Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

07 janvier 2013

Bientôt une nouvelle rubrique.

 

Bientôt sur le blog, une nouvelle rubrique, qui s'appelera " Le saviez-vous ? "

Elle nous premettra, sans faire de grand cour d'histoire, d'art... de nous rafraîchir la mémoire sur la culture générale.

Elle parlera d'histoire, de peinture, de légende, de géographie, de français, etc, etc..., enfin bref de tout et n'importe quoi histoire d'entretenir ce qu'on a sous le crâne. 

nuage jaune concon

- M'aurait étonné qu'elle ne vienne pas ouvrir sa bouche celle-là !

concon nuage7

- Je vais la tuer ! Rrrrrr

Bref, j'espère que ça vous plaira, puis même si ça ne vous plaît pas ce n'est pas grave, je le ferai quand même ^^. J'essayerai de caser cela tous les week-end. D'ici là portez-vous bien.

 

(*Pour ceux qui ne le savent pas, le nuage en question est ma chère "conscience" que j'ai personnifié un jour de délire. Moralité faut que j'arrête la drogue. 00102.gif)

 

Posté par Florell à 14:20 - Le saviez-vous ? - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2013

Proverbe tibétain

 

shaka2

Les remèdes qui guérissent ne sont pas toujours savoureux, comme les paroles de bien ne sont pas toujours agréable à entendre.

Proverbe tibétain.

Posté par Florell à 08:26 - Proverbes, belles phrases - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

05 janvier 2013

Bilan lecture 2012

Bilan 2012.

Cette année n'aura pas été une si bonne année de lecture, déjà parce que j'ai lu beaucoup de livre pas fameux, du coup j'ai un peu traîné pour lire, et aussi parce que cette année j'ai vraiment été fatiguée et du coup je préférais dormir quand j'avais le temps. 

Donc avec ces deux contre-temps de merde, je n'ai pas lu beaucoup seulement 85 livres, ( alors que d'habitude je dépasse les 100 livres par an ), et 20 BDs environ. C'est bien la première fois d'ailleurs que j'en lis autant ! Les autres années, c'était généralement 2 BDs par an, à savoir celle du Donjon de Naheulbeuk, mais comme cette année j'ai commencé une toute nouvelle collection en format poche, Calvin et Hobbes, j'ai bien dû les lire. 

Sinon voici la liste des livres lu cette année :

Ceux du jury livre de poche :

1- Bifteck de Martin Provost

2- Le front russe de Jean-Claude la Lumière

3- La vengeance du Wonbat de Kenneth Cook

4- L'impossible pardon de Randy Susan Meyers

5- Le club des incorrigibles opptimistes de Jean-Michel Guenassia ( Je ne l'ai absolument pas aimé, j'ai lu la fin en diagonale.) (Gagnant ex-aqueo avec La ballade Lila K.)

6- La ballade de Lila K. de Blandine le Callet (J'ai voté pour lui aux deux votes, car il est vraiment bien !)

7- Kane et Abel de Jeffrey Archer

8- La montagne invisible de Carolina de Robertis

9- Purge de Sofi Oksanen

10- Dans la ville d'or et d'argent de Kénizé Mourad

11- Les Radleys de Matt Haig (J'ai failli mourir en le lisant, y'a des dracuculs dedans. Ouiiiiiiiiiin)

12- Apocalypse bébé de Virginie Despentes

13- Les trois saisons de la rage de Victor Cohen-Hadria

14- Comme des larmes sous la pluie de Véronique Biefnot

15- Quand la nuit de Cristina Comencini (Abandonné.)

16- Olive Kitteridge de Elizabeth Strout

17- Les imperfectionniste de Tom Rachman

18- Les aventures d'Hercule Barfuss de Carl-Johan Vallgren (J'avoue que je ne l'ai pas encore fini, il ne me plaît pas des masses, mais j'ai bien l'intention de le finir petit à petit.)

19- Charlotte Isabel Hansen de Tore Renberg

20- Les bulles de Claire Castillon

21- Les témoins de la mariée de Didier Van Cawelaert

22- Chevalier de l'ordre du mérite de Sylvie Testud (Déçu par ce bouquin, je m'attendais à mieux vu ses précédents.)

23- Rû de Kim Thuy

24- Jack roseblum rêve en anglais de Natasha Solomons.

25- Des gens très bien de Alexandre Jardin (Pas super passionnant, plutôt assomant même.)

(Alors avait un vingt-sixième livre à lire, mais j'avoue que je ne l'ai pas lu, c'était "Le livre perdu des sortilèges" de Deborah Harknesse. Sincèrement ce genre là n'est pas mon style de lecture et vu le pavé que c'était je n'ai pas eu envie d'y perdre mon temps. Déjà que "Les Radleys", qui était bien plus court m'a paru très fastidieux et pas seulement à cause des dracuculs.)

Partenariats (Babelio, My Boox, Livraddict. Avis sur le blog.)

26- Lame de fond de Linda Lê

27- La liste de mes envies de Grégoire Delacourt

28- Eloge de la trahison de Jacques Aboucaya

29- Les leçons du mal de Thomas H. Cook

30- Discordance de Anna Jörgensdotter

31- Une place à prendre de JK Rowling

32- Le roman des châteaux de FRance de Juliette Benzoni

33- Diderot ou le bonheur de penser de Jacques Attali


Et les autres:

34- Comment va la douleur ? de Pascal Garnier

35- La nuit de Sam-Rémo de Phillipe Brunel

36- Sans regret de Françise Bourdin

37- L'insoutenable légèreté de l'être de Milan Kundera (Absolument horrible, j'ai détesté. Avis sur le blog ici.)

38- La joueuse de go de Shan Sa

39- Ce que je sais de Vera Candida de Véroonique Ovalde

40- Le magicien d'Oz de Lyman Frank-Baum

41- Auprès de moi toujours de Kazuo Ishiguro (Je n'ai pas aimé non plus. Trop long bien qu'il peut être choquant. Dommage car le sujet était très bon.)

42- Merlin et Arthur : Le graal et le royaume texte attribué à Robert de Boron, premier quart du XIIIème siècle (Troisième récit de mon gros livre sur la Légende Arthurienne.)

43- Tendre et la nuit de Francis Scott-Fitzgerald (Abandonné. Pour plus de détaille voir avis blog ici.)

44- Extrêmememnt fort et incroyablement près de Jonathan Safran Foer (Abandonné mais je ne sais pas si ça ne vient pas du format de mon livre, le fait que je n'ai pas aimé ce bouquin. Format point.2 (?))

45- Le roman des Jardins d'Alexandre Jardin (Pas aimé, décidémment je n'ai pas chance avec cet auteur, à part "Fanfan".)

46- De fièvre et de sang de Sire Cédric

47- Tomber sept fois se relever huit de Phillipe Labro (Abandonné aussi. Bon j'ai quand même lu vaguement la fin à la va vite.)

48- L'homme qui voulait être heureux de Laurent Gounelle ( A lire au moins pour rigoler un bon coup. Avis sur le bbog pour plus de détaille.)

49- L'empereur de Han Wu

50- L'île au trésor de Robert Louis Stevenson

51- La fille des eaux vives de Antonin Malroux

52- Les contes myalgiques Tome 1 de Nathalie Dau

53- Pour en finir avec la repentance coloniale de Daniel Lefeuvre

54- 1Q84 tome 3 de Haruki Murakami

55- Le fantôme de l'opéra de gaston Leroux

56- La fortune des Rougon de E. Zola

57- La dame en noir de Susan Hill

58- L'islmamisme le vrai visage de l'islam de Hamid Zanaz

59- Avis de tempête de Susan Fletcher

60- Nous avons raté la piste de Stephan Orth, Antje Blinda et Agnès Boucher (Super rigolo !)

