Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

13 juillet 2013

"Je te vois reine des quatre parties du monde" d'Alexandra Lapierre

"Je te vois reine des quatre parties du monde" d'Alexandra Lapierre

 

je te vois reine des quatre parties du monde

Résumé :

Comme Christophe Colomb, Dona Isabel Barreto rêva de repousser les limites des mondes connus. Admirée - haïe aussi -, elle devint, au temps des conquistadors, la première et la seule femme amirale de la flotte espagnole. En 1595, elle part de Lima avec quatre galions en quête du cinquième continent : l'Australie. Elle traverse le Pacifique, couvrant près de la moitié du globe sur une route maritime inexplorée. Au fil de ses découvertes, elle va devoir affronter la violence et tenir tête à la mort. Elle aimera follement deux hommes qui partageront son ambition. Mais pour survivre, elle accomplira des actes qu'elle-même ne pourra se pardonner... Connue pour la rigueur de ses enquêtes, Alexandra Lapierre a suivi sa trace dans les bibliothèques d'Europe et d'Amérique du Sud, traquant de Lima à Séville tous les témoignages de cette existence passionnée. Par le souffle et la vivacité de son écriture, elle brosse de cette femme qui osa l'impossible un portrait baroque et puissant, à la mesure d'un destin sans égal.

Mon avis :


J’aime beaucoup l’histoire, voilà pourquoi j’ai voulu lire ce livre. Néanmoins le problème avec ce genre d’histoire c’est que l’on ne sait jamais ce qui est vrai et ce qui a été rajouté, voilà donc pourquoi j’ai cherché un peu à comprendre le parcours de ce livre pour arriver à tout bien différencier ; et ce que j’ai découvert me laisse… stupéfaite.

Déjà l’auteure est tombée par hasard, - et lors d’autres recherches sur un autre personnage -, sur la vie d’Isabel Barreto. Alexandra Lapierre ignorait elle-même la vie de cette dernière, jusqu’à ce qu’elle tombe dans des archives sur les mots « governadora » et « adelantada », mot habituellement au masculin en espagnol. Ce qui je l’avoue me fait halluciner, car il s’en est fallu de peu de chose finalement pour que cette dame Barreto reste dans l’oubli pour beaucoup d’entre nous.

Ensuite ce qui m’a le plus étonné, c’est que finalement il y a très peu de romancé dans ce livre. Tout ou presque, est vrai. Que ça soit les dates, les évènements, etc, etc... l’auteure est restée fidèle aux éléments de sa connaissance, qu’elle a amassés pendant trois ans ! Il y a d’ailleurs en fin de livre des petits passages qui expliquent ce qu’ils sont devenus, ce qui n’est franchement pas désagréable et permet en plus d’avoir une vue d’ensemble.

Pour en venir un peu plus au livre et en particulier au personnage qui nous intéresse, Isabel Barreto, je peux vous assurer que vous n’allez pas être déçu du voyage, si je puis dire… Jamais une femme n’a paru aussi souveraine et singulière qu’Isabel Barreto.

Conquistadora des mers du sud, seule et unique femme amirale (à ce jour) de l’armada espagnol. Nous allons découvrir ici sa vie depuis sa naissance à Lima (et non en Espagne comme beaucoup d’historiens le pensent), en passant par son enfance, où elle a été éduquée un peu à la manière d’un homme et reçu une instruction plus poussée que ses autres sœurs, jusqu’à sa vie de femme qui commence avec son premier mariage avec le navigateur Alvaro de Mendaña découvreur des îles Salomon, Marquises et de Santa Cruz, et finit en couche avec son second mari Hernando de Castro. En faisant bien sûr un détour par le couvent de Santa Clara à Lima où elle fit une courte retraite. Bref, dans ces pages on découvre tout sur la vie de ce personnage, et rien que cela est un délice. Pourtant je vous cacherais bien des choses en omettant de vous parler de la partie que j’ai préférée, celle où l’on découvre toute la singularité du personnage, je veux parler bien sûr du premier et seul voyage d’Isabel avec Alvaro, lorsqu’ils partaient ensemble avec quatre galions pour retrouver les îles Salomon et pourquoi pas trouver l’Australia incognita.

