Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

29 janvier 2013

Mon bilan de janvier !

311526 Voici le premier bilan de l'année.

De ce beau mois de janvier

Où les fleurs chantent dans les prés. 311526

concon nuage

- En plus ça ne veut rien dire...

nuageconcon6

Mes chers amis voici venu le temps des rires et des chants de vous présenter mes acquisitions livresques, et mes livres lus pour ce mois de janvier 2013.

Donc, si dessous vous avez les cadeaux que j'ai eu par ma tante et ma frangine. Qui ont été tirés d'une liste que j'avais donné. Génial je ne fête pas noël mais j'ai des cadeaux, c'est cool !

 

S7301645

La condition humaine de André Malraux

Le piège de la marionnette de Jiro Akagawa

Par delà le bien et le mal de Friedrich Nietzsche

Aurore de Friedrich Nietzsche

La Flander's Compagny tome 1 de Ruddy Pomarede

 

Si dessous toujours, mes lectures du mois :

 

S7301646

La Flander's Compagny tome 1 de Ruddy Pomarede

Le maître de thé de Inoué Yasushi

Le fantôme de Baker Street de Fabrice Bourland

Mal-morts de Jean Marie Ligny (Oui vous ne revez pas c'est du jeunesse, c'est assez rare pour être souligné. ^^)

Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare (En fait c'est la première des trois pièces de théâtre du livre, et non la totalité du bouquin que j'ai lu.)

Le livre du thé de Okakura Kakuzô

Aragon un destin français de Pierre Juquin

Fleurs de tempête de Philippe Le Guillou

La dame en blanc de Wilkie Collins 

 

Mes achats. Je ne comprends pas ce qui s'est passé...

 

S7301648(vue d'ensemble)

 

 

S7301649

 

S7301650(De plus près)

Les titres ? Les voici :

Le dernier pape de Edouard Brasey

L'Illiade de Homère

Pierre Abélard de Jean-Pierre Letort-Trégaro (Il a un nom à rallonge lui !)

Contes de Andersen

Contes de Charles Perrault

Contes de Jacob Grimm, Wilhelm Grimm

Contes polonais : Maciek et Wojtek de Agnieszka Macias

Contes d'une grand-mère japonaise

Contes d'une grand-mère chinoise

Contes d'une grand-mère tibétaine

Idhun tome 2 : La triade de Laura Gallego Garcia

L'histoire de France interdite de Dimitri Casali

L'histoire fabriquée ? ce qu'on ne vous dit pas à l'école de Vincent Badré

Ainsi soit Olympe de Gouges de Benoîte Groult

Vous remarquerez qu'il y'a beaucoup de contes, c'est que ne les connaissant aucunement j'ai décidé de rattraper mon retard. Encore que les contes japonais, chinois, polonais, tibétain c'est vraiment par curiosité, et parce que ces pays m'attirent.

 

Les livres que j'ai prévu de lire en février, j'espère avoir assez de temps :

 

S7301654

J'ai l'intention de finir le Shakespeare, les deux dernières pièces sont : Les joyeuses commères de Windsor et Le soir des rois.

Journal de voyage tome 2 d'Alexandra David-Néel

L'arbres des possibles de Bernard Werber

Mémoires d'un vieux con de Roland Topor

Confession d'un masque de Yukio Mishima

Ainsi soit Olympe de Gouges de Benoîte Groult

Tu verras de Nicolas Fargues

Andromaque de Jean racine

Secrets d'histoire tome 1 de Stephane Bern

Nevrospiral de Patrick Olivier Meyer

 

Et voilà ! Bonne lecture à tous et bon mois de février.

 

 

Posté par Florell à 14:18 - Bilan - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

28 janvier 2013

"Le livre du thé" de Okakura Kakuzô. Pas qu'une tasse de thé.

