Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

11 décembre 2015

"Vive Le pen ! " de E. Duverger & R. Ménard

Vive Le pen ! de E. Duverger & R. Ménard

Source: Externe

Résumé :

Oui, « Vive Le Pen ! » Comme une bravade, un gant jeté au visage de ce monde de la presse qui joue les matamores face au Front national mais multiplie, à longueur de colonnes ou de talk-shows, les petites et les grandes lâchetés. Qui se couche devant les puissants du jour mais chasse en meute tous ceux qu’il peut habiller des oripeaux du fascisme ou du pétainisme. Il ne s’agit pas ici de défendre Le Pen, père ou fille, mais de dénoncer cette chasse aux sorcières dès que vous affichez sympathie, proximité, ou même vague intérêt pour des thèses, des points de vue, des analyses qu’il est tellement commode de discréditer d’un retentissant « facho ». Alors oui, « Vive Le Pen », comme un pied de nez, un défi , une provocation.

Robert Ménard, fondateur de l’organisation Reporters sans frontières qu’il a dirigée durant plus de 20 ans, il est aujourd’hui journaliste-chroniqueur sur RTL et I>Télé. Emmanuelle Duverger est la rédactrice en chef de la revue Médias.

Mon avis :

Ils se disent descendre de Voltaire mais en fait ils se rapprocheraient plus d’Orwel.

Un pamphlet lapidaire mais utile, qui va démontrer la déliquescence de notre démocratie et de la liberté de penser par le terrorisme intellectuel pratiqué par les élites, les journaleux de ce pays, sous la bonne garde des Torquemada de la pensée unique que sont les syndicats, les juges et les associations, qui agissent comme une véritable inquisition en jetant une chape de plomb sur le système politique et d’information français.

Au-delà d’un simple état des lieux de la presse et de la démocratie, les auteurs vont aussi montrer les incohérences de l’attitude des divers médias sur les faits et les personnes, en prouvant que bien plus que les idées c’est au final bien l’étiquette politique qui fait de vous une personne respectable ou pas, une personne bonne ou mauvaise, une personne à inviter et à écouter sur un plateau de télévision ou non. Comme le montre ici l’exemple de Michel Drucker et son Vivement dimanche où il dit qu’il n’invitera jamais Le Pen père et fille pour les raisons évidentes que leurs idées sont soi-disant mauvaises pour la démocratie et non-respectueuses, alors qu’à côté de ça il invitera, car jugé moins dangereux (!), un Mélenchon qui pourtant « se contente [juste !] de faire l’apologie d’un Castro et de Chavez, et refuse quand il siège au Parlement européen, de condamner le président biélorusse Alexandre Loukachenko, démocrate modèle, partisan du bourrage d’urnes et du matraquage d’opposants. » ...
Un autre exemple qui appuierait la théorie qui prouve que c’est bien l’étiquette politique qui fait de vous un homme respectable et non vos idées ? Alain Badiou, un « penseur respecté, adulé » aujourd’hui, alors qu’il a approuvé fortement dans le passé « la Grande révolution culturelle prolétarienne, la pensée-maotsetoung » et « justifié « l’écrasement du régime fantoche cambodgien » par les Khmers rouges.» !
Vous pouvez bien sûr arguer que tout ça c’est vieux et que c’est donc oublié, mais dans ce cas pourquoi reprocher à Marine Le Pen d’être la fille de son père ? Pourquoi lui reprocher les idées de son père ? La comparer au parti nazi de par son père, alors que ce dernier a tenté à l'âge de 16 ans d'entrer au FFI. (Paradoxe !)

Tout cela montre clairement l’idéologie sélective et incohérente qui s’est emparée du domaine médiatique français surtout dominé par la gauche. Où on les voit lever en coeur leur lance quand leurs ennemis disent ou font quelque chose qui dérange, mais se taisent, voire applaudissent, quand leurs alliés font ou disent la même chose. (Voir lettre G. Marchais plus bas qui n'a jamais choqué pour comprendre...)

Mais les médias ne sont pas les seuls à avoir des agissement dangereux, puisque la justice s'y est mise en se portant garante du politiquement correct et de la démocratie avec ses lois liberticides qui sont justes-là pour dicter par la peur le comportement de tout en chacun.
Cruel paradoxe, celle-ci prétend en effet agir pour la démocratie, en chassant tout ce qui menace cette dernière, mais en fait elle la tue peu-à-peu au nom d’une standardisation d'idée nécessaire pour sa bonne marche ! (Allez comprendre leur logique.)

Bref. Ils - journaleux, associations, juges - critiquent et condamnent tous ceux qui sont selon leur critère trop à droite ; mais finalement on s'aperçoit très vite que ces endoctrinés ne valent pas mieux que ceux qu’ils critiquent sur des suppositions (souvent) en plus ! Bâillonnant la liberté d’expression et d’agir, ils sont en fait la plaie de la démocratie et non son garde du corps comme ils se plaisent à le croire.

