Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

19 février 2017

"Agatha Raisin : randonnée mortelle" de M.C. Beaton

Agatha Raisin : randonnée mortelle de M.C. Beaton

agatha raisin

Résumé :

Après un séjour de six mois à Londres, Agatha retrouve enfin ses chères Cotswolds - et le non moins cher James Lacey. Même si le retour au bercail de son entreprenante voisine ne donne pas l'impression d'enthousiasmer particulièrement le célibataire le plus convoité de Carsely.

Heureusement, Agatha est très vite happée par son sport favori : la résolution d'affaires criminelles. Comme le meurtre d'une certaine Jessica, qui militait pour le droit de passage de son club de randonneurs dans les propriétés privées des environs.

Les pistes ne manquent pas : plusieurs membres du club et quelques propriétaires terriens avaient peut-être de bonnes raisons de souhaiter sa disparition. Mais la piste d'un tueur se perd aussi facilement que la tête ou... la vie !

Mon avis :

Agatha Raisin c’est d’après le résumé une Miss Marple d’aujourd’hui, mais comme je ne connais pas ce personnage je ne pourrai dire si c’est vrai ou abusé.
Cela étant, Miss Marpel ou pas, cette quinqua en léger surpoids, amoureuse comme une gamine de 20 ans et un brin insupportable, est un personnage aux aventures agréables à suivre.

Certes, ce livre fait partie des livres vites lus et quasiment vites oubliés, pour autant l’ambiance anglaise, l’enquête menée par un milieu amateur et non officielle, et la résolution un peu hasardeuse a tout pour plaire. En effet, le côté calme qui change des romans policiers habituels très tendus, très sérieux, très oppressants, fait du bien car c’est reposant. (Et je m’aperçois que c’est ce que je préfère dans ce genre.)
Ajoutez à cela l’air pur de la campagne anglaise c’est bon vous êtes en vacances. Il ne manque plus que le thé !

En résumé, c’est rapide (mais ce n’est pas grave il y en a d’autres), c’est simple, ce n’est pas prise de tête mais c’est franchement rafraîchissant et sympa. Ca se boit comme du petit lait y a rien de compliqué et de trop.

 

Merci Albin Michel.


25 janvier 2017

"Lulo" de Hugo Poliart

Lulo de Hugo Poliart

S7302164

Résumé :

Je m'appelle Sandra, j'ai vingt-huit ans. Ce que j'aime dans la vie, c'est baiser et tuer. Baiser, je le fais gratuitement, c'est ma passion.
Tuer, c'est mon métier, je suis payée pour ça.

Je m'appelle Marc. J ai trente-sept ans. Je suis inspecteur à la brigade criminelle et je crois bien qu'on vient de me confier l'affaire qui va changer ma vie.

Le « lulo » est un fruit colombien de couleur orange, lumineux quand il est mûr. On l'apprécie pour son jus verdâtre, souvent dilué dans de l'eau, avec un peu de sucre ou de miel pour en atténuer l'acidité.

Mon avis :

Il arrive ! Il est là ! Je sais que vous ne l’attendiez pas et pourtant il est là. C’est ce qu’on appelle une rentrée réussite.
Réussite comme ce livre. Pas un coup de cœur mais quand même une réussite. Je ne sais si l’histoire est originale, si c’est du déjà fait, mais personnellement j’ai adoré l’intrigue, le personnage principal très tigresse, l’écriture, l’ambiance. Vraiment c’était une bonne lecture.

Pour faire un rapide résumé, ça parle d’une fille Sandra qui travaille pour un gars très riche qui possède plusieurs entreprises de média, culturelle… dans le monde. Ce dernier, un jour va en avoir marre de recevoir des manuscrits pourris, du coup il a l’idée de proposer à cette fille de tuer ces mauvais auteurs afin de protéger le monde des livres de leur bouse littéraire. Forcément, ces histoires de meurtre vont finir un jour par attirer des ennuis aux protagonistes.
Vous vous en doutez le livre va donc tourner autour de cette enquête, ces meurtres, en bref rien de bien exceptionnel. Pourtant il va surprendre ! En tout cas il m’a surpris même si certaines choses étaient prévisibles.
La surprise, a tout d’abord commencé par l’histoire entre le flic et Sandra et par son issu, je ne m’attendais pas à cela du tout. Ensuite ça a continué à cause du personnage de Sandra, qui est très intéressante à suivre -c’est une fille qui ne manque pas d’audace- mais aussi très intéressante à lire. En effet, l’auteur lui donne des pensées mentales extrêmement mordantes mais qui sont vraiment excellentes à lire. C’était magnifique tant de « délicatesse » dans le langage. ^^

L’autre atout de ce livre c’est aussi son dynamisme. Y a pas un seul temps mort vu que l’auteur a coupé en deux parties son roman ; une pour Sandra, l’autre pour Marc (le flic). Cet approche qui permet d’aborder les personnages de manière plus intime, de comprendre petit à petit ce qui les lie, fait que finalement on ne s’ennuie pas car Hugo Poliart ne s’attarde pas que sur un personnage et n’en fait pas parler qu’un. Ce qui varie l’action, l’approche, les scènes, les pensées, etc.

Dernière petite chose avant de finir je voudrais préciser que derrière ses apparences « polardesque » ce livre va parfois avoir quelques profondeurs dans ses lignes, comme par exemple sur le plagiat ou encore sur la littérature. Dans un tel livre cela peut surprendre mais pourtant ça n’était pas mal placé. Au contraire ça étoffé les personnages et donnait un peu plus de cachet au livre.

Bref ! C’était une lecture où je ne partais pas spécialement convaincue et pourtant elle m’a vaincue. J’ai passé un excellent moment de lecture quoi que trop rapide.

Merci aux éditions Jourdan.

Posté par Florell à 00:41 - Livre policier, thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 novembre 2016

"Là où elle repose" de Kimberly McCreight

Là où elle repose de Kimberly McCreight

Source: Externe

Résumé :

À Ridgedale, petite ville aisée du New Jersey, le corps d'un bébé est retrouvé dans les bois voisins de l'université. Malgré toutes les rumeurs et les hypothèses que ne manque pas de susciter le drame, personne ne connaît l'identité de la fillette et encore moins les raisons de sa mort. Molly Anderson, journaliste indépendante récemment arrivée avec son mari et sa fille, est recrutée par le journal local pour couvrir le fait divers. Une affaire, pour la jeune femme, qui réveille un tourment douloureux. En effet, elle a perdu un bébé et ne s'est jamais vraiment remise de cette épreuve... Or, ses investigations vont mettre à jour certains secrets bien enfouis de cette petite communauté aux apparences si convenables.
Kimberly McCreight assemble minutieusement les pièces d'un puzzle obscur pour construire un thriller aussi captivant qu'émouvant. Après Amelia, elle confirme ici sa place parmi les meilleurs auteurs du genre.

 

L'avis de Madame Conscience :

 

Comme mon hargneuse patronne est absente, pour une fois je vais m’amuser à faire un avis à sa place et ainsi tout lui pourrir son blog. Haha !

Là où elle repose est une histoire sordide sur le corps d’un bébé retrouvé. Qui est le père ? Qui est la mère ? Telles sont les questions auxquelles on s’attend tout au long de la lecture. Ces questions y sont effectivement, mais une histoire en amenant une autre elles ne seront pas les seules.

 En effet, une vieille histoire de plusieurs dizaines d’années, la disparition d’une mère de famille, vont s’ajouter à cette affaire. Faisant ainsi de ce livre une histoire passionnante, prenante, même si certaines choses sont prévisibles, comme par exemple l’identité du père du bébé.

Autre chose très réussite dans le livre, la personnalité des personnages qui sert à  merveille cette ambiance tendu et de non-dits. Entre la mère parfaite, la mère fragile dans sa peau suite à une fausse couche, la mère débordée, le père absent, la fille paumée, etc., on a un mélange explosif de personnalité qui rajoute de la matière à l’intrigue. Qui soyons honnête, sans ça se serait révélé très vide et moins intéressant à suivre. C’est en effet amusant de les voir se démener pour se sortir de la mouise dans laquelle ils sont, de part leur douleur, leur mensonge…

 Cependant un petit bémol à ce livre. Je lui reproche quelques longueurs et niaiseries. En fait la niaiserie, je la reproche surtout au personnage principal que j’ai trouvé parfois un peu lourde dans son comportement avec sa fille. Ha et puis ! Un autre bémol, l'histoire vieille de 20 ans (que je vous parlais au début) on se demande comment elle arrive-là et pourquoi elle ressort, parce que visiblement rien n'explique vraiment cet intérêt. Y a bien une raison à un moment, mais j'ai trouvé ça un peu bancal.