En effet, il faut savoir que c’est spécifiquement dans ce voyage où l’on découvre toute la dimension du personnage, toute sa splendeur et son rayonnement ; déterminée, imposante, réfléchie, intelligente, intransigeante, audacieuse, mais aussi majestueuse. Alors magistrale dans le caractère certes, mais aussi et curieusement, physiquement. Toujours bien mise, avec fraise, bijoux et vertugadin, toujours bien coiffée, même aux périodes les plus sombres du voyage, Isabel Barreto avait compris que tant qu’elle soignerait son apparence c’était faire comprendre aux autres navigateurs qu’il fallait composer avec elle. Ce qui montre vraiment sa grande force de caractère. D’ailleurs par la suite cela est allé plus loin, car à la mort de son mari ça voulait dire qu’elle était le seul maître à bord de ses galions. Attitude qui peut paraître assez invraisemblable quand survivre était le mot d’ordre, ou que la mutinerie, les meurtres, la maladie… agissaient. Mais pourtant une attitude nécessaire pour que l’ordre règne. Et c’est quand on voit cela, que l’on s’aperçoit que cette femme était très intelligente, mais possédait aussi une bonne psychologie, car elle calculait la portée de chaque geste ! Ce qui laisserait presque sans voix.

Enfin bon, c’est vraiment un livre que je conseille car il est trèèèèèèèèèèèèèès intéressant mais aussi et en plus bien écrit, bien manié. Sans compter qu’il aborde la vie d’autres personnages, comme celle d’Alvaro de Mendaña mais aussi de Pedros Fernandez de Quiros (entre autre).

Pour ma part je ne connaissais pas cette auteure, mais je peux vous assurer que maintenant j’ai envie de découvrir d’autres livres d’Alexandra Lapierre. Je remercie en passant les éditions Flammarion mais aussi Babelio pour cette découverte.



09 juillet 2013

"Burqa de chair" de Nelly Arcan

"Burqa de chair" de Nelly Arcan

burqa de chair

Résumé :

Septembre 2001-septembre 2009 : en l’espace de huit ans, une jeune femme déploie son chant et disparaît. Huit ans seulement pour entrer avec fracas dans la littérature et pour s’échapper du monde tout aussi violemment. Nelly Arcan était une guerrière, sous les fragiles apparences d’un ange blond. Son courage intellectuel n’avait d’égal que son effroi de vivre, c’est-à-dire d’habiter un corps. Un corps de femme, exposé et convoité, prison et camisole, étendard et linceul. Burqa de chair, disait-elle dans une formule saisissante. Il semblerait que très tôt elle ait appris à poser les bonnes questions, celles qui dérangent, et que s’emploie à détailler Nancy Huston dans sa préface. Les textes qu’on lira ici sont du meilleur Nelly Arcan. Dernières pierres blanches au bord d’une route interrompue, ils nous donnent l’occasion d’entendre encore une fois la beauté de cette langue inimitable, étourdissante, et qui laisse le lecteur hors d’haleine.

Top chrono :

Une bonne écriture et un ton assez violent, mais j'ai trouvé cela un peu trop vulgaire et tordu. Il ne faut peut-être pas s'attendre à autre chose avec cette auteure, mais pour ma part je n'ai pas été si emballée. C'est beaucoup trop délirant, psychotique, fou et abusé. Pour moi l'autreure a trop forcée, et si cela était bien sa vie -on peut le supposer vu qu'elle s'est suicidée- je n'arrive pas à la prendre en pitié, il ne tenait qu'à elle de se prendre en main et d'arrêter ses délires, ses mensonges, ses films. Enfin bref, le livre comme la personnalité de l'auteure me sont restés hermétiques, bien que la plume soit présente malgré tout.

Posté par Florell à 19:26 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

02 juillet 2013

"Histoire du Mont Saint-Michel" de Patrick Sbalchiero : Toute une histoire !

"Histoire du Mont Saint-Michel" de Patrick Sbalchiero

mont saint michel

Résumé :

Incomparable monument de culture, de spiritualité, d'art et de civilisation, le Mont-Saint-Michel attire plus de trois millions de visiteurs par an. A la fois espace sacré et curiosité touristique, lieu de pèlerinage et ancienne place militaire, domaine de prière et domaine d'érudition, la " Merveille de l'Occident " - objet d'une dévotion incomparable - a pourtant subi les vicissitudes de l'histoire. Ainsi, la construction de l'abbaye fut-elle rythmée par de nombreux incendies. Au XVe siècle, le blocus imposé par les Anglais perturba profondément la vie des habitants. Au siècle suivant, les guerres de Religion y furent durement ressenties. La Révolution et le XIXe siècle marquèrent une période de décadence, le Mont étant transformé en prison. La renaissance commence à partir de 1872 lorsque les Monuments historiques entreprennent une vaste restauration du chef-d'œuvre. Classé au Patrimoine mondial de l'humanité par l'Unesco, il jouit aujourd'hui d'un prestige culturel exceptionnel. L'auteur s'attache à décrire autant la vie quotidienne des moines que celle des habitants, il retrace les étapes de la construction et de l'entretien des bâtiments, montre comment le site a vécu les soubresauts de l'histoire, comment il a inspiré les écrivains, comment son rayonnement spirituel a défié les siècles.