61- 24H00 dans a vie d'une femme de Stefen Zweig

62- Comme des étoiles filantes de Jacqueline Mitchard

63- La régression intellectuelle de la France de Philippe Némo

64- Au couvent des petites fleurs de Indu Sundaresan

65- Mémoires d'un jeune homme dérangé de Frédéric Beigbeder

66- Opium de Maxence Fermine

67- La captive d'hiver de serge Brussolo

68- La dame aux camélias de Alexandre Dumas fils

69- Le pacte boréal de Anna Jansson

70- L'anneau de Salomon de Jonathan Stroud

71- L'égoiste romantique de Frédéric Beigbeder

72- Le roman de la Pologne de Beata de Robien

73- L'étrange cas de docteur Jekyll et Mister Hyde de Robert Louis Stevenson

74- Le crime d'Halloween d'Agatha Christie

75- La mère de Pearl Buck

76- Du domaine des murmures de Carol Martinez

77- L'herbe bleue d'Anonyme

78- La jeune fille suppliciée sur l'étagère de Akira Yoshimura

79- Comment Jésus est devenu Dieu de Frédéric Lenoir

80- La dure Loi du Karma de Mo Yan

81- La beauté du mal de Rebecca James

82- Un très grand amour de Franz-Olivier Giesbert

83- Je pars à l'entracte de Nicolas d'Estienne d'Orves

84- Anna Karénine de Léon Tolstoï

85- Arsène Lupin contre Herlock Sholmès de Maurice Leblanc

Et les BD juqu'au numéro 16 de "Calvin et Hobbes" et les deux tomes du "Donjon de Naheulbeuk" sortie en 2012, le tome 10 et 11. Ha oui et j'ai oublié la BD du partenariat Babelio, un remake des pieds nickelés Tome 2.

 

nunu

 

Et voilà ! Espérons que 2013 soit meilleur niveau découverte, et en ce qui concerne le blog ben comme cette année, il vivotera quand y'aura besoin. :) Bonne lecture à tous.

 

Posté par Florell à 23:33 - Bilan - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 janvier 2013

Un très grand amour ou la vie d'un prédateur

"Un très grand amour" de Franz-Olivier Giesbert

un très grand amour

Résumé :

«Sur son lit de souffrances, quelques semaines avant de mourir, maman m'avait mis en garde : "Qu'est-ce que c'est bête, un homme. - Je ne comprends pas. - C'est bête, égoïste et pas fiable. Antoine, promets-moi de ne jamais te comporter comme un homme." Je me souviens que j'avais hoché la tête. Encore une promesse que je n'ai pas tenue. Je suis toujours resté à l'affût. Même quand j'étais heureux en ménage, ce qui fut souvent le cas, je continuais à rechercher le très grand amour, celui qui, selon Spinoza, constitue un "accroissement de nous-même". C'est exactement la sensation que j'éprouvais en observant la jeune fille aux cheveux d'or. Je m'accroissais. Je m'élevais aussi.»

Mon avis :

Ce livre est une horreur ! Pas tant au niveau de l’écriture, malgré l’étalage de citation, mais plutôt au niveau de l’histoire et des personnages.

Tout d’abord niveau histoire c’est ; mièvre, cul-cul, dégueulasse - et au sens littéral -, stupide et dégoulinant d’un sentimentalisme absolument répugnant. Très sincèrement que ça soit le nombrilisme du personnage principal, ou les petites manies des amoureux ( le coup du peigne et de la chemise était à mourir de rire ), l’histoire bascule très vite dans la comédie mielleuse et c'est horrible à lire ! Honnêtement, si un jour je dois devenir amoureuse et si je deviens comme ça, abattez-moi sur le champ !

Ensuite niveau personnage on n’a pas mieux, la palme du plus détestable et du ridicule revenant quand même et sans conteste au personnage principal Antoine ; pour son histoire d’impuissance qui peut suivre son opération. Très franchement pour moi, un mec qui ne pense qu’à tremper sa kékette afin de pouvoir ressentir encore du plaisir et qui en plus pense être malheureux sans, excusez-moi mais il a un sérieux problème.
Outre cela, faut savoir qu'il est lourd avec son envie « d’amour » je ne vous raconte pas ! Sérieusement il est a claqué avec ça, je vous jure ; et encore plus quand il revient gratter l’amitié auprès des filles qu’il a lâchées. Surtout qu’il est attiré régulièrement que par des jeunettes ce qui est sacrément répugnant.
Mais ce n'est pas tout, car répugnant il peut l'être en pire encore ! Puisqu'il a une fâcheuse tendance à jouer les martyres et à essayer d’embobiner les gens avec ses malheurs...

Je ne sais pas vous, mais à son âge agir ainsi c’est juste de l’indécence. Pour moi ce type qui se dit n’appartenir à rien ni personne, n’est finalement qu’un gros menteur qui se fout de la gueule des gens. En fait pour moi cet Antoine n’a aucun honneur et aucune valeur.
Enfin ce n’est que mon point de vu… Mais quoi qu'il en soit il a tout du personnage nombriliste, obsédé et antipathique, et si un jour ce mec tombe amoureux de vous, un conseil mesdames, partez en courant.

Bref !

En résumé je ne conseille pas ce livre, il est hyper décevant et niais. Bon il est vrai que je ne suis pas spécialement fan des histoires d’amour, mais d'après ce que j'ai pu voir sur le net il en a déçu plus d'un. Pour ma part je n’ai finalement qu’un regret, c’est de l’avoir acheté.

Posté par Florell à 09:48 - Romance - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

30 décembre 2012

Anna Karénine ou comment s'ennuyer.

"Anna Karénine" de Léon Tolstoï

anna karénine

Résumé :

La quête d'absolu s'accorde mal aux convenances hypocrites en vigueur dans la haute société pétersbourgeoise de cette fin du XIXe siècle. Anna Karénine en fera la douloureuse expérience. Elle qui ne sait ni mentir ni tricher - l'antithèse d'une Bovary - ne peut ressentir qu'un profond mépris pour ceux qui condamnent au nom de la morale sa passion adultère. Et en premier lieu son mari, l'incarnation parfaite du monde auquel il appartient, lui plus soucieux des apparences que véritablement peiné par la trahison d'Anna. Le drame de cette femme intelligente, sensible et séduisante n'est pas d'avoir succombé à la passion dévorante que lui inspire le comte Vronski, mais de lui avoir tout sacrifié, elle, sa vie de femme, sa vie de mère. Vronski, finalement lassé, retrouvera les plaisirs de la vie mondaine. Dans son insondable solitude, Anna, qui ne peut paraître à ses côtés, aura pour seule arme l'humiliante jalousie pour faire vivre les derniers souffles d'un amour en perdition. Mais sa quête est vaine, c'est une "femme perdue".

Mon avis :

Sans faire de grand détour, je vais vous avouer que j’ai trouvé ce livre affreusement long... chiant à souhait ! En effet oui, chiant à souhait. Et même si le début a été prometteur et qu’il se lit très bien, malgré que ça soit une histoire d'amour, le livre aurait sérieusement gagné à faire quelques centaines de pages en moins. Déjà parce que sur la fin ça commence à faire long, et ensuite parce que y’a des passages, notamment sur l’agriculture, la mort du frère de de Levine Constantin, etc etc… qui sont durs à digérer car pas toujours intéressants, d'ailleurs j'avoue que là j'ai souvent lu en diagonale, du moins à partir de la page 500.

Maintenant niveau personnage et malgré leur très grand nombre, je dois dire que Tolstoï a vraiment fait un bon travail. En leur donnant à chacun une personnalité qui leur était propre, de l'assurance et des doutes il est vraiment arrivé à les rendre vivant. Cela dit ceux que je n’ai absolument pas pu supporter se sont les filles. Sincèrement des personnages atteints d’hémorragie lacrymale et "d’hystérie" ce n’est pas possible... Sans compter qu’elles ont une fâcheuse tendance à n'avoir pour préoccupations que ; l’amour, la famille, et/ou le « m’as-tu vu », ce qui peut vite devenir horrible, même si là était sans doute les moeurs de l'époque dans la riche société. 

Par contre en ce qui concerne Anna maintenant je dois admettre que ma dernière impression est plutôt mauvaise, en effet malgré un début plutôt agréable en sa compagnie, vers la fin je n’ai pas pu m’empêcher de la détester, pour être honnête son suicide je ne le trouve pas si mal. Sa méchanceté gratuite, son égoïsme et sa jalousie maladive je n’ai pas pu. Alors si l’égoïsme ne me gêne pas outre mesure, je préfère ceux-là aux hypocrites, je n’ai cependant pas pu supporter qu’elle s’en serve pour répandre sa méchanceté et qu’elle soit une cause à sa jalousie mal placé. Honnêtement pour moi son malheur elle a cherché, et elle l'a taillé toute seule avec ses films, du coup je n’ai par conséquent pas pu la prendre en pitié, en fait pour moi c’était son entourage qui était à prendre en pitié mais pas elle.  (Je suis monstrueuseSmiley sourire roule 56.gif)

En résumé ce n'est pas si mal mais hélas trop long, et du coup je ne suis pas certaine de vouloir en tenter d'autres. Enfin l'avenir le dira.