"Le livre du thé" de Okakura Kakuzô

le livre du thé

Résumé :

Depuis un siècle, Le Livre du thé, qui offre une introduction des plus subtiles à la vie et à la pensée asiatiques, s'adresse à toutes les générations.
Et ce grand classique, qui a permis naguère de jeter un pont entre l'Orient et l'Occident, n'a rien perdu de sa force et peut encore éclairer notre modernité. Le trait de génie d'Okakura fut de choisir le thé comme symbole de la vie et de la culture en Asie : le thé comme art de vivre, art de penser, art d'être au monde. Il nous parle d'harmonie, de respect, de pureté, de sérénité. Au fond, l'idéal du thé est l'aboutissement même de cette conception zen : la grandeur réside dans les plus menus faits de la vie.
Qui cherche la perfection doit découvrir dans sa propre vie le reflet de sa lumière intérieure. Aussi la voie du thé est-elle bien plus qu'une cérémonie : une façon de vivre en creusant aux racines de l'être pour revenir à l'essentiel et découvrir la beauté au cœur de la vie.

Mon avis :

Pour la passionnée de culture asiatique que je suis, je ne pouvais pas passer à côté de ce livre, et vu qu'en ce moment j'ai décidé de m'investir d'avantage sur la voix du thé, le thé en général en fait, j'ai enfin décidé de sortir ce livre de ma PAL. Et ce fût une bonne chose ! Car déjà ce livre raconte une raison claire sur la mort de maître Rikyu, personnage que j'ai rencontré y'a peu dans le livre Le maître de thé de Yasushi Inoué, mais aussi parce que c'est une assez bonne introduction sur la cérémonie du thé japonaise, le zen, le taoïsme...

En fait grâce à ce livre, je comprends mieux, enfin d'une façon plus profonde, pourquoi par exemple dans Nuée d'oiseaux blancs Yasunari Kawabata donne un côté théâtrale à certaine scène autour du thé, que j'avais un petit peu critiquée à l'époque. J'ai découvert à la lecture de ce livre, qu'en fait cette cérémonie bien qu'intime, où les différences, les soucis... sont mis de côté, ressemble un peu à du théâtre, si je puis dire, puisqu'en effet le livre appuie et montre vraiment l'importance du décor, des gestes, des bruits, du protocole, de l'esprit qui domine cet art de vivre. Car c'est vraiment un art de vivre, cette voie du thé doit permettre à tout individu de trouver sa place dans le monde dans le respect de l'autre mais aussi de soi. C'est même pour bien faire, un esprit qu'il faudrait continuer à appliquer à l'extérieur du pavillon de thé. (Harmonie - Respect - Pureté - Sérénité)


En lisant ce livre j'ai aussi appris l'origine chinoise de cette cérémonie, l'importance de l'asymétrie dans la décoration et l'esprit, mais aussi découvert que cette voix du thé a touché beaucoup de domaine de la vie de tous les jours, que ça soit la construction, la poésie, la céramique, la calligraphie, l'habillement, les fleurs... D'ailleurs en ce qui concerne la fleur, l'art de l'Ikébana pour être précise, j'aurais vraiment aimé l'apprendre lors de mon CAP fleuriste y'a 10 ans, mais finalement ça ne s'est jamais fait. C'est triste. ^^

Bref, ce livre est vraiment une bonne introduction sur tout cette univers du thé, du tao... L'auteur nous interpelle beaucoup, et même si ce livre a été écrit en 1906, on s'aperçoit qu'il est toujours d'actualité, et surtout dans son message. Assurément un livre à lire. (Maintenant y'a plus qu'à croiser les doigts pour que j'assiste au moins une fois à cette cérémonie, et pourquoi pas l'apprendre.)

 

Extrait :

" Ce n'est qu'au sain du vide, affirme-t-il, que demeure l'essentiel. La réalité d'une chambre, par exemple, se découvre dans l'espace vide défini par les murs et le plafond, non dans les murs et le plafond eux-mêmes. L'utilité de la cruche réside dans son espace vide, capable de contenir l'eau, non dans sa forme ou sa matière. Le vide est tout-puissant parce qu'il embrasse le tout. Ce n'est qu'au sein de la vacuité que tout mouvement devient possible. Celui qui parviendrait à faire de lui-même un espace vide où autrui pourrait librement pénétrer serait maître de toutes les situations. Car le tout peux toujours dominer les parties."

Si cet avis vous plaît, vous pouvez toujours cliquer sur le pouce vert par ici. :)

"Le fantôme de Baker Street" de Fabrice Bourland : Etrange, ces revenants...