 En résumé, c’était une lecture agréable, même si rien de vraiment original dans la forme. Mais je suis contente d’avoir découvert ce livre grâce aux matchs de la rentrée littéraire de Priceminister. (#MRL16) Merciiiiiii.

 

01 août 2016

"Deux gouttes d'eau" de Jacques Expert

Deux gouttes d'eau de Jacques Expert

Source: Externe

Résumé :

Une jeune femme est retrouvée morte dans son appartement de Boulogne-Billancourt, tuée à coups de hache. Elle s'appelle Élodie, et l'enregistrement d'une caméra de surveillance permet d'identifier son ami, Antoine Deloye, sortant de chez elle, l'arme du crime à la main. Immédiatement placé en garde à vue, Antoine s'obstine, malgré les évidences, à nier les faits. Il accuse son frère jumeau, Franck, d'avoir profité de leur ressemblance pour mettre au point une machination destinée à le perdre. Quand Franck Deloye arrive au commissariat central pour être entendu, le trouble est immense : il est impossible de différencier les deux hommes, qui se ressemblent, littéralement, comme deux gouttes d'eau.
 
Une construction rigoureuse et implacable qui fait vaciller nos certitudes jusqu’à la dernière page. Nathalie Dupuis, Elle.
 
Redoutablement efficace. Jean-Christophe Buisson, Le Figaro magazine.
 
Un impeccable thriller psychologique. Élise Lépine, Tranfuge.

Mon avis :

Je lis très peu de roman policier même si c’est un genre que j’aime beaucoup, par chance ils sont généralement bons et bien Deux gouttes d’eau de Jacques Expert ne fait pas exception.

Alors, je suppose que des romans policiers avec des histoires de jumeaux sont assez monnaie courante, mais comme j’en lis peu et n’en ai lu je crois aucun avec ce thème, celui-là a eu l’heur de me plaire par son sujet, son développement et sa fin. En effet, pour moi tout était assez nouveau, et ceci malgré quelques clichés comme le flic bourru, le subalterne qui n’en fait qu’à sa tête et j’en passe.
Cela étant, malgré cela et quelques passages qui m’ont fait rire parce qu’ils me paraissaient absurdes, comme par exemple les parents qui psychotent au tout début de la naissance des jumeaux à cause des bracelets (j’ai trouvé ça quand même gros), j’ai lu ce livre avec plaisir. Premièrement parce que l’auteur arrive à maintenir un suspense jusqu’à la dernière page, deuxièmement parce qu’il a su donner un passé à ses personnages, notamment aux jumeaux, sans alourdir le récit, et troisièmement parce qu’il a su faire une fin surprenante. Une fin que personne n’attend, une fin inquiétante au demeurant, une fin qui te laisse comme deux ronds de flan. Ouais !

Enfin là je parle de la fin, mais en fait, c’est tout le récit qui surprend par ses innombrables rebondissements et son développement, et je pense que très peu de lecteurs pourront deviner ce qui se passera à la fin tellement c’est original. Bon, après peut-être que je me trompe mais pour moi qui en lis peu c'est ce que je pense.^^

Bref. Ce n’est pas un policier qui marquera l’histoire du genre, mais il a cette touche agréable et fraîche qui fait qu’on le lit avec plaisir. Pour ma part c’était la première fois que je lisais cet auteur et je pense qu’un jour j’en tenterai d’autres.

Merci à Lecteurs.com.

05 décembre 2015

"La sonate de l'anarchiste" de Etienne Guéreau

La sonate de l'anarchiste de Etienne Guéreau

Source: Externe

Résumé :

Avril 1894.
Tandis que les bombes des anarchistes ensanglantent Paris, la réputation d'un jeune pianiste ne cesse de grandir. Fédor, virtuose tourmenté, compose une musique aux pouvoirs extraordinaires. Joie, tristesse, colère : les émotions générées par son instrument se répercutent sur son public et le plongent dans un dangereux état de dépendance.
Lorsque Fédor est accusé de préparer un attentat, il est contraint d'accepter le marché que lui soumet le commissaire Chavreuil. Qui lui a tendu ce piège? Qu'attend-on de lui? Que cache son incroyable don? Troublé par la fougueuse Solange que le destin a placée sur son chemin, Fédor va devoir mettre ses talents au service d'une puissance occulte. Il découvrira qu'une sonate peut parfois provoquer... un massacre.

Mon avis :

La sonate de l’anarchiste n’est pas le livre du siècle, mais il a indéniablement quelque chose qui fait que sa lecture est agréable.

