Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

24 décembre 2020

"Revue Dada n°249 : Soutine"

Revue Dada n°249 : Soutine

https://images2.medimops.eu/product/4fbb39/M02358801410-source.jpg

Résumé :

Paysages ou personnages qui se contorsionnent, déformés par la vie comme lui… Chaïm Soutine (1893-1943) est un de ces peintres dont on identifie instantanément le travail ! Pauvreté, maladie, exil : Soutine a tout du peintre maudit. Qui est vraiment cet artiste qui ne peint que des sujets classiques, mais dans un style tourbillonnant, aux couleurs incandescentes ? Avec lui, on plongera aussi dans une époque, le Montparnasse des années 1920-1930. Suivons son histoire mystérieuse, pour revivre ce bouillonnement artistique sans précédent qui a fait basculer l’art dans la modernité.

Mon avis :

Chaïm Soutine fut un peintre du XXe siècle. Il suit de près et fait parti de ces mouvements qui cherchent à libérer la peinture de son académisme en donnant une autre vision de la réalité.
Point ou peu de repère bien établit, avec Soutine tout est souvent tourmenté et décrit son désespoir le plus profond ou l’époque la plus tourmentée. On le rapproche souvent de l’expressionnisme allemand avec sa gravité dans les paysages et les portraits que sont par exemple Grotesque (autoportrait) ainsi que Le village.

Grotesque | Paris Musées
Grotesque

Le Village | Musée de l'Orangerie
Le village


Cependant il ne faudrait pas voir en lui un artiste maudit, un Lautréamont de la peinture qui se lamente sur son sort quand bien même il peut détruire ses œuvres. Car c’est en effet aussi un peintre qui sait peindre normalement si je puis dire. Effectivement quand il peint des harengs (souvenir de l’époque où il n’avait pas un sous) ils sont très reconnaissables. La nourriture est d’ailleurs un sujet récurrent avec ce peintre qui a manqué une bonne partie de sa vie.
Comme nous le voyons, Soutine n’appartient pas vraiment à un courant particulier, il a comme d’autres peintres, peint de différente manière. Il a suivi ses idées et ses humeurs. Cela étant, il avait quelques traits de caractères bien typiques, comme la réutilisation des toiles du 18e siècle qu’il réutilisait après avoir gratté ou encore l’utilisation abusive du rouge vermillon.

Je vous parle de Soutine, mais quid de la forme du magazine ? Je vous l’avoue, je découvre Dada et alors que je pensais que c’était un magazine pour enfant, je découvre en fait que ce n’est absolument pas du tout le cas. Effectivement, un adulte comme un enfant y trouve son compte, et sa présentation par thème d’idée en fait un magazine facile à lire tout en aidant plus facilement à la mémorisation. S’ajoute à cela d'autres catégories et notamment un espace sympathique qui se nomme « dans le tourbillon de l’atelier », qui offre un peu d’activité pour tenter de reproduire l’artiste mis en honneur. Le côté actualité est quant à lui intéressant mais le côté exposition n’intéressera vraiment que les gens de la ville, les expositions étant hélas que là-bas.

Résumons, un magazine sur l’art qui s’adresse aux enfants comme aux adultes, moi je dis OK pour la série !

Merci à Babelio et Dada.

Posté par Florell à 11:36 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

03 septembre 2020

"Star-Up Mania" de Michel Turin

Source: Externe

Résumé :

En France, les start-up sont devenues l’objet d’un véritable culte. Elles font rêver les jeunes diplômés comme les investisseurs en tous genres… et les hommes politiques. On s’extasie à juste titre sur les « licornes » françaises : Doctolib, BlaBlaCar, Criteo… Mais ces réussites incontestables sont l’arbre qui cache la forêt des start-up (il y en aurait plus de 10 000 !) – celles pliées aussi vite qu’elles ont été créées, celles qui végètent, puis s’étiolent après un départ fulgurant. Pourtant, ce n’est pas faute de financements : par l’entremise des business angels et des venture capitalists, l’argent coule à flots dès qu’est prononcé le mot magique de « start-up ». Et l’État n’est pas en reste. Pour que la France accède au statut de « start-up nation » que le président appelle de ses vœux, il arrose l’écosystème de la French Tech d’aides en tous genres. Pourtant, tout devrait éveiller la méfiance des investisseurs : les start-up sont évaluées non pas en fonction de leurs profits – inexistants – mais de nouveaux critères non orthodoxes inventés pour les besoins de la cause. Certes, dira-t-on, mais n’est-ce pas la seule façon de voir émerger des Amazon, des Google ou des Uber européens ? Hélas, plusieurs experts nous expliquent pourquoi l’écosystème français est structurellement incapable de donner naissance à de tels géants. Les start-up sont-elles au moins utiles à l’économie du pays ? Pas davantage. Petits employeurs, gros consommateurs de subventions, championnes de la précarité, elles font (dans le meilleur des cas) la fortune de leurs seuls fondateurs, qui cherchent à vendre leurs parts le plus vite possible, souvent aux grosses sociétés dont elles « challengent » le business model…
Le crash est imminent, nous avertit Michel Turin. Vous avez aimé l’éclatement de la bulle de l’internet en 2000 ? écrit-il. Vous allez adorer celle des start-ups !

