Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

27 mai 2015

"Le cerveau à sornettes" de Roger Price

"Le cerveau à sornettes" de Roger Price

le cerveau à sornettes

Résumé :

Apprenez à ne rien faire ! Un des livres les plus fous et les plus drôles de la littérature américaine du XXe siècle.
Pourquoi s'adapter alors que c'est la civilisation qui est inadaptée ? Pourquoi s'activer quand on peut l'éviter ? Et comment s'exercer à ne rien faire ? Après des années de recherches approfondies en anthropologie, en psychologie, en laboratoire et sur Mlle Patricia Delray, l'auteur fonde dans ce livre les bases d'un mouvement révolutionnaire : l'Evitisme. Il nous raconte aussi le destin tragique de Melvin Ouk, l'inventeur de la roue, pionnier du cauchemar mécaniste actuel, et nous emmène en expédition chez les sauvages blancs du Pópotan, fétichistes de l'argent... Il nous enseigne par ailleurs «Comment combattre efficacement la publicité» ou «Comment les jeunes femmes et autres types de femmes peuvent éviter les hommes qui les enquiquinent dans les lieux publics». Hilarant manuel illustré de 80 dessins, Le Cerveau à sornettes vous convaincra de rejoindre le Mouvement !
Pamphlet anti-utilitariste virulent et chef-d'oeuvre d'humour nonsensique, pionnier «marxbrotherien» de la décroissance et du slow en plein maccarthysme, Le Cerveau à sornettes est un des livres les plus dingos de la littérature US, salué comme il se doit par l'Oulipien Georges Perec.

Mon avis :

Je ne sais pas vraiment si le propre de cette maison d’édition est de publier des choses loufoques, mais en additionnant Mémoires d’un vieux con de Topor (j’ai Vaches noires dans ma PAL mais toujours pas lu) et Le cerveau  à sornettes, je pourrais être tentée de le croire. Car comme le livre de Topor celui-là est tout aussi bizarre et nouveau.

Dans ce livre l’auteur va se proposer de nous faire découvrir sa philosophie « L’évitisme ». « L’évitisme » qu’est-ce que c’est ? Ca ressemble un peu au non-agir des bouddhistes mais en pire – cependant comme chez les bouddhistes il faut une longue pratique pour y parvenir, comptez un an pour apprendre trois poses pour ne rien faire.

Maintenant que les bases sont posées, venons-en au contenu.

Pour ce qui est de ce dernier je ne vous cache pas que ça va être dur d’en parler, car d’une part l’écriture est tellement délirante qu’il est parfois difficile de suivre le fil conducteur de « l’évitisme », et d’autre part ça part tellement dans tous les sens qu’en fait il est impossible d’en parler. En fait je suis à deux doigts de tenter l’évitisme moi aussi.

Plus sérieusement sachez que l’expression « part dans tous les sens » n’est pas exagérée. Car pour comprendre le malheur humain, et nous faire comprendre que sa philosophie l’évitisme ne peut être évitée et qu'elle peut nous être que bénéfique, l’auteur va démontrer par A+B et avec une variété d'exemples, que nos diverses philosophies habituelles, que nos manières de vivre et de penser, nous ont menés droits dans le mur et qu'il est donc grand temps d'en changer. Et sachez que pour étayer ses propos l'auteur n'hésitera pas à remonter à l'invention de la roue, c'est vous dire que c'est sérieux. Enfin au premier abord... 
Bref ! Comme vous le voyez, c’est à une véritable thèse que Roger Price s’est adonné tout en tapant sans arrêt sur le pauvre Dr. Carl Gassoway ennemi du mouvement de "l'évitisme" et terroriste sur les bords ^^ - et je précise que cette thèse est aussi bordélique que ce dernier paragraphe.

Bon, vous vous en doutez rien de sérieux là-dedans, encore que ce passage page 91 « (Def.) Existentialisme : toute l’humanité devrait aller se faire voir. Et plutôt deux fois qu’une. » « De l’avis général, l’homme moderne fonce vers le Néant. Cette situation est due au fait que l’homme souffre d‘une compulsion le poussant à sans cesse se lancer […] dans des projets, des plans et des actions. », montre que parfois ça peut être profond (mais vraiment parfois, en fait je n'ai retenu que ce passage).
Cela dit, sachez que ce qui fait le charme de ce livre c’est justement ça ; son manque de sérieux, son bordel éclatant, son écriture drolatique, son esprit comique et farceur. Personnellement ça m'a arraché des rires et des sourires à chaque page, y compris quand il dit qu'il faut taper l'enfant pour le forcer à rire à une histoire crétine. D’ailleurs une anecdote de lecture, la connerie de la page 153 a marché avec ma mère. Je lui contais l’histoire, quand d’un coup j’ai crié « féroce rhinocéros » comme cela avait été conseillé au bas de la page, elle s’est quasiment pétée la gueule du canapé ! (J’en rigole encore.)