Mon avis :

J’ai acheté ce livre quand j’ai lu La promesse de l’ange de Frédéric Lenoir et Violette Cabeso, je l’ai bien feuilleté à l’époque mais je ne l’ai jamais vraiment lu correctement, mais suite à une décision subite j’ai voulu le lire, et je ne comprends pas pourquoi je ne l’ai pas fait avant.
Comme beaucoup je sais que l’abbaye du Mont Saint-Michel est un des lieux les plus visiter de France, qu’il a été sous la révolution une prison d’état, et qu’il a été construit suite à la demande de l’archange Saint-Michel à Saint Aubert évêque d’Avranches au 8ème siècle (bon faudra quand même trois apparitions de l’archange à Saint Aubert pour qu’il se décide à commencer la construction sur le Mont-tombe), mais finalement suite à la lecture de ce livre je me rends compte que je n'en connaissais pas grand chose au final.

En effet, véritable place forte de l'histoire bien que difficile à défendre lors de la guerre de 100 ans par exemple, ayant connu pour son plus grand malheur le régime des abbés commendataires, pour finir par être mise à sac par les révolutionnaires (c’est pour ça que je déteste les révolutions, même si ça fait avancer ou reculer les choses (comme en Chine) ça détruit toujours les témoins du passé), sans oublier la douzaine d’incendies dus aux guerres ou à la foudre, le Mont Saint-Michel a connu dans son histoire 1000 péripéties que l’auteur va nous faire découvrir ici.

Cependant, croire que le livre s'arrête à l'Histoire ou à la construction, ou encore a ses malheurs, est une grosse erreur ! L'auteur va en effet nous faire découvrir le Mont dans ses heures de gloire. Véritable lieu de pèlerinage (même pendant la guerre de 100 ans), habitants privilégiés sur les impôts, dons de nombreuses reliques, sans oublier la cité des livres qui transmettaient le savoir antique « Les chanoines n’avaient pourtant presque rien laissé en quittant le site, mis à part un obituaire et un évangéliaire en caractères onciaux. En quelques années, le Mont devient « cité des livres ». Par tradition, les moines bénédictins sont une des mémoires vivantes de l’histoire de l’Eglise catholique. Depuis l’époque mérovingienne, leurs monastères constituaient autant de centres privilégiés de la vie intellectuelle à travers l’Occident latin. Leur amour des livres leur avait permis de recevoir puis de transmettre une large part de l’héritage de la culture gréco-latine. Toutes les grandes abbayes médiévales possédaient une bibliothèque importante. La communauté montoise bénéficia de trois facteurs déterminants : la création d’un scriptorium après 965, l’intérêt d’abbés successifs pour les choses de l’esprit et le talent d’enlumineur de nombreux moines. » on va vite se rendre compte que le Mont malgré ses déchéances n’a jamais cessé d’être admiré, ou à défaut de renaître constamment de ses cendres...

Enfin bref, il y aurait encore beaucoup à dire, mais même si ce livre date un peu et si vous cherchez des infos sur ce magnifique Mont, je vous en conseille la lecture sans problème, en plus à la fin il y a un récapitulatif chronologique, et ça c'est le genre de chose que j'adore !

Ici une petite page qui parle du Mont Saint-Michel.

Posté par Florell à 22:36 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

06 juin 2013

Mes livres lus en avril et mai 2013

Mes livres lus en avril et mai 2013 !