Posté par Florell à 11:28 - Les classiques - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

12 décembre 2012

"Diderot ou le bonheur de penser" de Jacques Attali

"Diderot ou le bonheur de penser" de Jacques Attali

diderot

Résumé :

« Quel plaisir de raconter la vie d’un homme immensément intelligent, puits de science, totalement libre, follement amoureux, incroyablement créatif. Et si drôle !

Quel plaisir de comprendre qu’il est plus important que tous les autres auteurs des Lumières, parce qu’il a pensé avant d’autres aux droits de l’homme, à la révolution, à l’unité de l’espèce humaine ; parce qu’il a bâti, avec L’Encyclopédie, le socle de la révolution politique, philosophique et économique de l’Europe.

Traversant le XVIIIe siècle, de la fi n du règne de Louis XIV à la veille de la Révolution française, Denis Diderot aura tout vu de la fi n d’un monde et tout compris de celui qui s’annonçait. Il aura défi é les grands de son temps, il aura pensé et écrit librement au risque de l’emprisonnement. 
Doué d’une prédisposition infinie au bonheur, il aima jusqu’au dernier jour plusieurs femmes à la fois, sans s’en cacher, sans en attendre ni argent, ni influence. Polémiquant, ferraillant sur tous les sujets, inspirateur et éditeur de ses contemporains – Rousseau, d’Alembert, d’Holbach, Condillac… –, il bouleversa les codes du théâtre et du roman français. Et fut le dernier homme à maîtriser l’ensemble du savoir de son époque.

Mon avis:

La lecture de ce livre a été dans l’ensemble agréable, j’ai découvert beaucoup de chose sur Diderot, mais aussi sur l’époque. Cela dit parfois ça a été pour ma part un peu difficile à suivre. En effet ce livre est déjà un condensé d’information ce qui est très agréable, néanmoins la flopée de nom qu’il y’a m’a soit complètement perdu, ou alors elle m’est soit passée au-dessus de la tête. Ça c’est le premier point négatif, le second point négatif, c’est la profusion des lettres appartenant à Diderot, où à d’autres personnages. En plus de casser le rythme de la lecture, elles ne m’ont pas toujours intéressée, surtout les lettres d’amour…

Cela étant et malgré tout, ce livre est comme je le dis riche en connaissance, puisque l’auteur ne s’arrête pas au seul personnage de Diderot, en effet il va aussi raconter ce qui se passe en France à cette période, mais aussi dans le monde (E.U. Chine, Russie…), sans compter qu’il va, à défaut de vraiment développer, parler des autres philosophes, raconter un peu leur caractère, leur œuvre, leur vie… Ce que j’ai beaucoup apprécié.

Autre point que j’ai aimé, c’est de découvrir la vie de Diderot, son père le destiné à une carrière religieuse, ses trois premiers enfants sont morts, (seule Angélique survivra), et il s’est enfuit d’un couvent de Langres, où sont père l’avait fait enfermer, pour épouser sa femme Anne-Toinette, d’ailleurs les mœurs de l’époque étaient assez spéciales sur ce sujet, un homme ne pouvait pas se marier avant 30 ans, sauf si accord de ses parents, et 25 ans pour la femme. Etrange, hein ?

Mais outre ceci, ce que j’ai surtout apprécié découvrir ce sont les mille tracas par lesquels il est passé pour publier son encyclopédie, sans oublier ses autres œuvres, qui portent un regard tellement critique que ça lui vaudra la prison !

Pour en revenir à l’encyclopédie, elle a bien démarré, mais suite à l’attentat sur le roi Louis XV par Damian, plus d’autres petites choses à cause de l’église, Diderot et d’Alembert ont dû la finir dans la clandestinité, et les libraires ont dû à leur tour l’imprimer en cachette. D’ailleurs ils imprimeront tous les derniers tomes d’un coup afin d’éviter toutes autres censures ou destructions par les autorités, et ils la vendront même sous le manteau ! Tout cela pour dire qu'en ce temps, il n'était point aisé d'arriver au bout de cette grande entreprise à cause de la censure. En plus faut savoir que Diderot la finira seul, puisque d’Alembert, qui ne s’occupait que de la partie mathématique, arrêtera avant l’expérience. Cela dit, Diderot arrivera au bout de cette entreprise grâce aux centaines de personnes qui l’ont aidé à faire les articles.

Mais attention, ce n’est pas pour autant que le génie de cet homme sera reconnu de son vivant, ni même de sa mort, enfin au début. Mort avant la révolution, il a été accusé comme ennemi par les maîtres de cette dernière à cause de son athéisme ; mais paradoxalement il sera aussi accusé d’être responsable de la terreur, pour avoir fait l’apologie de la mort du monarque, ce qui on en convient ne l’aidera pas à se faire une place posthume.

Ce n’est qu'en 1866 que Pierre Larousse en parlera élogieusement, et sous la III république les républicains et les anticléricaux feront de Diderot le précurseur de leur idée, notamment celle de la laïcité. La suite de l’histoire fera toujours de Diderot une lumière, cependant à travers l’histoire il aura toujours des détracteurs qui lui reprocheront son athéisme et son caractère révolté, comme en 1913. Comme vous le voyez c’est finalement assez récent si Diderot a enfin trouvé la place posthume qui lui convient.

Je pourrais m’arrêter là sur ce livre, cela dit je dois dire que je n’ai pas pu m’empêcher de faire le parallèle entre ce 18ème siècle vécu par Diderot, et l’époque actuelle. J’ai en effet trouvé quelques ressemblances, à part le fait qu’aujourd’hui la France est à peu près aussi ruinée que celle de ce 18ème siècle, (je rappelle que Louis XIV avait bien ruiné le pays) et qu’elle traverse une grave crise, j’ai remarqué ou disons que je n’ai pas pu m’empêcher de remarquer le retour de l’obscurantisme religieux. Jusqu’à la révolution, l’église avait droit de s’exprimer sur diverses affaires royales, et n’hésitez pas à faire valoir son pouvoir pour empêcher toutes critiques sur la religion en « traquant » notamment les philosophes quand ces derniers émettez une opinion athée ou éclairée, et en effet si on regarde bien et pourtant sans trop chercher, on voit qu’aujourd’hui on connait cette même chose en particulier à cause de l’Islam. Religion obscurantisme qui supporte encore moins que les autres, les critiques des philosophes ou des gens simples, et qui du coup impose leurs pratiques arriérées dans nos démocraties, sous divers prétextes fallacieux, avec l'aide de quelques associations qui se posent en censeur de la morale et de la pensée. Est-ce le signe que l’on régresse au-delà du 18ème ? En ce qui me concerne je pense sincèrement que oui, et je suis certaine que Diderot comme Voltaire en seraient mortifiés. Mais cela n’est peut-être qu’un effet de mon imagination, l’avenir le dira... mais comme le dit Holbach à Diderot : « Un peuple qui croit que c’est la croyance en d’un Dieu, et non pas les bonnes lois, qui font les honnêtes gens, ne me paraît guère avancé. »

En conclusion voici ce que dit l'auteur mieux que moi : « Les restes de Diderot, qui ne sont sans doute plus sous la crypte de Saint-Roch, auraient à l’évidence leur place au Panthéon. Parce qu’il nous montre que penser librement peut être en soi une source de bonheur. Parce qu’il est le premier à avoir fait du devoir d’indignation un fondement du droit et de la souveraineté populaire. Parce qu’il a été le précurseur en maints domaines, de la philosophie politique à la biologie en passant par le théâtre et la musique. Parce qu’il a été le dernier homme à pouvoir prétendre avoir embrassé et maîtrisé en tout domaine le savoir disponible de son temps. »

Phrases de Diderot :

« [...] Il est mille fois plus facile, j’en suis persuadé, pour un peuple éclairé de retourner à la barbarie, que pour un peuple barbare d’avancer d’un seul pas vers la civilisation. »

« Le premier pas vers la philosophie, c’est l’incrédulité. »

Je remercie MyBoox pour cette découverte que je conseille vivement et les éditions Fayard.