Mon avis :

J’ai beau être une milléniale je ne connais rien au Star Up, ce n’est pas mon rêve et je ne connais pas une personne qui ait ce rêve. Alors autant dire que j’ai lu ce livre sans grande connaissance. Malgré cela je n’ai eu aucune difficulté à lire et comprendre ce bouquin.

J’ai appris beaucoup et j’ai découvert un monde incroyable. Un monde avec son vocabulaire, son design, son esprit, son machisme, son fric, ses visions, ses défauts, et ses quelques réussites comme les licornes (la star des Star Up) mais difficile à décrocher. Surtout pour la France. Car comme va nous l’indiquer le livre : le marché, les lois, le système d’une manière générale n’aident que difficilement à atteindre le graal du graal : la licorne.
Cela étant, ce qui ressort de cette étude nous indique que pour la France la « Star Up nation » dont rêvé Macron pour son économie et sa place dans le monde, n’est qu’une utopie. En lisant l’auteur nous découvrons en effet que ces dernières ne réussissent que rarement, n’embauchent quasiment pas, ne se dirigent pas dans les bons domaines et ne vivent pas assez longtemps pour être réellement avantageuses. La concurrence les rachète régulièrement pour éviter toute opposition sur le marché, de fait elles ne grandissent pas très longtemps…  Bon elles ne sont pas non plus inutiles, mais pour sortir un pays de la crise vaut mieux compter sur autre chose qu’une simple entreprise. Car oui, la Star Up n’est qu’une simple entreprise.

Autre chose intéressant dans ce livre, c’est le regard de l’auteur sur l’étranger. Via ce dernier nous allons découvrir pourquoi certains pays comme les Etats-Unis réussissent mieux que d’autre. Plus étonnant en ce qui me concerne, la réussite d’Israël sur ce point. Elle égale les EU, et sa réussite est due (surtout) à sa situation politique. Chose que je n’imaginais pas.

Parmi les autres points développés, et pour finir, notons que la Star Up confirme le fait que les métiers du futur n’existent pas et qu'ils s'en inventent des nouveaux chaque jour. « Star-uper » n’existait pas il y a 20 ans, pas plus que « Youtuber » au demeurant, maintenant pourtant ce concept a donné naissance à des idées mais aussi à des métiers pour lancer les Star Up. Bref. Si la Star Up est un rêve, ce rêve confirme néanmoins l’évolution du monde.

En résumé, c’était un livre facile à lire pour l’inculte que je suis sur ce sujet et pour mieux comprendre le phénomène.

Posté par Florell à 23:04 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

02 août 2019

"Notre-Dame de l'humanité" de Adrien Goetz

Sur Encre d'époque mon autre blog :

Mon avis sur le livre d'Adrien Goetz : ici.

adrien GOETZ

Résumé :

Le 15 avril 2019, sous les yeux de l’humanité tout entière, Notre-Dame brûlait. L’humanité tout entière, en effet : des Etats-Unis à la Chine, du Sénégal à la Russie, les réactions ont été immédiates dans le monde entier.
Comme le dit Adrien Goetz dans ce texte de savoir, de passion et d’alerte, on s’est rendu compte à cette dramatique occasion que Notre-Dame de Paris était bel et bien Notre-Dame-de l’humanité.
Par-delà les nations, par-delà les religions même, puisqu’aussi bien les dignitaires de tous les cultes ont fait part de leur émotion, c’est l’art qui unit les hommes. Telle est la leçon de ce stupéfiant événement. Du XIIe au XIXe siècle, les plus grands artisans, les plus grands artistes français, de l’auteur anonyme de la grande rose à Viollet-le-Duc, créateur de la flèche qui s’est effondrée sous nos yeux, c’est la question de la préservation de l’art qui se pose, de Notre-Dame, des églises, du patrimoine commun de l’humanité que sont les œuvres d’art.