"Le fantôme de Baker Street" de Fabrice Bourland

 

le fantôme de BS

Résumé :

Londres, 1932. Depuis que la municipalité a attribué à la maison du major Hipwood le n° 221 à Baker Street, le salon du premier étage semble hanté. S'agit-il d'un esprit, comme le prétendent certains ? Existe-t-il un lien entre ces manifestations et la série de crimes qui ensanglante Whitechapel et les beaux quartiers du West End ? Motivée par un funeste pressentiment, lady Conan Doyle, la veuve de l'écrivain, sollicite l'aide de deux détectives amateurs, Andrew Singleton et James Trelawney. Lors d'une séance de spiritisme organisée à Baker Street, ces derniers découvrent avec effarement l'identité du fantôme. Et quand ils comprennent que les meurtres à la une des journaux imitent ceux commis par Jack l'Eventreur, Dracula, Mr Hyde et Dorian Gray, nos jeunes enquêteurs sont entraînés dans une aventure qu'ils ne sont pas près d'oublier.

Mon avis :

Si je me souviens bien j’ai acheté ce livre sur une boutade de Taliesin, donc j’avoue qu’avant d’entamer ma lecture, je n’avais pas de grande idée sur ce qui m’attendait. Un énième roman policier semblable aux autres dans le fond et la forme ? Ou quelque chose de neuf ? La deuxième question est finalement ma réponse.

Ce livre m’a en effet surprise. Même si quelques ficelles sont pour le moins assez visibles, je dois dire que je ne m’attendais pas à cela. En fait j’avoue qu’au vu du résumé, je m’attendais plutôt à un genre de Psycho, le livre de Richard Montanari, où un tueur reproduit les meurtres de film célèbre. Eh ben non ! Je n’y étais pas du tout ! Ici c’est 100 fois mieux, car dans cette ambiance surannée et spirite, se côtoie au côté des fantômes et des cadavres, des personnages qui voient leurs certitudes voler en éclat. Ce qui au final en fait un récit très vivant et prenant.

Sincèrement, je ne peux que saluer l’audace de l’auteur, qui a eu l’idée de faire renaître sous sa plume, l’époque victorienne via ses faits divers ou ses chefs d’œuvres, par une œuvre dans l’ensemble assez bien maniée et riche en nouveauté, enfin pour moi. Que l’imagination collective fasse vivre les plus grands personnages de roman, ou qui ont réellement existé (comme Jack l’éventreur) c’était franchement bien trouvé.

Cela étant, je n’en ferais pas un coup de cœur pour autant, car j’ai malgré tout trouvé la fin trop rapide, même si au final et en ce qui me concerne c’était plutôt une bonne chose, car je frissonnais de peur. Je ne suis pas très courageuse j’avoue, j’ai d’ailleurs maudit ce pauvre Tal. sur 99 générations toute la soirée…, mais quand même la fin m'a parue trop rapide et facile. D’ailleurs tant que j'y suis, je tiens à souligner l’admirable sang-froid des personnages, notamment sur la fin. Personnellement y’a longtemps que je me serais carapatée dans l’autre sens…, même avec Sherlock Holmes à côté de moi.

En conclusion et malgré la fin c’est un bon livre à lire. Par contre j’ai vu que l’auteur a écrit d’autre livre avec nos deux jeunes détectives, du coup j’ai bien envie de les tenter, mais je dois dire que j’hésite à vouloir les lire quand même, car vu que j’ai bien apprécié celui-ci, j’ai peur d’être déçue par les autres. Qui peut me renseigner ?

Si l'avis vous plaît cliquez sur le petit pouce vert ici :) Merci.

Posté par Florell à 18:06 - Livre policier, thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

22 janvier 2013

Un peu de peinture

 

Deuxième "Le saviez-vous ?", et aujourd'hui je vais vous présenter deux tableaux, donc le style est issu de l'impressionnisme, "le pointillisme". Né fin XIXe siècle grâce à Georges Seurat et Paul Signac.

 

seurat

Un dimanche après-midi à l'île de la Grande Jatte de Georges Seurat. (1859 - 1891)

Petite anecdocte il fallut au peintre, pour réaliser de tableau 38 croquis à l'huile et 23 dessins préparatoires, et il exposa cette toile en mai 1886, lors de la dernières exposition impressionniste.  Au passage L'île de la Grande Jatte fut très représenté par les peintres de cette époque, dont notamment mon adoré Claude Monet.

