Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

27 février 2016

"Décomposition française : comment en est-on arrivé là ?" de Malika Sorel-Sutter

Décomposition française : comment en est-on arrivé là ? de Malika Sorel-Sutter

 

décomposition française Malika Sorel

Résumé :

La décomposition de la France est engagée. Cela ne fait plus de doute.
C’est en observant le système administratif et le monde politique, de l’intérieur, que Malika Sorel a pris la mesure de la faillite de nos élites. L’auteur a dû faire le constat de la servilité, de l’incurie, de l’impéritie, du cynisme, mais aussi de la peur, et de son corollaire, le mépris de la liberté, de la liberté d’esprit.
La pente est prise depuis trop longtemps, par les mêmes toujours au pouvoir, du renoncement à analyser les problèmes en profondeur, à reconnaître leurs erreurs et à reprendre les questions douloureuses, dont les conclusions se révèlent bien souvent déplaisantes…
Nos élites de commandement savent pourtant exactement ce qu’il en est des difficultés inhérentes à l’immigration et à l’intégration, qui se posent d’une manière plus aiguë que jamais. Et c’est là la source majeure de la dépression collective dans laquelle les Français ne cessent de s’enfoncer.
Dans ce livre très personnel, elle raconte les choix opérés, auxquels les Français n’auront pas été associés, qui ont conduit le pays à sa situation actuelle.
 
Malika Sorel est française, issue de l’immigration arabe. Née en France, elle a longtemps vécu en Algérie. Diplômée de plusieurs grandes écoles, de formation scientifique, elle a travaillé dans le secteur des hautes technologies. Elle a choisi de se consacrer à des sujets qui engagent, selon elle, l’avenir de la France et de son peuple. Elle est nommée membre du Haut Conseil à l’intégration (HCI) en septembre 2009. Elle a également travaillé au sein de la mission de réflexion sur la laïcité du HCI.
Elle est notamment l’auteur de deux livres : Le Puzzle de l’intégration (Mille et une nuits, 2007) et Immigration-Intégration : le langage de vérité (Mille et une nuits, 2011).
Mon avis :
"Un état chancelle quand on ménage les mécontents ; il touche à sa ruine quand on les élèves aux premières diginités" Le Bréviaire de Talleyrand

« La dégradation de la liberté d’expression et d’opinion s’est accélérée après les attentats perpétrés contre Charlie-Hebdo et l’épicerie casher de Vincennes. La marche pour défendre la liberté de pensée et de jugement a été récupérée politiquement, ce qui a empêché toute liberté de pensée et de jugement, alors que la mobilisation sans précédent des Français aurait dû conduire à une analyse sans concession des causes réelles de la tragédie. Ce désir de parler, de comprendre a été étouffé de nouveau. » Page 13

« La Terre sainte, c’est un petit concentré de la terre. Et qu’est-ce qu’on y trouve ? Quelque chose qui nous met en face de  notre avenir possible : les murs de séparation, les ségrégations. » Régis Debray

« Etre français Français devient un handicap, quand être français de la diversité fait de vous une « chance pour la France ». Aujourd’hui rien n’incite plus à l’assimilation. » Malika Sorel

 

Quand le premier ministre belge Guy  Verhofstadt disait qu’il y avait « décidément quelque chose de pourri en République française » il ne pensait pas si bien dire, sauf qu’il ne le disait pas pour dénoncer la véritable pourriture qui se trouve au sein du gouvernement mais pour dénoncer le refus français de disparaître en défendant leur identité. C’était en 2010, personne n’a voulu les écouter, une bonne partie des politiques, des intellectuels, des amuseurs publics, leur ont craché ouvertement à la face. Les politiques de droite comme de gauche, et surtout de gauche – car le livre va montrer l’accélération de la mort de la France sous la pourriture gauchiste –, ont continué à faire comme-ci tout allait bien, ont continué leurs petites magouilles pour imposer de force le mélange des cultures aux français qui n’en veulent plus car ils savent parfaitement qu’il est impossible de vivre à côté de gens hostiles à eux et à leur pays, et qu’il est impossible de vivre à côté de personne trop différente de par leur manière de vivre, leur culture.

Comme quoi, on est loin du cliché qui veut que ça soit l’ignorance qui soit responsable de l’hostilité grandissante envers certaines communautés, ça serait plutôt la réalité. D’ailleurs ce n’est que ça, et le pire là-dedans c’est qu’on ose encore mépriser ces français qui refusent de vivre dans cette réalité invivable que les politiques ignorent.   

 

Ce livre ne va cependant pas que s’acharner sur la politique gauchiste et droitiste, qui montre toutefois comment nos politiques œuvrent consciemment et consciencieusement à la destruction de la France, à travers la destruction de son histoire (la réforme scolaire de Belkacine par exemple), la destruction de sa population par le grand remplacement, la destruction de l’égalité avec la discrimination positive ( = racisme anti-blanc autorisé) et le favoritisme étranger, le « pas d’amalgamisme » qui sert à éviter tout affrontement avec la réalité, l’encouragement à la destruction de l’autorité de l’état dans les écoles et ailleurs, ou encore la destruction de ses valeurs républicaines en les rendant inopérantes par les petits arrangements entre partis, lobbys, religion, et ceci en échange des votes – et si je ne mets pas de S à « religion » c’est bien parce que la gauche sait qu’il y a plus à gagner avec l’Islam qu’avec le reste. D’où le fait que l’on naturalise à tour de bras et sous des prétextes bidons ses populations sans tenir compte du code civil, de l’intégration réelle. Et si je dis ça c’est parce qu’ils pensent vraiment que l’école, le temps, intègre… Tout montre que ce n’est pas le cas, mais ce n’est pas grave jouons à l’Autruche.