Posté par Florell à 11:18 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

26 mai 2019

"Contes des sages gardiens de la mer" de P. Fischmann & A. Lazowski

Contes des sages gardiens de la mer de P. Fischmann & A. Lazowski

IMG_20190526_175825

 

Résumé :

Après le beau succès des Contes des sages gardiens de la Terre, ce nouveau volume des Gardiens de la mer constitue une sorte de manifeste poétique qui nous plonge dans l'imaginaire des sagesses populaires, de la Manche à l'Atlantique, de la Baltique à la Méditerranée, des eaux du Pacifique à la mer du Japon... Une traversée initiatique aux côtés d'animaux marins, de héros légendaires et de simples pêcheurs. On y rencontre la princesse Otohimé du Japon, le Vieux de la mer des Tartares, d'indomptables pirates, druides, bardes et autres sirènes. Au coeur de cette "galerie marine", les récits convoquent le peuple des océans, des dauphins fidèles compagnons des hommes aux baleines offrant leur rêve et leur souffle au monde.

En cette époque de "tempête écologique", les auteurs font appel à leur talent de conteurs, en écho aux traditions populaires, pour ainsi contribuer à l'éveil des consciences, et sauvegarder cette source-monde que sont les mers, mères nourricières, réjouissantes, parfois terrifiantes, riches de légendes universelles qui façonnent nos imaginaires, et dont chaque goutte irrigue notre planète bleue.

Mon avis :

 

"Corbeau fit appel à sa magie, la plus noire, la plus maligne, et se transforma en homme, petit, vilain, trapu, il raconta le torse bombé son exploit en omettant l’essentiel : sa trahison, la destruction de celle qui l’avait sauvé."
Conte inuit.

A la différence des autres livres que j’ai dans cette collection, qui sont tous délimités géographiquement ou philosophiquement (samouraïs, Bretagne, Zen, Tibet, Japon, Grèce….) ce livre m’a emmenée voyager de par le monde. D’Irlande au Japon, en passant par la France et l’Italie, j’ai fait un tour d’horizon des légendes marines et visité le vaste monde en abordant la mer, merveilleuse de créatures légendaires, d’aventure et de sagesse. Comme dans tous les contes, on aborde la charité, l’aventure, l’amour, l’origine, la patience, le temps, la croyance, je ne vais donc pas m’attarder dessus, si ce n’est que pour dire que tous les contes ne sont pas égaux et que certains ont eu ma préférence par rapport à d’autre, soit à cause de l’enjeu, de la morale, de l’écriture ou de l’histoire.

Par contre, si tous les contes du monde sont identiques, tous cependant ne sont pas accompagnés de dessin ou de graphisme particulier. Ici si.
Si vous connaissez déjà cette collection, je ne vous apprendrai rien en vous parlant des dessins employés en rapport avec le thème, ni en vous parlant des liserés en bordure de page. Si vous ne la connaissez pas, voilà la chose faite. En effet, voilà ce que vous trouverez dans ce bouquin, une présentation recherchée en rapport avec le thème, qui vous donnera cette impression de tenir dans vos mains un objet raffiné et recherché. Même si on peut regretter que la couverture ne soit pas tissée comme les autres.

Quoi qu’il en soit, et parce que l’eau est un élément qui nous est proche tant dans l’histoire que dans le corps, il est bon de se pencher sur ce livre afin de redécouvrir tous les trésors que le monde maritime nous a offert et peu encore nous offrir si on en prenait tous soin. Car avec cette eau souffrante, il est temps de renouer le lien ancien.
"Là où notre espèce semble détestable, ne détournons pas les yeux. Sur les côtes, dans le corps de nos cousins aquatiques des milliers de plastiques, increvable destructeurs du vivants, s’enfoncent. Dans ce camaïeu de bleu, du turquoise au grand bleu des profondeurs, jusqu’où polluent-ils ? Jusqu’où laisserons-nous faire l’immonde contre la splendeur du monde ?"

Merci aux éditions du Seuil et Babelio.

Posté par Florell à 18:26 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

21 mai 2019

"Allons-nous sortir de l'histoire ?" de Jacques Julliard

Sur Encre d'époque :

Mon avis sur Allons-nous sortir de l'histoire ? De Jacques Julliard : ici.