Au final, vous l’aurez compris ce livre met en avant l’hypocrisie qui s’est emparé du monde médiatique et politique, et instaure par sa ligne de conduite tout doucement mais sûrement une dictature bien-pensante qui ne rend pas le moins du monde service à l’avenir de ce pays en empêchant tout débat nécessaire.
Il met aussi en avant que la liberté d’expression n’est valable que pour les gens de gauche mais pas pour les autres.
Mais plus important que tout ça, il rappelle que la démocratie c’est aussi écouter les idées des autres, ce qui serait bon de se souvenir aujourd'hui.

Et pour ma part comme je n’aime pas qu’on me dicte quoi dire et quoi penser, je suis née pour faire chier, je crie "comme une bravade, un gant jeté au visage de ce monde de la presse qui joue les matamores « Vive Le Pen ! »" Car c’est peut-être bien encore le seul parti de France à faire vivre la démocratie... [Paradoxe encore]

Extrait :

*Lettre de G. Marchais (PC) : "En raison de la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membres de leurs familles, la poursuite de l'immigration pose aujourd'hui de graves problèmes. Il faut les regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables. La cote d'alerte est atteinte [...] C'est pourquoi nous disons : il faut arrêter l'immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs aux chômage. Je précise : il faut stopper l'immigration officielle et clandestine. Il faut résoudre l'important problème posé dans la vie locale française par l'immigration." (Ce que je ne comprends pas c'est que personne n'a appliqué cette lettre, alors que ce morceau est plein de sagesse ! Venant de la gauche c'est même étonnant d'où l'intérêt de le souligner.)

 

 

***

Ce thème se rapproche d'autres livres à lire aussi : La régression intellectuelle de la France de Philippe Némo (pas mal dans son genre) et Le terrorisme intellectuel de Jean Sévilla, je n'ai pas encore eu le temps de le lire mais voici le résumé qui parle de lui même : "La France, dit-on, est le pays de la liberté. Dans le domaine des idées, cela reste à démontrer. Car sur la scène politique, culturelle et médiatique, tout se passe comme si un petit milieu détenait la vérité. En 1950, les élites exaltaient Staline. En 1960, elles assuraient que la décolonisation apporterait le bonheur outre-mer. En 1965, elles s'enflammaient pour Mao ou Fidel Castro. En 1968, elles rêvaient d'abolir toute contrainte sociale. En 1975, elles saluaient la victoire du communisme en Indochine. En 1981, elles croyaient quitter la nuit pour la lumière. En 1985, elles proclamaient que la France devait accueillir les déshérités de la terre entière. Dans les années 1990, ces mêmes élites affirmaient que le temps des nations, des familles et des religions était terminé. Pendant cinquante ans, les esprits réfractaires à ce discours ont été discrédités, et les faits qui contredisaient l'idéologie dominante ont été passés sous silence. C'est cela, le terrorisme intellectuel. Pratiquant l'amalgame, le procès d'intention et la chasse aux sorcières, cette mécanique totalitaire fait obstacle à tout vrai débat sur les questions qui engagent l'avenir."

Posté par Florell à 16:46 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

09 décembre 2015

"J'ai vu la fin des paysans" de Eric Fottorino

J'ai vu la fin des paysans de Eric Fottorino

 

Source: Externe

Résumé :

«L'agriculture fut la première grande rubrique qu'on me confia au Monde au milieu des années 1980. J'y ai appris la France vue du sol, avec ses traditions et ses élans de modernité, ses gestes ancestraux et ses révolutions silencieuses, ses bouleversements profonds alliant L'exode rural à une productivité si performante qu'elle fit craindre pour l'environnement.
Au moment de publier ce recueil de textes, je suis saisi d'une sensation particulière face à des événements qui se répètent à l'identique, comme si le monde agricole avait le secret du temps qui ne passe pas. Le sociologue Henri Mendras avait fait scandale, en 1967, en annonçant La Fin des paysans. J'ai vu s'accomplir cette prédiction. De crise du lait en crise du porc, c'est un certain visage de la France qui s'évanouit, tandis qu'une agriculture industrielle et financière supplante un ordre éternel des champs désormais révolu.»

Mon avis :

Je ne sais pas vraiment ce que j’ai retenu de cette lecture, en fait j’ai pas dû en retenir grand-chose parce que ben voilà la question paysanne je ne la connais pas vraiment. Du coup vous devez vous demandez pourquoi je l’ai choisi ? Ben en fait parce que je ne m’attendais pas à un documentaire sur la question paysanne mais plutôt à une espèce de série de portrait de plusieurs paysans.

