Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

19 septembre 2021

"La reine des sables : l'extraordinaire épopée de la Kahéna" de Didier NEBOT

La reine des sables: l'extraordinaire épopée de la Kahéna de Didier NEBOT

la reine des sables kahéna

Résumé :

C'est au coeur du massif des Aurès, dans le sud de l'Algérie, qu'au VIIe siècle vivait la puissante tribu berbère des Djéraoua, d'origine juive, dont la Kahéna était la reine. Cette femme, d'une beauté remarquable et dotée de pouvoirs étranges, prédisait l'avenir et guérissait les malades, jouissant parmi les siens d'une autorité indiscutée car elle rendait la justice avec équité mais savait aussi se montrer impitoyable. Lorsque les Arabes décidèrent de porter la parole du Prophète de par le monde, ils envahirent l'Afrique du Nord, détruisirent Carthage et chassèrent les Byzantins installés dans les colonies côtières. Refusant d'abjurer sa foi, la Kahéna rassembla les peuplades de l'Ifrikiya, de la Numidie à la Mauritanie et, à la tête d'une armée innombrable, parvint à infliger aux Arabes une terrible défaite. Ce fut le dernier acte de résistance contre l'Islam de cet étonnant peuple berbère, souvent méconnu, mélange d'anciens Libyens, Phéniciens et Juifsâ.

Mon avis:

Ce livre qui nous plonge dans l’histoire assez méconnue des croisades musulmanes dans le Maghreb actuel, est l’occasion de nous faire (re) découvrir l’histoire d’une femme que l’Histoire a retenu sous le nom de la Kahéna, mais dont le véritable prénom fut Dihya. Appelée également la Jeanne d’Arc des Aurès - ce qui vous laisse le loisir deviner le genre de femme qu’elle était : guerrière,  sorcière, communiquant avec Dieu, divine -, la Kahéna fut à la fois une femme magnifique, pleine de courage et terrible.

Devenue Reine  des Djéraoua, elle a su réunir suite à la mort de Koceïlia toutes les tribus berbères pour lutter contre l’invasion islamique qui se fera en plusieurs vagues. Morte au combat, car elle s’est aliénée par la suite beaucoup de tribus berbères ce qui réduisit sa capacité de résistance, la Kahéna est malgré tout rentrée dans l’histoire par sa force, son courage et son sens politique.

Femme courage et de poigne, le nom de la Kahéna sonne aujourd’hui encore comme une légende, pourtant ici la légende et l’histoire s’entremêlent pour donner au lecteur un portrait à la hauteur de ce personnage historique. L’auteur a en effet fait ressortir tout le contexte politique de l’époque afin de mieux encrer le portrait et les actions de Dihya. Ajoutant à cela une dose grandement imaginaire d’intimité pour donner à notre personnage toute la profondeur qu’elle mérite.

Cela étant, si j’ai apprécié ce contexte politico-historique, - sans doute discutable car à part les crimes perpétrés par les musulmans lors de leurs croisades et un peu l’Empire Byzantin, je ne connais pas spécialement grand-chose sur cette partie du monde -, il faut dire néanmoins que cela était amené de manière parfois un peu lourde, et surtout lors des deux premiers chapitres. On sent en effet que l’auteur voulait aussi beaucoup écrire sur l’histoire, en atteste son annexe d’ailleurs, et que ces pages en étaient l’occasion, par conséquent il a eu tendance à alourdir son récit avec des gros détails historiques. Certes important pour mieux comprendre l’histoire, mais ça cassé le rythme.

Quoi qu’il en soit, malgré les quelques défauts, lourdeurs dans le récit, et même si historiquement il y a sans doute des choses à relever, c’est un livre que je conseille de lire pour le personnage héroïque de la Kahéna et de la région.

 

Extrait :

"- Tous les clans lui obéissent. Son bastion, c’est la montagne. Son aura est immense, elle connaît l'avenir et lit dans les cœurs.

Un bras droit d'Hassan voulut conclure :

- Illustre Hassan. Ta victoire est désormais assurée. La Kahéna n'est qu'une ensorceleuse. Elle est comme ses frères Kahinan d'Arabie, uniquement capable d'invoquer les esprits et de se soumettre à la loi de leur Tout-Puissant comme ils disent. Nous les avons battus en Arabie, nous les battrons ici, car ils ne connaissent que les armes des livres et pas celles qui amènent les victoires. Depuis que leurs deux temples, celui de Judée et celui d’Égypte, ont été détruits par les Romains et ils ne sont plus et ils attendent, en psalmodiant ridiculement, leur messie.

-C'est parfait, nous n'avons rien rien à craindre. Nous attendrons que la saison froide s'achève, et ensuite nous attaquerons cette Kahéna. Elle ne pourra rien faire contres les disciples du Prophète." p. 229

 

Page Facebook des blogs ici.

Posté par Florell à 11:02 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

Commentaires

Poster un commentaire