 

palais des papes

Le château des Papes de Paul Signac. (1863 - 1935) Peinture de 1900. Huile sur toile. 

 

(Source : Internet. Et c'est un art, enfin plutôt un nom, que j'ai découvert en lisant ma biographie de Claude Monet. Et allez savoir, peut-être qu'en lisant ma bio sur Van Gogh je trouverai un autre genre de peinture. ^^)

 

Posté par Florell à 12:49 - Le saviez-vous ? - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 janvier 2013

Poésie "La petite marchande de fleurs"

 

Y'a longtemps que je n'ai pas mis de poésie, en voilà une que j'ai trouvé fort jolie, mais hélas bien triste...

 

fée dodo

La petite marchande de fleurs

Elle nous proposa ses fleurs d'une voix douce,
Et souriant avec ce sourire qui tousse.
Et c'était monstrueux, cette enfant de sept ans
Qui mourait de l'hiver en offrant le printemps.
Ses pauvres petits doigts étaient pleins d'engelures.
Moi je sentais le fin parfum de tes fourrures,
Je voyais ton cou rose et blanc sous la fanchon,
Et je touchais ta main chaude dans ton manchon.
Nous fîmes notre offrande, amie, et nous passâmes ;
Mais la gaîté s'était envolée, et nos âmes
Gardèrent jusqu'au soir un souvenir amer.

Mignonne, nous ferons l'aumône cet hiver.

 

François Coppée (1842-1908)

Posté par Florell à 11:00 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

19 janvier 2013

"Le maître du thé" de Inoué Yasushi

"Le maître du thé" de Inoué Yasushi

la maître du thé

Résumé :

« Monsieur Rikyu a assisté à la mort de beaucoup de samouraïs... Combien d'entre eux ont dégusté le thé préparé par Monsieur Rikyu avant d'aller trouver la mort sur le champ de bataille ? Quand on a assisté à la mort de tant de guerriers, on ne peut pas se permettre de mourir dans son lit ! »Non, Monsieur Rikyu (1522-1591), Grand Maître de thé issu du bouddhisme zen, n'est pas mort dans son lit ! Il s'est fait hara-kiri à l'âge de 69 ans. Pourquoi s'est-il donné la mort ? Un vieux moine, son disciple, tente d'élucider le mystère de ce suicide.Ce livre-enquête nous projette dans le Japon de la fin du xvie et du début du xviie siècle. A cette époque, la cérémonie du thé était un acte grave, un rituel qui témoignait d'un engagement redoutable, empreint d'exigences éthiques et politiques, prétexte parfois à des négociations secrètes.Le Maître de thé est donc tout naturellement un roman d'initiation, de méditation, lyrique et sensuel à la fois. A travers la figure historique de Rikyu, Yasushi Inoué (1907-1991) dresse le portrait d'une génération hantée par la mort. Etrange de penser qu'il a écrit là son dernier récit et sans doute son chef-d'oeuvre, publié en 1991, l'année même de sa disparition !

Top chrono :

J'ai beaucoup apprécié l'effet du temps qui passe, mais pour le reste j'avoue que je n'ai pas trouvé cela fameux. Peut-être un brin trop lent, ou pas assez intéressant, sans doute les deux... Pourtant je suis passionnée de ces cultures d'extrême-orient et de thé, j'ai aussi un caractère très calme, mais là non je n'ai pas pu. Peut-être aussi parce que je ne connais pas l'histoire du Japon et que ce livre y fait souvent référence.

Enfin je pense que c'est un tout qui fait que je n'ai pas adhéré à l'histoire si admirablement contée.

Posté par Florell à 17:01 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

17 janvier 2013

Les 12 travaux Héraclès ou Hercule

Le premier "Le saviez-vous ?" est enfin là ! Avec un peu de retard...^^ J'espère que ça vous plaira, même si vous n'apprenez rien ça rafraîchit toujours un peu.

J'ai choisi au hazard de vous parler des 12 travaux d'Héraclès ou Hercule pour les romains, encore qu'il peut avoir des légères différences entre les deux. Voici en résumé, ce que ça donne.