Cela étant même si je ne crois pas en voir retenu grand-chose, je pense que j’ai quand même saisi ce qui avait à saisir, à savoir, que la question paysanne reste sans solution. (C'est vraiment comme ça que je le vois.)
Blague à part, en lisant ce livre je me suis quand même rendue compte d’un tas de chose que je n'aurai jamais imaginé dans ce monde, déjà j’ai un peu mieux compris la raison des quotas. Oui il y avait qu’une conne qui ne l’avait pas compris c’était moi. J’ai mieux saisi aussi le poids de la communauté internationale dans la question paysanne en Europe. Oui on ne peut pas toujours s’opposer efficacement face à de puissant pays. La difficulté pour le monde paysan de s’adapter à la mondialisation du marché fermier, d’élargir leur récolte, mais aussi à survivre et à transmettre leur patrimoine.
Bref, il y a quand même des sujets abordés qui aident à mieux comprendre les crises paysannes.

A côté de cela j’ai quand même découvert qu’on pouvait espérer des paysans autre chose que de labourer la terre, pour d’une part faire vivre le village mais aussi les faire vivre, et d’autre part pour éviter aussi que les terres en friches si aimables aux braises ne se transforment en catastrophe écologique, et tout cela vous l’aurez compris, en nettoyant les campagnes des ronces, des friches, en gardant les chemins accessibles….
Alors très franchement je ne sais pas si ça se fait, je crois me souvenir que c’était des hypothèses avancées plus qu’autre chose, mais en tout cas j’ai trouvé qu'il y avait de l’idée qui permettait d’envisager la fonction paysanne autrement.

Bon tout cela est très bien, mais ce que j’ai apprécié découvrir c’est surtout le rapport entre la terre et le paysan. Le rapport entre le paysan et sa manière de voir son métier. Et là-dessus je n’ai qu’un regret c’est que ça n’ait pas été plus développé, car au fond c’était ce que je recherchais. Mais bon ça n’en fait pas un livre mauvais pour autant.

En résumé je vous dirais bien que c’est un livre à lire pour comprendre un peu mieux la question paysanne, mais à part des politiques, des étudiants en géographie je ne vois pas qui ça peut intéresser au fond.

Je remercie cependant les éditions Denoël

Collection : Hors collection Série : Carte de presse
Paru le 15/10/2015

 

Posté par Florell à 15:45 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 décembre 2015

"La sonate de l'anarchiste" de Etienne Guéreau

La sonate de l'anarchiste de Etienne Guéreau

Source: Externe

Résumé :

Avril 1894.
Tandis que les bombes des anarchistes ensanglantent Paris, la réputation d'un jeune pianiste ne cesse de grandir. Fédor, virtuose tourmenté, compose une musique aux pouvoirs extraordinaires. Joie, tristesse, colère : les émotions générées par son instrument se répercutent sur son public et le plongent dans un dangereux état de dépendance.
Lorsque Fédor est accusé de préparer un attentat, il est contraint d'accepter le marché que lui soumet le commissaire Chavreuil. Qui lui a tendu ce piège? Qu'attend-on de lui? Que cache son incroyable don? Troublé par la fougueuse Solange que le destin a placée sur son chemin, Fédor va devoir mettre ses talents au service d'une puissance occulte. Il découvrira qu'une sonate peut parfois provoquer... un massacre.

Mon avis :

La sonate de l’anarchiste n’est pas le livre du siècle, mais il a indéniablement quelque chose qui fait que sa lecture est agréable.

Nous suivons ici Fédor, jeune pianiste pas vraiment exceptionnel à un détail près, avec ses compositions il a la faculté «d’hypnotiser», d’enlever toute faculté de contrôle aux public qui l’écoute. Forcément ce don ne passe pas inaperçu, des personnes vont vouloir s’en servir, du coup voilà notre héros embarqué bien malgré lui dans une histoire de corruption qui sera pas sans danger.

Voilà pour le speech rapide de l’histoire, et justement puisque je parle d’elle, je peux déjà vous dire que cette dernière est bien trouvée et ficelée. Même si par moment elle peut paraître un peu lente, notamment avec les passages qui content les moments musicaux, elle n’en reste pas moins agréable, nouvelle et bien maniée, puisque l’auteur fait avancer l’histoire calmement mais sans temps mort, distribue quelques revirements bien sympathiques, partage quelques scènes qui valent leur pesant d’or (je pense notamment à la scène du salon chez la folle), et mélange savamment l’intrigue de corruption avec le monde musical, où là les idées sont toutes aussi bien trouvées les unes que les autres car elles rajoutent une ambiance mystérieuse à cette histoire en même temps de la servir.