Nous suivons ici Fédor, jeune pianiste pas vraiment exceptionnel à un détail près, avec ses compositions il a la faculté «d’hypnotiser», d’enlever toute faculté de contrôle aux public qui l’écoute. Forcément ce don ne passe pas inaperçu, des personnes vont vouloir s’en servir, du coup voilà notre héros embarqué bien malgré lui dans une histoire de corruption qui sera pas sans danger.

Voilà pour le speech rapide de l’histoire, et justement puisque je parle d’elle, je peux déjà vous dire que cette dernière est bien trouvée et ficelée. Même si par moment elle peut paraître un peu lente, notamment avec les passages qui content les moments musicaux, elle n’en reste pas moins agréable, nouvelle et bien maniée, puisque l’auteur fait avancer l’histoire calmement mais sans temps mort, distribue quelques revirements bien sympathiques, partage quelques scènes qui valent leur pesant d’or (je pense notamment à la scène du salon chez la folle), et mélange savamment l’intrigue de corruption avec le monde musical, où là les idées sont toutes aussi bien trouvées les unes que les autres car elles rajoutent une ambiance mystérieuse à cette histoire en même temps de la servir.

Outre cela, l’autre point agréable du livre, non en fait les deux autres points agréables du livre, sont d’une part, les personnages qui sont communs mais pas trop et difficilement cernables -personnellement j’ai souvent eu des doutes sur leur compte-, et d’autre part le contexte politique, où l’on retrouve la période anarchiste qui secoua l’Europe fin 19ème siècle.
Ce point-là mérite vraiment d’être souligné car il est assez rare dans la littérature, et personnellement je trouve que c’est une bonne période à utiliser pour un roman de ce genre où la situation fait qu’on n’a pas d’autre choix que de marcher dans le chantage, car la période fait que la justice est encore plus pourrie qu’en temps normal.

Bref, malgré les petites lenteurs ce livre est un très bon policier, qui apporte beaucoup, beaucoup de renouveau, et qui surprend pour du vrai. La fin, le déroulement de l’intrigue, vous ne la devinerez jamais.

Merci aux éditions Denoël.

Collection roman français
Date de parution le 01/10/2015
368 pages

Posté par Florell à 22:52 - Livre policier, thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

13 mai 2015

"Danser avec le diable" de Maud Tabachnik

"Danser avec le diable" de Maud Tabachnik

danser avec le diable

Résumé :

Lancé dans la traque d’un insaisissable psychopathe, le lieutenant Boris Berezovsky se retrouve pris au piège de son passé. Ou plutôt du passé de son père Vladimir, un juif russe échappé de l’enfer stalinien et devenu citoyen américain, qui se dit menacé par des services secrets étrangers. Boris découvre alors avec stupeur que Vladimir entretenait d’excellentes relations avec la bête noire de Poutine, son neveu Boris Berezovsky (homonyme de son fils), le célèbre oligarque, prétendument « suicidé » à Londres.

Tandis que le meurtrier continue de sévir en toute impunité, Boris se plonge dans sa propre histoire, cherchant qui, de la mafia russe locale, du MI5 ou du FSB cherche à liquider son père.

De la folie urbaine ordinaire aux spectres de l’Histoire soviétique et ses tragédies, un suspense aussi musclé que vertigineux de Maud Tabachnik, la plus américaine des auteurs français de polar.

Mon avis :

Vous connaissez ce vieil adage qui dit que la curiosité est pleine de surprises ? Non. C’est normal. Je viens de l’inventer.
En tout cas ça n’en reste pas moins mon avis sur cette lecture, et je ne dis pas ça parce que j’ai eu la chance de le recevoir, mais vraiment parce que ce livre - vers lequel je ne serais pas forcément allée en librairie -, est un coup de cœur !
Un coup de cœur pour quelque chose d’aussi sanguinaire et noir, c’est bizarre je vous l’accorde. Mais ce livre m’a littéralement scotché. Je n’avais jamais rien lu de pareil dans ce genre-là, et j’affirme sans peur des représailles
smileyque les plus grands auteurs américains de polard peuvent aller se rhabiller.

Oui je l'affirme et le signe ! Car tout d'abord rares sont les auteurs qui arrivent à manier si bien deux histoires, dont une - la plus privée - me semblait plutôt capillotractée et mal barrée à la base, et ensuite rares sont ceux qui bousculent les codes du genre comme ça. Ici par exemple, l'auteure ne cache pas l'identité du meurtrier, mais va par contre jouer sur d'autres choses pour faire durer le plaisir du lecteur. (Je vous en dirai bien plus mais j'ai peur de spoiler.)