 

D'autres avis sur MyBoox :

logoMyBoox

Posté par Florell à 00:17 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

11 décembre 2012

"La dure loi du karma" de Mo Yan

 "La dure loi du karma" de Mo Yan

la dure loi du karma

Résumé :

Selon la dure loi du karma, Ximen Nao est condamné à être réincarné en animal. Ane, puis bœuf, cochon, chien ou singe : il revient dans son village, partageant le quotidien de ses descendants. Témoin discret et acteur décalé, comique et déguisé, il suit cinquante ans durant le destin d'une communauté de paysans. Et justement, dans le village, vit un petit drôle mal élevé et terriblement bavard : Mo Yan.

Mon avis :

C'est très intéressant de suivre la vie de cet homme tué injustement pendant la révolution chinoise, puisque l'on suit grâce à toutes ses réincarnations le déroulement de la vie chinoise en campagne. On découvre ainsi de plus près la censure, la rééducation des riches par le travail, les conditions de vie, la commune... mais aussi la vie de tous les membres de ce village.

Cela étant j'avoue que ça commence à faire un peu long vers le milieu de la vie de Ximen Nao en cochon. C'est pas qu'on s'ennuie, loin de là ! C'est dense, très riche, mais c'est un peu lent et y'a aussi quelques longueurs qui commencent à fatiguer. Cela dit ça ne dur pas tout le long, puisqu'à la fin de sa vie de cochon on retrouve de nouveau un regain d'intérêt, qui d'ailleurs se confirme quand Ximen Nao est réincarné en chien, vu que dans cette partie du livre on sort de la commune, de l'agriculture, de la politique, pour suivre de plus près la vie des descendants qui se sont établis dans d'autres villes. A ce moment précis du livre, c'est plus les histoires de famille et d'amour qui dominent, ce qui donne un grand bol d'air qui fait du bien, car je crois qu'à la longue et vu que le livre est gros, la vie dans la commune aurait fait sacrément long au point de ne plus devenir intéressante.

Cela dit un bémol vers la fin, j'ai trouvé la dernière vie de Ximen en singe un peu trop courte par rapport au reste. Alors oui j'étais contente d'arrivée au bout de ces 973 pages, mais en comparant au reste ça fait un peu "j'en ai marre d'écrire", mais attention ce n'est pas pour autant que c'est bâclée, ça reste très correct.

Encore un mot avant de finir, Mo Yan est le dernier prix Nobel de littérature, cela dit même s'il a un talent certain pour écrire, je ne lui aurais pas donné ce prix. A l'inverse de son compatriote devenu français depuis, Gao Xingjian, qui a écrit le magnifique livre La montagne de l'âme, il ne s'est jamais vraiment et clairement élevé contre le régime communiste chinois, et pour moi lui donner ce prix c'est encourager la Chine dans ses crimes. J'ai beau aimé la culture chinoise, il est vrai que je ne suis pas partisane de son régime totalitaire.

Mais en pour en revenir au livre, malgré une lecture longue et parfois fastidieuse, il reste agréable à lire.

Quelques belles phrases du livre : "La dure loi du Karma trouve son origine dans la convoitise. Restreignez vos désirs, pratiquez le non-agir et vous vous sentirez libres dans votre corps comme dans votre esprit." Adage Bouddhique.

"Chose poussée trop loin se change en son contraire."

"Flatteries et flagorneries sont des attitudes répugnantes."

Posté par Florell à 14:05 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

"Comment Jésus est devenu Dieu" de Frédéric Lenoir

"Comment Jésus est devenu Dieu" de Frédéric Lenoir

Comment jésus est devenu dieu

Résumé :

« Pour vous qui suis-je ? » Cette interrogation de Jésus à ses disciples n’a rien perdu de sa force. Les Evangiles laissent planer un doute sur l’identité de cet homme hors du commun : est-il un prophète ? le Messie attendu par les juifs ? le Fils de Dieu ?
De nos jours, le christianisme est pourtant la seule religion qui affirme que son fondateur est à la fois homme et Dieu. Comment les chrétiens des premiers siècles ont-ils progressivement été amenés à affirmer la divinité de Jésus alors que lui-même ne s’est jamais identifié à Dieu ?
Comment, à l’issue de débats passionnés, furent élaborés les dogmes de la Sainte Trinité et de l’Incarnation ?
Quels autres regards ont été rejetés comme « hérétiques » lors de ces virulentes joutes théologiques qui ont coûté la vie à certains ?
Quel a été le rôle du pouvoir politique dans l’élaboration du credo chrétien à partir du IVe siècle et de la conversion de l’empereur Constantin ?
Écrit comme un récit, cet ouvrage captivant permet de comprendre la naissance du christianisme ainsi que les fondements de la foi chrétienne et pose avec acuité la question centrale : qui est Jésus ?

Mon avis :

J’ai lu ce livre dans le cadre de mon challenge loufoque et aléatoire. Les deux propositions étaient que le livre est la tranche blanche (ou dos du livre blanc) et que l’auteur soit un auteur des îles.

Pour en venir plus au livre maintenant, je dois dire qu’il n’a pas toujours était agréable et facile à lire. J’y ai certes beaucoup appris, mais je me suis beaucoup perdue dans les divers courants, conciles, gouvernements… Honnêtement, je n’aurais jamais pensé que la naissance du Christianisme avait été si compliquée et étrange voire sanguinaire.

Par exemple j’ignorai que Jésus avait eu selon les évangiles des frères et sœurs (où demi-frères, demi-soeurs, ou cousins, cousines on ne sait pas trop) qui ne le soutiendront pas forcément d'ailleurs, et que son message avait été si ambiguë et parfois même assez éloigné de ce que l’on pense. En effet même s’il a fait montre de sagesse, il a parfois eu un message assez violent comme le rapporte LUC (12,51) « Pensez-vous que je sois apparu pour établir la paix sur terre ? Non, je vous le dis, mais bien la division ». Étonnant n’est-ce pas ? Et c’est d’ailleurs un point que l’auteur va développer, dans ce livre. Qui était Jésus, quel était son message ? Chose qui est sûr c’est qu’il n’était pas un hippie ou un peace and love. Certes il a parlé d’amour, mais il n’a pas hésité non plus, à avoir des propos et gestes virulents pour dénoncer certaines dérives religieuses, ou le manque de respect de certains marchands et autres, envers un certain monument ; le temple de Jérusalem. Pourtant il a toujours eu ces faits et gestes, au nom d’un Dieu qui voulait une véritable bonification intérieure et non une pseudo sainteté sans grand valeur, ce qui le fera plus ou moins passer pour un blasphémateur.

Il est vrai que je ne crois pas en Dieu, tout du moins pas à un personnage au pouvoir incommensurable pas plus que je n’adhère à son message d’amour et de pardon universel. J’ai beau être une bouddhiste athée, j’ai encore assez de jugeote pour voir où mènera le pardon universel (à la liberté de recommencer, au crime et à l’anarchie), et j’admets que je ne crois pas à l’amour universel, pour moi c’est utopique. Pourtant il y’a quelque mois, j’ai acheté la Bible par curiosité car j’ai vraiment envie de savoir ce qu’elle raconte, et bien grâce à ce livre je sais aujourd'hui que je ne devrai pas voir Jésus comme un homme peace and love bien au contraire ! Tout comme je sais aussi comment je devrai aborder les 4 évangiles. J’ai en effet découvert que sur les 4 évangiles, 3 sont synoptiques (Saint Matthieu, Saint Luc et Saint Marc) elles possèdent donc des ressemblances mais aussi quelques divergences, et la quatrième écrite par Saint Jean qui possède plus un message mystique, et montre davantage la divinité de Jésus.

Autre point du livre que j'ai particulièrement apprécié découvrir, même si cela a été justement très dur à suivre, c'est la naissance du christianisme et des divers courants qui en a résulté. Je suis restée assez étonnée de voir autant d'ordre religieux. Je n'en imaginais pas tant !
Ensuite et toujours dans le domaine de la religion, j'ai trouvé intéressant de découvrir les discussions qui se sont étalées à travers les siècles ; celles où "les sages" discutaient et débattaient des écritures, de la naissance divine de Jésus, de son essence, du verbe... Voir qu'il y'a eu autant de débat m'a énormément plu je dois dire ; puisque cela montre quand même, - et même si je considère le dogme chrétien dictatorial et arriéré -, que les chrétiens ne sont pas partis du principe que les divers textes religieux sont tombés tout droit du ciel pour finalement être au-dessus de tout soupçon, ce qui peut être considéré aujourd'hui comme une démarche "évolutive" on va dire. (Bon je suis peut-être un peu méchante de dire qu'elle est arriérée, car elle a malgré tout fait son aggiornamento avec le fameux Vatican II.)