Source: Externe

Résumé :

«La France pourrait pour la première fois quitter la place qui fut toujours la sienne à l’avant-garde de l’Histoire. Pis que cela, si l’on en croit certains : il ne lui resterait plus qu’à méditer sur l’irréductible diversité de ses origines et sur les crimes qu’elle n’aurait cessé de commettre.Eh bien ! Cette vision lacrymale et pénitentielle de l’Histoire de mon pays ne sera jamais la mienne ; je ne l’accepterai jamais.Ce que nous vivons aujourd’hui n’est rien de moins qu’un changement d’époque. Au moment où s’affirment les grandes puissances régionales du monde de demain, l’Europe fait preuve d’une incroyable impuissance. Et la France se trouve bien seule et bien démunie, en proie à des déchirements intérieurs. Or elle n’a d’unité que dans son passé, d’avenir qu’en Europe, de raison d’être que dans l’universalité de ses valeurs. »Les analyses de Jacques Julliard publiées précédemment dans Le Figaro sont ici réunies pour la première fois, accompagnées d’une introduction inédite. Le travail du journaliste rejoint celui de l’historien pour dresser le portrait édifiant de la France d’aujourd’hui, mettant en lumière les démons qui l’assaillent et esquissant les défis qu’elle a à relever, sans oublier ce qui a toujours fait sa force : sa vocation à être la patrie de l’universel.

 

Posté par Florell à 20:31 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

18 octobre 2018

Avis divers.

 IMG_20181012_220533

Chroniques expresses (très expresses)

Le lac né en une nuit de Minh Tran Huy :

Un petit livre qui permet de découvrir la naissance et la mentalité du Vietnam à travers des légendes toutes plus mystérieuses et enchanteresses les unes que les autres. C'est dépaysant, c'est agréable, c'est instructif, c'est plein de sagesse, et ne manque pas de poésie. A lire.

Moriarty de Anthony Horowitz :

Il y a de l'idée, des choses intéressantes, mais qu'est-ce que je me suis fait chier ! C'est long, c'est barbant, c'est brodé, j'ai eu du mal à le lire - j'avoue, j'ai même sauté des passages -, et autant j'avais vraiment apprécié "La maison de soie", autant là on en est loin. Très loin.
Je pense que je ne vais pas récidiver de manière si enthousiaste, si jamais l'auteur ressort un jour un livre "Sherlock".

Le vagabon des fleurs de Robert Fortune :

Intéressant pour découvrir des choses sur cette vieille Chine comme la pêche à l'oiseau (je ne sais plus lequel), comment est vu l'étranger, mais à la moitié du bouquin j'ai abandonné. Ce n'est pas raconté de manière très vive et intéressante. De plus il n'y a aucune carte pour se repérer ce qui est très vite agaçant, car on voyage mais on ne sait pas où...

La clôture des merveilles de Lorette Nobécourt :

L'histoire d'Hildegarde est probablement intéressante, mais l'écriture du livre fait que je n'ai pas aimé. Je vais tenter d'autres livres pour mieux connaître cette femme.

Posté par Florell à 23:27 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 août 2018

"Les histoires les plus incroyables de l'Histoire de France" de F. Gersal

Les histoires les plus incroyables de l'Histoire de France de F. Gersal

Source: Externe

Résumé :

Connaissez-vous la fabuleuse histoire de Dom Pérignon, moine bénédictin, qui a donné à un vin terne une saveur pétillante dont le monde entier raffole ? À cause de quelle broutille le célèbre tueur Landru fut-il rattrapé par la justice ? Qui se souvient que nous devons les talons rouges à Philippe d'Orléans ? Savez-vous que la Tour Eiffel a été revendue à un ferrailleur ?
L'Histoire de France est parfois née de petits détails, aussi inattendus que drôles, dignes de l'imagination des meilleurs écrivains ! Frédérick Gersal, le célèbre chroniqueur de Télématin, fait revivre l'énigme des siècles à travers des histoires incroyables mais vraies.

Avis express :

Un livre sympa pour qui ne connaît pas les histoires, mais sinon c’est très long et sans surprise. Enfin presque. J'en ai eu pour celles que je ne connaissais pas, un peu pour quelques-unes que je connaissais ; mais sinon, comme les histoires sont déjà vues et revues, peu de découvertes au final. Toutefois, l'intérêt est là pour celui qui n'en sait pas autant.
Niveau écriture, c'est sympa aussi. C'est des courts chapitres et une écriture toute simple qui raconte ces histoires. L'autre atout, c'est la diversité qui touche tous les temps et tous les domaines.