Pourtant même si tout cela est déjà agréable à suivre et à lire, il faut savoir que ça ne serait rien sans la fin. Je vous assure que la fin se mange sans faim, comme le Plantafin. Et même si j'ai eu l’impression qu’elle me laissait sur la faim, vu que cette dernière sonne un peu comme un cliffhanger, - alors que je ne pense pas qu’une suite soit prévue, d’ailleurs je pense qu’elle gâcherait tout si jamais il y en avait une-, je la trouve cependant franchement bien trouvée !
Déjà parce que même cette dernière bouscule les codes du genre, c'est le livre en entier qui les bouscules en fait ; et ensuite parce qu’elle m'a laissée ; éberluée, triste, désemparée… A deux doigts du suicide. Bon d’accord j’exagère un peu, mais en tout cas elle m'a coupé le souffle ça c’est un fait, et je ne suis pourtant pas fan des fins ouvertes.

Quoi qu'il en soit pour moi, il n’y a pas photo, même si tout le livre est excellent le point d’orgue se trouve clairement à la fin, dans les dernières pages jusqu'à la dernière ligne jusqu'au dernier mot. (Je ne peux pas aller plus loin ! Flûûûûûte !)

Bon tout cela est bien beau mais qu'en est-il du reste ? He ben le reste est parfait aussi. Comme je le disais les deux histoires sont habillement menées et bien dosées, mais en plus de ça l'écriture ne souffre d'aucune descriptions indigestes, la plume coule toute seule. Quant aux personnages ils ne sont pas en reste non plus, puisqu'ils sont intrigants et agréables à suivre sans que l'auteur ne s'appesante plus que ça sur leur vie privée, et ça c'est un point très important pour moi dans ce genre de livre.

En résumé je ne peux que conseiller ce livre qui mêle formidablement bien enquête policière et vie privée tout en revisitant les codes du genre. En clair, je le conseille mille fois plutôt qu’une. 

Merci Albin Michel. :)

18 mars 2015

"Les brillants : tome 1" de Marcus Sayek

"Les brillants : tome 1" de Marcus Sayek

les brillants roman

Résumé :

Dans le Wyoming, une petite fille perçoit en un clin d’œil les secrets les plus sombres de tout un chacun. À New York, un homme décrypte les fluctuations des marchés financiers et engrange 300 milliards de rofit en une semaine. À Chicago, une femme maîtrise le don d’invisibilité en sachant d’instinct se placer là où personne ne regarde. On les appelle les «Brillants», et depuis les années 1980 1 % de la population naît avec ces capacités aussi exceptionnelles qu’inexplicables. Nick Cooper est l’un d’eux : agent fédéral, il a un don hors du commun pour traquer les terroristes. Sa nouvelle cible est l’homme le plus dangereux d’Amérique, un Brillant qui fait couler le sang et tente de provoquer une guerre civile entre surdoués et normaux. Mais pour l’arrêter, Cooper va devoir remettre en cause tout ce en quoi il croit, quitte à trahir les siens.

Mon avis :

Je suis d’avance désolée si cet avis va se révéler assez court. Je n’ai en effet pas fini ce livre, je n’en ai lu qu'un peu plus de la moitié ; cela dit je n’ai pas arrêté parce qu’il ne me plaisait pas - même si je note tout de même une certaine lenteur dans le récit  -, mais parce que je suis tombée un peu malade, et que tout de suite derrière une de mes chattes d’amour a vécu un calvaire avant de s’éteindre samedi dernier. (Du coup pour cette dernière raison surtout je ne suis pas allée jusqu’au bout.)

Cependant pour le peu que j’ai lu, je dois dire que j’ai plutôt bien aimé ce que j’ai découvert : la trame, le personnage de Cooper, la description de la société… ce livre possède indéniablement d'innombrables atouts pour plaire et faire réfléchir.

D'ailleurs sur "la description de la société" il est assez étonnant de voir comment ce livre reflète assez bien nos sociétés, sa marche et ses travers, même si je mets toutefois en garde sur le fait que ça ne la reproduit pas fidèlement. En effet la réalité est largement plus nuancée et complexe, dans le livre c’est assez simplifié même s’il ressort que les torts viennent des deux côtés, enfin dans ce que j’ai lu.

En résumé la moitié (et même plus) que j’ai lu avait l’air plutôt pas mal (surtout que pour ma part c'était un style assez nouveau pour moi), mais en attendant que le temps passe un peu, je le mets de côté car ce n’est pas un abandon définitif. Et pour me faire pardonner de ne pas donner un avis plus complet, je vous fais partager quelques deux petites choses qui ne sont pas mal dans le font :

« A Rome, ils regardaient des esclaves se battre avec des lions. Le divertissement est un sport sanguinaire [...] »

« - Mes équipes s’occupaient des criminels. Des terroristes. Des anormaux qui s’en étaient pris à quelqu’un, ou qui étaient sur le point de le faire. 

- Je suis sûre que c’est exactement ce qu’on a dit à ces hommes. Que Lee et sa famille étaient des terroristes. Tout comme la Gestapo croyait que les gens qu’ils arrêtaient complotaient contre l’état.

- Allons. Tu peux tuer n’importe quel débat avec des arguments comme la Gestapo ou les nazis. Le DAR ce n’est pas la même chose.

- On dirait que pour toi, ils vont dans la bonne direction ?

- D’accord. D’abord, je n’appartiens plus au département, tu te souviens ? Ensuite, peut-être que ça ne serait pas arrivé si vous arrêtiez de faire exploser des buildings et d’assassiner des gens. Je déteste ce que je viens de voir. Ça me rend physiquement malade. Mais tu ne peux pas balancer une bombe et ensuite venir te plaindre que les gens ne t’aiment pas beaucoup. Ces  hommes pensaient arrêter venir arrêter les responsables d’une explosion qui a tué plus de 1000 personnes. »

En passant merci aux éditions Gallimard dont je découvre cette collection (mieux vaut tard que jamais) et Babelio pour ce partenariat. Et désolée encore auprès de vous.

Posté par Florell à 11:59 - Livre policier, thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 janvier 2015

"Le ver à soie" de Robert Galbraith (JK Rowling)

"Le ver à soie" de Robert Galbraith (JK Rowling)

le ver à soie avis livre

Résumé :

Quand l’écrivain Owen Quine disparaît dans la nature, sa femme décide de faire appel au détective privé Cormoran Strike. Au début, pensant qu’il est simplement parti s’isoler quelques jours – comme cela lui est déjà arrivé par le passé –, elle ne demande à Strike qu’une seule chose : qu’il le retrouve et le lui ramène.
Mais, sitôt lancée l’enquête, Strike comprend que la disparition de Quine est bien plus inquiétante que ne le suppose sa femme. Le romancier vient en effet d’achever un manuscrit dans lequel il dresse le portrait au vitriol de presque toutes ses connaissances. Si ce texte venait à être publié, il ruinerait des vies entières. Nombreux sont ceux qui préféreraient voir Quine réduit au silence.
Lorsque ce dernier est retrouvé assassiné dans de mystérieuses circonstances, la course contre la montre est lancée. Pour mettre la main sur le meurtrier – un tueur impitoyable, tel qu’il n’en a encore jamais rencontré dans sa carrière –, Strike va devoir d’abord percer à jour ses motivations profondes.
Roman policier haletant, rythmé par une véritable cascade de coups de théâtre, Le Ver à soie est le deuxième opus des enquêtes de Cormoran Strike et de sa jeune et intrépide assistante, Robin Ellacott.

Mon avis :

Pour commencer je tiens avant tout à dire qu’il n’est pas nécessaire d’avoir lu L’appel du coucou pour pouvoir lire ce livre. N’ayant pas moi-même lu le premier c’était un peu la peur que j’avais, et finalement tout s’est bien passé, je n’ai pas été perdue ; entre autre parce que l’auteure glisse assez de renseignement dans son livre pour qu’on arrive à resituer les personnages et leur situation.

Pour rentrer dans le but du sujet maintenant, je dois dire que j’ai adoré ce livre ! Et à mon grand étonnement d’ailleurs. J'avoue que j’avais un peu peur en commençant ce roman, de retrouver les lenteurs D’une place à prendre qui ont fait que j’avais moyennent apprécié ce dernier (même si ce n'est pas le même genre), et ben en fait non. Ici rien de tout ça, tout glisse naturellement. Alors certes cette enquête est assez longue, et on a parfois l’impression d’être traîné à gauche à droite sans raison, mais ça reste tellement bien fait que ça se lit tout seul, et qu'on n'y fait même pas gaffe au final.