Après autre point du livre qui m'a permis de découvrir une chose méconnue du christianisme, et qui n'est pas négligeable de savoir, se sont les persécutions qu'ils ont eu à subir tout au long de l'histoire, au début de leur histoire disons, car où en sommes-nous dans l'échelle de l'humanité pour arriver à situer le christianisme ? C'est en effet étonnant de voir comment ces gens-là, ont été pourchassés pendant des siècles au nom des Dieux païens et du polythéisme, ou encore au nom d'autres raisons plus politique.
Ça sera finalement l'empereur Constantin, qui pour unifier son empire, en fera la religion d'état, en faisant quand même attention aux traditions anciennes. Cela dit cette démarche de christianiser l'empire continuera au-delà de la mort de Constantin, et cela ne se fera pas du jour au lendemain et pas sans heurt non plus.

En résumé c’est un livre que je recommande pour toutes personnes curieuses sur la vie de Jésus, même s’il n’a pas toujours été facile à suivre.

(Extrait épilogue)

 « Dieu se manifeste non pas à travers un texte mais à travers une personne : Jésus. Et, par sa vie, ses paroles et sa présence toujours actuelle, cette personne exprime la parole divine. Le Christianisme est donc une religion de la personne et de la présence.

Religion de la personne, il se doit d’attacher plus d’importance aux personnes qu’à la Loi : c’est tout le sens du fameux  épisode de Jésus face à la femme adultère (Jean 8). On lui amène une femme prise en flagrant délit d’adultère qui, selon la loi juive doit être lapidée. Jésus lance alors à ses accusateurs cette parole magnifique : « Que celui qui n’a jamais péché lui jette la première pierre. » Bien que juif pratiquant, Jésus refuse d’appliquer la Loi à la lettre, car il considère d’abord la personne en face de lui. 

[…]

 Religion de la présence –présence du Christ dans le cœur des fidèles -, le christianisme a une dimension éminemment affective. Il est sensible, favorise l’expression émotionnelle, la communication. Religion de la personne et de la présence, le christianisme est par excellence la religion de l’amour. Ce qui explique qu’à travers  sa longue histoire, et malgré tous ses dévoiements liés à la recherche du pouvoir, il ait développé de nombreuses œuvres caritatives et donné naissance à une foule de d’ordres religieux dévoués aux personnes fragiles, handicapées, aux orphelins, aux malades, aux prisonniers, aux prostitués, à tous les parias de la société. Car il reconnaît en chaque être humain la personne du Christ. […]

L’amour est présenté dans le Nouveau Testament comme indispensable et même supérieur à la foi : « J’aurais beau être prophète, avoir toute la science des mystères et toutes la connaissance de Dieu, et toute la foi jusqu’à transporter des montagnes, si je n’ai pas l’amour je ne suis rien. » affirme Paul

Dans toute sa profondeur, l’enseignement de Jésus conduit à affirmer que la foi et l’adoration explicite ne sont pas nécessaires pour l’esprit humain soit en liaison avec Dieu, pour qu’il soit mû par l’esprit qui « souffle où il veut » (Jean 3, 8). »

Ici une vidéo qui peut aider à comprendre ce livre, puisqu'elle a été construite autour de ce bouquin, entre autre.

 

bannière1

Posté par Florell à 12:31 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 décembre 2012

"L'islamisme vrai visage de l'islam" de Hamid Zanaz

"L'islamisme vrai visage de l'islam" de Hamid Zanaz

l'islamisme vrai visage de l'islam

Résumé :

L'intégrisme islamique est parmi nous, insidieux d'abord puis affirmé, revendiquant ses droits jusqu'au moment où, assez fort, il impose sa loi et punit ceux qui tendent de se dérober à sa tyrannie, comme on le voit dans certaines banlieues avec le voilement forcé des filles et les agressions contre celles qui s'y refusent. État dans l'État, nourrissant les communautarismes, refusant de se plier aux lois de la République, il proclame que c'est à la République de s'adapter à l'islam. Hamid Zanaz, issu de famille musulmane, connaît l'islam et ses avatars pour avoir vécu en Algérie où il a enseigné la philosophie à l'Université. Sa maîtrise de la langue lui donne accès à des textes savants et des articles habituellement inaccessibles. Écrivain et penseur libre, il dévoile le double visage de l'islam, ses complicités et ses stratégies. À l'heure des printemps arabes, on lira ici avec profit les propos d'un étudiant en médecine égyptien prêt à se débarrasser des vestiges de la civilisation pharaonique et qui considère que l'histoire commence avec l'islam. On découvrira aussi Al Quassimi, cheikh "repenti" du Wahhabisme, devenu l'un de ses critiques les plus radicaux. L'auteur montre qu'islamisme et islam visent en réalité le même but : imposer la loi musulmane partout dans le monde, l'un ouvertement, l'autre masqué. Ce livre est un cri d'alarme lancé par un homme courageux : ouvrez les yeux au lieu de pratiquer la politique de l'autruche, ne faussez pas le débat par des indignations de pacotille. Apprenez d'abord à connaître le péril qui guette la démocratie, la liberté de conscience et celle des femmes, et sachez déjouer les pièges et les mensonges car, selon la taqîya, mentir pour le bien de la religion n'est pas un péché en islam. Derrière l'affirmation d'une prétendue supériorité de l'islam sur tout pacte social et républicain, se profile l'avant-garde du djihad. Il est grand temps de le savoir.

Mon avis :

« Bien malin celui qui prétend trouver une différence essentielle entre l’Islam est son « isme » ! L’intégrisme est d’ailleurs inscrit dans la nature de toute religion « révélée ». […] Les sources du fondamentalisme sont très ancrées dans sa religion. Mais dans le cas de l’Islam, il reste son fils légitime. »

« Est-il islamophobe celui qui appelle à la distinction claire et nette entre la terre et le ciel ? Celui qui déteste l’inégalité entre les hommes et les femmes ? Celui qui refuse de vivre sous le terrorisme théologique islamique, abhorre la lapidation des femmes adultères, l’amputation du voleur, la haine de l’autre, juif, chrétien, athée homosexuel… ? Le refus catégorique de ces habitudes est-il une haine contre les musulmans et la critique de l’intervention de la charia dans la vie intime des gens est-elle un dénigrement musulman ? la réponse est non, sauf si les musulmans se reconnaissent majoritairement dans cette idéologie barbare. »

Comme toute citoyenne normalement constituée qui a pour valeur celle de la République, et des droits de l’homme mais aussi de la femme, (oui quel culot !), je ne peux rester indifférente à la montée de l’intégrisme musulman en France, mais aussi dans le reste du monde, et qui menace nos démocraties mais aussi la raison.

Voilà pourquoi, quand je suis tombée sur ce livre sorti du politiquement correct mais en plus écrit par un "musulman", j’ai voulu à tout prix le lire, et même si je savais déjà que l’Islam n’est pas une religion d’amour et de tolérance, et que beaucoup des instances musulmanes à travers le monde manipulent l’opinion sur ce sujet (surtout le petit occidental qui est pathologiquement antiraciste), je suis quand même ravie par tous les arguments et les preuves que ce livres avancent et qui me faisaient parfois défaut, même si ça n’a pas été dans les grandes lignes une découverte. Comme je le dis toujours, j'ai vu vu trop de chose changer en mal pour ne pas être alertée sur ce sujet et ne pas comprendre.

Dans ce petit livre donc, l’auteur va dans un premier temps expliquer la "psychologie" de l'Islam, et ainsi démontrer que pour un musulman véritablement pratiquant, (généralement ceux qu'on appelle les modérés) la religion c'est la loi mais aussi l’état, que les trois sont indissociables et que par conséquent cette religion ne peut pas vivre avec la modernité, car vivre avec la démocratie c'est refuser la charia, le Coran lui même. Pour preuve, j'avance cette phrase que depuis 1920 les frères musulmans ont pour slogan  « Le Coran est notre institution », et qui a été repris explicitement en France en 2003 par le président de l’Union des organisations islamiques de France (rien que le nom me fait grincer les dents !) , et ensuite dans un second temps, il va montrer, critiquer, la manière dont le gouvernement français se couche devant cette religion.

