Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

28 novembre 2010

Poésie d'Henri Michaux "Ma vie"

 

3669296511_0cbc83bddc


Ma vie

Tu t'en vas sans moi, ma vie.
Tu roules.
Et moi j'attends encore de faire un pas.
Tu portes ailleurs la bataille.
Tu me désertes ainsi.
Je ne t'ai jamais suivie.
Je ne vois pas clair dans tes offres.
Le petit peu que je veux, jamais tu ne l'apportes.
A cause de ce manque, j'aspire à tant.
A tant de choses, à presque l'infini...
A cause de ce peu qui manque, que jamais tu n'apportes

Henri Michaux ( 1899 - 1984 )

 

Posté par Florell à 08:37 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

27 novembre 2010

"Séparable" de Corine Blue-Bosselet

"Séparable" de Corine Blue-Bosselet

couv60631820

Résumé :

Fantasme ou réalité ?
L’amant de la narratrice est mutilé découpé, tranché, saucissonné, haché menu et bien sûr énuclé et émasculé.
Un règlement de compte sauvage mais poétique avec l’Homme, les hommes.

Mon avis :

Ce petit livre de 122 pages et pour le moins assez spécial vous pouvez me croire ! Et hormis une petite chose choquante et écœurante il m’a finalement assez plu.

L’écriture est très belle, très imagée, avec des jeux de mots contraires, étranges et subtils. Pour ma part j’ai en fait trouvé que l’ensemble ressemblait à une poésie sanguinolente. Surtout sur les passages en italiques qui expriment les paroles ou pensées du personnage principal, une femme dont on ignore le nom, mais où l'amour ne connait aucune limite.

Quant au reste, le description du carnage, n'était pas sans me rappeler un final spectaculaire avec toute la cacophonie qu'on imagine autour.

Pour moi l’écriture est vraiment la force de se livre, dans les mots, les phrases, se côtoient tout ce qui est possible, l’amour, la haine, la passion, la déception, l’illusion, la folie, les contraires... on passe par tous les états d'âmes. Et cette femme qui, bien qu’horrible dans son procédé de destruction du corps de son Ange comme elle l’appelle, reste touchante. Pour ma part son désespoir et la folie par laquelle elle veut s’affranchir de sa douleur m'ont tout simplement plu, car ils sont la rage même de l'être humain, profonde, violente et sincère, bien qu’en lisant ce livre si jamais vous le lisez un jour vous aurez du mal à me croire.

Outre l’écriture, j’ai apprécié dans ce livre l’idée que l’auteur a eu de joindre une partie du corps humain de l’Ange mort, à un sentiment, une sensation, un souvenir… quelconque et lointain souvent répétitif et tous ressemblants dans le fond... Néanmoins et c’est là l’unique chose qui me gêne dans ce livre, c’est l’idée qu’elle dissèque son Ange son Amour et raconte ce qu’elle fait des parties enlevées au corps par la suite. C’est assez répugnant je dois dire, mais passé ce petit choc, après ça se lit tout seul. Toutefois  je précise que dans certains de ces passages il faut avoir le cœur bien accroché croyez-moi ! C’est pas de tout repos car c’est pour le moins vicelard et dégoûtant.

En résumé j’ai aimé ce livre, et je suis contente d’avoir pu à la fin de ce dernier, voyager dans une folie destructrice où tout parait logique dans le raisonnement du personnage.

Je remercie les éditions JBZ & Cie et Livraddict pour ce partenariat.

 Un passage :

« Coucou… Coucou… Tu me verras chaque heure de mes jours et de mes nuits mon cœur. Je t’entendrai battre pour moi. Pour nous. A jamais. Je te rends la vie.

Coucou… Coucou… Chante ! Chante ! »

Bonne lecture.

Florel.

 

 

Posté par Florell à 20:47 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

21 novembre 2010

Poésie de Pierre Reverdy "Tard dans la vie"

grim2

Tard dans la vie  

Je suis dur
Je suis tendre
   Et j'ai perdu mon temps
  A rêver sans dormir
     A dormir en marchant
  Partout où j'ai passé
   J'ai trouvé mon absence
  Je ne suis nulle part
    Excepté le néant
        Mais je porte caché au plus haut des entrailles
        A la place ou la foudre a frappé trop souvent
        Un cœur ou chaque mot a laissé son entaille
        Et d'où ma vie s'égoutte au moindre mouvement


                                             Pierre Reverdy (1889 - 1960 )       


 

Posté par Florell à 12:15 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

10 novembre 2010

Défi "Livre qui dort" sur Livraddict



http://bouquins.cowblog.fr/images/divers/okviergeCopieCopie.jpg

Image créée par MeL

Il y a quelques jours sur le site de Livraddict j'ai lancé un défi "Livre qui dort" qui consiste à lire un livre qui ne rentre pas dans la case PAL, en clair qui prennent la poussière dans nos bibliothèques et qui peuvent y rester encore un moment ! Une seule condition au défi que le livre soit lu avant la fin de l'année 2010.
Le but du défi est très simple, découvrir un livre qui peut au final se révéler franchement bien, mais pour que cela soit un brin plus marrant j'ai demandé à chaque nouveau arrivant, de défier le participant précèdent sur la liste de livre qu'il a fait et partagé au moment de l'inscription. (Obligatoire pour le défi).
Les inscriptions sont ouvertes jusqu'au 13 juin c'est par ici

J'ai été défié par Gerry29 de lire "De toute éternité" d'Audrey Niffenegger. Parce qu'il a dans sa PAL.


Les autres participants et leurs livres :

Récap :  ( X
Florel
Choukette
Archessia "Les enfants des collines" de Virginia C. Andrews

Nyenna "Le château de Cassandra" de Dodie Smith

Bookaholic "Vango" de Timothée de Fombelle

Myrddin
Morgouille "L'alchimiste" de Paulo Coelho

Avalon
MeL
Nymi "La peste" de Camus

Elora

Cess "L'arrache cœur" de Boris Vian

Flol13

Exxlibris

Meurianne

Evy

Klemocius

Esperana

 


Merci aux participants et je leur souhaite une bonne lecture !

Florel.

Posté par Florell à 09:56 - Challenges / Défis - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

09 novembre 2010

Poésie d'Alfred de Musset "Adieu !"

 

 

adieu



Adieu !

Adieu ! je crois qu'en cette vie
Je ne te reverrai jamais.
Dieu passe, il t'appelle et m'oublie ;
En te perdant je sens que je t'aimais.

Pas de pleurs, pas de plainte vaine.
Je sais respecter l'avenir.
Vienne la voile qui t'emmène,
En souriant je la verrai partir.

Tu t'en vas pleine d'espérance,
Avec orgueil tu reviendras ;
Mais ceux qui vont souffrir de ton absence,
Tu ne les reconnaîtras pas.

Adieu ! tu vas faire un beau rêve
Et t'enivrer d'un plaisir dangereux ;
Sur ton chemin l'étoile qui se lève
Longtemps encor éblouira tes yeux.

Un jour tu sentiras peut-être
Le prix d'un cœur qui nous comprend,
Le bien qu'on trouve à le connaître,
Et ce qu'on souffre en le perdant.

 

Alfred de Musset ( 1810 - 1857 )

Posté par Florell à 20:34 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 novembre 2010

Poésie d'Emily Brontë "Je suis le seul être ici-bas dont ne s'enquiert"

lune

Je suis le seul être ici-bas dont ne s'enquiert.


Je suis le seul être ici-bas dont ne s'enquiert
Nulle langue, pour qui nul œil n'aurait de pleurs ;
Jamais je n'ai fait naître une triste pensée,
Un sourire de joie depuis que je suis née.

En de secrets plaisirs, en de secrètes larmes,
Cette changeante vie s'est écoulée furtive,
Autant privée d'amis après dix-huit années,
Oui, solitaire autant qu'au jour de ma naissance.

Il faut jadis un temps que je ne puis cacher,
Il fut jadis un temps où c'était chose amère,
Où on âme en détresse oubliait sa fierté
Dans son ardent désir d'être aimée en ce monde.

Cela, c'était encore aux premières lueurs
De sentiments depuis par le souci domptés ;
Comme il y a longtemps qu'ils sont morts ! A cette heure,
A peine je puis croire qu'ils ont existé.

D'abord fondit l'espoir de la jeunesse, puis
De l'imagination s'évanouit l'arc-en-ciel,
Enfin m'apprit l'expérience que jamais
La vérité n'a crû dans le cœur d'un mortel.

Ce fût cruel, déjà, de penser que des hommes
Étaient tous creux et serviles et insincères,
Mais pire, ayant confiance dans mon propre cœur,
D'y déceler la même corruption à l'œuvre.