De plus, comme cette enquête possède des à-côtés - je veux dire par-là d’autres mini-enquêtes plus encore d’autres à-côtés assez personnels -, ça donne vraiment une touche de réalisme pas désagréable à l’ensemble. Et ça c'est réellement pour moi un bon point, parce que ça permet d'une part de respirer, et d'autre part de s'y croire vraiment.

 

Néanmoins je ne fais pas de ce livre un coup de cœur pour autant, car un point m’a un peu chiffonnée sur la fin, et c’est « le coup du plongeur » - ceux qui l’ont lu comprendront, quant aux autres il vous faudra le lire pour comprendre.

Pour moi ce coup-là était un peu trop gros pour être entièrement plausible, et comme en plus ça arrivé sur la fin ça m'a vraiment sauté aux yeux, alors que dans l'épaisseur des pages ça m'aurait peut-être moins gêné vu que ça aurait été noyé dans le reste. Maintenant je ne dis pas que c'est impossible, mais en fait c'est la rapidité du truc qui fait que je n'ai pas trop adhéré à cette histoire de plongeur. Trois jours je ne trouve pas ça beaucoup, même avec une bonne étoile, du coup voilà c'est dérangeant pour moi. Mais c'est peut-être juste moi qui suis chiante au final. (?) Surtout qu'à part ça, j'avoue que je n'ai rien à redire sur le reste... du coup je suis super embêtée pour montrer que je ne suis pas chiante.

 

En résumé, je n'ai qu'une chose à dire lisez ce livre, vous ne serez pas déçus. Pour ma part je vais essayer au plus vite de lire L'appel du coucou, parce que je crois que je suis devenue fortement intéresser par ces enquêtes.

Merci aux éditions Grasset.

Posté par Florell à 12:28 - Livre policier, thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 novembre 2014

"Noces de cire" de Ruppert Thomson

"Noces de cire" de Ruppert Thomson

noces de cire livre

Résumé :

Florence, 1691. Zummo est un sculpteur de génie qui crée des statues de cire si délicates qu'elles semblent avoir pris vie. Il a fui sa Sicile natale pour trouver refuge dans une ville vérolée par la corruption, aveuglée par l'austérité, où les citoyens les plus riches assouvissent leurs désirs les plus pervers. Convoqué par le grand-duc qui lui a commandé une Vénus de cire grandeur nature, Zummo parcourt les ruelles labyrinthiques à la recherche d'une femme suffisamment parfaite pour servir de modèle. Mais la Toscane regorge de secrets et de dangers. La torture et les exécutions vont bon train, et, lorsqu'on trouve le cadavre d'une jeune femme sur les bords de l'Arno, le sculpteur commence à croire que le vice prend sa source à la cour des Médicis. Tout en poursuivant sa création, essayant d'insuffler la vie à sa Vénus de cire, il se demande si cette femme parfaite va le mener à son salut ou à sa perte. Noces de cire est une superbe représentation du monde d'avant les Lumières, vibrant de superstitions, de répression et d'incompréhension, doublée d'une intrigue menée à la perfection.

Mon avis :

Pour aller droit au but, j’ai été un peu déçue par ce bouquin. Je m’en étais imaginée toute une histoire avec plein de rebondissement, de course poursuite, de danger, et… pas du tout. Malgré un résumé qui promet quelque chose de très dense, ce livre reste quand même assez mou. Alors il n’est pas inintéressant, il se lit très bien, l’histoire réserve quelques mini-surprises ; mais malgré ça il manque de peps, d’action, et de grosse surprise. On voit arriver certaines choses avant qu’elles n’arrivent et ça c’est très embêtant car ça rend le roman insipide et sans surprise. Du début on sait qui est responsable de tout ce qui arrive, on se doute de ce qu’ils vont faire, et du coup il n’y a plus de surprise, de doute permis ; ce qui est, avouons-le, dommage pour un thriller, puisque c’est censé donner des frissons et insinuer des doutes à la base. En tout cas chez-moi. (Quand je lis un thriller je deviens parano et j’accuse tout le monde.)