Bref ! Tout ça pour dire que c’est vraiment la lecture que je conseille, et ce que je disais de Topor à l’époque je le dis pour ce livre aussi sans hésiter, lisez-le vous n’en lirez jamais deux pareils. A moins que l’auteur en ait écrit deux identiques ? 

En tout cas je remercie Libfly & l'éditeur Wombat pour cette découverte plus qu'agréable.

Posté par Florell à 22:43 - Livre humoristique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 décembre 2014

"Saving Joseph" de Laurent Clerc

"Saving Joseph" de Laurent Clerc

saving joseph

Résumé :

Être un homme aujourd'hui, qu'est-ce que c'est ? Trouver sa niche et s'y terrer ?
La quarantaine, crâne dégarni et mal dans son couple (sans lien de cause à effet), le héros est un type sans histoire. Mais, le jour où il se retrouve dans une chapelle à l'approche de Noël, lui qui ne met plus les pieds à l'église, sa vie bascule. Alors que tout le monde est en adoration devant la Vierge Marie, le héros prend le parti de Joseph : père adoptif contre son gré, sommé de fermer les yeux sur cette grossesse suspecte et relégué au rang de figurant de la crèche, c'est lui le pigeon de l'histoire !
Tandis qu'il tente de reconquérir sa compagne par des moyens plus ou moins judicieux, le héros entame un dialogue fantasmé avec Joseph qui le mènera sur les chemins les plus vertueux... et les plus sulfureux. Avec humour et fantaisie, Laurent Clerc signe la chronique drôle et moderne d'un homme de tous les jours pris dans les contradictions de la société.

Laurent Clerc travaille en entreprise et mène une carrière plutôt intéressante dans le secteur audiovisuel, côté finances. Né dans la Nièvre, il vit à Paris et ne prévoit pas d'en partir. À quarante-quatre ans, ce père de trois enfants publie Saving Joseph, son premier roman.

Mon avis :

Dans l’ensemble je peux dire que j’ai apprécié ce livre, même s’il ne m’a pas fait rire aux éclats comme je m‘y attendais il m'a bien fait sourire, cependant comme le récit était parfois un peu lourd et caricatural aussi la lecture a été partiellement gâchée.

Comme l’indique le résumé Paul tente de reconquérir sa copine tout en palabrant avec Joseph le père adoptif de Jésus, jusqu’ici rien de trop anormal. C’est bien trouvé, c’est drôle, c’est vraiment plaisant à lire.

Mais c'est plaisant à lire, jusqu’à ce que notre héros touche une coquette somme d’argent offerte par ses parents. Alors si cela n’a rien d’inaccoutumé, à partir de là cependant, j’ai commencé à changer d’avis sur ce livre car il perd en crédibilité. Bien sûr le fait qu’il y ait un dialogue entre Joseph et Paul n’a rien de crédible à la base, mais voilà même sans être crédible c’est rigolo malgré tout et pas si dérangeant finalement si on se met dans la peau d’un type désespéré. (Là en l’occurrence très désespéré… En tout cas assez pour s’inventer des dialogues.)

En fait, selon moi, ce qui fait que l’histoire perd en fiabilité, c’est qu’à partir de là, notre héros va faire des actions complètement capilotractées et caricaturales pour sauver son amour ou noyer son chagrin. Et hélas pour le livre ces passages-là ne m’ont pas plu ; car à ces moments précis du bouquin, j’ai vraiment eu l’impression de visionner un très mauvais film romantique hollywoodien (film que je déteste à la base déjà) où tout un répertoire de scène improbable est mis en place  pour sauver l’amour moribond du héros ou de l’héroïne. Ce qui a pour effet immédiat chez-moi, de rendre le rendu très niais et très vite insupportable.

Là vraiment par la démesure des actions ce n’était pas pour moi, et c’est dommage car sans ça, ce livre avait vraiment le potentiel pour me plaire, d’ailleurs pas mal de chose m’ont plu. Les dialogues entre Joseph et Paul bien sûr, mais aussi la relation entre la bonne sœur et ce dernier. Le caractère du personnage. Bref, tout n’est pas à jeter non plus, malgré la maladresse débutante de l'auteur.