 

AVRIL 2013 :

 

la goutte de miel  contes polonais  charlemagne  un gros livre d'enfer les archives secrètes du vatican

 

1- Contes et légendes d'Asie : La goutte de miel  de Collectif

2- Contes polonais de Agnieszka Macias

3- Charlemagne de Jean Favier

4- Un gros livre d'enfer de Matt Groening

5- Les archives secrètes du Vatican de Luca Becchetti, Luca Carboni, Giovanni Castaldo et Marcel Chappin

 

MAI 2013 :

 

fugue polonaise  la dernière bagnarde  mont saint michel  le fanfarlo  mémoire d'un vieux con  journal de voyage tome 2  inferno  le donjon de neheulbeuk

calvin et hobbes

 

6- Fugues polonaise de Beata de Robien

7- La dernière bagnarde de Bernadette Pécassou-Camebrac

8- Histoire du Mont Saint Michel de Patrick Sbalchiero (Chronique à venir)

9- La Fanfarlo suivi de conseils aux jeunes littérateurs de Charles Baudelaire

10- Mémoires d'un vieux con de Roland Topor (Je ne connaissais pas l'auteur, -bien que j'ai découvert depuis peu qu'il a participé à la création de Téléchat-, mais j'ai voulu tenter. Et bien je ne regrette pas, c'était franchement bien ! Une écriture vivante, une histoire délirante, un personnage hors du commun, en bref et en quelques mots une grande plaisanterie. Un livre comme on n'en a jamais lu, et comme on n'est pas près de revoir sitôt. Je conseille !)

11- Journal de voyage tome 2.... d'Alexandra David-Néel

12- Inferno de Dan Brown

13- Coupable d'avoir été violée de Meriem Ben Mohamed (chronique à venir)

17- Calvin et Hobbes tome 17 de Bill Watterson

18- Le donjon de Naheulbeuk tome 12 de John Lang

 

Ce que j'ai acheté pendant ces deux mois :

1 - L'histoire interdite de Franck Ferrand

2 - Louis XIV de Jean-Christian Petitfils

3- Calvin et Hobbes tome 17 de Bill Watterson

4- Le donjon de Naheulbeuk tome 12 de John Lang

5- Mein Kampf, histoire d'un livre de Antoine Vitkine

6- Immortalité et réincarnation d'Alexandra David-Néel

7- Naissance de la France : le monde mérovingien de Patrick Geary

8- 1328 - 1453 le temps de la guerre de 100 ans de Boris Bove

9- Histoire de l'empire Mongol de Jean-Paul Roux

10- Contes des sages zen de Pascal Fauliot

11- Les mensonges les plus incroyables de l'histoire de Luc Mary et Philippe Valode

12- L'épopée du perroquet de K. Reichs (Offert par Sook Sook Lucifer)

+ d'autres que je n'ai pas encore reçu donc ils seront sur mon prochain bilan. :)

 

Ce que j'ai prévu de lire :

SURPRISE ! (En faite je ne sais pas trop encore ^^)

 

nuageconcon5

- Chacun son karma ma p'tite.

nuagepas content

 

 

Posté par Florell à 08:04 - Bilan - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

03 juin 2013

"Inferno" de Dan Brown

"Inferno" de Dan Brown

inferno

Résumé :

Les endroits les plus sombres de l'enfer sont réservés aux indécis qui restent neutres en temps de crise morale.

Robert Langdon, professeur de symbologie à Harvard, se réveille en pleine nuit à l'hôpital. Désorienté, blessé à la tête, il n'a aucun souvenir des dernières trente-six heures. Pourquoi se retrouve-t-il à Florence ? D'où vient cet objet macabre que les médecins ont découvert dans ses affaires ? Quand son monde vire brutalement au cauchemar, Langdon va s'enfuir avec une jeune femme, Sienna Brooks. Rapidement, Langdon comprend qu'il est en possession d'un message codé créé par un éminent scientifique - un génie qui a voué sa vie à éviter la fin du monde, une obsession qui n'a d'égale que sa passion pour l'une des œuvres de Dante Alighieri : le grand poème épique Inferno.
Pris dans une course contre la montre,Langdon et Sienna remontent le temps à travers un dédale de lieux mythiques, explorant passages dérobés et secrets anciens, pour retrouver l'ultime création du scientifique - véritable bombe à retardement - dont personne ne sait si elle va améliorer la vie sur terre ou la détruire.

Dan Brown es l'auteur de nombreux best-sellers internationaux. Da Vinci code est aujourd'hui l'un des romans les plus vendus de tous les temps.

Mon avis :

Je ne connais pas tous les livres de cet auteur, en fait je connais seulement ceux avec Langdon, et bien que son dernier Le symbole perdu m’ait déçue car je l’avais trouvé trop mystique, celui-là m’a en parti réconcilié avec Dan Brown, même si ce n’est pas un coup de cœur pour autant.

Alors même si l’auteur utilise ce que l’on a déjà vu dans ces bouquins Langdonien, ici j’ai quand même ressenti une certaine différence avec les romans précédents. Je ne sais pas si cela vient du sujet, - au demeurant fortement d’actualité  -, ou le fait que ça soit Dante mélangé avec les projets d’un scientifique qui rend les choses moins crédibles, mais voilà j’ai trouvé le livre différent des autres. Même si pourtant on retrouve tous les ingrédients qui ont fait le succès de Dan Brown, course poursuite, jeu de piste, énigme, gentils qui sont en réalités méchants ou vice versa. (Là j’avoue qu’il faut suivre le schmilblick.)

Bien sûr, j’ai bien conscience de dire deux choses opposées en disant que le sujet est fortement d’actualité et que le livre paraît peu crédible, pourtant sur tous les livres avec Langdon que j’ai lu, le sujet, à savoir la surpopulation cancer de la planète comme j’aime le dire, est bien la réalité du monde actuel, et pour cela à mon avis le livre mérite d'être lu. Certes, il est évident que ce dernier ne fera pas réfléchir les populations et ne changera pas la face du monde, cela étant faut dire qu’il y en a quelque chose à tirer de cette histoire voire même à creuser... Voilà d’ailleurs pourquoi le méchant pas beau, m’a semblé plutôt sympathique au final.

Alors je ne dis pas que le super vilain s’y prend de la meilleure manière pour limiter l’évolution exponentielle de la démographie humaine, mais derrière "l’horreur" de la situation qu’il met en place, il y a une noble idée je trouve et c'est ce qui fait que j'ai trouvé Zobrist pas si monstrueux. Bien que modifier l’ADN humain me paraît sérieusement stupide et dangereux. Par contre comme le sujet de la surpopulation m'intéresse, j'avoue ne pas avoir trop regarder le reste qui me semble après coup assez bon finalement, néanmoins un petit point noir du récit m’a fait sursauter quand je l'ai lu, ce point : la Turquie.

Dans le livre l’auteur parle de la Turquie qu’il juge européenne, (déjà non pas européenne) et laïque, alors que plus loin il parle de femme en niqab et d’un fort encrage religieux dans la société. Euh… je ne sais pas si c'est moi, mais y’a comme qui dirait un sérieux problème de confrontation là, puisque aucune société ne peut se dire laïque du moment que la religion dépasse la porte de la maison et gouverne un pays. Car en Turquie la séparation du pouvoir et du religieux n’existe pas vraiment, aujourd’hui encore l’état Turc peut punir quiconque critique l’Islam, qu’il soit journaliste, écrivain ou simple citoyen. Alors que l’auteur dise que la Turquie est laïque me semble une sacrée anticipation sur la réalité, du moins si je me base par rapport à mon point de vu sur la laïcité. Mais je pense qu'on peut affirmer sans problème que ce pays a hélas trop reculé aujourd’hui, mais à part cela je dois dire que les descriptions et les renseignements sur Sainte-Sophie sont saisissantes et en plus intéressantes, toutes commes les descriptions de Venise et Florence. Même si curieusement une fois arrivée en Turquie on commence à trouver le livre un peu long, mais bon très franchement y’a pire.

Enfin bref, en résumé, pour moi-même si c’est un livre qu’on peut qualifier de populaire, il mérite qu’on s’y arrête quand même pour son message écologique et démographique, même si dans ces domaines rien n’est gagné aujourd’hui et que rien n’est encore vraiment fait d'ailleurs. En bref un livre à lire, même s’il n'égale pas Anges & Démons qui est mon préféré à ce jour.

Je remercie au passage les éditions JC Lattès.

Posté par Florell à 20:01 - Contemporain - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

21 mai 2013

Proverbe japonais

 

 

 

La courtoisie excessive devient discourtoise.

Proverbe japonais

 

 

japon

 

Posté par Florell à 23:20 - Proverbes, belles phrases - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 mai 2013

"Quand la fleur se fane, où s'en va son parfum ?" De Grazyna Perl

"Quand la fleur se fane, où s'en va son parfum ?" De Grazyna Perl

quand la fleur se fane où s'en va son aprfum

 


Résumé :