 

Bref. Pour en revenir à ce que je disais, elle ne va pas que s’acharner sur la politique de la France, elle va aussi montrer et plus ici que dans son livre précédent selon-moi (le seul que j’ai lu), les pressions internationales des ONG sur la politique de nos pays mais qui sous leur dehors charitable ne sont pas neutres sur le plan commerciale ou politique ; l’ingérence des pays du Sud dans la politique européenne et française ; les méfaits des associations à racisme sélectif ; cette pression -et encore quand elle y est- européenne qui s’exerce sur l’immigration en dépit du bon sens (il existe un espèce de concours là-dedans que ça en devient magnifique tellement c’est débile et ne tient pas compte de la réalité) ; cette manipulation de l’histoire et de ses douleurs par les intellectuels, sociologues, amuseurs publics, et qui conduisent à la désastreuse politique mensongère de la repentance - et qui est là aussi selon-moi non justifiée, ou alors on devrait tous s’y mettre en demandant réparations à tous les peuples qui nous ont nuis, et ceci qu’ils soient d’Afrique et du Moyen Orient (esclavage des chrétiens par les musulmans par exemple) ou européen (avec l’Italie de Jules César par exemple). Oui là je vais loin, mais c’est pour montrer l’absurdité et le sens unique de cette politique nuisible avec laquelle on n’aura jamais fini, même si la « dette » a déjà été payée depuis longtemps avec toutes les aides européennes qui vont dans ces pays et toutes les aides importantes qu’ils ont ici.

Cependant tout cela n’est pas vraiment nouveau dans les livres de Malika Sorel, car déjà dans son précédent ouvrage elle dénonçait cette mise à mort programmée de la France et de ses habitants ; de ses valeurs si chèrement acquises ; la régression française à l’école, dans les concours de la fonction publique qui ont supprimé la culture générale pour les immigrés, dans la rue, les entreprises… ; la mainmise de l’idéologie gauchiste dans le monde politique, médiatique, syndicale, scolaire (oui à tous les niveaux cette idéologie malsaine se retrouve) ; les discours mensonger et dangereux sur, l’immigration, le comportement des français et sur leur mentalité (soi-disant raciste et soi-disant responsable de l’échec de certaine population).

En outre elle dénonçait déjà que le communautarisme est né de l’antiracisme, l’abdication de l’état dans la politique d’intégration, l’immigration à outrance, les politiques égocentriques et courtisanes sans vision sur le long terme, le regard des politiques qui refusent de voir la réalité alors qu’ils ont tout sous les yeux pour voir que le problème est réel et non sortit de l’imaginaire français voire européen. Et là c’est à l’aide de rapport, de discours qu’elle va appuyer ce point ! Attention ce n’est pas rien.

Alors me direz-vous, pourquoi faire un autre livre vu qu’elle en parle déjà ailleurs et aborde le même sujet, dénonce les mêmes choses et les mêmes problèmes ? C’est simple, d’une part pour mettre à jour ce qui a été fait depuis dans la déconstruction française, et avec la gauche officiellement au pouvoir il y a eu une explosion dans les faits antirépublicains et antifrançais ; et d’autre part pour approfondir le sujet sur des faits et des personnes afin de mieux comprendre certaines choses ou les incohérences. Comprendre un peu plus le mal.
Certes elle va rajouter quelques critiques nouvelles, en dénonçant le démarchage commercial des politiques en direction des religions, les liens des politiques avec leur pays d’origine comme Belkacem avec le Conseil de la communauté marocaine à l’étranger, ou le stupide christianisme –et ça je vous jure que ça fait du bien- à cause de sa mentalité d’idiotie généreuse, les discours moralisateurs du Pape extrêmement mal placés, et ses ingérences dans la politique occidentale.


Mais à côté de ces nouveautés, elle va surtout approfondir le sujet par de nouveaux faits qui complètent le livre précédent ; en dénonçant par exemple le sectarisme gauchiste – au demeurant non ignoré des personnes honnêtes – et qui fait énormément de dégâts, le comportement des féministes qui sont le malheur de la femme, le comportement des mères sur leurs filles, l’incohérence de faire venir de l’étranger des étudiants alors que nos cerveaux partent et ne reviennent pas, la responsabilité de l’éducation nationale dans la délitation de la nation, ainsi que les actions et les paroles ahurissantes des élus ou affiliés.  Et sur ce dernier point ça peut aller des âneries au niveau local – une mairesse qui se vante par exemple de payer des cours d’arabes avec l’argent du contribuable ! – à la bêtise ouverte des grands de ce pays, qui va de Rachida Dati qui sous-entend que la justice est raciste envers les étrangers, en passant par celle d’une autre qui dit que la République doit changer pour s’adapter aux immigrés (oubliant que dans le passé elle ne posait pas de problème…), en passant encore par celle de la classe politique entière, qui ose dire que la France n’en fait pas assez pour ces étrangers (alors que c’est faux), que la France n’est ni un peuple, ni une langue, ni un territoire, ni une religion, et que les français doivent payer des crimes qu’ils n’ont pas commis et son racisme… imaginaire.