En résumé sympa à lire, mais fastidieux quand on sait ce que l’auteur raconte et où il veut en venir, et ce malgré des titres parfois mystérieux.

3/5

Posté par Florell à 00:28 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 octobre 2016

"Chroniques de Renaud parues dans Charlie Hebdo (et celles qu'on a oubliées)" de Renaud

"Chroniques de Renaud parues dans Charlie Hebdo (et celles qu'on a oubliées)" de Renaud

Source: Externe

Résumé :

"Ecrire et faire vivre les mots sur la feuille et son blanc manteau, ça vous rend libre comme l'oiseau, ça vous libère de tous les maux."
Je sais, j'me cite, j'me la pète un p'tit peu, mais quel bonheur de lire, relire et d'éditer ces chroniques parues dans Charlie Hebdo entre 92 et 95 et demi (je tiens au demi: patron, encore un d'mi!)
Des chroniques aujourd'hui indisponibles, épuisées, que je vous offre ici, agrémentées de quelques autres oubliées.
Quel bonheur de vous en faire cadeau (quoique 14, 90 euros, quand même, ça se trouve pas à tous les coins de ma ZUP, ni sous le sabot d'un cheval à bascule ou d'un quelconque étalon de manège au parc Montsouris, dans le quatorzième sud -- comment vivre ailleurs ?) !
Bonne lecture, mes aminches ! Découvrez, redécouvrez mes chroniques, ces écrits aléatoires et à travers mais rédigés d'une plume que j'espère toujours vivante, toujours debout, comme dit la chansonnette...

Renaud

Mon avis :

J’adore Renaud depuis que je suis gamine, et ce même si je ne suis absolument pas gauchiste. Y a en effet un côté sectaire et idiot généreux chez eux que je ne peux pas me pifer, et que j'ai donc forcément retrouvé dans ces pages. Que ça soit clair, je ne pense pas que leurs idéaux soient tous à jeter mais ils n’ont pas la raison et l’intelligence, qu’on peut trouver ailleurs – parfois mais souvent.

Bref, comme je le disais depuis gamine j’aime bien Renaud… sauf que je vous raconte n’importe quoi vu que depuis Boucan d’enfer, que je n’ai pas aimé, j’ai totalement décroché.

Recommençons.

Bon ! Parce que Renaud, parce que Charlie Hebdo, ce livre je ne pouvais passer à côté, même si j’avais une idée de ce que je trouverai dedans niveau politique et spectacle.

Ca y est j’y suis arrivée !

Ben oui, il suffit de connaître ses chansons pour avoir une idée de ce qu'il allait raconter dans ces billets destinés à Charlie.

Appelez-moi, Sherlock-Poirot-Adamsberg

Et je dois dire que malgré son défaut gauchiste, son parti-pris dans les chroniques (la dernière le montre, les nazillons gauchistes ça existent vraiment et ça a toujours existé), j’ai pris du plaisir à lire ces dernières.
Tout d’abord parce qu’elles sont un mélange de sérieux et de légèreté. Ensuite parce qu’elles racontent souvent rien du tout à part des choses personnelles et aussi régulièrement des choses sérieuses. Et enfin parce qu’elles ont une pointe d’humour derrière cette apparence simpliste vraiment sympathique.

Toutefois, j'ai beau avoir apprécié cette lecture, je ne vais pas parler plus des ces billets de Charlie Hebdo, car se sont des chroniques et passer dessus une par une, ça serait vraiment chiant pour vous comme pour moi, et ensuite parce que vous savez déjà ce qu'elles racontent vu que les chansons sont du mêmes auteurs. Néanmoins rien de tout cela doit vous empêcher d'ouvrir et de lire ce livre, car il y a là un côté naturel qu'il n'y a pas dans les chansons plus construites.


Merci à Lecteurs.com et aux éditions Helium.

18 novembre 2015

Des livres pour Paris

 

« [...] Un peuple qui croit que c’est la croyance en d’un Dieu, et non pas les bonnes lois, qui font les honnêtes gens, ne me paraît guère avancé. » Holbach à Diderot.

 

Je ne pouvais pas ne pas le faire, voici donc des livres pour Paris.

Une idée de je sais pas qui, mais c'est une chaîne que vous pouvez retrouver sur les réseaux sociaux #DesLivresPourParis

 

P18-11-15_19

 

Diderot où le bonheur de penser de J. Attali / Fier d'être français de Max Gallo / Quand Satan raconte la terre au bon Dieu de Mark Twain.


(Un philosophe, un amoureux de la France et un auteur profondément anti-religion.)