Outre cela, l’autre point agréable du livre, non en fait les deux autres points agréables du livre, sont d’une part, les personnages qui sont communs mais pas trop et difficilement cernables -personnellement j’ai souvent eu des doutes sur leur compte-, et d’autre part le contexte politique, où l’on retrouve la période anarchiste qui secoua l’Europe fin 19ème siècle.
Ce point-là mérite vraiment d’être souligné car il est assez rare dans la littérature, et personnellement je trouve que c’est une bonne période à utiliser pour un roman de ce genre où la situation fait qu’on n’a pas d’autre choix que de marcher dans le chantage, car la période fait que la justice est encore plus pourrie qu’en temps normal.

Bref, malgré les petites lenteurs ce livre est un très bon policier, qui apporte beaucoup, beaucoup de renouveau, et qui surprend pour du vrai. La fin, le déroulement de l’intrigue, vous ne la devinerez jamais.

Merci aux éditions Denoël.

Collection roman français
Date de parution le 01/10/2015
368 pages

Posté par Florell à 22:52 - Livre policier, thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 novembre 2015

"L'impératrice Cixi : la concubine qui fit entrer la Chine dans la modernité" de Jung Chang

"L'impératrice Cixi : la concubine qui fit entrer la Chine dans la modernité" de Jung Chang

Source: Externe

Résumé :

À l’âge de seize ans, Cixi fut retenue parmi les nombreuses compagnes de l’empereur comme concubine royale. À la mort de celui-ci en 1861, leur fils de cinq ans lui succéda sur le trône. Cixi organisa aussitôt avec la complicité de l’impératrice officielle qui elle n’avait pas d’héritier mâle, un coup d’état qui fit d’elle la véritable souveraine de la Chine.
Sous sa férule, cet antique pays se dota d’à peu près tout ce qui caractérise un état moderne : des industries, des chemins de fer, l’électricité, le télégraphe, sans oublier une armée et une marine équipées à la pointe du progrès. Et ce fut elle qui abolit d’atroces châtiments tels que « la mort des mille coupures » et mit un terme au bandage des pieds.
Elle dut faire face à des crises nationales décisives : la rébellion des Boxers, les guerres contre la France et le Japon, l’invasion de huit puissances alliées, dont la Grande-Bretagne, l’Allemagne, la Russie et les États-Unis.
Jung Chang  propulse le  lecteur au cœur du splendide Palais d’Été et du harem de la cité interdite où Cixi vivait entourée d’eunuques. Elle évoque avec un art consommé du récit, qui a contribué au succès planétaire des Cygnes sauvages, un monde révolu avec un luxe de détails fascinants, dignes d’une superproduction cinématographique.

Mon avis :

Je croyais que c’était un roman, ce ne fut pas le cas. Du coup j’avais un peur de rien comprendre à ce livre, car je ne suis pas experte de la Chine. Crainte absurde, car même sans de réelles connaissances sur ce pays ce livre est parfaitement compréhensible et se lit aussi facilement qu’un roman. En effet, il est clair, simple et l’auteur glisse de temps à autre quelques rappels pour rappeler au lecteur qui est le personnage et quel est sa fonction.

Le livre :

Comme l’indique le livre nous allons aborder ici la vie de Cixi. Qui est Cixi ? Au départ une jeune fille dans le gynécée de l’empereur chinois Xianfeng qui un jour va devenir impératrice douairière (avec la femme officielle de feu l’empereur) grâce à la succession de son fils Tongzhi sur le trône de Chine et un coup d’état. Mais vous vous en doutez pour qu’un livre s’attarde sur cette femme ce n’est pas parce qu’elle fut femme et mère d’empereur, pour rentrer dans l’histoire ce n’est généralement pas suffisant.
En fait si ce livre s’attarde sur ce personnage puissant et fort c’est bien parce qu’elle a marqué la Chine de par sa politique.
Et quelle est sa politique ? Une politique d’ouverture sur l’extérieur, d'enrichissement, de modernisation; avènement chemin de fer, renouvellement armée, école,... Quoi qu'il en soit loin de l’idée que suppose cet article sur Herodote.net, même s’il est vrai qu’au début elle se heurtera au conservatisme des chinois.