***

Après avoir été atteint d'un coup de folie produit par la jalousie d'Héra femme de Zeus,Héraclès tua sa femme Megara et leurs enfants. Le roi Eurysthée de Mycènes attribua 12 travaux à Héraclès afin de le punir de son crime. Se sont les 12 travaux d'Héraclès.

Héraclès dut donc accomplir 12 travaux les voici résumé dans l'ordre :

1- Tuer le lion de Némée. Héraclès l'étouffa et ensuite l'écorcha pour revêtir sa peau.

2- Anéantir l'Hydre de Lerne. Deux têtes repoussaient dès qu'il en coupait une, du coup il demanda à son neveu Iolaos de cautériser les plaies afin d'empêcher l'émergeance de nouvelles têtes. (Et là j'imagine bien le neveu dire à l'Hydre en plein combat, "Bouge pas ! Je te recouds." Mais bien sûr...)

3- Capturer vivante la biche aux bois d'or de Cérynie. Il y parvient après une longue course.

4- Il dut faire de même ensuite avec la sanglier Erymantes, où là par contre il y arriva sans trop de peine.

Pour les deux travaux suivant par contre, il se fit aider de la déessa Athéna.

5- Nettoyer les écuries d'Augias, du Roi d'Elide. Héraclès y parvient en détournant deux rivières, qui se déversa dans le bâtiment et ainsi nettoya les écuries du fumier.

6- Au lac Stymphale, il effraya les oiseaux anthropophages qui semaient la terreur avec les castagnettes données par Athéna.

La suite maintenant :


7- En Crête maintenant il captura le taureau du Roi Minos.

8- Pour le huitième, il partit vers le nord où il dut s'emparer des juments du Roi Diomède de Thrace, que ce dernier nourrisaient de chair humaine. (Huuummm... Bon appétit !)

Les trois autres travaux suivant consistaient à voler quelques objets :


9- Héraclès déroba d'abord la ceinture d'Hippolyte la reine des Amazones.

10- Puis gagnant l'extrémité de l'Occident, il s'empara des boeufs du Géant Géryon

11- Il cueillit ensuite les pommes d'or du Jardin des Héspérides.

L'incroyable exploit :

12- Le douzième travail, qui était d'entre tous le plus irréalisable, Héraclès le réalisa quand même, avec l'aide d'Athéna. Il devait ramener à la surface Cerbère le chien à trois têtes qui gardait l'entrée des enfers, et c'est ce qu'il fît, en libérant en passant son ami Thésée. Après qu'Eurysthée ait vu Cerbère, il demanda à Heraclès de le ramener à Hadès dieu des enfers.

Il fallut 10 ans à Héraclès pour accomplir ces travaux, ce qui lui permis de voir du pays. emoticones lolmdr gratuit

 

(Source Larousse des Légendes & des Mythes + ma petite mémoire.)

 

Voili voilou les gens. A bientôt !

Posté par Florell à 00:09 - Le saviez-vous ? - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

08 janvier 2013

"Flander's Compagny tome 1" de Ruddy Pomarede : Boucheriiiiiiiiiiiie !

"Flander's Compagny tome 1" de Ruddy Pomarede

flander's compagnie

Résumé :

Que seraient les super héros s’ils n’avaient pas de super vilains à combattre ?

Sûrement pas les stars planétaires adulées des foules que l’on connaît aujourd’hui.
Non, sans une Némésis crédible, le super héros n’est pas grand chose de plus qu’un simple représentant de l’ordre aux goûts vestimentaires douteux.
Heureusement, il y a la Flander’s Company !
Cette entreprise recrute et forme les pires des vilains - la crème de la crème - avant de louer leurs services à tous les justiciers en manque de renommée.
Alors certes, le patron est tyrannique, ses employés un brin loufoques, les tarifs pratiqués totalement exhorbitants… mais tout ce qui compte, finalement, c’est qu’ils servent le Mal. Et ils le servent sacrément bien !
 