- « L’école républicaine doit-elle éviter de choquer les sensibilités ou doit-elle soumettre l’islam au feu de la critique rationnelle ? Conforter les adeptes dans leurs convictions, leur endoctrinement, ou contribuer à la formation de leur esprit critique ? Et surtout jusqu’où peut aller la société occidentale dans son acceptation servile de la propagation d’un monde de vie anachronique, en contradiction totale avec l’esprit des Lumières et les principes élémentaires des Droits de l’homme et du citoyen ?

Einstein nous a mis en garde : « la folie c’est de faire encore et toujours la même chose en s’attendant à des résultats différents. » L’inconscience répétée de l’Occident à l’égard de l’islam le conduit à sa perte. »

- « Pour quelles raisons les manuels scolaires en France évitent-ils de remettre en cause les croyances dangereuses des parents musulmans persistent-ils à présenter l’islam comme une religion de paix et de justice, oubliant volontairement la condition inhumaine faite aux femmes, l’hostilité vis-à-vis des autres cultures, la dhimmitude (sous citoyenneté des non musulmans, les punitions corporelles barbares (amputation, lapidation), l’esclavagisme islamique… ? 

Aux jeux olympique de la lâcheté, l'Education nationale (ou se qu'il en reste), sera médaillée d'or en reculade.»

- « L’humanisme mal placé peut placer sur de fausses analyses et même son contraire. N’est-ce pas l’attitude de certaines gauchistes qui, jugeant que les musulmans ne sont pas mûrs pour la laïcité, pour la démocratie, encore moins pour le rationalisme et l’athéisme, les considèrent, sans l’avouer, comme des colonisés à perpétuité. Parallèlement, ils se félicitent que le christianisme, à leurs yeux archaïque et incompatible avec la vie d’aujourd’hui, soit évacué de la sphère publique. Je ne peux que leur donné raison, mais sur ce point, pourquoi ne poussent-il pas leur laïcité jusqu’au bout de leur analyse ? Seraient-ils laïques seulement vis-à-vis de la religion du Christ ? Et pourquoi cette attitude paternaliste face à l’islam ? Deux poids, eux mesures ! La religion serait mauvaise pour eux, mais bonne pour les musulmans ! Critiquer le christianisme est normal car c’est, pour eux, s’attaquer à l’irrationnel, à l’infâme même, et fait partie de la liberté d’expression. Mais pas question de toucher à l’islam ! Car ça serait s’attaquer non à l’irrationnel, mais à la culture islamique et aux musulmans ! Du même coup, on cesse d’être rationaliste pour devenir raciste. Manger du curé : oui ! Manger de l’imam : non ! […] si le Nobel récompensait la naïveté, l’islamo gauchisme serait un grand favori. »

En parallèle à cela ce que j'ai apprécié dans ce livre, c'est que l'auteur va dénoncer ces écrits qu'aucun musulman ne critique, alors qu'ils sont dans leur textes fondateurs, et qu'en plus ils ne portent pas tous ce message d'amour et de paix, comme on essaye de nous le faire croire. Le Djihad c'est aussi dans ces textes, qui appartient à L’islam originel et n’est donc pas une création intégriste, contrairement à ce qu'on essaye de nous faire croire.

« Voilà un hadith du prophète à méditer : « Si tu es témoin d’un usage non-islamique, stoppe-le par la force. Si tu n’as pas le pouvoir de le faire cesser, condamne-le dans ton cœur. » Ce célèbre hadith est évoqué dans les prêches, enseigné à l’école, répété à la radio. En islam, la foi sans les œuvres, sans action militante n’a aucun sens, elle n’est pas valable. L’intégrisme, à mon avis, trouve son origine dans ces parages. Parce que l’intégrisme n’est rien d’autre que la certitude de posséder la vérité et de vouloir la corriger ceux qui ne l’ont pas.

Dès son origine, l’islam a appelé à la guerre sainte ; elle est non seulement juste mais licite, elle sanctifie et procure des récompenses dans l’au-delà. […] Et comme l’islam a vocation à se répandre sur toute la planète, le djihad est la meilleure voie. Il est évident que ce terme, employé dans le Coran et dans la tradition, l’est dans un sens plus guerrier que spirituel. »

Alors oui il existe bien quelques versets qui prêchent la tolérance envers les juifs et les chrétiens, mais faut savoir que ces versets-là sont rendus caduques, par toutes les sourates dites abrogeantes, qui elles prêchent la haine du juif, du chrétien…

« Les premiers versets du Coran qui invitent à la tolérance envers les autres religions, les gens du livre, chrétiens et juifs, ont été abrogés par d’autres versets clairs et nets appelant à la guerre sainte. […] De nombreux versets appellent au conflit avec ces mêmes croyants chrétiens et juifs. Quant aux païens et mécréants, l’islam est intransigeant avec eux : ils n’ont d’autres choix que la conversion, l’exil ou la mort. Voici les versets éloquents dans l’une des meilleures traductions de l’arabe.

« N’obéis pas aux infidèles ; et avec ceci (le Coran), lutte contre eux vigoureusement. » (25 : 52)

«Quant au verset 111 de la sourate Al Touba, il n’y va pas par quatre chemins : « Dieu a acheté des croyants pour leurs biens et leurs personnes, pour qu’il leur donne en retour le paradis, ils combattront dans le sentier de Dieu, ils tueront et seront tués… »

Toujours dans le Coran :

« Ordre est donné au prophète, de la part d’Allah, d’exhorter les musulmans au combat contre l’infidèle » (8 : 65)

« Ô prophète, mène le djihad contre les mécréants et les hypocrites et sois rude à leur égard, leur refuge sera l’enfer et quelle mauvaise destination. » (Sourate 66 verset 9)

 « L’islam doit prévaloir sur toutes les autres religions » (3 : 85)

« Lorsque les mois sacrés seront expirés, tuez les infidèles partout où vous les trouverez. Faites-les prisonniers ! Assiégez-les ! Placez-leur des embuscades ! S’ils font amende honorable, célèbrent l’office de la prière et payent la dîme, laissez-les poursuivre leur chemin ! Dieu est clément et miséricordieux. » (9 :5) »

« La guerre sainte est le plus beau des actes de dévotion, la meilleure des prières. C’est par cette voie que le prophète avait réussi à écraser les mécréants, disent les musulmans, enfin presque tous. Que d’éloges !  Voilà comment l’école enseigne le djihad dans tout le monde islamique. Se battre, se faire tuer au nom de l’islam fait partie du dogme même car, selon l’islam, il y’a deux types de territoires : territoires de paix ou dar al islam, pays islamisés, et territoires de guerre ou dar el harb, pays en voie d’islamisation. Un état de guerre permanent. »  Et le but ultime de cette guerre sainte, c’est de conquérir le monde entier et le soumettre à la loi unique, la seule loi valable et éternelle : la charia islamique. Selon, je le rappele les vœux d’Allah. « Combattez les infidèles jusqu’à leur soumission et que l’islam seul règne » (2 : 193)

(Je rappelle qu'aujourd’hui encore des milliers et des milliers de chrétiens, de juifs, de coptes… sont tués encore à travers le monde. Tout comme l’apostasie fait des victimes. Et où sont les voix sincères qui s’élèvent contre ça ? Nulle part.)

C’est dire à quel point l’islam ne peut vivre en paix avec la démocratie et les valeurs philosophiques qui ont fait notre temps, comme ils le disent eux même d'ailleurs. Ils sont au moins honnêtes sur ce point, on peut leur reconnaître ça !

Après un autre point dont va parler l'auteur, c'est la femme. Tenue dans l’ignorance, dominées par la force, et emprisonné dans une prison de tissus afin de ne pas réveiller les pensées lubriques de ces hommes faibles, la femme dans l’islam est presque rien ; et en citant les écrits saints mais aussi plusieurs cas l'auteur va le montrer. Avec par exemple la conférence des Nations Unies sur les femmes à Pékin en 1995, où les pays musulmans dans leur majorité, ont voulu remplacer le terme "égalité" par celui "d’équité" afin de pouvoir respecter la charia qui est inscrite dans toutes les constitutions des pays musulmans.