D’ailleurs, on dit souvent que cette période de modernisation a commencé après la guerre avec les puissances étrangères (guerre des Boxers) qui ont tous cherché à récupérer un morceau de la Chine, d’où la guerre en fait. Cela étant c’est un raccourci où je mets en garde, car la modernisation du pays se fera avant cette guerre et même avant la fameuse « réforme des cent jours » qui devait ouvrir selon des historiens la Chine sur une ouverture de type japonais, et que pour beaucoup Cixi a empêché par le fait qu’elle ait dépossédé de ses pouvoirs l’empereur Guangxu (son neveu qui a succédé à son fils décédé).
En fait elle n’a pas cherché à empêcher les réformes ni à refermer la Chine sur elle-même d’ailleurs. Mais son neveu étant faible de caractère et étant un pantin aux mains de conseillers peu scrupuleux, serait vite devenu un empereur fantoche aux mains des japonais qui avaient des vus sur la Chine, et Cixi ne supportant pas de voir une ingérence japonaise en terre chinoise comme ils l’ont fait en Corée peu avant, a préféré « détrôner » officieusement son neveu l’empereur - qui par ailleurs avez pour projet de l’assassiner – pour sauvegarder la dynastie et la Chine. Il est vrai cependant que les réformes seront plus importantes après cette période de trouble.

Comme vous le voyez avec ce petit aparté et même sans connaître l’histoire chinoise ce livre apporte une autre histoire de la Chine et de cette impératrice. Elle n’est pas cette impératrice hostile voire incompétente que peuvent laisser paraître d’autres sources, au contraire ! Elle a initié la Chine à l’ouverture, elle a envoyé à l’étranger d’innombrables chinois, participé à l’éducation du peuple, favoriser la presse, et n’a pas hésité à offrir des postes clés à des étrangers. D’ailleurs à la fin de sa vie/son règne, elle lancera des réformes pour faire de la Chine une monarchie constitutionnelle, hélas la dynastie ne lui survivra que de 3 ans.

Bon, tout ça c’est très bien, mais ce livre va plus loin encore puisqu’on va aussi découvrir tout ce qui faisait le pays à cette époque : son conservatisme ; ses révoltes ; l'étiquette de la cour chinoise ; certaines de ses coutumes que ça soit les déplacements royaux, les obsèques, les morts ; la mentalité par moment assez superstitieuse, archaïque (cf. combattants guerre des Boxers, ou rumeurs sur les chrétiens) voire extrêmement fidèle aux pays, ou encore le contexte international autour de cette Chine ancienne et à la fois nouvelle. Car oui ! l’histoire de ce livre ne s’arrête pas à la Chine, par exemple l’auteure abordera très vite la question de l’esclavage chinois dans certaines partie du globe.

Bref. C'est vraiment un livre enrichissant pour celui qui ne connaît pas la Chine ou pour celui qui connaît de cette impératrice ce qui est communément admis. Là, il y a fort à parier que la personne reverra du tout au tout ses positions.

En résumé c’est un livre que je conseille car d’une part il est très bien fait et facile d’accès (j’ai oublié de dire qu’il y a même des photos dedans), d’autre part parce qu’il apporte de riches connaissances sur l’Asie, et ensuite parce qu’il est juste très intéressant. C’est vraiment le livre qu’on lit avec plaisir de par la richesse de ses sources, son écriture, son renouveau d'une vision…

Je remercie les éditions JC Lattès.

Posté par Florell à 01:13 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

18 novembre 2015

Des livres pour Paris

 

« [...] Un peuple qui croit que c’est la croyance en d’un Dieu, et non pas les bonnes lois, qui font les honnêtes gens, ne me paraît guère avancé. » Holbach à Diderot.

 

Je ne pouvais pas ne pas le faire, voici donc des livres pour Paris.

Une idée de je sais pas qui, mais c'est une chaîne que vous pouvez retrouver sur les réseaux sociaux #DesLivresPourParis

 

P18-11-15_19

 

Diderot où le bonheur de penser de J. Attali / Fier d'être français de Max Gallo / Quand Satan raconte la terre au bon Dieu de Mark Twain.


(Un philosophe, un amoureux de la France et un auteur profondément anti-religion.)

A vous !

 

Posté par Florell à 20:08 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

15 novembre 2015

En colère (attentat 13 novembre 2015)

 

Sûre je suis triste pour toutes les victimes de ces lâches, de ces crétins de terroristes, et j'apporte tout mon soutien aux familles et à tous ceux qui luttent contre ces personnes sous développées intellectuellement.

Pourtant je suis aussi en colère.
En colère contre tous ces gouvernements qui depuis des dizaines d'années ont laissé passer ces terroristes, ces armes, ces idées, sous prétexte que laisser les frontières ouvertes c'est être plus intelligent que les autres.
Je suis aussi en colère de voir qu'on peut prêcher le djiad, prêcher l'intégrisme religieux qui ne se résume pas qu'au djiad (on l'a vu avec le salon de Pontoise sur la femme), sans être inquiété par les forces de l'ordre, par l'état.
Pourquoi ? Pourquoi laisser des gens clairement intégristes et haineux prêcher sans inquiétude sur notre territoire et même en Europe ? Pourquoi relâcher dans la nature des musulmans radicaux ? Et pourquoi les laisser libres sur notre territoire ? Radicaux et qu'ils aient fait quelque chose ou non, ils sont dangereux et ne peuvent vivre avec nous.
Pourquoi ne pas les déchoir de la nationalité et les virer dans leur pays d'originie ? Le pays de leur ancêtre ? Ou tout simplement les enfermer dans des centres, des camps (ce que vous voulez je m'en fous) en attendant de voir ce qu'on en fait ? Bien qu'il n'y ait rien à en faire...
C'est ignoble ce que je dis ? Non. C'est la guerre - depuis longtemps - et il faut agir, appeler les choses par leur nom, regarder les choses en face. Il faut arrêter d'être timoré, de se retrancher derrière le politiquement correct et l'humanisme trop idiot, car on va se faire bouffer.
On n'a en effet aucun geste de paix à attendre de ces gens-là.