Oui je dis bien imaginaire, car si les français sont aujourd’hui hostiles envers ceux qui sont ouvertement hostiles contre eux (réaction sommes toute normale) ils ne sont pas pour autant fermés et racistes.
C’est juste qu’ils n’acceptent pas et plus d’être devenus minoritaires sur leur terre, d’être considérés comme quantité négligeable, de voir leur identité se dissoudre au nom de la bien-pensance et de la mondialisation, d’être accusés sans arrêt de la mauvaise politique des « élites », de voir le communautarisme religieux s’imposer toujours plus, et les mensonges et le racisme des politiques qui leur reprochent ouvertement d’être français de souche européenne !!! En fait, on ne leur en a jamais autant voulu…

Mais revenons-en à nos moutons.

Je disais donc, que sur des bases anciennes et visibles dans ses autres ouvrages, elle va développer toujours plus ce qu’elle avançait, en appuyant un peu plus ses propos avec des exemples extérieurs qui montrent que l’utopie de la société multiethnique est irréalisable. Le passé et le présent et l’ailleurs le montre. En effet les peuples trop différents ne peuvent pas vivre ensemble sans règles fixes et inflexibles, car forcément c’est la loi du plus fort et du nombre qui l’emportera au bout du compte.

Cela étant je veux préciser que ce livre possède une autre dimension, une vision plus personnelle de l’auteure. Ici on va découvrir ses aspirations, ses souvenirs, ses déceptions, qui donnent à l’ensemble peut-être une dimension tragique mais qui montrent vraiment à quel point on a perdu sur la laïcité, sur la paix sociale, sur nos valeurs. Et ce n’est pas exagéré, car même moi qui n’aie pourtant que 30 ans je remarque l’évolution mauvaise des choses et la tournure que prend cette société pleine d’état dans l’état. Envoyant en l’air des centaines d’années d’histoire pour retomber à une époque féodale et bientôt de guerre civile. Où chaque parti s’affrontera pour ses privilèges.
Ce qui rend triste là-dedans, c’est que les gens visionnaires et pleins de bon sens comme cette Grande Dame personne ne les écoutent car le petit confort des politiques, leur petit égo, passent avant tout le reste. Avant le bien commun. Alors qu'à cause de leur trahison la France se délite...

Pour conclure et même si je n’ai pas dit tout ce que je voulais dire, et comme pour Immigration –Intégration (lien), j’en conseille vivement la lecture. Certes vous n’aurez pas fini de bouillir devant tant de haine, de trahison, et devant le comportement des politiques qui considèrent la France comme leur propriété et ignorent superbement les valeurs et l’histoire de ce pays, mais c’est un livre nécessaire, et surtout pour ceux qui gobent tous les mensonges du gouvernement sur les chances de l’immigration. D’ailleurs je dois avouer que j’admire cette bêtise, je n’arrive pas à comprendre qu’on puisse croire ce que la réalité ne montre pas. Qu’avez-vous à montrer en refusant la réalité ? Qu’est-ce qui vous fait peur dans celle-ci ? Qu’avez-vous à prouver ? Sachez quand même qu’eux-mêmes ne croient pas en leur mensonge.

Merci aux éditions Fayard.

 

Extraits qui vous donneront, je l'espère, envie.

"Voilà près de 40 ans que l’ombre de la seconde guerre mondiale, avec son cortège d’horreurs, plane sur la cité. Les programmes scolaires d’histoire en ruissellent. Tout y passe, chaque fois analysé sous un angle différent. Les politiques, les intellectuels et les médias usent et abusent de sa référence, l’invitent  à table en toute occasion, à tout bout de champ. Ils ne voient pas qu’ils ont adopté les comportements de ceux que Winston Churchill avait accusé de sacrifier l’honneur pour ce qui n’est qu’un simulacre de paix.

Plutôt que d’affronter le réel, ils l’ont, comme jadis, d’abord occulté, puis l’ont travesti, avant de finalement capituler. Il est trop tard, lancent-ils en chœurs  aux Français de souche et à ceux qui se sont assimilés. Nous ne pourrons plus revenir en arrière. Ils poussent le vice jusqu’à les sommer de s’adapter à une situation qui leur a été faite et au sujet de laquelle nul ne les aura jamais consultés. Pour tout programme, la politique du fait accompli.

Nous étions en droit d’espérer que la mémoire si proche de la seconde guerre mondiale servît de guide et de tuteur moral aux élites qui éclairent et participent grandement par leurs choix à l’avenir du plus grand nombre. On était en droit d’espérer que son cruel souvenir éclairât suffisamment le présent afin que ne soient  réitérées les erreurs et compromissions du passé. Contre toute attente, c’est le contraire qui s’est produit, et plus son évocation devenait frénétique, plus l’esprit qui avait alors prévalu étendait de nouveau son emprise, ses possessions.

La culture intensive de cette « mémoire » -qui n’est plus celle qui qui ont vécu la guerre- à largement contribué à tétaniser les esprits, pour conduire à la stérilisation de la réflexion ; la rapidité et la saisissante facilité de cette entreprise doivent beaucoup à l’esprit de notre temps.

L’esprit munichois est de retour. La peur règne sur la cité. Gare aux esprits libres, à ceux des Français qui refusent de courber l’échine, à ceux qui souhaitent encore nommer ce qu’ils voient ! Or, ce qui ne peut être nommé n’existe pas. Circulez, il n’y a rien à voir !

La comparaison avec la seconde guerre mondiale s’arrête là. Là, c’est-à-dire dans le comportement des élites de commandement et des personnes qui gravitent autour d’elles, murmurent à leur oreille. Les deux périodes se rejoignent dans le refus de ces élites d’ouvrir les yeux sur me réel tant qu’il était encore temps de ménager un espace pour la paix."

***

 "C'est un fait, en en France, de plus en plus, faire partie de la "diversité", constitue un avantage, quand être français, tout court, ne présente plus guère que des inconvénients. Deux mouvements se conjuguent : l'un consiste à glorifier tout ce qui n'est pas français, et l'autre à dénigrer ou à mépriser tout ce qui l'est. La propagande multiculturalisme va jusqu'à contraindre le peuple français à taire sa propre culture et sa propre identité, et à encourager les migrants et leurs descendants à exprimer la leur, jusqu'à l'intérieur des établissements scolaires. Les enseignants subissent ensuite les conséquences. [...]" Page 118

***

"L’idéologie de l’antiracisme a par ailleurs constitué une aubaine pour tous ceux des descendants d’immigrés qui n’avaient nullement l’intention de s’intégrer, ni même parfois simplement l’intention de s’insérer.
Beaucoup de ce que la société doit subir comme remise en cause de son mode de pensée et de vie, de la part de nombre d’enfants de l’immigration, est une conséquence directe de l’idéologie de l’antiracisme. Si cette idéologie s’est répandue aussi vite parmi les populations du Sud, c’est qu’elle a représenté pour elles une planche de salut. Pour figer son identité et la perpétuer à l’identique, le groupe tend à combattre dès la petite enfance, la liberté individuelle qui est perçue comme une menace. Pour ce faire, une pression constante est exercée sur chaque membre, ce qui conduit à l’atrophie du sentiment de responsabilité individuelle. Toute idéologie qui développe le sentiment de victimisation et la conviction que les autres sont coupables rencontrent ici un terrain des plus fertiles.

Au lieu d’œuvrer à l’émancipation en favorisant l’éclosion d’une liberté individuelle, les élites politiques, intellectuelles, médiatiques et du spectacle ont fait le choix de les assujettir encore davantage à leur communauté culturelle d’origine, les éloignant ainsi de la civilisation occidentale qui avait su, de par ses combats intellectuels et artistique, donner naissance à l’individu, libre et autonome."

***

"La différence la plus significative entre la gauche et la droite dans l’exercice du pouvoir c'est le degré de sectarisme. Ceux qui sont habités de la conviction d’être de gauche se vivent comme des gens à part, supérieurs, qui ont, par essence, raison sur les autres. C'est pourquoi il leur est difficile d’exercer un véritable esprit critique.

La droite avance souvent ses pions à découvert, et il est alors possible de l’affronter lorsque cela s’avère nécessaire pour défendre la République. La gauche préfère emprunter une tout autre approche. Les gens de gauche, pendant longtemps, ont eu plutôt tendance à avancer leurs pions en douce, le sourire aux lèvres le catéchisme des belles valeurs en bandoulière, des valeurs nobles, celles qui ne coûtent pas grand-chose sur le plan personnel, mais peuvent rapporter gros quand elles sont brandies, affichées, mises en scène. Notre société de l’image est avide de bons sentiments et de belles histoires, il faut produire la légende.

La difficulté à déjouer les attaques menées contre la République se trouve augmentée du fait que les gens de gauche, qui se présentent comme républicains depuis quelques années et sont d’ailleurs identifiés comme tels par l’opinion publique – quand bien même ils œuvrent contre les principes républicains-,  sont en réalité d’abord de gauche, c’est-à-dire qu’ils adhèrent d’abord et avant tout à un ensemble d’idées ; avant d’être républicains. Ils préféraient se dire démocrates auparavant. C’est pourquoi il est si difficile de lutter contre l’avancée du rouleau compresseur idéologique, qui a abouti à la mise à terre, l’un après l’autre, des principes républicains.

Qu’ils soient intellectuels, politiques, syndicalistes, journalistes ou encore artistes, ils sont habités par l’esprit de corps. Impossible de dissocier, même dans l’erreur. Cela signifie, concrètement, qu’il est bien plus difficile de contrer une attaque en règle des principes républicains si elle a été menée par quelqu’un de droit, car ils se fédèrent spontanément et se lèvent tous ensemble, soit pour maquiller l’infamie, soit pour la passer sous silence, soit pour allumer des contre-feux. Ils se protègent entre eux, en toutes circonstance, y compris sur le dos de la République, qu’ils jurent pourtant de défendre, la main sur le cœur. Nous l’avons vu, entre autres, avec le principe d’égalité, qui a été laminé par l’introduction de la discrimination positive par les socialistes –circulaire du 1er juillet 1981- ainsi pour tout ce qui concerne la laïcité, et ce depuis la première affaire du voile (Creil 1989)."

 ***

"Tout peuple est fruit d’un héritage. On ne peut former le même peuple, la même communauté politique sans reconnaissance de cet héritage. Les Français sont liés par des liens spirituels très forts, à travers le partage de leur histoire et de leur culture.  Or, qu’a-t-il été donné aux Français d’observer depuis plusieurs décennies ? L’expression d’un sentiment de rejet envers ce qu’incarnent ou symbolisent les Français de souche culturelle européenne. Qu’on fait les élites ? Elles ont refusé de prendre au sérieux ce qui s’étalait sous leurs yeux. Elles ont préféré mentir au peuple mais aussi aux enfants de l’immigration, en attribuant à ce rejet des justifications socio-économiques. Elles savaient que c’était faux, mais l’explication était bien trop commode." (page 205)

 ***

"Dans notre rapport « Les défis de l’intégration à l’école », nous avons insisté sur le fait que l’échec scolaire est principalement dû à des facteurs exogènes à l’école. Bien sûr, un certain nombre de raisons à l’échec sont imputables à l’école elle-même, mais elles ne peuvent en aucun cas expliquer à elles à elles seules l’ampleur du naufrage dans lequel notre école a été entraînée. L’école a été lourdement handicapée et entravée dans sa mission.

