Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

04 septembre 2019

"Le guérisseur des Lumières" de Frédéric Gros

Le guérisseur des Lumières de Frédéric Gros

Source: Externe

Résumé :

Franz-Anton Mesmer publie son Mémoire sur la découverte du magnétisme animal en 1779. Il y révèle l’existence d’un fluide universel aux pouvoirs thérapeutiques. Par simples effleurements de la main, ce fluide pourrait guérir et rétablir l’harmonie du corps et de la nature. Rejetée par la médecine officielle, portée par quelques guérisons « spectaculaires », cette théorie vaut à Mesmer une foudroyante popularité. La fièvre mesmérienne enflamme les imaginations, dans la France prérévolutionnaire des Lumières où son harmonie universelle fait écho aux aspirations à l’égalité et à la fraternité.

C’est au cœur de cette histoire fascinante, celle d’un homme en qui s’incarne toute l’effervescence d’une époque, que Frédéric Gros, puisant sa matière romanesque au cœur de l’événement historique, nous entraîne.

Mon avis :

A travers ce livre Frédéric Gros, nous propose de découvrir la vie de Franz-Anton Mesmer, magnétiseur du 18ème siècle qui défendit toute sa vie les fluides émis par les hommes, la nature, l’univers et qui peuvent guérir les êtres de leur mal si on sait bien les utiliser. Magnétiseur qui aurait quelques guérisons à son actif, Franz-Anton Mesmer peut apparaître pour notre époque comme un homme farfelu, ce qui était déjà le cas à son époque quand Lavoisier ou Franklin le descendaient en flèche, pour autant le personnage mérite qu’on s’y attarde car il est un homme de l’Europe aux prises avec la Révolution mais aussi un homme de son époque où l’esprit se libère.

C’est donc à travers quelques lettres destinées à un ami, Monsieur Wolfart, que nous allons découvrir Mesmer. Ces lettres qui sont écrites à la fin de sa vie sont une manière pour l’auteur de faire une rétrospective sur l’existence de Mesmer depuis le commencement et de nous faire ainsi partager la découverte de son don, sa manière de travailler, ses réflexions et découvrir les liens qu’il a pu créer avec des personnages plus ou moins célèbres comme Mozart, Theresia Von Paradis, etc.
Au-delà de son carnet d’adresse (impressionnant quand même) et d’une biographie, on va aussi aborder la manière dont il a été accueilli par les hommes de son temps, et découvrir que si une partie de la population l’acceptait, une autre partie refusait d’admettre son don. Si l’époque se prêtait effectivement à toutes les découvertes pour améliorer le futur de l’homme, toutes n’étaient pas admises pour autant. En effet, la religion ayant trop abusé de son pouvoir mystérieux, le 18ème siècle arrivant ne veut plus de mystère impalpable et ceci malgré le don certain de ce personnage qu’est Mesmer.

En lisant ce livre, qui reste un roman pour rappel, on va aussi découvrir la personnalité d’un homme proche de la nature, voulant aider son prochain, mais aussi un homme sensible avec ses secrets et ses peurs, qui s’est vite fait dépasser par son rêve de renommée. Renommée que ses disciples ont aussi pas mal saccagés. Toutefois, si les disciples ont dévoyé les fluides, son idée d’ouvrir une école était tout aussi pourrie faut bien le dire, un don ne s’apprenant définitivement pas.

Comme je le disais Mesmer est de l’époque révolutionnaire, il goutera quelques mésaventures d’ailleurs, toutefois bien plus que nous décrire les déboires de Mesmer l’auteur va nous décrire par son personnage Paris et sa terreur, Paris et sa mémoire courte. Il va en outre, nous faire aborder ce Paris sensible que Mesmer dans le livre dit avoir ressenti via des énergies, lourdes, sombres. Je ne sais bien sûr pas si cela est vrai, mais pourquoi pas, l’idée de la Révolution sur un plan plus sensible est plaisante. Surtout que ce côté rattrape le côté froid de l’écriture de Frédéric Gros. On ne lit en effet pas ce livre pour l’écriture mais plus pour l’histoire.

En résumé, à travers ce roman on va découvrir la vie d’un homme, son don, son rêve de gloire, mais aussi sa chute. Petit bémol, ce n’était pas forcément une lecture très agréable sur le plan de l’écriture, mais pour l'histoire réelle en partie, c’est à tenter.

 

Editions Albin Michel.

Posté par Florell à 12:06 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire