Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

18 mai 2013

"Quand la fleur se fane, où s'en va son parfum ?" De Grazyna Perl

"Quand la fleur se fane, où s'en va son parfum ?" De Grazyna Perl

quand la fleur se fane où s'en va son aprfum

 


Résumé :

Quelle est la place de la femme dans le bouddhisme ? Existe-t-il dans cette pensée une manière spécifiquement féminine d'appréhender des questions comme le pouvoir, l'amour, la sexualité, l'éducation des enfants ou même la mort ? Maître Bon Yo porte sur ces problématiques un double regard : celui d'une maître du Zen de tradition coréenne et éminente disciple de Seung Sahn (Cendres sur le Bouddha, Points Sagesses, 2002) ; celui d'une femme d'aujourd'hui, qui a choisi de ne pas renoncer à une vie laïque, professionnelle, conjugale et familiale. Parce que le Zen n'est pas une échappatoire " exotique " à la vie quotidienne, mais se pratique ici et maintenant. Née en Pologne dans les années 1960, ancienne styliste de mode devenue artiste-peintre, deux fois mariée et divorcée, mère de deux enfants, Bon Yo analyse, à la lumière de sa riche expérience, les obstacles rencontrés par les femmes pour accéder à de hautes responsabilités, les difficultés à être reconnues sur leur chemin spirituel, la violence qu'elles subissent parfois, les doutes et les inquiétudes qui les préoccupent. Sa réflexion est nourrie des enseignements traditionnels du Zen, auxquels ce Petit traité constitue l'introduction idéale.

Mon très court avis avec beaucoup d'extraits ^^ :

J'ai lu ce livre il y a un mois, et j'avais souvent l'impression de m'entendre parler en le lisant, même si je loin d'être une bouddhiste parfaite. Mais cette sagesse de 2500 ans, et si proche de la nature humaine, a beaucoup à nous apprendre qu'on soit novice ou pas, et pour cela ce livre n'est pas mal. Même si toutefois comprendre c'est une chose et vivre avec en est une autre. ;)

Petits extraits :

- "La compassion n'est pas dissociable de la sagesse : ouvrir son cœur ne signifie pas fermer les yeux, mettre entre parenthèse sa capacité d'entendement, devenir un idiot généreux." (Celle-là c'est ma préféré je crois.)

- "C'est notre esprit qui crée l'univers tel que nous le percevons ou le jugeons. Nous souffrons, parce que nous regardons le monde, êtres et choses, à travers des lunettes des lunettes déformantes de nos émotions ou de nos attentes égotiques."

- "Nous voulons absolument mettre des mots sur tout, qualifier, questionner, expliquer. Le Kong-an est une manière de faire réaliser à l'élève que les concepts que nous accolons aux choses ne sont pas la réalité mais une interprétation de celle-ci et que notre mal-être naît de notre attachement à ceux-ci."

- "Dire que tout est un, c'est dire que la Nature véritable n'a pas de sexe, pas de couleur de peau, qu'elle n'est pas dépendante d'une situation géographique ni d'une culture ou d'une religion. Il n'y a en elle ni bien ni mal. S'éveiller signifie comprendre cela et, par là, nous libérer de la conviction que nous sommes définis par notre éducation, notre fonction, notre nom... Car nous sommes bien plus que cela. Le but est de sortir du rêve et d'entrer dans la Réalité. Il est "d'entrer dans la rivière", comme dit le Bouddha, pour y agir de façon juste en fonction de l'environnement et du moment.

Le Bouddha n'est pas une divinité dotée de pouvoirs surnaturels qui lui auraient permis d'atteindre l'Éveil. Chacun est un Bouddha qui ne demande qu'à se révéler, quels que soient son époque, sa nation, sa condition sociale et son sexe. Il ne s'agit pas d'une simple "égalité des chances" sur la voie de l'Éveil mais de notre nature même. Le chemin vers l'Illumination ne peut être encombré des oppositions forgées par l'esprit qui s'accroche maladivement à la pensée dualiste, car ces pensées sont des entraves. Il doit peu à peu les dépasser." (En fait non elles sont toutes bien. lol)


18 décembre 2011

"Le monde de Sophie" de Jostein Gaarder

"Le monde de Sophie" de Jostein Gaarder

le monde de sophies

Résumé :

" Qu'est-ce qu'il y a de plus important dans la vie ? Tous les hommes ont évidemment besoin de nourriture. Et aussi d'amour et de tendresse. Mais il y a autre chose dont nous avons tous besoin : c'est de savoir qui nous sommes et pourquoi nous vivons. "

Mon avis :