Quelle est la place de la femme dans le bouddhisme ? Existe-t-il dans cette pensée une manière spécifiquement féminine d'appréhender des questions comme le pouvoir, l'amour, la sexualité, l'éducation des enfants ou même la mort ? Maître Bon Yo porte sur ces problématiques un double regard : celui d'une maître du Zen de tradition coréenne et éminente disciple de Seung Sahn (Cendres sur le Bouddha, Points Sagesses, 2002) ; celui d'une femme d'aujourd'hui, qui a choisi de ne pas renoncer à une vie laïque, professionnelle, conjugale et familiale. Parce que le Zen n'est pas une échappatoire " exotique " à la vie quotidienne, mais se pratique ici et maintenant. Née en Pologne dans les années 1960, ancienne styliste de mode devenue artiste-peintre, deux fois mariée et divorcée, mère de deux enfants, Bon Yo analyse, à la lumière de sa riche expérience, les obstacles rencontrés par les femmes pour accéder à de hautes responsabilités, les difficultés à être reconnues sur leur chemin spirituel, la violence qu'elles subissent parfois, les doutes et les inquiétudes qui les préoccupent. Sa réflexion est nourrie des enseignements traditionnels du Zen, auxquels ce Petit traité constitue l'introduction idéale.

Mon très court avis avec beaucoup d'extraits ^^ :

J'ai lu ce livre il y a un mois, et j'avais souvent l'impression de m'entendre parler en le lisant, même si je loin d'être une bouddhiste parfaite. Mais cette sagesse de 2500 ans, et si proche de la nature humaine, a beaucoup à nous apprendre qu'on soit novice ou pas, et pour cela ce livre n'est pas mal. Même si toutefois comprendre c'est une chose et vivre avec en est une autre. ;)

Petits extraits :

- "La compassion n'est pas dissociable de la sagesse : ouvrir son cœur ne signifie pas fermer les yeux, mettre entre parenthèse sa capacité d'entendement, devenir un idiot généreux." (Celle-là c'est ma préféré je crois.)

- "C'est notre esprit qui crée l'univers tel que nous le percevons ou le jugeons. Nous souffrons, parce que nous regardons le monde, êtres et choses, à travers des lunettes des lunettes déformantes de nos émotions ou de nos attentes égotiques."

- "Nous voulons absolument mettre des mots sur tout, qualifier, questionner, expliquer. Le Kong-an est une manière de faire réaliser à l'élève que les concepts que nous accolons aux choses ne sont pas la réalité mais une interprétation de celle-ci et que notre mal-être naît de notre attachement à ceux-ci."

- "Dire que tout est un, c'est dire que la Nature véritable n'a pas de sexe, pas de couleur de peau, qu'elle n'est pas dépendante d'une situation géographique ni d'une culture ou d'une religion. Il n'y a en elle ni bien ni mal. S'éveiller signifie comprendre cela et, par là, nous libérer de la conviction que nous sommes définis par notre éducation, notre fonction, notre nom... Car nous sommes bien plus que cela. Le but est de sortir du rêve et d'entrer dans la Réalité. Il est "d'entrer dans la rivière", comme dit le Bouddha, pour y agir de façon juste en fonction de l'environnement et du moment.

Le Bouddha n'est pas une divinité dotée de pouvoirs surnaturels qui lui auraient permis d'atteindre l'Éveil. Chacun est un Bouddha qui ne demande qu'à se révéler, quels que soient son époque, sa nation, sa condition sociale et son sexe. Il ne s'agit pas d'une simple "égalité des chances" sur la voie de l'Éveil mais de notre nature même. Le chemin vers l'Illumination ne peut être encombré des oppositions forgées par l'esprit qui s'accroche maladivement à la pensée dualiste, car ces pensées sont des entraves. Il doit peu à peu les dépasser." (En fait non elles sont toutes bien. lol)

16 mai 2013

"La dernière bagnarde" de Bernadette Pécassou-Camebrac

"La dernière bagnarde" de Bernadette Pécassou-Camebrac

la dernière bagnarde

Résumé :

En mai 1888, Marie Bartête, à l'âge de vingt ans, embarque sur le Ville de Saint-Nazaire. Elle ne le sait pas encore, mais elle ne reverra plus jamais sa terre de France. On l'envoie au bagne, en Guyane. Bien sûr, elle a été arrêtée plusieurs fois pour de petits délits, mais elle a connu la prison pour cela. Pourquoi maintenant l'expédie-t-on à l'autre bout du monde ? Reléguée. La France ne veut plus d'elle. Sur le bateau, elle rencontre Louise, persuadée qu'on les emmène au paradis. Là-bas, on dit qu'il fait toujours beau et qu'elle se mariera. Mais l'illusion sera de courte durée. Le voyage de six semaines à fond de cale, les mauvais traitements et l'arrivée en terre inhospitalière achèvent de la convaincre que c'est bien l'enfer qui l'attend. Et que, malgré la bonne volonté de soeur Agnès et de Romain, jeune médecin de métropole, personne ne l'en sortira jamais.