« Verset 34 de la sourates des femmes : Les hommes ont autorité sur les femmes, en raison des faveurs qu’Allah accorde à ceux-là sur celle-ci, et aussi des dépenses qu’ils font pour leurs biens. Les femmes vertueuses sont obéissantes [à leur maris] et protègent ce qui doit être protégé pendant l’absence  de leur époux, avec la protection d’Allah ; admonestez [les femmes] dont vous craignez l’infidélité ; reléguez-les dans les chambres à part et frappez-les. Mais ne leur cherchez plus querelle si elles vous obéissent. »

Mais malgré ça j'ai apprécié découvrir quelques figures qui ont lutté pour elles, comme le ministre de la culture égyptienne Farouk Hosni qui a dit que : « Les cheveux des femmes sont beaux comme des fleurs et ne doivent pas être couverts, ni voilés devant les autres... ». Mais le pauvre monsieur...

Néanmoins le plus drôle là-dedans, c’est que ces crétins osent dire, qu’ils ont appris à l’Europe la science, le savoir et aussi les droits de l’homme et bien sûr de la femme ! Oui vous ne rêvez pas, j'ai bien écrit les droits de la femme ! Discours du cheikh Gamal Shakir al-Nazzal en 2003 à la mosquée de Falouja, en Irak. Bon, ce n’est pas cité dans ce livre mais dans un autre dont j’ai pris connaissance, mais je ne résiste pas à l'envie, de vous faire partager un peu de ce discours très... drôle si je puis dire : "[...] je voudrais dire que ce fut l'état islamique qui fut le phare de la science pour toute l'humanité dans le domaine de l'ingénierie et du droit. L'époque de l'état islamique fut un âge d'or, à une époque où l'Europe vivait dans l'ignorance, comme des bêtes, sans que [ses peuples] connaissent le droit, les droits de l'homme ou les droits de la femme. En France on débattait [même] pour savoir si la femme était humaine. [...]" Tant de bêtise devrait être puni par la loi ! Et dire que des crétins de bien-pensant encouragent ce genre de mensonge, afin de détruire les racines de l'Europe... ça me donne juste des envies de meurtre.

Pour finir, autre point important du livre que je voudrais aborder car je le pense important, c’est le mensonge qu’autorise cette mentalité, cette religion, afin de mieux manipuler l’opinion. En effet, le mensonge est aussi encouragé dans cette religion, afin d'atteindre le but. Normalement ils n’ont pas droit de mentir, mais pour apaiser les différents avec les mécréants ils ont le droit de s'en servir, cela s’appelle la taqîya (mensonge effectif) et le Kitman (mensonge par omission), et ces deux circonstances servent avant tout la cause de l’islam. 

Du coup avec ça, comment les croire ? Comment ne pas les prendre pour des fourbes ?

« Parler est un moyen pour atteindre ses objectifs. Si un but honorable peut être atteint à la fois par la vérité et par le mensonge, il est contraire à la volonté d’Allah que d’atteindre ce but grâce au mensonge et non à la vérité. Lorsqu’il est possible d’atteindre un tel but en mentant mais non en disant la vérité, il est alors permis de mentir si le but à atteindre est permis (c’est-à-dire lorsque le but de mentir est de mettre en échec quelqu’un qui vous empêche d’atteindre ce but), et il devient obligatoire de mentir si le but est obligatoire… Il est prudent, d’un point de vue religieux, en toutes circonstances d’utiliser des mots qui donnent une impression trompeuse… »

Bref. Ce bouquin pose clairement la problématique de l'islam, écoutons-le. Car ce n’est pas en appliquant la politique de l’autruche que l’on fera avancer les choses, bien au contraire ! N’oublions pas leur discours haineux et le massacre toujours actuel, de nombreux juifs, chrétiens, copte, athée… à travers le monde, ainsi que la destruction des églises, des temples bouddhistes... Et regardons aussi franchement comment ils essayent d’adapter nos démocraties à leur religion, et non de s’adapter à nos valeurs. Appelons un chat, un chat, le peur du passé ne doit en aucun cas nous faire fermer les yeux.

Je n’ai rien contre l’islam, mais je souhaite un islam laïque qui respectera l’homme et la femme, non un islam arriéré et haineux. Je souhaite un Islam modéré, un vrai, celui où en premier ils seront libres de penser et non d'écouter la religion. Je n’appelle pas au racisme mais à la Raison. Comme le dit Wafa Sultan : « les gens ont le droit d’adorer leurs pierres, mais ils n’ont pas le droit de les jeter sur moi. »

Alors oui, on va me dire qu'il ne faut pas généraliser, je suis d'accord, mais je ne peux pas non plus ignorer la majorité sous prétexte qu'il y'a une minorité de bon, et je regrette sincèrement qu'il n'y ait pas en France et dans le monde plus de Messoud Bouras. Qui après s’être élevé contre cet islam intégriste, a dû vivre dans une semi-clandestinité après avoir reçu plusieurs menaces de mort !!! Voici un extrait de son livre Le cocu de la république, les musulmans m’ont tué : « L’islam prospère sur l’inculture et l’ignorance. Ses valeurs ne sont pas compatibles avec celle de la République. Lisez bien ce que dit le Coran sur les femmes, les infidèles, les apostats qui comme moi rejettent la religion. »

 

Je m’attends aussi qu’on me traite de raciste à tout moment, mais si appeler un chat un chat c’est être raciste, alors oui je le suis, et je le revendique ! Même pour faire plaisir, je ne peux faire fi de tout le mal et la haine qu’ils répandent. La sagesse et la raison ne me poussent pas dans la voie de l’intégrisme, mais plutôt sur celle de la liberté et de la lumière, où l’homme est capable de penser par lui-même et de vivre en homme responsable et libre. Sincèrement, dites-moi où est l’intérêt de vivre dans un monde où toutes les cultures auront été détruites ? Où le libre arbitre et la raison seraient réduites à néant ? Et où la joie, le bonheur et l’amour ne vaudraient rien et seraient gouvernés par la peur et la soumission ? Où est l’intérêt de vivre dans un monde inquisitorial ? Où est l'intérêt de vivre sous le joug d'un dieu totalitaire, stupide et méchant ? On va me dire que j'exagère, mais quand je regarde dans la rue, les faits divers..., je m'aperçois que non. D'ailleurs je ne crois pas que ça soit un hasard si Mein Kampf a retrouvé une deuxième jeunesse dans les pays musulmans.

Quoi qu'il en soit, je veux croire que Wafa Sultan, Hammid Zanaz… seront au même titre que Abdallah Al Quassimi les futurs philosophes qui feront avancer l’islam sur le chemin de la raison et de la liberté. J'espère qu'avec eux on arrivera à désacraliser l'Islam. Et de mon côté je ne peux que encourager les gens à s'élever contre cette religion totalitaire, contre ces gens qui luttent contre la démocratie et les droits de l'homme et de la femme, contre "ces frères musulmans" qui soutiennent les terroristes, la charia et j'en passe, et n'ont qu'un but faire appliquer la charia dans les démocraties et détruire dans tous les sens du terme tous ce qui a été fait avant.

Quelques extrais, en fait je suis à deux doigts de copier la totalité du livre :

« L’islam menace-t-il vraiment la laïcité française ? Evidemment. Et si je n’attends rien des politiques, en revanche je suis convaincu que les forces laïques ne se laisseront pas faire ni par les intégriste ni par les aventuriers qui pensent qu’à leur réélection. La société civile n’est pas morte, elle commence à réagir pour mettre fin au retour de la religion dans la sphère publique.

Mais critiquer la religion islamique ne risque-t-il pas de pousser les musulmans modérés dans les bras des extrémistes comme l’avancent certaines âmes sensibles ? Si les musulmans modérés étaient des intégristes masqués attendant la moindre occasion pour revenir aux sources, oui, mais seulement dans ce cas ! Eviter tout débat par peur d’offenser les musulmans conduit au contraire à satisfaire les exigences des islamistes et à légitimer leur idéologie. D’ailleurs la liberté d’expression ce n’est pas seulement le pouvoir de dire ce que l’on pense, c’est aussi de devoir supporter, voire d’être choqué par ce que dit l’autre.