Moi qui n'ai pas de grande connaissance en philosophie, à part celle que j'ai glané à droite à gauche, j'ai apprécié cette lecture, qui retrace la philosophie de sa création à aujourd'hui. Je dois avouer que ce n'était pas gagné, et pour deux raisons. Tout d'abord parce que j'avais un peu peur que l'auteur essaye à tout prix d'imposer sa vision des choses, -comme c'est souvent le cas dans ce genre de livre, eh bien non, ouf !- et ensuite ayant déjà fait ma petite crise existentielle, j'avais vraiment peur de m'ennuyer avec ces questions certes intéressantes, mais qui resteront malgré tout sans réponse, et auxquelles pour certaines j'ai déjà trouvé les réponses qui me conviennent très bien, -du moins pour l'heure.

Contrairement aux apparences ce livre est plutôt agréable à lire, même si sur la fin ça commence à faire un peu long, et que Sophie peut souvent se montrer exaspérante avec ses "Continue" à répétition, ainsi que ses interventions pas toujours justifiées, c'est avec plaisir que j'ai découvert le monde de la philosophie, ses philosophes et ses idées, pas toujours bonne cependant. pour être franche y'en a que j'ai trouvé d'ailleurs carrément crétin sur certain point, pour Descartes et les animaux je savais déjà, mais Berkeley était dans son genre pas mal, Aristot avec les femmes aussi, et je ne parle bien sûr pas des théories fumeuses de Freud, qui a droit à un chapitre ici. (Oui oui vous ne rêvez pas, lui et sa connerie je n'peux pas. La psychanalyse vaut que dalle, et niveau on se cherche des excuses bidons ça se pose là.) Bref, comme vous le constatez on a droit à un sacré tour d'horizon.

Par contre une chose que je n'ai vraiment pas apprécié, c'est quand Alberto, critique et se montre sceptique sur les voyants et autres phénomènes dans ce genre. Pour un philosophe (c'est ainsi qu'il se présente) j'ai trouvé qu'il avait à ce niveau pas mal l'esprit fermé. Pour ma part je crois qu'il y'a beaucoup à apprendre et découvrir grâce à ces gens là, je parle des bons bien sûr parce que des charlatans y'en a beaucoup. Dommage d'ailleurs que ce monsieur n'existe pas, parce que je lui en aurais présenté deux ou trois et véridique il y aurait cru sur le champs. (Et oui j'y crois, mais parce que je suis tombée sur des bons. :P)

Sinon quelques petits points avant de finir. Tout d'abord, j'ai parfois un peu décroché sur certains passages, qui sont long et pas franchement intéressant en ce qui me concerne. Les passages sur la physique m'ont... arrrrrgh tués. (Là c'est mon fantôme qui écrit cet avis.) Ensuite, malgré les rappels dans l'histoire, il est compliqué de tout retenir, même pendant la lecture du coup parfois j'ai fait quelque retour en arrière. Sinon, encore ensuite, l'histoire du père de Hilde n'est pas vraiment intéressante, certes il fallait bien un fil conducteur pour présenter le roman, mais je ne sais pas, ça ne m'a pas convaincu et j'ai trouvé ça parfois un peu loooooooong, surtout qu'on devine assez vite que dans l'histoire les personnages principaux sont un roman dans le roman, donc là à mon niveau pas de surprise.

En résumé un livre à lire pour tous les p'tits curieux de la philosophie. :)

D'autres avis de cette LC : Jostein, Ayma, Pomm, Ô pâle étoile, d'autres avis plus tard.

 

Posté par Florell à 13:27 - Livre à méditer - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

20 avril 2011

"La forêt des 29" d'Irène Frain

"La forêt des 29" d'Irène Frain

couv41293839

Résumé :

Cela se passait en Inde, il y a plus de cinq siècles. Dans ce pays aimé des poètes, les puissants ont tout saccagé. Pour leurs constructions mirifiques, ils ont d"boisé les forêts, méprisé les forces de la terre et du ciel. Le vent s'engouffre dans les villages, la sécheresse s'installe, le fossé entre les riches et les pauvres devient intolérable, la misère rôde, la vie est en danger. Pourtant chacun courbe l'échine... Un jeune paysan va refuser la fatalité. Rejeté par les siens, Djambo a rejoint le peuple des Errants, connu la faim, la soif, la passion et l'inanité des rêves d'abondance. Avec quelques vagabonds, il fonde une communauté dont la survie tient à 29 principes simples. Leur ligne directrice : le respect de la Nature et de tous les êtres humains. Ces principes vont permettre au Pays de la Mort de ressusciter.

N.B :

Avant de commencer cet avis, je tiens à dire bravo pour la fabrication de ce livre qui est fait dans le respect de la nature. Papier certifier FSC et des encres fabriquées à partir d’huiles végétales qui rentre dans un processus de responsabilité environnemental. Ce fut pour moi un vrai plaisir de savoir cela. En plus l’objet est très joli.

Mon avis :

Après un début un peu difficile, malgré un sujet qui soit intéressant, j’ai dans l’ensemble apprécié ce livre, qui est un bon sujet de réflexion sur l’écologie et notre façon de vivre à l’heure actuelle. Je suis certaine qu’on peut encore aujourd’hui tirer des enseignements de cette légende, malgré les siècles qui nous séparent.

Comme je le disais, la première partie, -en fait celle que j’ai appelé la première, partie là où Djambo est encore enfant puis vagabond-, est bien un peu difficile pour retenir notre attention, car le rythme souffre de quelques longueurs, et l’histoire n’est pas toujours très intéressante, faut dire. Malgré le fait qu’on découvre l’enfance de Djambo, enfant rejeté par sa famille et par le village, puis enfant secret, rêveur, résigné et calme, faut admettre qu’il ne se passe pas grand chose de bien passionnant. Même si on se doute que certains de ces évènements ont sûrement été des éléments déclencheurs à l’homme qu’est devenu Djambo, en vrai Jambaji 1451 – 1536.

En ce qui concerne la deuxième partie maintenant, celle où il fonde sa communauté des 29, (29 préceptes et non 29 personnes comme j’ai pu le croire) elle est plus intéressante, puisqu’enfin on voit vraiment quel genre d’homme et quel esprit avancé dans ce pays ravagé par la famine et la sécheresse, il était. On cerne bien dans cette partie que cet homme avait compris que la nature en plus d’être notre allier, peut être notre pire ennemi, si jamais on ne la respecte pas. Chose quelque peu oublié aujourd’hui… Je pense d’ailleurs, que c’est certainement pour cette raison finalement, que je trouve cette seconde partie plus intéressante que la première, car l’écologie est un sujet qui me touche de près, et cet esprit est très présent dans cette dernière. Sans compter que le respect que Djambo avait envers les femmes a fini de me convaincre sur la qualité de cet homme. 

Autre point que j’ai aussi apprécié dans ce bouquin c’est que l’auteure ne s’arrête pas à l’histoire ou plutôt à la vie de Djambo. Non, en plus de nous raconter une petite partie de l’histoire de l’Inde, elle a continué à raconter les grands évènements qui ont touché la communauté des Bishnoï depuis la mort du fondateur, et ce n’est vraiment pas désagréable, car ça donne une vue d’ensemble et assez complète sur cette caste, sans compter que ça fait sortir le vrai de la légende. Surtout que certain évènement, et un en particulier qui est un fait exceptionnel mais terrible à couper le souffle, mérite vraiment d’être connu.

Bon par contre un petit bémol, en plus du léger ennuie de la première partie, je regrette quand même le langage un peu trop familier que l’auteur utilise parfois. C’est dommage je trouve, car au milieu de beau passage, -même si dans l’ensemble l’écriture est très simple-, on va avoir une phrase vraiment pas terrible qui va casser la magie de ce conte. Bon je sais ce n’est pas un conte, mais à la manière dont c’est raconté, j’ai trouvé que le Il était une fois n’était pas si loin que ça dans ce récit initiatique. Surtout qu’il est toujours assez difficile de séparer le vrai du faux dans ce genre de « légende ».

En résumé c’est une lecture que je ne regrette pas. Une lecture riche en enseignement qu’on devrait mettre dans beaucoup de main et méditer encore aujourd’hui…

Je remercie les éditions Michel Lafon et Livraddict pour ce partenariat.

Quelques extraits :

« A tout moment du jour, apprends à te défaire de l'amour de toi. Et détruis les pulsions de ton ego, source de convoitise, de rivalité, d'envie, d'anxiété, d'avarice et d’attachement. »

« Seulement sache le Bika, une fois qu’on a commencé avec les rêves de grandeur, on en finit jamais. […] Combien de fois je te l’ai dit Bika, grands désirs, grandes pertes ! »

 

04 juin 2010

"Les thanatonautes" et "L'empire des anges" de Bernard Werber

"Les thanatonautes" et "L'empire des anges" de Bernard Werber

les_thana

Résumé :

Le " phénomène Werber " continue. Après Les Fourmis et Le Jour des fourmis, deux best-sellers au succès sans précédent dans le monde entier (traduits dans 17 langues des Etats-Unis à la Corée), voici Les Thanatonautes : la grande épopée moderne qui perce jusqu'au mystère de la mort. Nourri d'informations scientifiques souvent inédites, des textes sacrés et initiatiques les plus secrets des principales religions depuis le fond des âges, Bernard Werber nous entraîne à la découverte du continent ultime, au-delà de notre imaginaire. En suivant les Thanatonautes, vous connaîtrez des rêves et des terreurs insondables, vous subirez les lois d'un univers étrange, où se cache l'énigme qui hante les hommes depuis toujours... Jamais personne n'est allé aussi loin que les Thanatonautes. Ils ont exploré la vie après la vie. L'odyssée la plus stupéfiante de tous les temps.