En résumé, c’était une lecture pas entièrement désagréable, y’a des scènes, des actions, des paroles, vraiment sympas, mais hélas ces dernières ont été en partie gâchées par les clichés. Cela étant je ne regrette pas ma lecture, elle a eu du bon.

 

Edition Denoël

Saving Joseph de Laurent Clerc ; 180 pages.

Paru le 30/10/2014

Auteur français.

Posté par Florell à 15:36 - Livre humoristique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 juin 2014

"Le fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steak haché" de David Safier

"Le fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steak haché" de David Safier

Le fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steak haché de David Safier

Résumé :

Mis à part l'infidélité de son taureau, le bien nommé Champion, Lolle, une vache laitière, mène une vie tranquille dans un pré du nord de l'Allemagne.

Jusqu'au jour où elle apprend de la gueule de Giacomo, un chat errant qu'elle a sauvé de la noyade, que le fermier a décidé de vendre le troupeau de bovins pour régler ses dettes.

Afin d'éviter de finir entre deux tranches de pain de hamburger, Lolle, maligne comme un singe, décide de s'enfuir avec ses congénères pour rejoindre le pays où les vaches sont sacrées, l'Inde !

Mais la route est longue et semée de dangers, à commencer par Old Dog, le chien sanguinaire du fermier.

Débute alors pour Lolle et ses amis un périlleux voyage qui les conduit de l'autre côté de l'Atlantique, de New York à l'Ouest américain, territoire des bisons, jusqu'aux contreforts de l'Himalaya ...

Mon avis :

J’avais été déçue par les livres qui ont suivi Maudit Karma, d’ailleurs je pense que David Safier ne pourra jamais faire mieux, mais je dois avouer que ce livre m’a en partie réconcilié avec l’auteur. Il n’est pas aussi sympathique que Maudit Karma, mais il est très agréable à lire. En effet, contrairement à d’autres livres de cet auteur, j’ai rigolé en lisant les aventures burlesques de ces vaches et du chat Giacomo, qui est comme son nom l’indique un coureur de jupon patenté. Un peu comme le Giacomo Casanova de Maudit Karma d'ailleurs; est-ce d’ailleurs un clin d’œil à ce premier succès ? Possible... ou pas. ^^

Bref. Pour en revenir à mes vaches, je dois dire qu’au début je trouvais le livre mal parti, car quand j’ai vu que l’auteur leur avait attribué des sentiments mais aussi des comportements humains, j’avoue qu’au début ça m’a un peu rebuté, les animaux étant très franchement au-dessus de la trahison sentimentale par exemple. Cela dit une fois que j’ai mieux connu ces vaches et que je suis rentrée un peu plus dans l’aventure, ce sentiment peu avantageux sur le bouquin s’est très vite estompé. Même s'il est vrai que le lecteur peut faire la transposition des sentiments de ces vaches sur des humains, on ne peut que remarquer malgré tout que cette aventure ne peut appartenir qu’à des vaches qui rêvent d’un Éden terrestre. De plus elles forment ensemble un tableau tellement comique, que je n’ai pu finalement que les apprécier.

Faut dire qu’avec la vache naïve, la vache carrément chieuse, la vache qui lâche des reparties assassines à tout bout de champ, la vache meneuse mais un peu têtue, et le taureau amnésique, ça ne pouvait pas en être autrement. Je me suis vraiment retrouvée -et ça sera le cas de tout lecteur je pense- plongée dans un monde complètement barge, mais aussi dans une aventure « meuhesque » comme je n’en ai jamais lu et comme je ne suis pas prête de relire. C’était drôle, c’était frais, c’était changeant, c’était plaisant, même si parfois c’était un peu trop niais pour moi, comme l’histoire du bébé. Je n’en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la lecture, mais comme je ne suis pas une personne attendrie devant les manifestations maternelles, c'est vrai que du coup certains passages m’ont plus ennuyée qu’autre chose, mais là après c'est une question de personnalité. Chaque lecteur ne réagira pas comme moi...


Mais passons, car malgré ceci ça reste une aventure rocambolesque agréable à lire.

Je remercie en passant les éditions Presse de la cité et Babelio pour ce partenariat.

Posté par Florell à 21:09 - Livre humoristique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 mars 2014

"La fin du monde a du retard" de JM Erre

"La fin du monde a du retard" de JM Erre

la fin du monde a du retard

Résumé :

La Fin du monde a du retard met en scène Alice et Julius, deux amnésiques qui s’évadent de la clinique psychiatrique où ils sont traités. En effet, Julius s’est donné pour mission de déjouer un terrible complot qui menace l’humanité. Poursuivis par la police, par des journalistes et par de mystérieux personnages de l’ombre, ils iront de péripéties en rebondissements jusqu’à l’incroyable révélation finale.

Mon avis :

Je classerai ce livre dans un genre qui en réunit plusieurs, à savoir le policier, le parodique donc automatiquement comique, et enfin le genre « manuel pour écrire un livre ».

Déjà « le manuel pour écrire un livre » parce que l’écrivain n’hésite pas à montrer et utiliser toutes les grosses ficelles prévisibles qui font les romans, comme quand il dit page 375 ceci : « Après une petite ellipse temporelle destiné rythmer le récit à l’approche de la fin… » - et sachez qu’il en joue et abuse tout le long, mais comme il le fait d’un ton un peu désabusé et drôle ça reste très agréable à lire ; et ensuite « parodique – comique » parce que premièrement ce livre est une parodie des romans à suspense genre Da Vinci code ou encore Le dernier pape, et comique car c’est ponctué de phrase, d’image… qui fait que toute cette histoire tourne très vite en dérision. Et là je vais vous citer quelques passages pour illustrer ce que je dis, mais il y en a bien d’autres qui sont excellents, sachez-le.

« Une heure auparavant, le jeune prêtre avait découvert à la télévision les portraits d’Alice et Julius et avait téléphoné à la police pour les dénoncer, car il ne maîtrisait pas encore toutes les subtilités du concept de charité chrétienne. L’abbé Saint-Freu avait surpris la conversation et avait appelé de l’aide pour maîtriser le Judas qui se débattait comme un beau diable malgré quelques coups d’encensoir bien placés. Pour le calmer, il avait fallu le plonger dans la vasque d’eau bénite et lui offrir de battre le record d’apnée en milieu  urbain. Puis il s’était laissé ligoter sans rechigner car on fait moins le malin en état de détresse respiratoire », ou encore : « Elle se pencha sur Julius, endossa son rôle de la Princesse charmante et posa ses lèvres sur les siennes. Alors il se passa que qu’il se passe dans les plus beaux contes de fées, même si d’habitude c’est la fille qui ronfle : le bel endormis se réveilla. » Bref. Comme vous le voyez ce livre fait ouvertement fi des codes et des images des romans, contes… traditionnels, et ce pour le plus grand bonheur des lecteurs.

Cela dit, s’est vrai que ce ton comique peut par moment lasser, disons que à certain moment ça fait un peu lourd, et surtout quand le roman souffre d’un petit coup de mou, comme au moment de l’hôtel par exemple (là j’avoue que je me suis fait un peu chier), néanmoins rassurez-vous, ce n’est pas une impression qui est restée longtemps, car c’est quand même un roman qui bouge vite et qui ne manque pas d’action ni de révélation, faut bien le dire ; et heureusement car quand je suis arrivée à ce moment-là du livre (l’hôtel), j’avoue que je me suis demandé s’il y avait une histoire consistante derrière cette parodie et ce comique sans fin, et il y en a une comme le montre la suite. Ouf ! Car si ça n’avait pas été le cas je crois que j’aurai abandonné.

Quant aux personnages là aussi on a du lourd et une sacrée foire, dans ce livre Paris passe pour une ville de barge. On a deux amnésiques qui ont une fâcheuse tendance à vivre des explosions, deux policiers, un jeune et un presque retraité qui se tirent dans les pattes à longueur de temps, un geek pas très doué (surtout en déguisement), et deux journalistes qui n’ont vraiment pas de chance, la preuve : « Quand il entendirent retentir l’alarme incendie et virent une fumée noire venir renifler les petits-fours au gluconate de potassium, Albert et Raoul se jetèrent un regard las. Le destin semblait jouer avec eux depuis quelques jours et ils se demandaient quand il se choisirait d’autres victimes. Peut-être auraient-ils dû mourir à la clinique ? Peut-être la mort les poursuivait-elle parce que leur heure avait sonné et qu’ils s’étaient débrouillés pour l’éviter depuis quatre jours ? Peut-être devaient-ils arrêter de raconter n’importe quoi et s’enfuir au plus vite ? ». On rencontre aussi deux bonnes-sœurs qui fabriquent des faux billets de banque, un curé qui emmerde nos deux héros avec sa messe en latin, une vieille qui voit le complot partout, et un pigeon estropié. Enfin bref, comme vous le voyez c’est une véritable foire, du vrai n'importe quoi, et même si ça parait gros comme ça et même abusé, ben sachez que ça passe très bien, même si là on a plus trop envie de se balader dans les rues de Paris après.

Enfin bref, et malgré deux longueurs (l’hôtel et la rencontre genre troisième type raté dans les égouts de Paris) j’ai beaucoup apprécié ce livre qui est un pur moment de détente. Donc je n'ai qu'un conseil à vous donner, lisez-le ! 

Je remercie en passant les éditions Buchet Chastel et Babelio pour ce partenariat, et pour m’avoir fait découvrir ce livre mais aussi cet auteur, car maintenant j’ai envie de tenter Le mystère Sherlock qui me tente vraiment beaucoup. (Ma phrase n’est pas française, mais on s'en fout !)

 

08 mai 2013

"Le CV de Dieu" de Jean-Louis Fournier : Depuis cette lecture et celle de "Satané Dieu" je me suis autoproclamée Dieu ^^

"Le CV de Dieu" de Jean-Louis Fournier

le CV de Dieu

Résumé :

Après avoir créé le ciel, la Terre, les animaux et l'homme, Dieu commença à s'ennuyer. Il lui fallait de l'activité. Il décida de chercher du travail et comme tout un chacun, il rédigea son curriculum vitae...

Mon avis :

Je ne sais pas à quoi pensé l’auteur en écrivant ce livre, ni comment l’idée lui est venue, mais je lui dois un des meilleurs moments lectures de ma vie. Insolite, plein d’humour, un brin critique sur la société, ce livre nous montre Dieu comme on ne l’a jamais vu, à savoir un peu de mauvaise foi, artiste, mauvais en maths, désordonné, bourré d’humour et j’en oublie...

Que ça soit pour la correspondance entre le Pape et Dieu, les tests psycho, ou les entretiens avec le directeur sur la création de l’univers, - à la sauce Fournier s’il vous plaît -, c’est un livre que je recommande souvent quand je ne l’offre pas. Pour ma part c’est un gros coup de cœur et j’en rigole toujours. Cultissime ! 


Autres livres des 60 blogueurs Livre de poche par ici : http://www.calameo.com/read/000048378c2d58ac9ae2e

 

nuageconcon5

Posté par Florell à 07:47 - Livre humoristique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 octobre 2010

"Jésus m'aime" de David Safier

"Jésus m'aime" de David Safier

jesusm

Résumé :

Marie est abonnée aux échecs sentimentaux. Alors qu'elle vient de saboter son premier mariage, elle rencontre un charpentier plein de qualités. Doux, sensible et généreux, Joshua a tout de l'homme idéal. A un détail près: il lui déclare être Jésus. Marie pense tout d'abord avoir une fois de plus affaire à un tordu. Mais il n'est pas donné à tout le monde de marcher sur l'eau...

Mon avis :

Légèrement moins bien que Maudit Karma cette lecture demeure agréable. Elle est drôle, originale, et le personnage de Marie est assez intéressant. De part son caractère, sa vision de certaine chose, ses habitudes, ses réflexions qu'elle garde pour elle ou pas, son manque de confiance en elle, ses délires etc etc...

Je n'ai pas grand chose à dire sur ce livre, sinon que l'écriture est simple, l'histoire se suit facilement et il se lit vite. Toutefois je dois dire que j'ai adoré l'idée du retour de Jésus sur terre à l'heure actuelle, c'est pour le moins cocasse ! Pour du vrai je l'imagine bien perdu au milieu d'un monde nouveau et carrément fou en essayant d'appliquer encore et toujours ses principes vieux de 2000 ans et franchement pas d'actualité. ^^

Mais dans le livre, c'est bien sûr autre chose, et ce n'est même pas si catastrophique que ça, dommage... Jésus plus drôle et plus maladroit je n'aurais pas dit non, ça aurait pu faire des actions plus burlesques. Même si c'est drôle parce qu'il est carrément perdu et qu'il a toujours en tête ses principes surannés, genre tendre l'autre joue si on te tape (magnifiquement mit en pratique d'ailleurs), il n'oublie pas qu'il doit sauver les hommes avant le jugement dernier qui approche, donc il garde un côté un peu trop sérieux à mon goût. Mais bon, ça n'est pas pour autant désagréable et il y a quelques moments sympas quand même.