A vous !

 

Posté par Florell à 20:08 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 novembre 2015

En colère (attentat 13 novembre 2015)

 

Sûre je suis triste pour toutes les victimes de ces lâches, de ces crétins de terroristes, et j'apporte tout mon soutien aux familles et à tous ceux qui luttent contre ces personnes sous développées intellectuellement.

Pourtant je suis aussi en colère.
En colère contre tous ces gouvernements qui depuis des dizaines d'années ont laissé passer ces terroristes, ces armes, ces idées, sous prétexte que laisser les frontières ouvertes c'est être plus intelligent que les autres.
Je suis aussi en colère de voir qu'on peut prêcher le djiad, prêcher l'intégrisme religieux qui ne se résume pas qu'au djiad (on l'a vu avec le salon de Pontoise sur la femme), sans être inquiété par les forces de l'ordre, par l'état.
Pourquoi ? Pourquoi laisser des gens clairement intégristes et haineux prêcher sans inquiétude sur notre territoire et même en Europe ? Pourquoi relâcher dans la nature des musulmans radicaux ? Et pourquoi les laisser libres sur notre territoire ? Radicaux et qu'ils aient fait quelque chose ou non, ils sont dangereux et ne peuvent vivre avec nous.
Pourquoi ne pas les déchoir de la nationalité et les virer dans leur pays d'originie ? Le pays de leur ancêtre ? Ou tout simplement les enfermer dans des centres, des camps (ce que vous voulez je m'en fous) en attendant de voir ce qu'on en fait ? Bien qu'il n'y ait rien à en faire...
C'est ignoble ce que je dis ? Non. C'est la guerre - depuis longtemps - et il faut agir, appeler les choses par leur nom, regarder les choses en face. Il faut arrêter d'être timoré, de se retrancher derrière le politiquement correct et l'humanisme trop idiot, car on va se faire bouffer.
On n'a en effet aucun geste de paix à attendre de ces gens-là.

Vraiment, je suis en colère contre les gouvernements, et ce gouvernement actuel qui depuis janvier n'a rien changé. A laissé des mosquées intégristes continuer leur discours, a laissé des crétins prêcher sans problème.
Je suis en colère contre ces et ce gouvernement qui ne s'oppose pas clairement contre un islam communautaire, et préfère accuser les autres de cette dérive !!!
Je suis en colère contre ce gouvernement qui vend nos valeurs pour un semblant de paix sociale. 
Je suis en colère contre ce gouvernement de faible et qui n'a pas mieux contrôler les frontières depuis janvier, et a préféré chercher des excuses aux ennemis plutôt que d'agir contre sur notre territoire, et ceci grâce et à cause de beaucoup d'associations trop bien-pensantes pour être honnêtes. D'ailleurs je les accuse d'être en partie responsables. Ces inquisitions que sont SOS racisme, le MRAP, la Halde, se sont toujours retranchées derrière le racisme et l'incitation à la haine pour éviter tout débat, toute action, ce qui a favorisé au final le communautarisme et le radicalisme.
Je suis en colère contre ce gouvernement qui ferme trop facilement les yeux.
Je suis en colère qu'on laisse rentrer de Syrie des gens sans qu'ils soient aux arrêts définitivement à leur arrivée, - et je rigole de voir que certains parlent de les réintégrer après ! Comme si le fanatisme se soigner !!!

Enfin je suis en colère contre les musulmans qui sont croyants et pratiquants. Oui je suis en colère même contre ceux qu'on appellent "modérés" (entre guillemet car même modérés ils ont souvent des tendances intégristes), car pour moi leur trop grande dévotion, leur tendance à faire passer la religion avant le reste, leur tendance à ne pas vouloir se détacher d'une chose aussi archaïque, leur tendance à ne pas vouloir vivre libre (et en France à ne pas accepter la laïcité), entretient le noyau dur de l'islam, l'islamisme. Leur vue si étriquée de la vie est pour moi le terreau fertile de l'intégrisme que l'on retrouve dans ce beau pays de France comme ailleurs.

Je suis en colère et vraiment en colère, et j'espère maintenant et avec ce qui s'est passé, que le ménage sur notre territoire va se faire, et pas que, parce que visiblement ailleurs en Europe il y a les mêmes cons qu'ici.
J'espère aussi que partout dans le monde les intégristes religieux se taisent à jamais, tout comme j'espère aussi qu'un jour tous les croyants du monde se détacheront de ces religions pour vivre en hommes et femmes libres.

Posté par Florell à 20:13 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :