce n’est pas ce qui m’a énervé le plus. Non, ce qui m’a horripilé particulièrement dans ce livre, c’est les arguments non dénués de relativisme, de pathos, de bêtise, d'aveuglement, que l’auteur avance.
Car outre le fait que je suis persuadée que la France est pleine comme un œuf pour ses capacités actuelles et futures, on ne peut décemment pas être d’accord avec Xavier Emmanuelli quand il ose affirmer que l’immigration musulmane ne serait pas plus problématique que celle, antérieure, découlant des pays chrétiens : Italie, Pologne, Portugal, etc. Comment peut-on dire ça, quand depuis les années 80 (au moins), l’immigration issue de l’islam et génralement de l'Afrique, pose des emmerdes à tout bout de champ ? Et pas qu’en France et ni qu’en Europe, et ce depuis plusieurs générations de présence par ailleurs. Je précise ce dernier point car il est persuadé que la deuxième génération sera parfaite et bien française !!! Exemple à l’appui, dont la fameuse pro-intégriste Belkacem. (Il ne faut pas habiter dans un pays occidental pour dire une énormité pareille, on est d’accord. Ou alors il faut être volontairement aveugle à l’intégrisme islamiste - qui touche même ceux qu’on dit modérés - qui donne sans arrêt des coups de butoir contre les républiques et les démocraties occidentales, et que les collaborateurs de gauche et pas mal de droite, osent soutenir quand bien même ça nous promet une belle guerre civile qui va se transformer en mondiale.)

Ce point-là m’a donc agacée car il ose faire le comparatif entre les divers courants migratoires du passé, en comparant les courants chrétiens antérieurs et les musulmans qui pratiquent une religion, inégalitaire, violente et arrogante (c’est dans le Coran et dans son histoire, par exemple en Espagne et aussi dans l’actualité).
Toutefois, cette comparaison honteuse entre deux courants qui n'ont rien à voir va plus loin dans la bêtise, vu qu'
il a utilisé l’englobement et la généralisation au mépris de la subtilité. Pourtant il aurait été judicieux de sa part de voir que les migrants polonais et italiens qu’ils aiment bien citer, n’ont pas fondé l’identité française, ils se sont fondus en elle (j’en suis un exemple), ce qu’une grosse partie des musulmans depuis plusieurs dizaines d’années ne cherchent pas à faire, étant donné qu’ils tentent de la modifier voire à l’éradiquer. Deux choses complètement différentes !
Cependant, chose importante à souligner, cette démarche historique prouve encore une fois, que faire appel à l’histoire est rarement une bonne solution. Si les choses se répètent, les époques sont différentes, les gens sont différents, donc confronter des courants migratoires qui n’ont rien à voir entre eux c’est parfaitement stupide. Par ailleurs quand on aborde les courants migratoires passés, il serait judicieux de penser que le chemin dans l’autre sens n’est pas une réalité incontestable non plus, comme l’auteur le croit en partie.
Alors, je ne vais pas mettre tous les musulmans dans le même lot, j’en ai connu qui mangeaient du porc, qui eux-mêmes n’aiment pas les musulmans d’aujourd’hui et sont bien différents, mais hélas on ne peut que regretter que ça ne soit qu’une minorité qui cherche à s’intégrer et non la majorité. Le pire c'est qu'on ose mettre ce refus d'intégration sur le dos de la France !
Bref ! La preuve que ça ne peut pas fonctionner et c’est dommage que l’auteur ne percute pas ça.

    Forcément, après l’histoire utilisée de manière douteuse, avec ses petites sources incomplètes l’auteur va en arriver aux arguments économiques et tout ce qui s’y rattachent. Là aussi, on voit tout de suite qu’il ne dit pas tout et ne pense pas à tout, par exemple quand il aborde les soi-disant cerveaux diplômés vus comme une chance économique.
Sur ce point, c’est bien il dénonce que c’est une perte pour le pays d’origine. Il a conscience que les diplômes ne valent pas la même chose ici. Mais pour lui ça reste des diplômés, et dans le même temps il tente donc d’en faire un rouage économique du pays, en oubliant juste que nos cerveaux se barrent à l’étranger par manque de moyen alors qu’ils ont souvent coûté cher à la communauté nationale, et que par conséquent ça serait bien et mieux qu’on s’occupe d’eux avant les cerveaux des hors-la-loi. Non ?
Idem, il ne pense pas qu’il serait bien d’éviter de tabler sur leurs enfants qui coûteront une blinde à l’Etat pour peut-être que dalle, étant donné qu’ils pourront repartir à tout moment dans le pays d’origine. (Et pardon l’image de la France à l’étranger on s’en fout un peu.)
Enfin, que faire de ce surcroît d’étudiant supposé si on accueillait les migrants et leur progéniture ? Ça serait une catastrophe pour la distribution des places à l’université mais aussi pour accéder au logement, et ça l’auteur n’y a pas pensé dans sa générosité vu qu’il pense que la France et l’Europe sont vides. Pourtant, combien de potentiel étudiant français ne font pas d’étude supérieure car financièrement et structurellement ça ne suit pas ?
Assurément, on peut dire qu’il faut mettre plus de moyen dedans, mais on ne peut pas accueillir les autres et s’occuper de nous dans le même temps. Ce n’est pas possible, on en n’a pas les moyens. On n’habille pas Pierre et Paul ensemble. Le traitement de l’un demande le sacrifice de l’autre obligatoirement. Et pardon, je pars du principe qu’il vaut mieux sacrifier l’autre, il en va de notre avenir. On ne se suicide pas pour aider l’autre, je le redis.   
Pour finir sur l’éducation et montrer la connerie de l’auteur (et de la gauche), notons que l’immigration est nocive pour l’instruction et donc à terme mauvaise pour le pays. En effet, l’auteur a oublié que pour les nouveaux arrivants ça fait des années qu’on baisse le niveau scolaire français afin qu’ils aient plus de facilité à suivre. Ceci a donc une regrettable conséquence sur le niveau d’éducation, nos diplômes et notre place dans le monde. Alors, je pose la question, où l’immigration est donc superbe pour notre pays d’un point de vue éducatif ? Et économique ? Enfin, est-ce que le peu de diplômés doivent justifier une politique migratoire libérale ?

Après c’est vrai qu’il existe la question des enfants. Mais là je pense que si ici il faut commencer l’éducation le temps que le dossier soit traité (à part des français pour ne pas les pénaliser), il ne faudrait pas non plus que ça soit une cause de refus d’expulsion. Après tout il y a des écoles en Afrique, souvenez-vous les diplômés. Et surtout on ne peut pas encore se permettre de baisser le niveau français.

    Ce sujet économique-éducatif, n’est pas le seul où l’auteur déraille à plein pot. En effet, comme beaucoup il est persuadé que les migrants relanceront le pays malgré les fortunes qu’ils coûtent en structures, aides sociales et délinquance. (La délinquance n’est probablement pas comptée dans les statistiques qu’Emmanuelli nous sort, par ailleurs il est à parier qu’il en existe probablement d’autres moins officielles qui dressent un portrait peu flatteur de l’immigration. Les politiques ne disent pas tout, dommage car s'ils disaient la vérité on éviterait d'enfoncer le pays un peu plus dans la mouise et la dictature du politiquement correct.)
Dans les arguments réellement économiques, l’auteur aborde donc les zones rurales désertées, où ce monsieur table là aussi sur l’immigration pour les rebooster. Là-dessus j’ai pas mal d’arguments qui montrent que là aussi il y a une grosse utopie de la part de l’auteur. En effet, les zones rurales ne repartiront pas avec des migrants, les magasins qu’il imagine ouvert ne tiendront pas, car ils sont plus chers et qu’il existe les grandes surfaces et internet. Et je ne parle de ceux qui ne vendront pas de charcuterie ou d’alcool parce que ce n’est pas leur religion.
En outre, la délinquance (première, deuxième, troisième génération) très importante dans certains courants migratoires pose aussi un problème de sécurité, et à long terme sur la vie d’une ville ou d’un village. A cause de ceci, il y a plusieurs lieux en France qui voient les commerces fermer, qui voient les médecins partir, les fêtes s’arrêter, les gens déménager, pour devenir finalement des villes mortes et/ou communautaristes car c’est impossible de vivre à côté. Alors je pose la question, où ça booste une économie rurale à chaque fois ?
Devant les faits que je viens d'exposer, cet argument est donc caduc, s’il faut vraiment un exemple on peut citer Marseille pour le prouver. Je pense notamment aux commerces proches de la Porte d’Aix, où l’argent qui circule n’est probablement pas déclaré à l’Etat. Mettez-y les pieds vous aller comprendre de quoi je parle, quand on n’accepte pas les chèques et les CB, c’est ça et pas autre chose. Donc l’immigration qui rebooste l’économie par la consommation ce n’est pas vrai, moi je n’y crois pas, et dans son idée ce que je viens de dire n’a pas été pensé. Et je ne parle du PIB qui se casse dans le pays d’origine par les petits transferts d’argent pour ne plus revenir, on pourrait pourtant.
Bref, tout ça plus le fait qu’ils coûtent des milliards par an aux Etats, fait que je ne crois pas au bien fait de l’immigration sur l’économie, et on aura beau me sortir des rapports officiels et bien corrects, il y aura toujours des manques et des arrangements avec les mots et les chiffres dedans qui fait que ça ne sera jamais vrai. (Et pardon, mais l’économie florissante pour risquer une guerre à l’arrivée, c’est foireux comme plan.)
En outre, j’admets que je pars du principe que l’argent dépensé pour eux serait plus utile pour nous (armée, éducation, santé, culture, infrastructure, retraite…) ou pour renflouer la dette qui assure à la France un avenir ruiné.
     Et vu que je viens de mettre le mot retraite, voilà l’occasion d’aborder une autre légende tenace que l’auteur avance : le paiement des retraites par l’immigration. Là j’avoue que je suis dans l’incompréhension totale ! Depuis Mitterrand (et même avant) la France est submergée par l’immigration - surtout celle venue d'Afrique et du Maghreb et ils ne viennent pas pour travailler -, et pourtant plus de 30 ans après on ne paye pas plus les retraites ! Alors faudrait m'expliquer où ça paye les retraites l’immigration ?! C’est une légende urbaine ce machin. L’immigration ne paye pas les retraites, c'est faux, et pour les travailleurs ou les chômeurs elle est même source de misère et de fin de droit. L’immigré ou le migrant qui demandera moins, baisse ou gèle forcément les salaires et de fait réduit le droit du travail, c’est pour ça que les patrons en veulent des migrants. Ca les arrange pour tout saper à la base, ce n’est pas de la charité. Donc comment on peut soutenir que c’est cool pour l’économie ou les retraites ? Surtout qu’il y a eu des rapports là-dessus, lisez Malika Sorel et vous verrez.
Bon d’accord parfois, l’auteur montre que ce n’est pas toujours une bonne chose, mais c’est tellement honteusement minimiser qu’il aurait mieux dû s’abstenir d’aborder le sujet.