En soit cela ne serait pas dérangeant, lire un livre où on sait qui est déjà le meurtrier ce n’est pas un drame (je crois d’ailleurs avoir déjà lu un livre dans ce genre-là), mais là il n’y a pas d’histoire parallèle réellement intéressante pour rattraper le coup. Il n'y a pas de trame cachée. Il n’y a pas de quête. Certes Zummo enquête sur certaines choses, mais j’ai vraiment eu l’impression qu’il n’en faisait pas trop non plus. Et c'est un peu regrettable, car ce dernier plus impliqué dans l'affaire aurait donné plus d'action et peut-être que finalement cette histoire se serait suffit à elle même.

Enfin bref. Ça se lit, mais ce n’est pas le livre de l’année. Il aurait fallu plus d'action et de rapidité pour vraiment me convaincre.

Merci aux éditions Denoël.

Posté par Florell à 10:09 - Livre policier, thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 avril 2014

"Un vent de cendres" de Sandrine Collette

"Un vent de cendres" de Sandrine Collette

un vent de cendres Colette

Résumé :

Des années plus tôt, un accident l'a défiguré. Depuis, il vit reclus dans sa grande maison. Jusqu'au jour où surgit Camille...

Malo a un mauvais pressentiment. Depuis leur arrivée au domaine de Vaux pour faire les vendanges, Octave, le maître des lieux, regarde sa sœur Camille d'un œil insistant. Le jeune homme voudrait quitter l'endroit au plus vite, partir loin de cette angoisse qui ne le lâche plus.
Camille trouve ses inquiétudes ridicules, mais Malo n'en démord pas. L'étrange fascination d'Octave pour Camille, pour ses cheveux d'un blond presque blanc, le met mal à l'aise. Camille, elle, oscille entre attirance et répulsion envers cet homme autrefois séduisant, au visage lacéré par une vieille blessure.
Ils se disputent et, le troisième jour, Malo n'est plus là. Personne ne semble s'en soucier, hormis Camille qui veut retrouver son frère à tout prix.
Mais leur reste-t-il une chance de sortir vivants de ce domaine, ou le piège est-il déjà refermé?

Mon avis :

Je n’ai pas été aussi emballée que je l’aurais voulu avec ce livre, le résumé est très intéressant, mais hélas l’écriture et l’action ce n’est pas ça. Pas ça du tout.
Du départ c’est fade et minimaliste. Ensuite le paysage, les personnages ne sont pas terribles. Et la situation je n'en parle même pas tellement c'est invraisemblable ; personnellement si quelqu’un de bizarre me regarde avec insistance, je peux vous assurer que je ne reste pas à proximité, et si je reste, la première des choses que je fais c’est de m’en méfier. Ce que la fille ne fait absolument pas ! Elle le cherche même. Et croyez-moi qu’elle va le trouver...

Ensuite l'autre problème de ce bouquin, c'est que bien que ce livre soit un thriller, quand on le lit, on a juste l’impression de vivre une journée normale chez un vignoble normal du sud de la France. Ce qui ne colle pas du tout avec le genre. Alors bien sûr ça met du réalisme dans la trame, mais hélas faut bien dire que ce n’est pas très bouge-bouge, ce qui fait qu’immanquablement on s’ennuie assez vite.
Et le pire là-dedans, c’est que vous avez l’impression de vivre une journée normale même quand le frangin disparaît, car personne à part la frangine ne s’inquiète. Bon ça se comprend très bien, et d’ailleurs réalisme oblige, les gendarmes du livre n’en n’ont quasiment rien à foutre et se réfugient derrière le protocole qui vaut dans ces cas-là. Mais, quand on voit qu’après la fille prend connaissance des trucs étranges, des mensonges…, et qu’on voit qu’elle reste assez passive, je ne sais pas vous mais moi ça me WTF un peu.

A cela s’ajoute que niveau surprise, on n’est pas surpris. Du départ on sait que l’endroit est malsain, que ce sont les deux frangins qui ne sont pas saints, ce qui fait que quoi qu’il arrive rien ne nous surprend vraiment, si ce n’est la fin. Alors là par contre +1. Je dois avouer que la fin est étonnante. Disons qu’elle change de ce qui se fait habituellement, mais dommage que le livre traîne tant pour y arriver. Et dommage de devoir supporter des personnages qui soient si faux ou justes stupides. C’est au choix ! (Mon cadeau pour pâques.)

En résumé vous l’aurez compris ce n’est pas un livre qui m’a plu, mais comme il a aussi plu, le mieux pour vous c'est d'essayer. Je remercie quand même les éditions Denoël, même si je suis vraiment gênée de devoir leur transmettre mon avis si peu favorable.

 

Posté par Florell à 11:05 - Livre policier, thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,