Lors de son audition par le HCI en décembre 2011, le philosophe Alain Finkielkraut s’était interrogé sur « certaines hésitations du rapport » sur l’école que nous avions remis au premier ministre François Fillon. La plupart des points qu’il avait soulevés avaient fait l’objet de discussions parfois âpres au sein du Haut Conseil. Alain Finkielkraut pointa un problème central : « La vraie question », dit-il, et elle « n’est pas posée dans le rapport du HCI sur l’école [est la suivante] : Ces difficultés sont grandes. A-t-on une chance de les résoudre si l’afflux continu d’immigrés persiste ? ». Bien sûr, la réponse est non. La question est restée hors du champ, assurément. Les acteurs du système s’accordent tous à dire que c’est à l’école de la république qu’incombe le devoir de former le citoyen français et dans le même temps rendent sa mission impossible. En raison même des flux migratoires, les familles ont perdu toute liberté d’agir. Elles se sont retrouvées enchaînées par leur groupe culturel d’origine. De ce fait, elles n’ont pas d’autre choix que celui de sacrifier le pays d’accueil lorsque des principes de ce dernier se relèvent incompatibles avec ceux du pays d’origine. Or, l’école ne peut assumer sa mission qu’à la condition que les familles l’accompagnent dans cette mission ou à tout le moins ne l’entravent pas. Le débat sur l’identité nationale aurait dû commencer par poser puis résoudre le problème des flux migratoires.  

Il est désormais bien tard pour que l’école puisse à nouveau jouer un rôle d’intégrateur culturel et, surtout, de préparation au devoir du citoyen qu’elle a su jouer par le passé auprès des enfants de l’immigration. Sur ce point précis, l’école ne pourra plus jouer qu’à la marge. Lorsqu’en 2002, Emmanuel Brenner publie Les territoires perdus de la république, recueil de témoignages plus édifiants les uns que les autres de professeurs de l’enseignement secondaire sur ce qu’ils observent et vivent au quotidien, il était encore temps d’agir pour tenter de reprendre les choses en main. Agir signifie agir simultanément sur tous les paramètres de l’équation immigration-intégration-assimilation, qui va de la maîtrise des flux migratoires à la responsabilité des parents de l’immigration, en passant par le rôle qui doit être celui de l’école et du corps enseignant. […] Tout ce qui était exposé dans Les territoires perdus de la République concernant le rejet de la France, la contestation des principes républicains, le sexisme, la violence, l’antisémitisme, le racisme anti-Français chrétiens, s’est considérablement aggravé depuis lors. Le livre raconte les scènes de joie observées au sein d’établissement scolaires en 2001, au lendemain des attentats contre les Twin Towers. En Janvier 2015, après les attentats contre Charlie Hebdos et l’épicerie Casher, menaces, insultes, agressions se produisent dans des établissements scolaires. De nombreux incidents ont été constatés lors de la minute de silence en mémoire des victimes, dont le ministère de l’intérieur a d’abord tenté de minimiser l’ampleur. […] Des professeurs ont raconté leur refus d’aborder en classe le sujet des attentats, par peur de leurs élèves, de leurs réactions, de leur violence potentielle ; peur de voir à l’œuvre l’expression d’une solidarité culturelle. » Pages 211 – 213

 ***

« Toujours dans le cadre de nos travaux au sein du HCI, et pour ce qui concerne le monde de l’entreprise, nous avions été informés, etre autres, du fait qu’une grande entreprise dans le monde des télécommunications avait renoncé à promouvoir la femme, car des hommes refusaient le fait d’être dirigés par une femme et n’envisageaient pas par ailleurs de pouvoir se retrouver en tête à tête avec une femme lors de l’entretien annuel d’évaluation. Ca se passe ici, en France. Le monde politique et celui du patronat préfèrent taire le réel et glorifier la diversité. Dans ces conditions, il est naturel que la diversité s’exprime et demande la prise en compte de ses spécificités. » Pages 273-274

 


25 février 2016

Petite poésie, ça faisait longtemps

 

Petite poésie, d'une auteure que j'adore depuis que je suis ado, Marceline Desbordes-Valmore.

 

J'avais froid

Je l'ai rêvé ? c'eût été beau
De s'appeler ta bien-aimée ;
D'entrer sous ton aile enflammée,
Où l'on monte par le tombeau :
Il résume une vie entière,
Ce rêve lu dans un regard :
Je sais pourtant que ta paupière
En troubla mes jours par hasard.

Non, tu ne cherchais pas mes yeux
Quand tu leur appris la tendresse ;
Ton coeur s'essayait sans ivresse,
Il avait froid, sevré des cieux :
Seule aussi dans ma paix profonde,
Vois-tu ? j'avais froid comme toi,
Et ta vie, en s'ouvrant au monde,
Laissa tomber du feu sur moi.

Je t'aime comme un pauvre enfant
Soumis au ciel quand le ciel change ;
Je veux ce que tu veux, mon ange,
Je rends les fleurs qu'on me défend.
Couvre de larmes et de cendre,
Tout le ciel de mon avenir :
Tu m'élevas, fais-moi descendre ;
Dieu n'ôte pas le souvenir !