    Rien de très étonnant à tout ça cependant, puisque outre les arguments qui ne tiennent pas la route, l’auteur s’exprime avec force de pathos. Et quand une personne met en avant le pathos bien avant la raison, vous pouvez être sûr que ses écrits, sa pensée, c’est que du n’importe quoi. Puisque le pathos reflète un manque d’argument ou des arguments bancals qu'on aimerait bien faire oublier par les larmes. Mais comme je l'ai déjà dit, on ne fait pas de politique avec des bons sentiments. La réalité demande plus de bon sens, et le bon sens et le pathos ne font pas ménage ensemble.

    Bien sûr au milieu de son pathos, il a parfois des moments de lucidité sur les situations, mais je ne le suis pas dans sa conclusion.
    Oui, il a raison, les Etats européens gèrent mal la crise, se maquer avec l'intégriste Erdogan c'est débile. Il a raison, les lois sur l’immigration, le droit d’asile, le droit du sol (ça c’est moi qui rajoute) ne sont pas adaptées à la situation présente et future, c'est un fait, surtout qu’on aura nous-mêmes en Europe nos propres déplacés climatiques - sans oublier le manque d'eau -, donc il faut clairement que tout ça soit revu au niveau des états. Traité toutefois de manière différente selon l’origine. Mais moi, à la différence de l’auteur je ne suis pas pour qu’on assouplisse tout ça parce que c’est la France ! Au contraire, il faut durcir ce système, car cela ne peut pas durer ainsi. Nous sommes envahis et pas que par l'immigration illégale hélas.
Certes, l'auteur parle de tri, c’est bien il a conscience qu’on ne peut pas accueillir tout le monde - encore que je ne suis pas arrivée à fixer sa limite qui a l’air d’être très lointaine -, mais vu qu’à côté de ça il raconte qu’il faut donner des aides, qu’il faut les soigner (gratuitement forcément), qu'il faut les protéger, qu’il faut les accueillir car c’est ça la France, on se doute bien finalement qu’il a mis ça juste pour faire croire qu’il avait réfléchi correctement à la situation. Ce qui quand on continue la lecture montre que ce n’est pas le cas...