Emily Brontë le 17 mai 1837. (1818 - 1848)

Posté par Florell à 20:06 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

30 octobre 2010

Poésie de Marceline Desbordes-Valmore "L'impossible"

lavernne_fee_albinos_1467334935


L’impossible

 

Qui me rendra ces jours où la vie a des ailes

Et vole, vole ainsi que l’alouette aux cieux,

Lorsque tant de clarté passe devant ses yeux,

Qu’elle tombe éblouie au fond des fleurs, de celles

Qui parfument son nid, son âme, son sommeil,

Et lustrent son plumage ardé par le soleil !

 

Ciel ! Un de ces fils d’or pour ourdir ma journée,

Un débris de ce prisme aux brillantes couleurs !

Au fond de ces beaux jours et de ces belles fleurs,

Un rêve ! Où je sois libre, enfant, à peine née,

 

Quand l’amour de ma mère était mon avenir,

Quand on ne mourait pas encor dans ma famille,

Quand tout vivait pour moi, vaine petite fille !

Quand vivre était le ciel, ou s’en ressouvenir,

Quand j’aimais sans savoir ce que j’aimais, quand l’âme

Me palpitait heureuse, et de quoi ? Je ne sais

Quand toute la nature était parfum et flamme,

Quand mes deux bras s’ouvraient devant ces jours… passés.

 

Marceline Desbordes-Valmore. (1786-1859)


Posté par Florell à 15:13 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

29 octobre 2010

"Jésus m'aime" de David Safier

"Jésus m'aime" de David Safier

jesusm

Résumé :

Marie est abonnée aux échecs sentimentaux. Alors qu'elle vient de saboter son premier mariage, elle rencontre un charpentier plein de qualités. Doux, sensible et généreux, Joshua a tout de l'homme idéal. A un détail près: il lui déclare être Jésus. Marie pense tout d'abord avoir une fois de plus affaire à un tordu. Mais il n'est pas donné à tout le monde de marcher sur l'eau...

Mon avis :

Légèrement moins bien que Maudit Karma cette lecture demeure agréable. Elle est drôle, originale, et le personnage de Marie est assez intéressant. De part son caractère, sa vision de certaine chose, ses habitudes, ses réflexions qu'elle garde pour elle ou pas, son manque de confiance en elle, ses délires etc etc...

Je n'ai pas grand chose à dire sur ce livre, sinon que l'écriture est simple, l'histoire se suit facilement et il se lit vite. Toutefois je dois dire que j'ai adoré l'idée du retour de Jésus sur terre à l'heure actuelle, c'est pour le moins cocasse ! Pour du vrai je l'imagine bien perdu au milieu d'un monde nouveau et carrément fou en essayant d'appliquer encore et toujours ses principes vieux de 2000 ans et franchement pas d'actualité. ^^

Mais dans le livre, c'est bien sûr autre chose, et ce n'est même pas si catastrophique que ça, dommage... Jésus plus drôle et plus maladroit je n'aurais pas dit non, ça aurait pu faire des actions plus burlesques. Même si c'est drôle parce qu'il est carrément perdu et qu'il a toujours en tête ses principes surannés, genre tendre l'autre joue si on te tape (magnifiquement mit en pratique d'ailleurs), il n'oublie pas qu'il doit sauver les hommes avant le jugement dernier qui approche, donc il garde un côté un peu trop sérieux à mon goût. Mais bon, ça n'est pas pour autant désagréable et il y a quelques moments sympas quand même.

En résumé ce livre m'a plu mais sans plus.

Posté par Florell à 20:33 - Livre humoristique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

25 octobre 2010

Poésie de Maurice Carême "Dans ma maison de feuilles"

Kikoo !

Voilà j'ai décidé de rajouter une rubrique à mon blog.
J'adore la poésie et j'aime en faire lire ou la faire découvrir ou redécouvrir.
C'est pourquoi tous les lundis je vous propose dans cette catégorie une poésie ou une belle phrase.

Des auteurs reviendrons plus que d'autres mais toutes les poésies méritent d'être lues et connues, il y'aura : Aragon, Verlaine, Emyli Dickinson, Marceline Desbordes Valmore, Emily Brontë, Françoise Cheng, Baudelaire etc etc.
J'espère que cette section vous plaira.
Bonne lecture.
Florel.



f_e23

Dans ma maison de feuilles.

 

Dans ma maison de feuilles

Et de bleu horizon,

Mon voisin l'écureuil

Est mon seul compagnon.

 

Le silence y est fait

De mille bruits si doux

Qu'il est comme de l'eau

Glissant sur les cailloux.

 

Oui, c'est là que je vis

Avec l'arbre qui parle,

Avec l'oiseau qui lit

Pour moi dans les étoiles.

 

Parfois un vol de mots

Se pose en mes branchages

Du jeu de leurs échos,

Naît un nouveau langage

 

Je tente gauchement

Parfois de le parler.

Il n'y a que le ciel

Qui veut bien m'écouter.

 

    Maurice Carême. (1899 - 1978)

Posté par Florell à 11:01 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 octobre 2010

"Kornwolf" de Tristan Egolf

"Kornwolf" de Tristan Egolf

kornwolf

Résumé :

Owen Brynmor ne comptait plus retourner dans la Pennsylvanie profonde de son enfance, pays provincial et rétrograde partagé entre «Habits rouges» et «Bataves», autrement dit entre beaufs américains et Amish rigoristes. Mais à peine engagé comme reporter au journal local, il décroche un scoop : le retour du Démon de Blue Ball, cette bête mystérieuse qui jadis ravagea la région. À moins qu'il ne s'agisse d'un canular… Or, si son enquête l'amène à exhumer la légende du Kornwolf, ce loup-garou qui hanta l'Europe du dix-septième siècle, elle croise aussi, à chaque pas, la trajectoire d'Ephraim Bontrager, un orphelin muet qui vit en marge de sa communauté religieuse. Mais où s'incarne vraiment le Mal? Dans un monstre quelconque, ou parmi les humains qui le pourchassent?
Dans son dernier roman achevé, Tristan Egolf renoue avec la veine truculente et enragée du Seigneur des porcheries. Tout en pastichant la littérature fantastique, il manifeste une verve gourmande et une énergie langagières de tous les instants pour offrir une peinture vengeresse d'une Amérique dégénérée, dont seuls les parias méritent d'être sauvés. On n'est pas près d'oublier la puissance visionnaire de cette écriture torrentielle.


Mon avis :

Ce livre coupé en cinq parties est bien mais sans plus.

Le résumé est certes alléchant mais le livre en lui-même est moyen, cependant pas assez non plus pour être abandonné. A condition bien sûr de passer toute la première partie qui est la présentation des principaux personnages. Cette dernière dure trop longtemps et est assez inintéressante. Le seul regain d’intérêt que j’ai eu en la lisant, c’est la réaction de Jack par rapport à l’article d’Owen sur le Kornwolf dans le journal. On se demande pourquoi l’entraîneur de boxe réagit ainsi, mais à part cela rien de bien croustillant, je dois dire.

La deuxième partie ainsi que la troisième, bouge quant à elle un peu plus, mais pas assez encore. Le rythme reste trop lent, on a l’impression de ne pas avancer, surtout qu’il y’a beaucoup de longueur. Bref, ces 3 parties sont assez laborieuses.

En ce qui me concerne, c’est seulement à partir de la page 301 que je suis rentrée dedans, soit dans la quatrième partie du livre. Heureusement d’ailleurs car je commençais un peu à désespérer. Bien sûr le style de l’écriture ne change pas, il y’a des longueurs et des temps morts, mais il y’a quand même des révélations, des doutes, de « l’action »… qui ce présente à un assez bon rythme jusqu’à la fin du livre, et c'est pour moi seulement qu'à partir de là, que la lecture est devenue intéressante.

Par contre une chose m’a étonné, c’est la fin de l’histoire et le rôle d'Owen, le personnage principal. Là je dois avouer que je comprends pas trop son rôle. Tout au long du livre on suit une grande partie de l’histoire grâce à lui et à la fin il court seulement après les incidents qui ont lieu à la nuit d'Hallowen, à la demande d’on sait qui mais pourquoi on sait pas. (Où alors c’est moi qui aie raté un passage…) Si quelqu’un peut m'éclairer sur ce rôle de spectateur je veux bien...

Maintenant une chose qui m’a assez plu c’est le style de l’écriture, enfin plutôt le ton. Je ne sais pas vraiment si c’est un règlement de compte avec son pays, la mentalité ou avec l’espèce humaine entière, mais on sent une certaine haine dans cette dernière. C'est très corrosif rien ne lui échappe et visiblement il en veux à presque tout le monde, mais connaissant sa fin (il s’est suicidé) cela passe un peu comme un message, l’ultime pensée d’un homme. Qui avait l'air d'abhorré le conditionnement humain dans tous les secteurs de la vie. 

En résumé même si beaucoup de points que j’ai cité ne sont pas spécialement engageants, ce livre n’est pas si mal et la vision du monde de cet auteur vue d'un certain point n'est pas négligeable et mérite que l'on s'y attarde.

Je remercie les éditions Folio et Livraddict pour ce partenariat.

Posté par Florell à 12:11 - Contemporain - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,