Mon avis :
Garez vos miches la Flander's est de retour ! Le catastrophique Caleb, la dézingueuse Cindy, le patron tyrannique et Sadoman, ont ressorti leur costume pour la version papier de cette série Web, que j'ai découvert début 2012 ou courant 2011, je sais plus. ^^
Plus intimement maintenant, j'ai beaucoup aimé cette BD, j'avais un peu peur au début à cause du dessin de la couverture que j'ai vu sur le net et qui ne me plaisait pas des masses, mais finalement dans l'ensemble ça l'a fait et même plus que fait. On retrouve bien l'humour, les clins d'oeil..., de la série. Tout comme on retrouve bien l'ambiance de taré de cette entreprise.
Mon histoire préférée est d'ailleurs la dernière (Hyppolite en Stroumph Grognon c'est mémorable ! Même si à la base c'est plus mon surnom ^^), celle des clones m'a beaucoup plu aussi, avec plein d'autres en faite.
Par contre un GROS bémol, les titres sont anglais, mais Bibi elle ne lit pas l'anglais (Oui je parle de moi à la troisième personne). Elle ne parle même pas l'anglais comme une vache espagnol, donc ben comment dire ?????????  Je n'ai rien bité aux titres.
Alors même si ce n'est sûrement pas le plus important c'est vhiant quand même, alors la prochaine fois mettez des titres en français les mecs (ou les deux langues si vous voulez) mais s'il vous plaît, ayez pitié pour les cancres.

 
J'ai parlé un peu plus haut du dessin de la couverture qui me rebutait un peu. Donc vous allez me demander pourquoi tu l'achètes connasse ?
Et vous avez raison de vous poser la question ! (le connasse peut-être moins...) Sauf que je ne l'ai pas acheté, je vous dirais ! Ma frangine me l'a offert à ma demande pour noël, disons qu'elle était sur la liste des livres que je voulais. 
Et là, vous allez vous demander : "Mais pourquoi tu la mets sur la liste si le dessin ne te plaît pas courgasse ?" Parce queeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee... c'est la Flander's que je vous répondrai.
Et comme je ne suis absolument pas mécontente de ce tome, j'ai bien fait de vouloir essayer quand même, même si parfois j'ai trouvé certaines expressions dans les visages qui n'étaient pas super, comme les yeux vides par exemple. Qu'est-ce qu'ils font flipper ma parole !
 
Bref, tout ça pour dire, que les fans de la série seront, je pense, heureux de découvrir ce nouveau format, et se réjouiront des nouvelles aventures de ces trublions.
 
( Et désolée si l'avis est mal écrit, mais je l'ai écrit pendant que je regardais un truc très con sur le net, et c'était un peu compliqué de tout faire. )
 

nuageconcon6

Un petit apperçu de la BD en vidéo ici :
 
 

Posté par Florell à 23:52 - BD / Manga - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

07 janvier 2013

Bientôt une nouvelle rubrique.

 

Bientôt sur le blog, une nouvelle rubrique, qui s'appelera " Le saviez-vous ? "

Elle nous premettra, sans faire de grand cour d'histoire, d'art... de nous rafraîchir la mémoire sur la culture générale.

Elle parlera d'histoire, de peinture, de légende, de géographie, de français, etc, etc..., enfin bref de tout et n'importe quoi histoire d'entretenir ce qu'on a sous le crâne. 

nuage jaune concon

- M'aurait étonné qu'elle ne vienne pas ouvrir sa bouche celle-là !

concon nuage7

- Je vais la tuer ! Rrrrrr

Bref, j'espère que ça vous plaira, puis même si ça ne vous plaît pas ce n'est pas grave, je le ferai quand même ^^. J'essayerai de caser cela tous les week-end. D'ici là portez-vous bien.

 

(*Pour ceux qui ne le savent pas, le nuage en question est ma chère "conscience" que j'ai personnifié un jour de délire. Moralité faut que j'arrête la drogue. 00102.gif)

 

Posté par Florell à 14:20 - Le saviez-vous ? - Commentaires [0] - Permalien [#]

06 janvier 2013

Proverbe tibétain

 

shaka2

Les remèdes qui guérissent ne sont pas toujours savoureux, comme les paroles de bien ne sont pas toujours agréable à entendre.

Proverbe tibétain.

Posté par Florell à 08:26 - Proverbes, belles phrases - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,