C'est le destin de cette prisonnière du bagne de Saint-Laurent-du-Maroni que fait revivre ici Bernadette Pécassou-Camebrac. Elle met en scène d'une écriture énergique et sensible le sort tragique de ces femmes abandonnées de tous, que l'histoire a tout simplement oubliées.

Bernadette Pécassou-Camebrac a publié cinq romans à succès chez Flammarion : La Belle Chocolatière (2001), Le Bel Italien (2003), L'Impératrice des roses (2005), La Villa Belza (2007) et La Passagère du France (2009).

Mon avis :

Je sors de ce livre avec un bilan mitigé, mais pas tant à cause de l’histoire, encore qu’elle ne m’a pas tant plu que ça, mais plutôt à cause de l’écriture qui m’a laissée… comme une impression de courant d’air et d’irrégularité dans le récit.
Je sais c’est un peu bizarre ce que je dis, mais pourtant j’ai ressenti  quelques manques dans la rédaction, comme des choses mal accordées. Alors peut-être est-ce dû au fait que le sujet soit finalement assez survolé et rapide ? Ou peut-être pas ? Je ne sais pas.

Mais de toute façon et même sans cela, je crois que j’aurais quand même moyennement apprécié ce livre ; puisque comme je l’ai déjà dit le sujet reste assez en surface. Alors je n’ai lu aucun autre livre qui parle des bagnes donc je n’ai aucune comparaison à faire, pourtant il me semble que la dureté de la vie là-bas est moins bien rendue dans ces pages par rapport à ce que l’on sait déjà. Cela dit, et c’est un point positif, dans ce livre on ressent plutôt bien l’inertie de l’administration et son indifférence pour les bagnards. Ce qui rattrape un peu les choses, et montre dans le même temps d'autres côté que l'on aurait peut-être pas imaginé.

En résumé ce n’est pas un livre qui m’a énormément plu, mais parce qu’il raconte une chose qui reste pour beaucoup ignoré c’est un livre que je conseille malgré tout.

Ici une page wikiki sur le bagne de Saint-laurent-du-Maroni. (Celui du livre.)

Posté par Florell à 17:02 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

14 mai 2013

"Fugue polonaise" de Beata de Robien

"Fugue polonaise" de Beata de Robien

 

fugue polonaise

Résumé :

« Staline vient de mourir. J ai 16 ans. Je m appelle Bashia. Je suis polonaise et je n ai toujours pas fait l'amour. »


Cracovie 1953. Alors que Staline vient de mourir, Bashia, adolescente rebelle, s accroche à son rêve de quitter un pays affamé par les restrictions alimentaires et muselé par la police politique. Contrainte de composer avec les membres d une famille tous plus originaux les uns que les autres ainsi qu avec les locataires de leur appartement communautaire, Bashia essaie tant bien que mal de goûter aux joies de son âge. Quitte à y laisser quelques plumes... La liberté à un prix, et Bashia en fait la douloureuse expérience.
Ce récit drôle et émouvant, tout en nous immergeant dans la réalité de la Pologne communiste de l'après-guerre, dresse un beau portrait d'adolescente qui restera longtemps dans notre mémoire.

Mon avis :

L’avantage de ce livre c’est qu’il raconte deux histoires. Une histoire d’amour entre la polonaise Bashia et le français Christian, et celle de la Pologne sous le régime dictatorial communiste. Et je ne pense pas vous choquer si je vous dis que j’ai préféré la grande Histoire de la Pologne à celle d’amour, ceux qui me suivent n’ignore pas que j’ai beaucoup de mal avec les histoires à l’eau de rose sauf exception. Pourtant, ici j’ai pris quand même grand plaisir à suivre l’histoire d’amour Bashia et l’histoire plus générale de sa famille, pour la seule et unique raison que l’histoire de ces gens est intrinsèquement liée à celle de la Pologne communiste, puisque tout dans leur vie est policé, surveillé, etc, etc… mais à un point inimaginable. Par exemple l’oncle Roman est surveillé parce qu’il ne travaille pas, la grand-mère parce qu’elle était une ancienne bourgeoise et Bashia parce qu’elle aime un français ! Un français bien crétin au demeurant mais j’y reviendrai plus tard.