Posté par Florell à 19:14 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

14 février 2016

"Le revers de la médaille" de Olga Lossky

Le revers de la médaille de Olga Lossky

Source: Externe

Résumé :

Fin des années trente. Pál est un jeune artiste hongrois, étudiant à la faculté des beaux-arts de Budapest. En quête de modèle pour un projet de médaille, il fait la connaissance d’une jeune pianiste, Erzsebet. Fasciné par sa beauté, il réalise son portrait. Avec cette esquisse, Pál espère remporter le prestigieux concours organisé par la Monnaie de Budapest. Mais les événements décident autrement de son destin et le prix obtenu n’est pas celui qu’il attendait…
Les années ont passé. Installé à Londres, l’artiste – assisté de sa femme, la fidèle Nicky – est devenu l’un des médaillistes les plus renommés de son temps. Musiciens et hommes politiques le sollicitent pour immortaliser leurs traits. Après bien des personnalités illustres, c’est au tour du pape de lui commander une médaille à son effigie. Pál hésite, de peur de croiser dans les rues romaines le jeune homme qu’il a jadis été. Ainsi qu’il le craignait, cette rencontre avec le pape va l’entraîner dans un inéluctable processus de dévoilement.
On retrouve dans Le Revers de la médaille la belle et captivante écriture d’Olga Lossky, qui nous plonge dans le destin d’un homme d’exception, marqué par son époque et prisonnier d’une histoire qui le hante.
Mon avis :

Le revers de la médaille raconte l’histoire de Pal, jeune artiste hongrois obligé de quitter son pays et sa famille pour exercer son art ailleurs en toute liberté.
Le rêve sera accompli, mais hélas la seconde guerre mondiale chamboulera cette vie d’artiste qui aurait pu être belle et magnifique si notre jeune artiste ne vivait pas avec un lourd espoir doublé d’un chagrin dans le cœur.

Servi par une plume banale, sans grand effet de style, mais qui fait son petit effet, ce bouquin se dévore comme des petits pains. Je n’irai pas jusqu’à dire que tout est parfait, parce qu’un point m’a exaspérée, mais néanmoins que ça soit le sujet, la manière dont l’histoire est racontée, le développement de cette dernière et des personnages - qui sont en passant très fouillés et très humains -, tout est fait pour passer un agréable moment de lecture.
L’histoire est en effet émouvante sans pour autant favoriser un torrent de larme, l’auteure joue sur les angoisses et les espoirs, les déceptions et les craintes, d’un même cœur, sans nous perdre dans des méandres incompréhensibles sentimentaux ni nous balader d’une humeur à l’autre histoire de remplir des pages.
Bref, ici tout est maîtrisé, et tout est fait pour que l’histoire avance sans redite, mais avec suffisamment de mystère, de doutes, de réflexions, de surprises, pour tenir 300 pages.

Pour en venir un peu plus profondément au livre et outre l’histoire, j’ai aussi beaucoup apprécié les personnages et notamment Pal qui est typiquement le genre de personnage que j’aime bien. C’est-à-dire difficile à cerner sans pour autant être une girouette. Je m’explique, Pal n’existe pas par des doutes complètement crétins, mais par sa souffrance, ses craintes et ses espoirs, et de ce fait il est très poignant à regarder vivre surtout que tout cela est légitime ; ce qui fait qu’on peut facilement le comprendre et se mettre à sa place. En effet, on ne retrouvera rien à redire sur son mode de penser et de vie, et pourtant c’est le genre de chose dont je ne me prive pas habituellement avec les personnages.
En clair, Pal est un personnage terriblement complexe et vivant quand bien même qu’il soit déjà à moitié mort. Et ça je kiff.
Quant aux autres personnages, ils ont aussi leur côté plaisant ou déplaisant, c’est selon, mais aucun n’est mieux représenté que Pal, - en même temps c’est normal le roman tourne autour de lui.

Cela étant comme je le disais un peu plus haut, un point m’a exaspérée ; c’est le délire artistique. Je ne sais pas pourquoi mais là j’ai été moins emballée par la vision que l’auteure donne à Pal sur son art. Franchement j’ai même parfois complètement été perdue parce que ça partait dans des méandres limites incompréhensibles, et en prime c’était difficile à retenir. En clair l'auteure pourrait se contredire, on ne s'en apercevrait même pas. Là vraiment pour moi y a en eu trop de fait, mais qu'on se le dise ; ça ne change rien au plaisir de lire cette tragique histoire.

En résumé, c'était une lecture très belle, bien écrite et que je conseille vivement.

Merci aux éditions Denoël
Parution le 14-01-16
Collection ; Roman français

Posté par Florell à 23:41 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

07 février 2016

"La Bible racontée comme un roman" de Christine Pedotti

La Bible racontée comme un roman de Christine Pedotti

la bible racontée comme un roman

Résumé :

Racontée par Christine Pedotti, la Bible devient une véritable saga. Rien n’a été inventé, tout vient de ce texte sacré. Le résultat est lumineux :  des histoires que l’on croyait connaître, comme celles de Noé, Adam et Ève, Sodome et Gomorrhe, dont on découvre le vrai sens, et d’autres, enfouies dans les pages de la Bible, qui surgissent pour notre plus grand bonheur :  la ruse de Rébecca, le coup de foudre pour Rachel, la jalousie des frères de Joseph…

Pour les croyants, la Bible est la Vérité qui décrit la relation entre Dieu et les hommes. Mais elle est aussi le miroir de l’humanité, dans sa bonté comme dans ses côtés les plus sombres.

Mon avis :

Si la Bible était aussi agréable que cela à lire, y a longtemps –malgré mon mépris des religions- que le l’aurai lu, mais comme ce n’est pas le cas elle attend depuis des années sur mes étagères. Heureusement cependant que ce livre est là, afin de réparer en partie cette erreur.