Il serait instructif de traduire aux Occidentaux les médisances et les insulter dont ils font l’objet dans la presse, dans les prêches et les déclarations politiques… ! Le discours dominant dans le monde arabo-musulman est hostile à l’Occident et ses religions. Pourquoi ne parle-t-on pas d’Occidentophobie ? »

[…]

Sur la chaîne Aljazeera et devant des millions de téléspectateurs, un prédicateur saoudien déclarait, en conclusion à une série de conférence sur l’islam, données pendant plus de quatre mois en Europe : « Toute la civilisation occidentale ne vaut pas une seule poussière sous la chaussure de notre prophète Mohamed » »

***

« Pour satisfaire tous les bobos de France et de Navarre, faut-il fermer les yeux devant le blocage hebdomadaire de certaines rues lors de la prière du vendredi ? Faut-il laisser la seule Marine Le Pen défendre la laïcité et les lois de la république ? Faut-il se taire quand la République laïque finance illégalement la construction de mosquées en France et achètes des tapis de prières pour les distribuer aux populations afghanes ? Se taire encore quand les femmes de l’armée française sont obligées de porter le voile, alors que le discours officiel de la République est d’aller en Afghanistan pour libérer les femmes de ce voile. Faut-il répéter bêtement, hypocritement et lâchement que l’islamisme n‘a rien à voir avec l’islam ? Ou encore psalmodier la phrase la plus débile, la plus lâche, jamais prononcée dans le pays de la Boétie : « Nous aussi, nous avons nos intégristes ! » Et quand on est prof faut-il rester sans réaction devant le refus de certains élèves musulmans à étudier la Shoah ? »

***

« C’est ainsi que le célèbre « droit à la différence » se pervertit petit à petit pour se muer en « différence de droits » quand les circonstances deviennent favorables. Avec l’islam, la collision entre le moi ethnique et le surmoi républicain est inévitable. Entre l’islam et la République, ce n’est pas d’un match amical qu’il s’agit, mais d’un conflit ontologique. Et celui-ci s’engage aussitôt qu’un croyant juge la démocratie incompatible avec sa culture islamique ! 

Tout est lié en islam. Tout tourne autour du dogme de la vénération d’Allah. La religion encadre toute l’existence. […] »

***

« L’islamisme n’est pas le résultat de la pauvreté, en un mot, ses racines profondes ne sont pas socio-économiques, même si beaucoup de spécialistes optimistes nous assurent que l’intégrisme n’existe pas et qu’il n’y a que des problèmes de société. Du même coup, il est vite réduit à des causes périphériques telles que la misère, l’humiliation, la frustration et autres trouvailles…

D’autres justificateurs trouvent un lien entre ce fléau et la naissance de l’Etat d’Israël ! Ils oublient que « les frères musulmans », le « fondamentaliste canal historique », première association islamiste, mère légitime de tous les groupuscules islamistes d’aujourd’hui, à été fondé 20 ans avant la naissance de l’Etat Hébreux ! Même si tout allait bien dans ce monde arabo-islamique, l’intégrisme existerait quand même, parce qu’il est généré par une illusion et non par un quelconque désespoir. Il n’est pas une simple déviation de la religion de Mahomet, comme aime le répéter la majorité des commentateurs, il en est le cœur. […] Être intégriste, c’est aller tout au bout de sa foi. »

***

« « Sachez que nous avons pu pénétrer et nous établir sur vos terres, es mêmes terres sur lesquelles Charles Martel et ses troupes nous avaient défiés, pays de l’orgueil et de l’arrogance, peuple du vin et du porc, du libertinage et de la nudité, vous qui refusez la foi et la pudeur… » Message de Mosvar Barayev à Jean-Pierre Raffarin et plusieurs ambassades de France en 2004 » »

***

« Jeanine Bougrab secrétaire d’état à la jeunesse, ancienne présidente de la HALDE et fille de harkis, a déclaré, samedi 3 décembre 2011, « ne pas connaître d’islamisme modéré » ajoutant : « Il n’y a pas de charia light. Le droit fondé sur la charia est nécessairement une restriction des droits et libertés, notamment de la liberté de conscience. »Peut-être allait-elle trop loin, acr il semble qu’elle ait été désavouée par le gouvernement qui ne veut pas prêter le flanc aux bien-pensants et antiracistes professionnels. »

***

« Dans son livre en arabe, de La division de la terre selon le fikk islamique, un membre du Conseil européen de la fatwa et de la recherche, situé à Dublin, Abdallah B. écrivait dans le chapitre consacré au Djihad : « Faites le djihad contre les mécréants par votre parole, vos personnes, vos biens, et vos mains. » ne voilà-t-il pas un bon conseil d’intégration adressé aux jeunes d’origines musulmane d’Europe ! »

 ***

" Se taire, c’est non seulement donner raison aux intégristes et à leurs supporters européens, mais c’est encourager aussi tous ceux qui, au nom d’une pathologie personnelle, veulent organiser le monde « aussi pour autrui », pour plagier la belle expression de Michel Onfray. "


***

"Dire que l'intégrisme est appelé à disparaître avec le progrès de l'instruction, que l'islam n'a pas encore opéré la révolution de la laïcité et que la solution réside dans le progrès social, économique et culturel est donc un non-sens. Regardez les pays du Golf, les islamique d'Europe et d'Amérique ! Sont-ils pauvres et ignorants ?"

Deux petites citations de ma dernière lecture sur Diderot, je trouve qu'elles ont leur place ici.

« [...] Il est mille fois plus facile, j’en suis persuadé, pour un peuple éclairé de retourner à la barbarie, que pour un peuple barbare d’avancer d’un seul pas vers la civilisation. »

« Le premier pas vers la philosophie, c’est l’incrédulité. »

Posté par Florell à 21:54 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

15 novembre 2012

"Lame de fond" de Linda Lê

"Lame de fond" de Linda Lê

linda_l_

Résumé :

Un homme vient de mourir. Du fond de sa tombe au cimetière de Bobigny, il évoque, sur un ton qui n’a rien de tragique, mais au contraire ironique et presque joyeux, les péripéties qui ont marqué la dernière année de sa vie d’exil en France. Il n’est pas le seul à se confier. Sa femme, Lou, sa fille, Laure, une adolescente gothique, légèrement déjantée, et une mystérieuse beauté eurasienne, Ulma, se racontent aussi tour à tour, de façon comique ou déchirante. En une journée, de l’aube au crépuscule, ce quatuor exhume le passé. Il y a dans ces pages une grand-mère toute dévouée à sa petite fille, un cadre du Parti Communiste vietnamien qui n’a pas assumé son rôle de père, une ancienne hippie nostalgique des folles années soixante-dix, des personnages bataillant pour échapper aux conventions, mais tout, finalement, tourne surtout autour du séisme qui a provoqué un bouleversement dans le quotidien d’une famille jusque-là sans histoire.

 

Mon avis :

Même si au niveau écriture j’ai trouvé que c’était différent des trois autres livres que j’ai pu lire d’elle, j’avoue que la lecture de ce petit livre n’a pas été déplaisante. Même si ici l’ambiance est moins intime, les mots et les phrases étant soignés, bien tournés, bien choisis…, donnent à ce livre un peu fou, une teinte sombre, torturée, mais aussi quelques couleurs.

Dans ce livre nous suivons la vie de quatre personnages, dont un mort. Chacun a quelque chose à raconter, qui a généralement pour centre Van le macchabée. L’absence, l’amour, le déracinement, la mort… tout se dira via cette tragédie et les personnages nous plairons ou pas. Ce qui est certain en tout cas, c’est qu’on sera parfois estomaqué par certains faits qui rattraperont ceux qui seront sans surprise.

Cependant s'il y’a un point que je reproche à ce livre, c’est cette morale gauchisante qu’il possède. Il est beaucoup question d’expatrié dans ce livre, et il est vrai que cela rajoute du charme au charme, cela dit, même si ça a du charme et qu’elle se fait le porte-parole de cette « souffrance –là », j’ai trouvé que parfois elle était un peu trop sévère avec les gens que je dirais "chauvin", et parfois trop à côté de la plaque d'avoir truffé son récit de clichés.
Je ne sais pas si ça vient de moi ou pas, mais sincèrement j’ai remarqué des petites réflexions plutôt mal placées à certains endroits du bouquin. Et même si comme dans le cas de la mère à Lou ces petites réflexions étaient compréhensibles, à d’autres endroits elles n’étaient pas vraiment à leur place selon moi.

Bref. N’étant pas utopique c’est le seul point que je reproche à ce bouquin, le reste est juste bon.

En résumé c’est un bon livre, même si ce n’est pas celui que je préfère. Je remercie les éditions Christian Bourgeois et Babelio pour ce partenariat.

 

Posté par Florell à 21:57 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,