En fait quand on lit ce livre on se rend compte que vivre sous le régime communiste c’était vivre l’enfer pour les populations, car c’était vivre avec la peur d’être à tout moment arrêté parce qu’on avait mal fait une chose ou fait une chose qui ne fallait pas, qu’importe ! Bon certes on sait aujourd’hui que ce régime-là a été une vrai plaie pour les populations qui ont vécu sous son joug ; les goulags, le bourrage de crâne, la propagande, les privations alimentaires pour le petit peuple (car les nouveaux bourgeois ne manquaient absolument de rien), les passeports ou déclarations obligatoires pour chaque voyage, on le sait déjà. Mais ce que l’on sait moins par contre, c’est qu’ils pouvaient aussi loger des habitants sous votre toit jugé trop grand, sans vous demander votre avis ! Et ceci est une chose parmi d’autre, car je vous assure qu’en lisant ce livre, je suis allée jusqu’à la fin de surprise en surprise au point que j’ai enquillé les pages à une vitesse surprenante, (j’allais dire comme un polonais les verres de vodka ^^).

Maintenant niveau personnage y’en a une que j’ai beaucoup aimé c’est la grand-mère de Bashia. Elle a ce charme un peu suranné et celui des répliques qui font mouche qui m’ont séduite. Elle a aussi ce charme de la fierté, et de ce caractère solide qui attire la confiance. Rien sur le coup ne semble l’ébranler, elle paraît solide comme un roc et toujours prête à combattre pour les siens, même si à la fin un évènement viendra bouleverser cela. Enfin bref c’est un personnage que j’ai beaucoup aimé… à la différence du jeune Christian.

Alors Christian ce n’est pas un poème à lui tout seul, mais juste une tête à claque. A part le fait qu’il soit un tantinet obsédé, il est aussi un véritable crétin qui soutient le régime communiste. Alors oui on pourrait me dire : « Oui mais ce sont ses idées politiques. » Soit. Soit. Soit. Mais quand on vient en Pologne pour admirer le « génie communiste », et qu’on refuse de voir la réalité du pays et la misère des habitants, c’est autre chose, et une chose qui révèle juste de la stupidité. Sincèrement c‘est même plutôt insupportable au lecteur de le voir si fasciné par le socialisme, quand on voit derrière ses idées la vie bien difficile des autres personnages du roman. Surtout que je suis certaine qu’il n’aurait jamais voulu vivre lui-même sous un régime pareil, qui n’avait rien à voir avec le paradis imaginé mais plutôt avec l’enfer. Alors oui on peut mettre cela sur le compte de la jeunesse, mais quand même j’ai eu beaucoup de mal à trouver un côté sympa à Christian.

Enfin bref, pour résumer c’est un livre que je conseille pour plusieurs raisons. Déjà pour sa facilité de lecture, mais aussi pour l’histoire qu’il raconte, car ce n’est pas qu’une histoire d’amour, l’histoire d’une famille, c’est aussi l’Histoire d’un pays, et l’Histoire de la Pologne Beata de Robein la maîtrise plus que bien. Ne vous fiez donc pas au titre poétique de ce bouquin car il cache quelque chose...

Je remercie au passage les éditions Albin Michel pour ce service presse, et je remercie aussi grandement l’auteure d’avoir voulu me faire partager son livre et de me lire.

 

Posté par Florell à 17:39 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

08 mai 2013

"Le CV de Dieu" de Jean-Louis Fournier : Depuis cette lecture et celle de "Satané Dieu" je me suis autoproclamée Dieu ^^

"Le CV de Dieu" de Jean-Louis Fournier

le CV de Dieu

Résumé :

Après avoir créé le ciel, la Terre, les animaux et l'homme, Dieu commença à s'ennuyer. Il lui fallait de l'activité. Il décida de chercher du travail et comme tout un chacun, il rédigea son curriculum vitae...

Mon avis :

Je ne sais pas à quoi pensé l’auteur en écrivant ce livre, ni comment l’idée lui est venue, mais je lui dois un des meilleurs moments lectures de ma vie. Insolite, plein d’humour, un brin critique sur la société, ce livre nous montre Dieu comme on ne l’a jamais vu, à savoir un peu de mauvaise foi, artiste, mauvais en maths, désordonné, bourré d’humour et j’en oublie...

Que ça soit pour la correspondance entre le Pape et Dieu, les tests psycho, ou les entretiens avec le directeur sur la création de l’univers, - à la sauce Fournier s’il vous plaît -, c’est un livre que je recommande souvent quand je ne l’offre pas. Pour ma part c’est un gros coup de cœur et j’en rigole toujours. Cultissime ! 


Autres livres des 60 blogueurs Livre de poche par ici : http://www.calameo.com/read/000048378c2d58ac9ae2e

 

nuageconcon5

Posté par Florell à 07:47 - Livre humoristique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,