Par ailleurs, outre le fait qu’on n’a déjà bien assez de misère en France - et par son passé la France n’a jamais hésité à renvoyer dans le pays d’origine s’il le fallait (cf : Pour en finir avec la repentance coloniale) -, j’ai envie de lui faire remarquer que sa manie d’infantiliser l’Afrique est abject. L’Afrique est constamment vue comme une victime et ça, ça commence à bien faire. Il serait temps de les mettre devant leurs responsabilités, d’arrêter de les infantiliser et de les tenir dans un sentiment d'infériorité ! Alors je sais que l’Aide Internationale est un commerce juteux et qu’en plus ça donne une bonne image à l’égo, mais force est de constater que depuis qu’on leur donne du fric et qu’on les aide, ça ne les aide pas des masses. De fait, il faudrait peut-être songer à arrêter ce qui ne marche pas, afin d’inverser la tendance pour favoriser un sursaut de survie de leur côté.
De surcroît, agir ainsi s’est encourager les départs et tout ce qui a de nocif avec : les morts, le commerce d’esclave, le commerce sexuel, etc… c’est aussi faire le jeu des passeurs. Ne serait-il donc pas temps d’arrêter de jouer la charité (des prédateurs ?), afin d’arrêter les crimes qui se cachent derrière ? Tout ça pour le bien de tous. Sincèrement, je pense qu’il est temps d’arrêter l’infantilisation et de croire que nous pouvons faire face à toute cette demande dévoreuse d’argent, de temps et de personne. La France n’a pas un porte-monnaie sans fin. L’Europe non plus. Et ces deux entités en donnent déjà beaucoup pour l’Afrique, et je ne parle pas des ONG et des particuliers.

     J’entends de là dire que l’Occident est responsable de ce qui se passe, et que je devrais avoir un peu honte de parler de crime quand je parle de charité. L’auteur a tenu à peu près ce discours. Sauf que non, je n’ai pas honte, car l’Occident n’est pas seul responsable de ce qui se passe. En effet, l’Orient a sa part de responsabilité mais aussi l’Afrique. L’islam est un problème et a toujours été un problème cette religion a toujours été violente et discriminatoire, mais la corruption, les guerres de clans, la hiérarchie des sociétés, la démographie galopante, les mœurs, sont des gros problèmes aussi et un frein au développement. Donc taper sur l’Occident pour qu’elle arrange tout ça et arranger tout le monde, faut arrêter aussi, ça n’a pas de sens. Tout comme il faut arrêter en Occident la flagellation et ce côté christique qui fait qu’on veut prendre toutes les fautes des autres sur soi. L’Afrique, le Maghreb, le Moyen-Orient sont responsables de ce qui se passe aussi, mettons les devant leurs erreurs. Pourquoi il n'y a que l'Occident qui devrait payer ?!

    En conclusion, ce livre fait surtout jouer les violons histoire de faire plonger la balance migratoire dans l’idiotie généreuse. L’auteur va tout faire pour vous tirer la larmichette à l’œil, vous parler de la misère, des morts, des malades, des hors-la-loi qui brûlent leur doigts afin de ne pas respecter encore une fois les lois que les Etats instaurent, des commerces parallèles, etc., etc. A côté, et pour ne paraître pas trop idiot, trop complaisant, il va vous dire qu’on ne peut pas accueillir toute la terre entière, il va tenter de minimiser son discours en mettant dedans une fois ou deux les méfaits de cette vague migratoire, mais allez savoir pourquoi, on n’y croit pas une seule seconde. En effet, son objectif est clair, c’est d’accueillir, d’accueillir, d'accueillir parce que c’est sa France idéale. (Et paradoxe, pendant qu’il tape sur ceux qui rêvent d’une France désuète et brillante à l’opposé de la sienne, il ne voit pas qu’il a le même comportement que ceux-là...)
Certes, il a raison quand il dit que la fin d’un monde, ce n’est pas la fin du monde, mais je trouve sa résilience dangereuse quand même. Car ça cache mal son côté défaitiste, et son côté « de toute manière on ne peut rien y faire » un peu fataliste. Alors que non, on peut refuser un monde, et il est même conseillé de le refuser si celui qui se prépare est gage de guerre. L’Europe commence plus ou moins à le comprendre. A vous monsieur de le faire maintenant. Car ce n’est pas en jouant sur les racines chrétiennes de l’Europe et la laïcité (qui n’a jamais été pensée pour l’islam et sa violence) que l’on va maintenir l’identité européenne et la paix ici. Surtout pas dans cette époque individualiste qui se croit tout permis sur l'intérêt commun.

     Pour finir, j’ai conscience que ce que je dis peut paraître odieux, on parle de souffrance humaine, mais la charité ne peut être éternelle et n’est pas bonne conseillère dans ce monde. Je sais aussi que ce que j’ai écrit peut en choquer beaucoup à gauche et même à droite, pourtant ce que j’ai mis dans cet avis - et on pourrait en rajouter - ce sont des réalités vraies, et il faut les prendre en compte dans cette question migratoire, ce que des tas de crétin ne font pas parce que ça ne les arrange pas. Ils ne regardent qu’une partie et pas le reste...
    En attendant espérons que les bateaux coulent ou se choppent Ebola. Ca stopera toujours l'invasion migratoire.

Posté par Florell à 21:13 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

Commentaires

Poster un commentaire