Bien sûr il n’est pas question de découvrir toute la Bible d’un coup, il est en effet impossible de la résumer en 350 pages, voilà pourquoi l’auteure réduit le texte à son essentiel, ne s’attarde que sur les personnages et les scènes majeures, et s’arrête dans cette partie à la mort de Moïse ; mais malgré ces raccourcies et même si on n’a pas la suite, ce livre n’en reste pas moins extrêmement agréable à lire, et l’histoire de l’ancien testament un bonheur à découvrir ou à redécouvrir. En effet, Christine Pedotti a un don de conteuse incroyable, j’ai rarement vu des livres racontés de manière si réelle.
C’est simple quand elle raconte l’histoire on s’y croit. Mais ce n’est pas qu’on s’y croirait presque, on s’y croit carrément. On se sent dans le désert avec cette caravane de marchand qui chaque soir écoute un morceau de cette histoire autour d’un bon feu, on se croit en Canaan, en Egypte, dans le désert et on vit l’histoire de cet ancien testament comme si on la voyait se dérouler sous nos yeux. Bref ! On est totalement immergé dans cette histoire biblique.

Autre chose d’agréable dans ce livre c’est la découverte des personnages. Certes on les connait tous plus ou moins, mais pour celui ou celle qui n’en connait que le minimum - ce qui est mon cas pour certains – c’est amusant et sympathique de ne pas les voir comme on les imagine, pour ma part genre « trop bon, trop con ». (Comme c’est l’idée que j’ai de la religion chrétienne c’est forcément l’idée que j’ai des personnages fondateurs de celle-ci quand bien même qu’ils fassent parties de l’ancien testament.) En effet, ici on les découvre rusés, un peu sadiques comme Joseph, jaloux, plein de fiel, menteurs aussi, bien-sûr ils ont aussi leurs bons côtés, mais ce que j’ai apprécié avant tout c’est de voir que ces gens, quand bien même proches de Dieu, n’étaient pas parfaits, ils avaient leurs défauts et ma foi de dieu (bon ok j’arrête avec ça) que IL s’en contentait, lui-même ne se sachant pas parfait au demeurant.

Petite précision pour ceux qui en ont besoin en lisant la biographie de l’auteur ; Christine Pedotti, bien que visiblement croyante, ne véhicule pas le message cul-cul que l’on peut attendre de la Bible, tout comme elle n’essaye pas d’endoctriner les gens en disant « la religion c’est la vie ». En tout cas elle ne m’a pas laissée cette impression, même dans les commentaires de la fin, où elle donne des réflexions, des renseignements, sur le rapport entre la Bible et le croyant, la Bible et l’Histoire. Alors si vous aviez peur de ce genre de dérive, n’ayez crainte car il n’y en a pas.
Par contre j’avoue que même si ça été un coup de cœur, que je n’ai pas pu m’empêcher de rire devant cette fable, et je me demande vraiment comment on fait pour croire à cela. Aujourd’hui comme hier - et sincèrement c'est une vraie question que je me pose.

En résumé, ce fut une lecture coup de cœur que je recommande pour le plaisir de ce « culturer » un peu et pour le bonheur de la lecture que ce livre promet, et personnellement j’ai envie de dire vivement la suite.

 

Merci à XO éditions.

Posté par Florell à 21:59 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

28 janvier 2016

"A la poursuite du grand chien noir" de Roddy Doyle

A la poursuite du grand chien noir de Roddy Doyle

Source: Externe

Résumé :

Le grand chien noir est arrivé à Dublin pendant la nuit. Il répand la peur. Les autres animaux ont essayé de prévenir leurs maîtres, en vain. Les enfants de Dublin, menés par Gloria et Simon, partent à sa poursuite, aidés par des animaux.

Mon avis :

A la poursuite du grand chien noir raconte sur fond de crise économique, chômage, morosité des adultes, le parcours des enfants de la ville qui poursuivent le grand chien noir qui a volé le cœur de la ville, afin de lui rendre sa joie de vivre.

Ce roman très enfantin, peut-être un peu trop même pour l’âge recommandé (mais comme je n’ai plus 10 ans cela vient probablement de là), se propose donc d’aborder le sujet de la crise afin d’aider les enfants à se familiariser avec ce sujet quotidien, faisant ainsi comprendre le pourquoi de la morosité ambiante et le pourquoi de certaines choses.

Cela étant si ce livre se veut éclaireur sur une situation, je le trouve malgré tout et comme je le disais plus haut trop enfantin pour réellement faire passer son message, en plus d’être trop simple sur la solution finale, et ceci même si la victoire sur le chien n’est pas définitive gardant ainsi un côté réaliste de la situation. Certes le but de ce livre n’est pas de faire déprimer les enfants ni de leur faire peur sur l’avenir, mais si je veux bien accepter l’idée de l’aide des animaux dans leur quête –car un animal c’est toujours bénéfique pour le moral- je dois avouer que la logique du mot « Génial » m’a échappée. Même si c’est par essence un mot enthousiaste, je ne comprends pas qu’on en face une arme pour combattre la morosité. Mais bon les enfants ne vont probablement pas réfléchir jusqu’à là…
Autre chose qui est un peu dérangeant se sont les longueurs et la répétition de certaines scènes, ce qui pourrait faire penser à un certain manque d’imagination, mais toujours pour un enfant de dix ans cela ne dérangera peut-être pas.

Par contre un bon point ! Les illustrations en plus d’en avoir partout, elles sont sympathiques et permettent de mieux s’imprégner du livre.