Vraiment, je suis en colère contre les gouvernements, et ce gouvernement actuel qui depuis janvier n'a rien changé. A laissé des mosquées intégristes continuer leur discours, a laissé des crétins prêcher sans problème.
Je suis en colère contre ces et ce gouvernement qui ne s'oppose pas clairement contre un islam communautaire, et préfère accuser les autres de cette dérive !!!
Je suis en colère contre ce gouvernement qui vend nos valeurs pour un semblant de paix sociale. 
Je suis en colère contre ce gouvernement de faible et qui n'a pas mieux contrôler les frontières depuis janvier, et a préféré chercher des excuses aux ennemis plutôt que d'agir contre sur notre territoire, et ceci grâce et à cause de beaucoup d'associations trop bien-pensantes pour être honnêtes. D'ailleurs je les accuse d'être en partie responsables. Ces inquisitions que sont SOS racisme, le MRAP, la Halde, se sont toujours retranchées derrière le racisme et l'incitation à la haine pour éviter tout débat, toute action, ce qui a favorisé au final le communautarisme et le radicalisme.
Je suis en colère contre ce gouvernement qui ferme trop facilement les yeux.
Je suis en colère qu'on laisse rentrer de Syrie des gens sans qu'ils soient aux arrêts définitivement à leur arrivée, - et je rigole de voir que certains parlent de les réintégrer après ! Comme si le fanatisme se soigner !!!

Enfin je suis en colère contre les musulmans qui sont croyants et pratiquants. Oui je suis en colère même contre ceux qu'on appellent "modérés" (entre guillemet car même modérés ils ont souvent des tendances intégristes), car pour moi leur trop grande dévotion, leur tendance à faire passer la religion avant le reste, leur tendance à ne pas vouloir se détacher d'une chose aussi archaïque, leur tendance à ne pas vouloir vivre libre (et en France à ne pas accepter la laïcité), entretient le noyau dur de l'islam, l'islamisme. Leur vu si étriquée de la vie est pour moi le terreau fertile de l'intégrisme que l'on retrouve dans ce beau pays de France comme ailleurs.

Je suis en colère et vraiment en colère, et j'espère maintenant et avec ce qui s'est passé, que le ménage sur notre territoire va se faire, et pas que, parce que visiblement ailleurs en Europe il y a les mêmes cons qu'ici.
J'espère aussi que partout dans le monde les intégristes religieux se taisent à jamais, tout comme j'espère aussi qu'un jour tous les croyants du monde se détacheront de ces religions pour vivre en hommes et femmes libres.

Posté par Florell à 20:13 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

02 novembre 2015

Les docs du CP : "Les châteaux forts" & "Les loups" de Magdalena et R. Barbanègre

Les docs du CP : "Les châteaux forts" & "Les loups" de Magdalena et R. Barbanègre

doc1

Résumé :

Les loups : Une histoire pour découvrir les loups, avec une explication des notions, des exercices pour mieux comprendre le texte et soutenir la lecture, et trois doubles pages documentaires en fin d'ouvrage.
Les châteaux forts : Une histoire pour découvrir les châteaux forts, avec une explication des notions, des exercices pour mieux comprendre le texte et soutenir la lecture, et trois doubles pages documentaires en fin d'ouvrage.

Mon avis :

Avec ces deux petites livres les enfants vont découvrir le plaisir d'apprendre. Réunissant images, texte court, mémo, et même des petits jeux sur la fin, ces livres ludo-éducatifs sont les compagnons idéaux des enfants qui commencent à bien découvrir le monde et à s'ouvrir à des sujets plus ou moins nouveaux.

Traités de manière simple et sous forme d'histoire - ce qui rend abstrait le principe de documentaire - et même si ça ne remplace pas les cours dispensés à l'école, j'ai adoré et recommande ces petits livres souples qui disent l'essentiel avec les mots justes sur les sujets qu'ils abordent. Ici les loups (j'ai d'ailleurs découvert moi-même un truc ! Saviez-vous que seul le couple alpha pouvait avoir des louveteaux ? Moi non) et les châteaux forts, mais aussi sur d'autres sujets car j'ai vu qu'il y avait des livres sur les dinosaures et les indiens.

Bref. Vous l'aurez compris se sont des livres ludo-éducatifs bien fait et facile d'accès, qui méritent largement leur place à la maison comme à l'école.

Merci aux éditions Flammarion Jeunesse.

Posté par Florell à 09:58 - Livre jeunesse / Ado - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

01 novembre 2015

"D'art d'art tome 3" de Frédéric et Marie-Isabelle Taddeï

"D'art d'art tome 3" de Frédéric et Marie-Isabelle Taddeï

Source: Externe

Résumé :

Dans ce troisième volume de D'art d'art, découvrez de nouvelles œuvres expliquées à tous. Retrouvez tout l'esprit de l'émission désormais culte de France 2 : de l'humour et une foule d'anecdotes pour tout savoir des plus grandes œuvres d'art ! Manet, Renoir, Canaletto ou Doisneau, les plus grands artistes dévoilent ici leurs histoires, pour l'amour de l'art !

Mon avis :

Une double page, une œuvre. Une pour le tableau et une pour l’explication. Voilà le schéma du livre, ce qui en fait, vous vous en doutez, un livre à lire sérieusement ou à picorer au gré des envies.

Ca c’est pour l’ambiance générale du livre, pour en venir un peu plus au contenu qui se place par rapport à mon point de vue, je dois avouer là par contre - et même si j’applaudis la variété des œuvres et des époques- que tout n’était pas dans mes goûts et que j’ai même trouvé certaines choses de mauvais goût. Ce qui me fait forcément penser que l’on appelle parfois n’importe quoi de l’art, un exemple ? Les étagères de Donald Clarence Judd.  Un autre ? Lullaby de Maurizo Cattelan. (Désolée je n’appelle pas cela de l’art malgré ce que cela raconte.) Une dernière ? La nuit de Diane de Jan Fabre.

Ca dit et même si toutes les pages ne m'ont pas enchantée, et même si parfois je me demande ce qui fait dire certaines choses sur certains tableaux, ce livre reste agréable à lire car il n’assomme pas de détail et qu’il approche toutes les formes d’arts, ce qui est sympathique pour ce culturer un peu sans trop s'embêter. Surtout que chaque oeuvre est accompagné d'une petite biographie de l'auteur.

En résumé ce fut un livre très agréable à lire, à regarder, même si visiblement et par moment je ne comprends rien à l’art ! (Y a pas à dire mes études d'histoire d'art sont bien parties...^^)

Merci aux éditions du Chêne et Babelio.

 

Posté par Florell à 10:22 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

23 octobre 2015

Une autre idée du silence de Robyn Cadw Allader

Une autre idée du silence de Robyn Cadw Allader

une autre idée du silence

Résumé :

Angleterre, 1255. À seulement dix-sept ans, Sarah décide de devenir anachorète. Dévouée à Dieu, elle vivra recluse dans une petite cellule mesurant neuf pas sur sept à côté de l’église du village. Fuyant le deuil de sa sœur adorée, morte en couches, et la pression d’un mariage imposé, elle choisit de renoncer au monde – à ses dangers, ses désirs et ses tentations – pour se tourner vers une vie de prière. Mais petit à petit elle comprend que les murs épais de sa cellule ne pourront la protéger du monde extérieur.

Une autre idée du silence raconte l’histoire intemporelle d’une femme rebelle, prête à des sacrifices inimaginables pour se libérer des chaînes de la société. Elle enchante et hante le lecteur jusqu’à la dernière page.

Mon avis :

De par son résumé cette histoire me rappelait étrangement Du domaine des murmures de Carol Martinez, et bien que j’avais un peu peur de relire la même histoire, je l’ai choisi justement pour ça car j’avais plutôt bien apprécié Du domaine des murmures. Et après lecture, je ne crois pas me tromper en affirmant que j’ai préféré ce livre à celui de Carol Martinez et en disant qu’il est meilleur. Certes l’écriture n’est pas la même, le livre de Carol Martinez y gagne largement dans ce domaine, mais niveau histoire et contenu y’a pas à dire Une autre idée du silence est bien meilleur. Alors que dans Du domaine des murmures l’histoire est principalement centrée autour de la recluse, ici l’auteur nous fait partager en plus toute la vie du village.

En effet, ici nous allons côtoyer les saisons qui rythmes la vie, les fêtes, les malheurs, les lois qui règlent l’existence des villageois. Forcément cela n’est qu’effleuré, mais c’est tout de même largement suffisant pour donner du souffle au livre et donner un aperçu de la vie au moyen-âge.