Empire_des_nages

Résumé :

Que pensent les anges de nous ? Que peuvent-ils faire pour nous aider ? Qu'attendent-ils de l'humanité en général ? Lorsque Michael Pinson (stupidement tué dans un accident d'avion percutant un immeuble) a passé avec succès l'épreuve de la « pesée des âmes », il a accédé au royaume des anges. Mais passé le premier émerveillement, il découvre l'ampleur de la tâche. Le voilà chargé de trois mortels, qu'il devra désormais guider et aider tout au long de leur vie. Ses moyens d'action les rêves, les signes, les médiums, les intuitions, les chats. Cependant, il est obligé de respecter le libre arbitre des hommes. Il s'aperçoit que ceux-ci essaient de réduire leur malheur au lieu de construire leur bonheur. Que faire pour leur montrer la voie ? Et puis comment s'occuper intelligemment au Paradis, un endroit bien sympathique mais sans cinéma, sans musique, sans restaurant ? Après Les Thanatonautes, Bernard Werber nous donne une fois de plus à réfléchir sur notre statut d'être humain, en mélangeant sagesse ancienne, philosophie moderne et humour. En suivant l'initiation d'un ange, on découvre une perspective étonnante à notre état de simple mortel.

Mon avis :

Je présente ces deux livres ensembles car "L'empire des anges" et une continuité des "Thanatonautes"
. (Mickaël Pinson, le personnage principal des livres meurt à la fin des "Thanatonautes", voilà pourquoi on le retrouve en ange dans le second.)
Pour ces deux livres j'ai adoré l'idée, pour le premier la découverte de la terra incognita (ce qu'il y a après la mort) et pour L'empire des anges la vie d'un ange là-bas et une possibilité sur le destin et le karma. La possibilité sur le déroulement de nos vies.

Les éventualités et les questions qu'offrent ces deux romans sur la vie et la mort, sont certes que des théories parmi d'autres (bien qu'inspirées du bouddhisme ou des EMI) mais elles ont au moins le mérite de nous faire réfléchir sur nos vies et nos actions qui en découlent. Surtout que pour y parvenir l'auteur a crée des personnages tel que monsieur et madame tout le monde. Bien sûr il y a l'histoire autour qui fait qu'ils sont plus des gens si communs mais à la base ce sont des personnes comme vous et moi, et je trouve que c'est un point positif. Pour moi ça prouve simplement que tout le monde peut s'intéresser à ces sujets, cela n'est pas réservé à une élite ou à des croyants... On peut être impie et ne pas en penser moins !
J'ai vraiment adoré ces livres, surtout Les thanatonautes même s'il est un peu long au démarrage, en ce qui concerne L'empire des anges je l'ai pas moins aimé mais je trouve que vers la fin l'auteur tourne un peu en rond quand il va voir les anges d'une autre galaxie, mais le livre est malgré tout cela très bon, et tout deux restent d'agréables découvertes !

Et en ce qui concerne Bernard Werber, pour moi il est un auteur qui apporte aux gens, on n'oublie pas ses livres sur une étagère. Bien sûr certain disent qu'il est un peu gourou, je ne trouve pas, ses livres sont vraiment des portraits sur le commun des mortels, des possibilités, des interrogations... et dedans il y a vraiment des passages à prendre en compte, comme par exemple le passage du temps dans L'empire des anges ou encore toujours dans le même livre, le passage où Jacques s'énerve en passant son oral de philosophie. (Mon passage préféré. Je ne suis pas la seule à penser cela. Ouf !) Werber est un auteur pour moi indispensable, il peut vraiment apporter une lumière ou un réconfort aux gens. Enfin bref ! Il faut lire au moins un livre de Werber c'est un auteur à ne pas rater !

A lire aussi dans la lignée de ces deux livres : La trilogie des dieux.

Extrait du livre L'empire des anges ici.

Bonne lecture.

EMI : expérience de mort imminente. Désigne un ensemble de « sensations » vécues par certains individus pendant un coma avancé ou une mort clinique avant qu'ils soient réanimés.

Posté par Florell à 08:28 - Livre à méditer - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,