En résumé ce livre m'a plu mais sans plus.

Posté par Florell à 20:33 - Livre humoristique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

15 juillet 2010

"Maudit Karma" de David Safier : Karma de merde !

"Maudit Karma" de David Safier

maudit

Résumé :

Animatrice de talk-show, Kim Lange est au sommet de sa gloire quand elle est écrasée par une météorite. Dans l'au-delà, elle apprend qu'elle a accumulé beaucoup trop de mauvais karma au cours de son existence. Non seulement elle a négligé sa fille et trompé son mari, mais elle a rendu la vie impossible à son entourage. Pour sa punition, Kim se réincarne en fourmi. Et le pire reste à venir : de ses minuscules yeux d'insecte, elle voit une autre femme la remplacer auprès de sa famille. Elle doit au plus vite remonter l'échelle des réincarnations. Mais, de fourmi à bipède, le chemin est long. Kim devra surmonter bien des obstacles... et, au passage, revoir la plupart de ses conceptions sur l'existence ! Tour à tour incisif, léger et émouvant, Maudit Karma est un roman jubilatoire.

Mon avis :

Je me suis ré-ga-lée ! Hélas deux jours plus tard, le livre était fini. Snif. Ce livre est un énorme plaisir à lire. C'est cocasse, original, frais et sacrément inventif. En particulier sur le fait d'avoir pour compagnon de route le Signore Casanova. Toujours égale à lui même et drôle de surcroît, j'ai vraiment adoré ses répliques et aussi les petits passages intitulés "mémoires de Casanova" qui jalonnent ce livre. Puis faut dire qu'imaginer ce bon vieux bonhomme en fourmi, cochon d'inde et chat ça a quelque chose de plaisant en plus d'être nouveau. Bref ! J'adore !
Quant à Kim Lange, le personnage principal, elle n'est pas non plus en reste, elle aussi m'a franchement amusé avec son humour et les situations rocambolesques dans lesquelles elle se trouve. De mémoire je vous citerai les rencontres avec la reine des fourmis qui n'était pas du tout amused, ou encore le coup des cochons d'inde où là on rigole franchement du début à la fin. Kim Lange c'est vraiment le personnage drôle, mais aussi touchant qui souvent en désespoir de cause fait des trucs franchement dingues. En tout cas elle et Casanova forment vraiment un beau duo.
Enfin bref, tout ça pour dire que je ne peux que vous conseiller de lire ce livre s'il est dans votre PAL, ou de vite aller l'acheter si ce n'est pas encore fait. Car là vous ratez un vrai bon moment de lecture.

Posté par Florell à 08:44 - Livre humoristique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 mai 2010

"God save la France" de Stephen Clarke

"God save la France" de Stephen Clarke

God_save_la_france


Résumé :

Nom : Paul West. Age : 27 ans. Langue française : niveau très moyen.Fonction : jeune cadre dynamique promis à un grand avenir. Occupation :déjouer les pièges potentiellement désastreux du quotidien français.Hobbie : lingerie féminine. Signe particulier : Paul West serait le fruit d'un croisement génétique entre Hugh Grant et David Beckham.Jeune Britannique fraîchement débarqué à Paris, créateur, en Angleterre, de la fameuse enseigne Voulez-Vous Café Avec Moi, Paul a bien du mal à s'adapter au pays des suppositoires, des grèves improvisées et des déjections canines. Et il n'est pas au bout de ses surprises...

Mon avis :

Voici le premier tome des aventures d'un anglais perdu à Paris Paul West. J'ai lu le second tome il y a 2 mois environ et je ne vous cache pas que j'ai quand même préféré le second au premier qui est plus drôle. Néanmoins dans celui-là on retrouve quand même ce personnage rigolo, maladroit et malchanceux qui vous plaira par sa vision bien anglaise de la France. Mais quand bien même qu'il ait une certaine vision réelle de la France, grève à tout bout de champs, crottes de chien partout, visite chez le médecin, touriste qu'on essaye d'arnaquer... Il ne faut cependant pas y voir un livre mauvais et contre la France, car l'auteur nous décrit aussi de beau côté français, la campagne, les gens, les rencontres... Comme je le répète un livre pas aussi bien que le deuxième mais qui se lit très bien et qui vous fera bien rire.

319 pages

Posté par Florell à 08:29 - Livre humoristique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,