A côté bien sûr il y a aussi la recluse Sarah, et là aussi j’ai trouvé cette recluse plus intéressante que celle du roman de Carol Martinez. D’une part parce que Robyn Cadw Allader nous décrit sa santé qui se détériore dans cette cellule presque noire, et d’autre part parce qu’elle nous décrit ses pensées, ses sentiments, ses hontes, ses doutes, ses questions, ses soucis, avec beaucoup d’intensité, ce qui donne au final une dimension très profonde à ce roman. (Même si je ne vous le cache pas qu’il peut parfois énerver, parce que ben voilà… l’église c’est de la merde.)
De plus ce sentiment de profondeur est aussi appuyé par le fait que la recluse Sarah est une personne au caractère finalement assez prononcé. En effet, parfois on assiste à des coups de sang, des coups de cœur, qui montre que même morte à la vie elle est toujours intensément vivante, ce qui de ce fait donne encore plus de vie à ce roman, - en plus de protéger le lecteur de la morosité et de faire un peu oublier cette image noire et pas drôle de recluse.
Bon cela est présent dans Du domaine des murmures, mais dans mon souvenir ce n’est pas aussi bien fait.

Bref ! Peu importe tout ce que je raconte, je crois que vous avez compris que ce livre m’a beaucoup plu et n’est pas loin du coup de cœur, par conséquent je ne peux que vous le conseiller.

Merci aux éditions Denoël.

Date de parution le 03/09/2015
Traduit de l'anglais (Australie) par Arnaud Baignot & Perrine Chambon
Collection : denoël & d'ailleurs

17 octobre 2015

Bilan août et septembre

 

WANTED

 

WANTED

 

La preuve qui a été filmée le 22 août, caméra n°6 d'une librairie.

nuage vol

 

Et la conséquence de ce vol (outre le fait que je suis obligée de vivre recluse pour me cacher de la justice) c'est l'explosion de ma PAL ! Franchement ma conscience n'a vraiment aucun humour pour ne pas avoir apprécié ma petite surprise du mois de juillet (voir bilan juillet). Et puisque c'est ça, à l'avenir elle ira se faire lanlaire ! Plus de cadeau !

Alors je vous montre en photo les livres qui ont été volés et que cette dernière m'a envoyés pour me faire porter le chapeau de son crime abject ! Je précise que je ne suis ABSOLUMENT PAS RESPONSABLE de ceci.

Bon je précise que dedans il y a beaucoup de livre pour mes cours - sympa Ma Dalton !-, mais était-ce une obligation d'en avoir autant, je ne pense pas... Une vengeance, je vous le dis ! Et je remarque d'ailleurs qu'il en manque au moins 2 :/

Les 3 premières photos, les livres des cours, je ne vous mets pas les titres car de toute manière je n'en parlerai pas ici ! (et j'ai un peu la flemme... et vous vous en foutez ! Et inutile que je vous dise que c'est des cours d'histoire et d'histoire d'art, ça se devine ^^)

S7301953

S7301954

 

Bon là on en trouve qui parle d'histoire, mais là c'est plus pour mon petit plaisir à moi même si certains rentrent dans le cadre de mes cours. :D

S7301956

S7301957

Celui sur l'architecture grecque va bien dans mes cours. Qu'est-ce qu'il fait là je ne sais pas ? Sûrement un coup de Ma Dalton conscience...

S7301958

 

Alors pour les livres plaisir voici les titres :

1- La BD du tome 4 : Ma jeunesse sportive du Joueur du grenier

2- Contes des sages pélerins de Edith de la Héronnière

3- 2084 de Samsal Boualem

4- Le village de l'allemand de Samsal Boualem

5- La première république de Christine Le Bozec

6- Conquistadors de Eric Vuillard

7- Le moyen-âge ombres et lumières de Jean Verdon

8- L'ABCdaire de la mythologie de Françoise Frontisi-Ducroux

9- L'art médiéval de Jean-Pierre Caillet

 

Alors en août et septembre j'ai lu :

1- BD tome 4 du Joueur du grenier

2- Today we live de Emanuelle Pirotte

3- La neige noire de Paul Lynch

4 & 5 - Les mondes d'Ewilan tome 2 et 3 de Pierre Bottero

6- La France au 16ème siècle de Arlette Jouanna (un des manquants)

7- L'art grec de Jean-Jacques Maffre

6- 1945 le retour des absents de Alain Navarro

7- Les geishas de Robert Guillain (Que j'ai commencé en juillet mais fini en août)

Et 5 petits livres pour enfants, le sixième n'est toujours pas fini.

 

Deux petits mois de lecture, et je vous avouerai qu'avec mes cours ça ne va pas s'arranger :s

Bonne fin de mois.

A bientôt.

 

Posté par Florell à 12:51 - Bilan - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,