Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

21 mars 2022

"Le sabbat des sorcières" de Carlo Ginzburg

Le sabbat des sorcières de Carlo Ginzburg

Le sabbat des sorcières par Ginzburg

Résumé :

Du XIVe au XVIIe siècle, dans toute l'Europe, des femmes et des hommes accusés de sorcellerie ont raconté s'être rendus au sabbat : là, de nuit, en présence du diable, on se livrait à des festins, à des orgies, à l'anthropophagie, à la profanation des rites chrétiens.
D'où vient le sabbat ? Les accusés se sont-ils laissé extorquer, souvent sous la torture, le récit que leurs juges attendaient d'eux ? Selon Carlo Ginzburg, pas toujours. Dans quelques cas, l'écart entre les questions des juges et les réponses des accusés laisse affleurer des éléments liés à une couche plus profonde. Partant de ces anomalies, appuyé sur un immense matériel documentaire, il a entrepris de retrouver et de recomposer les pièces dispersées de cette histoire nocturne.
L'enquête conjugue plusieurs approches auxquelles correspondent autant d'hypothèses : une approche historique qui, des lépreux aux juifs, aux hérétiques et aux sorciers, dessine à la fin du Moyen Âge la place du complot ourdi en son sein par les ennemis de la chrétienté ; une approche morphologique, qui rassemble les éléments disjoints d'une très ancienne culture à fond chamanique, largement attestée dans le monde eurasiatique ; une dernière hypothèse, plus ambitieuse encore, lie l'identification de formes générales de l'expérience essentielle de la mort et de l'au-delà et les structures élémentaires du récit.
Un programme immense, mais aussi une rigoureuse leçon de méthode qui veut, à chaque moment, rappeler les exigences, les limites et les possibilités du métier d'historien.

Mon avis :

Depuis tant d'année que je suis sur Babelio, c'est bien la première fois que je n'arrive pas à finir un livre reçu en Masse critique. J'adore les livres d'histoire et je trouve toujours un intérêt à lire un livre qui parle d'histoire, mais là ma patience comme mon intérêt ont trouvé leur limite.

L'idée de départ, qui cherche à trouver l'origine des idées et des images qui ont circulé sur les sorcières est fort intéressante, c'est pour cela que je l'ai choisi. En remontant dans les mythes et les légendes de part le monde (ou presque), l'auteur voulait nous montrer la continuation des idées qui s'est abattue sur les sorcières. Attester que l'idée du sabbat n'est pas sortie ex-nihilo du moyen-âge. Il voulait aussi nous montrer, comment les événements comme le complot des lépreux et des juifs par exemple, aidèrent également à cette chasse au sorcière et appuyèrent encore un peu plus l'idée des comportements hérétiques. Mais si l'idée est sympa, faut dire que l'approche du sujet est un enfer.
C'est simple, je n'ai presque rien retenu de ce que j'ai lu. Il y a beaucoup trop de digression, trop de direction dans lesquelles l'auteur part, qui fait que ce livre est compliqué à suivre.

Je ne critiquerai pas le travail de l'historien. Il a refait l'historiographie de la question en introduction, il n'a pas hésité non plus à dire que son approche peut rencontrer des limites comme dans le chapitre « anomalies ». Mais c'est un fait, bien que publié chez Folio ce livre n'a pas pour vocation à être lu par tout le monde, seul un historien de BAC+8 et insomniaque qui a du temps à perdre avec cette question, pourra y trouver un intérêt. (Et je lui souhaite d'avance du courage.)

En résumé, la question est intéressante mais l'approche est à revoir. Un peu d'ordre dans les idées serait la bienvenue.

 

Posté par Florell à 14:33 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 décembre 2021

"Miss Dior" de Justine Picardie

Sur Encre d'époque mon avis sur Miss Dior de Justine Picardie

Justine picardie Miss Dior

Résumé :

C’est en effectuant des recherches sur le célèbre couturier que la journaliste Justine Picardie découvre par hasard le passé héroïque de la sœur de ce dernier. Inspiratrice très chère au cœur de Christian Dior, elle a en effet rallié, dès 1940, les rangs de la Résistance au sein de l’un des premiers réseaux de France. Quatre ans durant, la jeune femme expérimentera la clandestinité, active dans la lutte contre l’occupant en Provence puis à Paris. Dénoncée, elle est arrêtée en 1944 puis transférée rue de la Pompe dans la tristement célèbre annexe parisienne de la Gestapo, véritable antichambre de l’enfer. Catherine Dior y sera longuement torturée avant d’être déportée à Ravensbrück avec tant d’autres prisonnières politiques. Durant ces mois d’absence, rongé d’inquiétude, son frère remuera ciel et terre pour la retrouver…
À travers la vie de « Miss Dior » – tel est le surnom donné à Catherine –, Justine Picardie retrace le destin des Françaises qui résistèrent au péril de leur vie. Dans un récit saisissant de réalisme, elle offre une plongée vertigineuse dans le milieu de la mode parisienne, tombé entre les mains de l’ennemi et fréquenté par le gratin de la Collaboration.
Une histoire vraie de courage et d’héroïsme.

Avec des photographies de Cecil Beaton, Margaret Bourke-White, Robert Doisneau, Willy Maywald et André Zucca.

Posté par Florell à 14:08 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 septembre 2021

"Comprenne qui voudra" de Pascal Robert-Diard

Comprenne qui voudra de Pascal Robert Diard

IMG_20210909_110254

Résumé :

En septembre 1967, Gabrielle Russier fait sa rentrée au lycée Nord de Marseille. Jeune mère divorcée, elle enseigne le français, porte les cheveux courts, fume des gauloises. Quelques mois plus tard, Gabrielle et l'un de ses élèves, Christian, tombent amoureux. C'est le début d'une passion hors la loi. À l'heure où Mai 68 proclame l'amour libre, Gabrielle Russier est poursuivie pour détournement de mineur et incarcérée.

" Je ne te quitterai pas. Même si ces barreaux, ces murs, nous séparent. Même si la mort nous séparait. "

Gabrielle Russier se suicide avant son procès en appel. L'affaire déchire la France. Interpellé à ce

sujet lors d'une conférence de presse, le président Pompidou cite un poème de Paul Éluard, " Comprenne qui voudra "...

Avec un sens aigu de la psychologie, Pascale Robert- Diard fait une plongée intime dans l'époque de la fin des années 1960. Une reconstitution extrêmement vivante d'une histoire d'amour tragique, devenue emblématique, qui a inspiré le célèbre film Mourir d'aimer.
Un récit illustré d'archives rares et de photos d'époque, fruit de l'enquête du documentariste Joseph Beauregard.

Mon avis :

De cette histoire, je ne connaissais que la base réduite et la chanson d’Aznavour Mourir d’aimer. Autant dire peu de de chose.

Avec Comprenne qui voudra de Beauregard & Robert-Diard, j’en ai découvert un peu plus : les billets doux échangés et cachés, la filature (!), l’acharnement de la justice, les fugues de Christian, les moments partagés entre les deux amants, les amis du couple (des élèves souvent), l’époque autour de mai 68 qui encourage à plus de liberté, à un renouveau de pensée et incite à toutes les audaces.
Vous l’aurez compris ce livre est assez complet malgré le peu de page qu’il possède. Et avec cette référence à mai 68, nous plongeons dans l’ambiance de l’époque pour mieux comprendre le drame de cette histoire. On se retrouve ainsi au cœur d’une époque ouverte sur les choses nouvelles, mais également encore très traditionnelle comme l’indique le comportement des parents de Christian Rossi, - communistes mais dont le progrès s’arrête à la porte de leur maison. Bien que plus largement on retrouve cette dichotomie dans la société française, des journalistes aux artistes en passant par les politiciens, l’affaire Gabrielle Russier secoue la société française.

Mais qui était Gabrielle Russier ? A part cette prof investit corps et âme dans son travail, et qui saura tisser des liens avec ses élèves en partageant des moments au ski ou encore à la plage. Gabrielle Russier c’est avant tout une femme en instance de divorce, mère de deux enfants vivant dans un appartement des quartiers nord de Marseille. Elle est une femme de son époque : enjouée, passionnée, libre, mère aimante, c’est une femme qui aime la littérature, son métier et la vie. A priori rien qui annonce son suicide. Et pourtant suicide il y aura.
Tout ça à cause d’une histoire d’amour. Une banale histoire d’amour entre un élève et sa prof, où l’un est l’autre ont un peu perdu la tête dans le feu de la passion. Mais alors qu’il pensait l’amour sans frontière, la réalité va rattraper ce jeune couple qui ne plaît pas à la société bourgeoise de l’époque et notamment aux parents de Christian Rossi qui feront tout pour écarter leur fils de cette femme mature. D’internement pour Christian, à la prison pour Gabrielle, l’acharnement judiciaire contre cette femme coupable est sans commune mesure. De filature en perquisition, en passant par la case prison, Gabrielle Russier va subir les foudres de la justice française qui à l’époque est trop sévère pour des choses qui ne méritent pas tant de sévérités. (Aujourd’hui c’est plutôt l’inverse.)

Je ne vais pas vous mentir, l’histoire est terrible. Gabrielle est traitée comme la plus infâme des criminelles, et la justice rendue me renvoie l’image d’une machine à broyer, et ce même pour moi qui suis pourtant très carrée sur les lois et les règles. Même si je n’oublie pas de laisser à chaque époque les lacunes de sa justice et sa mentalité.
Cependant, si je trouve le traitement de cette affaire infâme pour l’absence de crime - Christian étant consentant et à 16 ans il est grand garçon quand même -, j’avoue, que j’ai du mal à comprendre cette passion irraisonnée entre les deux êtres et qui n'était pas faite pour durer étant donné que c'était plus passionnel qu'autre chose. Ce gâchis d’une vie pour ce qui n’aurait été qu’une passade, peut-être une longue passade mais une passade tout de même, je trouve cela regrettable et incompréhensible. Il est évident que tout bon sens avait disparu chez ces deux êtres. Et qu’on ne me parle pas de lucidité car il est évident qu’il n’y en avait pas. Lorsque l’amour est raisonnable on peut supporter les interdictions, les années, et les accords que la justice impose.

En conclusion, c’est un livre à lire pour mieux comprendre une histoire qui a fait parler beaucoup d’elle à une époque. Surtout qu'il est accompagné des lettres, des photos, de Gabrielle et Christian.

Posté par Florell à 12:00 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

28 février 2021

"L'envie : du ressentiment" de Matthieu Terence

L'envie : du ressentiment de Matthieu Terence

Du ressentiment : envie

Résumé :

“ L’envie est, avec l’orgueil, l’un des péchés du diable. En suivant la carrière du Mal à travers les siècles, on comprend que l’envie se soit muée en ressentiment.
Cet affect caractérise aujourd’hui l’ère d’uniformisation mondiale à laquelle la modernité donne lieu. Comme l’ont pressenti Nietzsche, Bernanos ou Robert Bresson, chacun envie désormais les autres pour ce qu’ils ont, pour ce qu’ils font ou même pour ce qu’ils sont. Et, paradoxe diabolique, c’est bien à cette condition ressentimentale que le monde suit sa course à l’indifférenciation. ”

Les sept péchés capitaux, ce n'est pas seulement de la théologie, c'est aussi de la littérature. Il fallait Mathieu Terence, l'auteur de L'autre vie, pour nous raconter les affres et les terreurs du désir de possession.

Mon avis :

Parmi les sept péchés capitaux, il en existe un qui se nomme l’envie dont le ressentiment est le moteur principale selon l’auteur.
Pour approcher ce péché capital, l’auteur va faire partir sa réflexion de la Bible pour en venir jusqu’à nos jours, car qui mieux que le diable est à l’origine de ce péché ? En commençant par la Bible et son diable, l’auteur va donc poser le tableau de ce qu’est l’envie. Comment se manifeste-t-il ? Et qu’en pensaient les saints et autres gens d’Eglise ? Pour Grégoire 1er , l’envie a « pour progéniture la haine, la discorde, la diffamation, la joie de voir autrui dans l’adversité, le chagrin de le voir prospérer. » p.35

Tout cela reste bien évidemment en surface, néanmoins cette approche historique et philosophique permet de voir l’évolution du diable dans les discours et même dans la société quand « le démon se retire des débats théologiques » pour « envahir l’art et les asiles ». p.21

Aujourd’hui, excepté quelques hurluberlus, plus personne ne croit au diable, mais lui et son envie ont-ils disparu pour autant ? Non, car le diable peux prendre différentes formes, et à entendre l’auteur l’une des pires formes est celle du ressentiment. Ce ressentiment qui naît de l’envie. L’envie à ne pas confondre avec la jalousie.
 « La jalousie est une possessivité, quand l’envie est une convoitise. On est jaloux de son bien ou de ce qu’on considère comme tel, comme l’avare l’est de son magot. Le jaloux vit dans la terreur de perdre, l’envieux est rongé par la rage de s’approprier ce qui lui paraît lui revenir et qui, par malchance ou par injustice bien sûr, est le propre d'un autre », & « L’envie n’est d’ailleurs pas proportionnelle à la valeur objective de la « chose » désirée. Descartes maintient qu’elle est une passion, « une espèce de tristesse mêlée de haine qui vient de ce qu’on voit arriver du bien à ceux qu’on pense en êtres indignes » ». p. 36

Une fois cela fait, toute sa réflexion dénoncera les excès de ressentiment, de ces groupes ou de ces personnes envieuses, qui ne pouvant posséder ce qu’ils pensent leur revenir de droit et sans effort, souhaite le malheur de celui qui a. Saboter les bases de la société pour que tout le monde vive en état d’échec permanent, serait l’idéal de l’envieux. L’envieux aime bien se présenter en victime, et ainsi justifier sa haine.

Tout cela est bien beau, mais au final dans notre société actuelle, où diable le diable se cache-t-il ? Dans l’argent, la société de consommation, le pouvoir, les belles idées politiques enfin de premier abord. Bref ! Il se cache de partout et fait adopter de nouveaux comportements. Mais le problème c’est qu’au nom de l’envie que l’on présente toujours comme normale dans nos sociétés, c'est qu'elles basculent souvent dans des excès idéologique ou comportemental comme le narcissisme. La réflexion va encore plus loin mais arrêtons-nous là.

En résumé, très intéressant tout cela, il y a matière à la réflexion, mais pour être honnête j’ai trouvé le propos de l’auteur parfois un peu confus, - à moins que ça soit ma fatigue qui en soit responsable ? -, j’admets en effet avoir eu parfois du mal à suivre le cheminement de ce dernier. De plus, j’ai eu quelquefois l’impression qu’il tenait des propos qui auraient demandé plus de nuance et d’explication. Et enfin et au final, je trouve que l’auteur s’est un peu éloigné de son sujet. Même si tout est bon à prendre pour base de réflexion.

Babelio et les Editions du Cerf.

Extraits :

"A la différence des six autres péchés, l'envie n'est liée à aucun plaisir, sinon celui que procure l'humiliation - encore est-ce un plaisir masochiste. Se méfier, se plaindre, se sentir victime d'injustice, blessé par l'avoir ou par l'être de l'Autre, sans espoir de trouver la paix sinon en agissant contre la personne qui nous semble jouir de ce qui nous revient de droit, autan de station discrète scandant le calvaire de l'envie, [...]". pp 29-30

"Celui qui n'est pas envieux fait des envieux. Une autre tactique consiste à se rabaisser, à s'enlaidir, à se plaindre. "Faire pitié plutôt qu'envie" est la nouvelle injonction de l'époque contemporaine." p.44

"Là où le dissolu peut prétexter la concupiscence, le lâche la pauvreté, le violent la colère, l'envieux n'a aucune excuse, sinon son impuissance à obtenir ce dont il conteste la jouissance à tel ou telle." p.38

"L'envieux de passif, peut devenir actif. Le dépit peut enfler son agressivité et le pousser à provoquer l'infortune, la faillite, l'échec, voire pire, de celui dont la réussite ou le bonheur l'offusque." p. 39

Posté par Florell à 13:28 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

20 janvier 2021

"Fragments de violence. La guerre en objets. De 1914 à nos jours" de Bruno Cabanès.

Fragments de violence. La guerre en objets. De 1914 à nos jours de Bruno Cabanès.

Bruno Cabanès fragments de violence

Résumé :

La guerre provoque plus de destructions que toute autre activité humaine. Elle crée aussi de vastes quantités d'objets - fabriqués, transformés, utilisés par les combattants et les civils. Nés de l'expérience du danger, de la souffrance et du deuil, de la solitude du prisonnier ou de l'ennui du soldat, nous les appelons "objets de la guerre". Ils témoignent de l'épreuve de la faim, de la vie sous occupation ou en déportation, de la mobilisation de tous dans la guerre totale.
Outre les armes et les uniformes, ils se composent notamment d'objets d'artisanat : douilles d'obus ciselées en 1914-1918, kimonos patriotiques de la seconde guerre sino-japonaise, briquets décorés par des soldats américains au Vietnam, tapis représentant des drones pendant la guerre d'Afghanistan. Issus de collections conservées en Europe, aux Etats-Unis, en Asie et en Australie, les objets réunis dans cet ouvrage forment un musée imaginaire où s'élaborent des rapprochements qui nous surprennent et nous émeuvent.
Ils nous invitent à approfondir notre connaissance de la guerre dans sa dimension concrète, corporelle, sensible et à sortir du monde occidental pour explorer d'autres cultures.

Mon avis :

A travers l’approche d’objets de toutes sortes : vêtements, lettres, ustensiles ou encore des bijoux fabriqués par des soldats ou des prisonniers, Bruno Cabanes nous propose de découvrir la guerre autrement. Et plus particulièrement les guerres du XXe siècle.

Pour beaucoup d’entre nous, aborder la guerre c’est aborder la politique et/ou la masse, au point qu’on en oublie souvent l’individu. Avec ce livre l’historien Cabanes nous propose de faire le chemin inverse afin de sortir de cette masse pour l’individualité de chaque vie. Qui elle-même en rejoindra d’autres…
Cette petite histoire de l’intime, du quotidien, rejoint bien évidemment la grande Histoire et la masse, toutefois grâce à cette approche personnelle il faut bien dire que le concept de guerre perd de sa froideur pour toucher plus directement le lecteur au cœur. Enfin, pour celui qui se sent toucher, car j’avoue être restée plutôt roide devant, étant donné que j’ai une certaine distance avec les objets. Mais quoi qu’il en soit, cela n’enlève rien à l’émotion qu’un lecteur moins froid pourrait ressentir devant une veste déchirée ou un jouet d’enfant dévasté.

Bien évidemment, ce livre n’est pas qu’une succession d’images qui parlerait plus ou moins d’histoire personnelle, si ça n’avait été que ça le livre n’aurait pas grand intérêt étant donné que l’actualité ne manque pas d’intimité révélée. Mais, sortant du sensationnelle, l’historien va nous rappeler comment un objet peut parler d’Histoire, en mettant en avant la peine ou la résistance des gens, visibles par exemple avec la création de cuillère par les prisonniers animalisés. Il va nous montrer aussi le temps long d’un conflit et tout ce que ce temps implique de découragement et d’appréhension. Etc, etc.
Bref !  Grâce à ces objets on n’aborde un peu mieux le quotidien et la psychologie de la guerre. On approche bien inévitablement les séquelles qu’elle peut laisser une fois le conflit fini. Davantage approchée grâce à chaque introduction au début des grandes parties qui introduit un contexte, une évolution,… et qui permettent au lecteur de mieux se repositionner sur l’échelle du temps et du contexte.

En résumé, ce n’était pas un livre désagréable mais vu mon peu d’attrait pour les objets du quotidien je n’ai que partiellement accroché. J’ai été moins touchée que d’autre. Est-ce que j’ai appris des choses ? Sûrement, mais heureusement que je n’ai pas eu un cours de licence ou de master entièrement et totalement sous cette forme car j’aurai vite décroché.

Merci aux éditions du Seuil et Babelio.

Posté par Florell à 13:28 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 décembre 2020

"Un crime sans importance" de Irène Frain

Un crime sans importance de Irène Frain

Résumé :

« Les faits. Le peu qu’on en a su pendant des mois. Ce qu’on a cru savoir. Les rumeurs, les récits. Sur ce meurtre, longtemps, l’unique certitude fut la météo. Ce samedi-là, il a fait beau. Dans les commerces et sur les parkings des hypermarchés, on pointait le ciel, on parlait d’été indien. Certains avaient ressorti leur bermuda et leurs tongs. Ils projetaient d’organiser des barbecues dans leur jardin.
L’agresseur, a-t-on assuré, s’est introduit dans la maison de l’impasse en plein jour. On ignore à quelle heure. Pour trancher, il faudrait disposer du rapport du policier qui a dirigé les investigations. Malheureusement, quatorze mois après les faits, il ne l’a toujours pas rendu. »
Face à l’opacité de ce fait divers qui l’a touchée de près – peut-être l’œuvre d’un serial killer –, Irène Frain a reconstitué l’envers d’une ville de la banlieue ordinaire. Pour conjurer le silence de sa famille, mais aussi réparer ce que la justice a ignoré. Un crime sans importance est un récit taillé comme du cristal, qui mêle l’intime et le social dans des pages tour à tour éblouissantes, drôles ou poignantes.

Irène Frain est écrivain. Parmi ses romans les plus connus, citons : Le Nabab (Lattès, 1982), Secret de famille (Lattès, 1989), Devi (Fayard, 1993), L’Homme fatal (Fayard, 1995), Les Naufragés de l’île Tromelin (Michel Lafon, 2009). Le Seuil a publié d’elle deux récits autobiographiques : Sorti de rien (2013) et La Fille à histoires (2017), ainsi qu’un récit biographique : Marie Curie prend un amant (2015).

Mon avis :

Chaque jour l’information nous apporte son lot quotidien d’injustice. Des enquêtes parfois bâclées, les oreilles de l’autorité bouchées, des gens assassinés pour de l’argent ou un regard, etc. notre quotidien ne manque en effet pas de sauvagerie. Sauvagerie et horreur qui ont un jour frappé à la porte de l’auteure Irène Frain, dont la sœur et marraine est morte des suites de ses blessures après une intrusion dans son domicile.
A ce jour, sur ce crime elle n’a que peu de réponse pour cent mille questions, l’enquête piétine, la justice piétine et la famille proche de la victime ne partage pas beaucoup avec elle. C’est ce parcours, ces questionnements, cette injustice qu’elle va nous raconter ici. Et j'avoue que ce n’est pas effarée, mais plutôt blasée que j’en suis ressortie. Car avec cette colère littéraire maîtrisée, d’où ressort une grande détresse et colère, Irène Frain raconte ce que l’on sait déjà sur notre société et notre justice paresseuse, sur les relations familiales compliquées et sur cette sauvagerie toujours grandissante. Car elle découvrira effectivement et par ses propres moyens, que sa sœur ne fut pas la seule victime, et que le quartier dit « sensible » n’est probablement pas étranger à toutes ces agressions.

Mais bien au-delà de ces questions judiciaires, ces scènes qu’elle imagine avec son juge imaginaire, cette injustice qu’elle ressent devant tant de lenteur, il y a toute une vie qui ressort par-delà la morte. Une vie dans une autre époque, où les liens qui les unissaient étaient encore présents, même si malgré la promiscuité d’un logement ils n’étaient pas non plus dominants. Une vie où le peu de chose en disait plus long qu'un grand discours. Une vie de séparation et d'incompréhension. En effet, ce n’est pas seulement l’image d’un crime sordide dont nous parle Irène Frain, elle nous parle aussi de son rapport à la famille, ses liens difficiles, ce modèle que fut sa soeur, sa réussite et son rapport à l’écriture qui donne d’elle une image fausse. Il fallait en passer par-là pour comprendre la colère.

Tout ceci évidemment, fait qu’elle en vient aussi à aborder la société, les relations avec les amis, la religion, Dieu, la mort. Dans un entremêlé de questionnements métaphysique et concret, l’épreuve l’interroge toujours plus dans ses convictions et ses motivations. Ceci indique bien au-delà de l'autrice, les ravages que font ces épreuves, tout en mettant en avant notre propre impuissance.

En conclusion et contrairement aux apparences, ce livre n'est pas tout à fait personnel, un mélange d'adulte et d'enfant dans le regard ; il est surtout une voix de plus qui s’élève contre la barbarie, contre la justice bien trop lente, débordée, si peu tournée envers les réelles victimes. Il faut que les choses changent.

Posté par Florell à 13:17 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 janvier 2020

"La politique s'affiche : un petit récit de nos murs politiques" de Milot Gregoire

La politique s'affiche : un petit récit de nos murs politiques de Milot Gregoire

Source: Externe

Résumé :

Aujourd'hui, les affiches et les tracts de campagne ont disparu au profit des tweets et de facebook. Une sélection et une analyse de pépites politiques permettent de revivre et de découvrir les revirements, les erreurs des uns et des autres.
Hier, on éditait des documents pour tout (mais aussi pour rien). Un slogan, un appel à manifester, une déclaration aux jeunes ou aux exploités, la politique s'affichait au quotidien pour informer, alerter, mobiliser et séduire l'électeur. Parcourir ces documents, les replacer dans leur contexte, interroger leurs auteurs, c'est l'occasion de découvrir l'histoire par la petite histoire. Les photos, témoignages, slogans et les arguments des candidats prennent toute leur saveur avec le recul du temps.

Mon avis :

Les affiches politiques c’est comme la réclame, je ne les regarde jamais. Mais bon si on suit l’idée de l’auteur les affiches actuelles ne parlent plus et ne sont guère inventives, donc je ne rate pas grand-chose. Toutefois, à l’avenir je les regarderai (quand je les regarderai) avec un œil différent. Mais soyons honnêtes aujourd’hui les murs virtuels remplacent ces bons vieux murs d’antan devenus presque silencieux.

Pour en revenir à ces bonnes affiches d’antan, je dois avouer que c’est une approche de l’histoire bien sympathique, et une belle manière de voir l’évolution de la démarche politique auprès de la population. Si aujourd’hui on a des affiches peu loquaces, fut un temps ce n’était pas le cas, puisque les affiches exposées tout un programme politique et s’adresser clairement à une population directement.
En outre, cette fameuse population était régulièrement représentée en compagnie des politiciens, montrant ainsi un peu mieux le public visé par le programme et donnant aussi une image proche des gens.

Au-delà de l’intérêt visuel qui nous montre qu’à l’époque on savait mieux se mettre en scène qu’aujourd’hui, que la communication c’était un art avec de l’humour et du sérieux, ce livre s’avère être aussi une rétrospective excellente de la Ve République et de quelques gouvernements précédents. Par ce biais on redécouvre ou découvre les discours politiques de certaines époques, l’usage public de l’histoire, des hommes politiques qui peuvent faire sourire ou pas. En tout cas ça a de la saveur.

En résumé, c’était une lecture très instructive et intéressante qui s’adresse autant aux personnes intéressées d’histoire, de politique, de communication, qu’aux gens curieux.

Merci à Babelio et aux éditions De Borée.

Posté par Florell à 20:56 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

05 janvier 2020

"Un racisme imaginaire : islamophobie et culpabilité" de Pascal Bruckner

Un racisme imaginaire : islamophobie et culpabilité de Pascal Bruckner
Source: Externe

Résumé :

Il existe assez de racismes véritables pour que l’on n’en invente pas d’imaginaires.
Depuis trente-cinq ans, le terme d’« islamophobie » anéantit toute parole critique envers l’islam. Il a pour double finalité de bâillonner les Occidentaux et de disqualifier les musulmans réformateurs.
Une grande religion comme l’islam n’est pas réductible à un peuple puisqu’elle a une vocation universelle. Lui épargner l’épreuve de l’examen, entrepris depuis des siècles avec le christianisme et le judaïsme, c’est l’enfermer dans ses difficultés actuelles. Et condamner à jamais ses fidèles au rôle de victimes, exonérées de toute responsabilité dans les violences qu’elles commettent.
Démonter cette imposture, réévaluer ce qu’on appelle le « retour du religieux » et qui est plutôt le retour du fanatisme, célébrer l’extraordinaire liberté que la France donne à ses citoyens, le droit de croire ou de ne pas croire en Dieu : tels sont les objectifs de cet essai.

Avis express :

J'ai lu ce livre car il est islamophobe (du moins on pourrait le juger ainsi). Mais il a d'islamophobe ce qu'il y a de plus beau : le refus de se laisser intimider par les idéologies politiques et religieuses ; le refus de fermer les yeux ; le refus de l'interdiction de penser, d'analyser et de critiquer ; le refus de la peur ; le refus du mensonge.
Face à ces arguments historiques, religieux, politiques et l'actualité, l'idéologie islamophobe ne tient pas.

Je suis toujours Charlie.

Des extraits par ici.

28 décembre 2019

"Un racisme imaginaire : islamophobie et culpabilité" de Pascal Bruckner (extraits)

 

On peut en France, pays de tradition anticléricale, ridiculiser Moïse, jésus, le Dalaï-lama, le Pape, les représenter dans toutes les postures, même les plus grotesques ou obscènes, mais on ne devrait jamais rire de l'islam sous peine d'encourir le courroux des tribunaux ou la lise à mort par les justiciers du djihad. Lui et lui seul, de toutes les grandes confessions, devrait échapper à l'opprobre,à la moquerie. Pourquoi ce traitement préférentiel ?

Pages 47 - 48

Pourquoi le choix de cette religion à l'exclusion de toutes les autres ? Parce qu'elle est le substitut d'un marxisme et d'un tiers-mondialisme à l'agonie, parce qu'elle incarne un pouvoir de dévotion qui nous a quittés. Partant, il faudrait traiter l'islam et ses fidèles avec un tact, une patience, un doigté que ne requièrent ni les juifs, ni les chrétiens, ni les bouddhiste, ni les hindous. Ainsi, explique Régis Debray, il faut distinguer les opinions, révocables et fragiles, des convictions qui engagent l'être entier. Ces dernières, même si elles ne peuvent prétendre au statut de vérité universelle, constituent "un foyer vivant d'existence, de partage et de rayonnement". Et de conclure : "On contredit une opinion, on blesse ou on heurte une conviction." Mais la maturité démocratique suppose d'accepter que mes convictions les plus intimes, mon assurance d'être en possession de la vérité ne soient des opinions pour les autres. [...]
S'il ne fallait pas froisser la croyance des autres, l'humanité ne serait jamais sortie de la foi du charbonnier et en serait restée aux formes primitives de la religion. [...]
Vient un moment où l'enseignement, l'évolution des mœurs la progression des savoirs peuvent entrer en conflit avec telle ou telle croyance et ne doivent en rien plier devant elles.

Pages 49-50.

L'antiracisme, pareil à l'humanitaire, est un marché en pleine expansion où chaque groupe, pour exister, doit exciper d'une blessure qui le singularise. Ce ne sont plus des associations de citoyens qui s'allient pour combattre le racisme, ce sont des lobbies confessionnels ou communautaires qui inventent de nouvelles formes de discriminations pour justifier leur existence, recevoir le maximum de publicité, de réparations.

Page 31

Le fait qu'on ne puisse plus proclamer haut et fort à la télévision ou en public qu'il faut tuer les juifs, les arabes, les blancs [...] est en soi une bonne chose. Contrepartie de ce progrès : pour éviter de tomber sous le coup de l'accusation, il faut parler avec des gants, user de comparaisons prudentes [...] Mais étendre cette prudence aux productions de la culture humaine, bannira priori toute critique d'un système, d'une foi, c'est prendre le risque d'amputer la liberté de penser. Ce qu'a entériné la loi Pleven de 1972 qui crée un nouveau délit de " provocation à la discrimination, à la haine ou à la violence" commise envers des individus "à raison de leur appartenance ou de leur non-appartenance à une ethnie, une nation, une race ou une religion déterminée". L'élargissement fut l'occasion, saisie par des associations intégristes, catholiques ou autre, de traîner en justice les auteurs de films jugés diffamatoires ( "Je vous salue, Marie" de Jean-Luc Godard (1985), [...]). Au motif que certains mots sont des armes [...] , et peuvent blesser comme l'avait déjà souligné Jean-Paul Sartre citant Brice Parrain, après la guerre, à propos des écrivains collaborateurs, les discours méprisables ou moqueurs envers la foi devraient être censurés. De l'affaire Rushdie, condamné à mort pour avoir, selon ses procureurs, blasphémé la Prophète dans ses "Versets sataniques" jusqu'à l'affaire des caricatures de Mahomet qui se solda par l'assassinat de sang-froid de toute l'équipe de Charlie Hebdo, le 7 janvier 2015, la frontière est mince entre le jugement satirique sur les croyances d'autrui et l'outrage maximal. Nous n'aurions donc le choix qu'entre l'offense et l'acquiescement. L'islam radical rajoute à la délicate question du blasphème une nuance importante : il tue les contrevenants et ne s'embarrasse pas de précautions. Tout ce qui relevé jadis de l'esprit des Lumières, la critique mais aussi le discours anticlérical, théologique, philosophique, la satire, devrait désormais être assimilé à une diffamation.

Pages 29-30

Pour que les certitudes des uns ne blessent pas celles des autres, il faut donc des lois, une habitude de la cohabitation, des mœurs communes compatibles avec la liberté d'expression, à condition qu'un culte précis ne s'arroge pas  des droits exorbitants et n'exige pas des égards déniés aux autres. C'est là que le bas blesse quand des fidèles veulent empiéter sur l'espace public pour imposer leurs exigences - refus de piscine et de gymnastique pour les filles, voile intégral, burkini, etc. C'est à la loi et non à la religion de dire le licite et l'illicite et aux citoyens de s'y conformer, quelles que soient leurs appartenances.

Page 51

"Qu'un Michel Houellebecq ait pu être traîné au tribunal par la Mosquée de Paris pour avoir dit en 2001 : "La religion la plus con c'est quand même l'islam. Quand on lit le Coran, on est effondré", en dit long sur l'état de régression où nous sommes (*1). La même affirmation sur le judaïsme, le christianisme, le bouddhisme aurait à peine suscité un soulèvement de paupières."

*1Michel Houellebecq sera relaxé par le tribunal correctionnel de Paris le 22 octobre 2002.
A ce propos, Claude Lévi-Strauss, dans une interview su 10 octobre 2002 au Nouvel observateur, confiait : "J'ai dit dans Tristes Tropiques ce que je pensais de l'islam. Bien que dans une langue plus châtiée, ce n'était pas tellement éloigné de ce pour quoi on fait aujourd'hui un procès à Houellebecq. Un tel procès aurait été inconcevable il y a un demi-siècle ; ça ne serait venu à l'esprit de personne. On a le droit de critiquer la religion. On a le droit de dire ce qu'on pense. Nous sommes contaminés par l'intolérance islamique. Il en va de même avec l'idée actuelle qu'il faudrait introduire l'enseignement de l'histoire des religions à l'école. [...] Là encore, cela me semble être une concession faite à l'islam : à l'idée que la religion doit pénétrer en dehors de son domaine. Il me semble au contraire que la laïcité pure et dure avait très bien marché jusqu'ici."

Pages 45-46.

"On a le droit, en régime civilisé, de refuser les grandes confessions dans leur ensemble, de les juger puériles, rétrogrades, abêtissantes. On a le droit de qualifier Moïse, Jésus et Mahomet de "Trois imposteurs", selon la célèbre thèse, connue en Europe dès le 13ème siècle et qui Louis Massignon fait remonter à une secte d'Ismaéliens dissidents du royaume de Barheïn du 10ème siècle. Leur souverain Abû Tâhir Sulaymân (907-944) aurait écrit : "En ce monde trois individus ont corrompu les hommes : un berger, un médecin et un chamelier. Et ce chamelier a été le pire escamoteur, le pire prestidigitateur des trois". Pour qui ne croit pas, les religions ne sont que des fictions, des récits plus ou moins merveilleux ou absurdes. Les regarder avec distance ou incrédulité ne devrait pas valoir la sanction du cachot ou pire encore du terrorisme, cette Inquisition aléatoire."

Page 45.

(La légende raconte que les musulmans se trouvent toujours emmerdés pour répondre à la question.)
"L'explication par l'allergie occidentale n'est pas valide ; il s'agit juste de délégitimer toute interrogation sur la foi en inventant des liens fantaisistes avec le passé colonial de l'Europe, même quand il s'agit de pays comme la Suède, la Norvège, le Danemark, qui n'ont eu aucune expansion territoriale hors d'Europe.

Et si la France et ses voisins sont à ce point hostiles à l'islam, comment se fait-il que les citoyens musulmans y restent et souhaitent toujours y venir, au lieu d'émigrer en masse vers des cieux plus cléments ?"

Page 152

 

"Un rapport publié en 2006 par l'Observatoire européen des phénomènes racistes et xénophobes explique, sans rire, que les actes terroristes commis sur les sols américain, espagnol et britannique depuis 2001 sont traumatisants non pour les victimes mais pour les "musulmans", les "Arabes" et les "demandeurs d'asile".

Page 145

"La culture de l'excuse est d'abord une culture du mépris : croyant blanchir des groupes entiers, elle les infantilise. Les djihadistes sont réduits à leurs conditions sociales ; loin d'être des meurtriers, ce sont des archanges dont les forfaits nous incombent. On les rhabille du manteau du persécuté, du psychopathe, du déséquilibré. Tout crime, égorgement, attentat à la bombe en France, en Allemagne ou au Proche-Orient, serait un peu de notre faute et devrait nous inciter à battre notre coulpe. Dans l'idéologie de l'absolution, l'acte n'est plus qu'un symptôme. Il fond littéralement, tel le sucre dans l'eau, dans les circonstances qui l'entourent. Tueurs, kamikazes ne sont jamais responsables puisque, nés sur le terreau du mépris, de la pauvreté, de l'exploitation, ils n'en sont que les produits. Ce sont des désespérés qui ont éprouvé un besoin urgent de tuer un maximum de gens. Vient un moment pourtant où les égarements de tels individus ne peuvent être imputés qu'à eux-mêmes : en faire des marionnettes inconscientes des grandes puissances revient à les disculper à peu de frais. L'ami des opprimés fait preuve d'un paternalisme condescendant à l'égard de ses protégés : il leur interdit l'accès à l'autonomie parce qu'il les rend jamais comptables de leurs actes, pas plus qu'il ne les crédite de leurs réussites individuelles.
A ceux qui imputent le terrorisme aux inégalités économiques du proche-Orient, au réchauffement climatique, aux interventions américaines ou européennes, opposons plutôt ce sage conseil du doyen de la faculté de droit du Qatar : le seul moyen de combattre Al-Qaïda ou Daech, c'est de leur substituer une autre théologie, d'autres valeurs spirituelles qui réfutent les leurs. L’enjeu est d'abord religieux."

Pages 91-92

"Dans une note pour la Fondation de la recherche stratégique (février 2016), Bruno Tertrais rappelle que des attentats frappèrent le sol français dès les années 70 sans que nos armées soient intervenues à l'étranger, par le terrorisme palestinien et iranien. En 2000, un projet d'attentat déjoué voulait détruire la cathédrale de Strasbourg alors même que notre pays n'intervenait nulle part. Ne pas frapper en Afghanistan en 2001 aurait permis à un émirat taliban de prospérer et de rayonner sur le monde entier. L'Allemagne elle aussi est menacée comme pays croisé alors qu'elle a peu de troupes hors de ses frontières. Daech veut nous enfermer dans une alternative intolérable : soumission ou intervention. Il est dommage que des responsables politiques, tel Dominique de Villepin, ou des intellectuels s'y laissent enfermer. C'est confondre les prétextes invoqués par les djihadistes avec les causalités réelles.
La France est haïe pour ce qu'elle est, non ce qu'elle fait."


"Éternel travers de l'ultra-gauche : elle a toujours une barbarie de retard, elle garde les yeux fixés sur le national-socialisme d'hier pour mieux s'aveugler sur ses versions contemporaines."

"Or le voile, loin de dissimuler la chevelure, est d'abord une stratégie de visibilité : il départage "nos" femmes des vôtres, les sauvées des damnées, les pudiques des traînées et permet de faire le compte. En quoi il est acte militant, une démonstration de force, l'étendard d'une avant-garde qui veut conquérir les cœurs et les esprits. Se couvrir la tête, c'est faire scission, ostensiblement, d'avec le reste de la société. Comme l'affirme avec candeur, en juin 2016, Hani Ramadan, frère deTariq Ramadan et directeur du centre islamique de Genève : " la femme sans voile est comme une pièce de deux euros, elle passe d'une main à l'autre." À l'inverse, l'universitaire Abderrahim Hafidi demande aux musulmans de France de " comprendre que certains comportements vestimentaires, notamment le port intégral de l'habit religieux, signifient pour nos concitoyens non musulmans un refus du vivre ensemble, en se barricadant dans une posture d'exclusion"."

Page 77.

"Qu'est-ce que l'antiracisme aujourd'hui ? L'amour de l'autre poussé jusqu'au sacrifice de soi ou des siens. La fraternité obligatoire avec toute l'humanité sauf avec sa propre culture. Car il y a un seul ennemi, l'homme hétérosexuel blanc, héritier du DWEM comme on dit sur les campus américain. Ainsi sont foulés aux pieds l'égalité hommes-femmes, le doute salvateur, l'esprit critique, tout ce qui était associé traditionnellement à une position éclairée. Seul le racisme tourné contre nous est légitime, nous devons approuver chez l'autre ce que nous refusons chez nous. La tolérance envers lui doit tolérer également son intolérance à notre égard.
Ainsi par amour pour l'islam, une certaine gauche halal tombe-t-elle dans une idolâtrie sans failles envers le voile islamique, porté aux nues. Retour d'une ancienne valeur romantique : l'exotisme. On s'entiche jusqu'à l'extase de toute la vêture des salafistes, de leur attirail de bazar orientalisant comme on s'extasiait au XIXe siècle sur les odalisques net les harem."

Pages 74-75

"Pourquoi alors mettre sur un pied d'égalité antisémitisme et islamophobie, surtout à un moment où le premier fleurit dans l'ensemble du monde arabo-musulman sous le nom d'antisionisme ? Pour le dire autrement, pourquoi tout le monde veut-il être juif aujourd'hui, surtout les ennemis des juifs ? Pour accéder fantasmatiquement au statut de Réprouvé, rapprocher la défense de l'Islam de la lutte contre le nazisme. Seule la foi coranique devrait échapper à la remise en cause qui est la règle pour toutes les autres confessions : elle est intouchable, elles sont modifiables."

Page 106

Posté par Florell à 21:01 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

26 novembre 2019

"Enfants perdus de Roumanie : histoire des orphelinats de Ceausescu" de Jean-Philippe Légaut

Sur Encre d'époque :

Mon avis sur le livre de Jean-Philippe Légaut.

les enfants de ceausescu roumanie

Résumé :

Images d’enfants maltraités, mal nourris, privés d’accès aux soins, entassés dans des bâtisses insalubres : en 1989, l’opinion internationale découvrait avec effroi l’enfer des « orphelinats de Ceausescu », au point que leur démantèlement fut une condition sine qua non de l’adhésion de la Roumanie à l’Union européenne.

Au-delà des représentations sensationnalistes diffusées par la presse et les organisations internationales, la réalité de ce phénomène reste encore largement méconnue. Une certitude : du fait d’un manque cruel de moyens et de personnel qualifié, ces « enfants de l’État » ont, par dizaines de milliers, subi pendant des années, sans possibilité d’échappatoire, la rudesse des conditions de vie sous le régime socialiste et une violence quotidienne au sein des institutions censées les prendre en charge.

En s’appuyant sur des sources nationales et locales inexplorées, sur de nombreux témoignages d’anciens mineurs placés, mais aussi sur ses douze années d’observation et de travail social sur le terrain, Jean-Philippe Légaut nous montre pourquoi et comment ces structures ont condamné ceux qu’elles auraient dû protéger.

Lien : http://encreenpapier.canalblog.com/archives/2019/11/26/37817046.html

Posté par Florell à 15:26 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,