En conclusion je ressors de ce livre du haut de mes 30 ans mitigée, car je le trouve trop enfantin si je le compare au tome 1 d’Harry Potter qui est moins simpliste alors qu’il est destiné à la même tranche d’âge, mais ça n’empêche pas que ça reste accessible et qu’il garde un côté nécessaire. Après tout il aborde un sujet d’actualité, à sa manière, mais il aborde.

 

Grand merci aux éditions Flammarion Jeunesse.

 

Posté par Florell à 22:53 - Livre jeunesse / Ado - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

27 janvier 2016

Petite pensée du moment

 

 

paon1

 

Nous avons besoin des autres, mais pas de tout le monde.

 

  Moi. (Oui moi aussi je peux sortir des phrases ^^)

Posté par Florell à 21:17 - Proverbes, belles phrases - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

20 janvier 2016

"Agnès Sorel, maîtresse de beauté" de Michael de Kent

Agnès Sorel, maîtresse de beauté de Michael de Kent

agnès sorel

Résumé :

La Reine des Quatre Royaumes est morte. Agnès Sorel, belle et innocente suivante de quatorze ans, attire l'attention de la cour en deuil grâce à son talent pour provoquer les confidences. Nantie de la confiance de la défunte reine Yolande, Agnès séduit tous ceux qu'elle rencontre, mais pas autant que le roi de France nouvellement couronné, Charles VII.
Employée comme demoiselle de compagnie par la reine Marie d'Anjou, Agnès se retrouve installée à la cour, et malgré son honnêteté ne peut s'empêcher de tomber amoureuse du roi. Comme leur relation s'approfondit et que l'influence d'Agnès sur le roi grandit, elle est considérée avec suspicion par le tribunal. Tourmentée par la culpabilité mais incapable de repousser les avances du roi, Agnès est forcée de choisir entre son amour pour Charles et son estime d'elle-même.
Dans ce roman extraordinaire, Son Altesse Royale la princesse Michael de Kent raconte l'histoire qui fait de l'empathie le pouvoir ultime.

Mon avis :

Ce livre fut d’une lecture fort agréable. Il commence avec l’enterrement de Yolande d’Aragon (héroïne du premier excellent tome) et finit par celui d’Agnès Sorel - et je ne pense pas vous spolier puisque on sait tous que depuis le 15ème siècle elle est desséchée depuis longtemps. Entre ces deux enterrements, l’auteure va donc continuer à nous faire découvrir cette période à cheval entre le Moyen-âge et la Renaissance par le biais de la vie de cette première maîtresse royale que fut Agnès Sorel.

Pour les décors et l’ambiance rien n’a changé. Mickael de Kent y met toujours autant de détail que précédemment, elle nous fait partager la richesse des tissus et des atours, l’ambiance de la cour et son esprit, et nous fait aussi côtoyer les plus grands noms de cette époque : Jacques Cœur ; Pierre de Brézé…
Cela étant et même si j’ai vraiment aimé replonger dans cette époque, cette lecture ne fut pas le coup de cœur tant attendu après le 1er tome sur Yolande d’Anjou. En effet et même s’il est bien, qu’il se lit facilement, j’ai trouvé quand même que par rapport au premier livre il manquait de vie, d’action, d’intrigue. Cela ne serait pas en soi un problème parce que ce n'est pas un roman vide non plus, mais le hic c'est que pour pallier ce manque d'action, l'auteure fait énormément de répétition et ça plus les niaiseries amoureuses qui donnent un petit côté Sissi Impératrice, fait que c'est un peu fatiguant à lire. En tout cas pour moi.
Alors c’est vrai que par rapport au précédent bouquin l’époque est moins troublée, le petit roi de Bourges a retrouvé son trône et les anglais posent moins de problème, mais du coup il faut bien admettre que cette ambiance quasi normale n’aide pas à faire un récit palpitant comme le précédent, riche en retournement et intrigue. Ici à part vaguement le dauphin on n’a en effet pas grand-chose à se mettre sous la dent. De ce fait et surtout quand on a adoré le premier tome, c'est peut-être un peu normal d'avoir la réaction que j'ai, parce que je m'attendais vraiment à quelque chose d'énorme.

Bien sûr c’est tout à l’honneur de l’auteure de ne pas vouloir rajouter des choses, mais du coup je me demande si vraiment ce tome était nécessaire. Certes il introduit Jacques Cœur, qui sera le personnage du dernier roman et qui sera pendant un temps accusé de la mort d’Agnès Sorel, il laisse aussi découvrir la thèse qui veut que ça soit la cousine d’Agnès Sorel qui a empoissonné cette dernière, mais à côté de ça je trouve que ce livre manque de matière. Pour moi si on enlève la fin, il fait plus effet de remplissage qu’autre chose. Le troisième tome me dira si j’ai tort, car peut-être qu’il sera impossible de le comprendre sans lire le deuxième, mais pour l’heure c’est ce sentiment qui domine.

Mais attention ce n’est pas du tout un mauvais livre, il est bien écrit même s’il manque de piment, et en fait à part le fait qu’il soit un peu redondant et presque inutile de mon point de vu je n’ai rien à lui reprocher, et en réalité juste pour son côté historique je le conseille. Parce que pour celui qui ne connaît pas Agnès Sorel ben ça reste une bonne présentation de cette femme, même si ça reste du roman et même si j’ai du mal à ignorer Agnès Sorel si niaise. (Parce que oui par moment elle fait un peu niaise.)

En conclusion même si j’ai largement préféré le 1er tome, je conseille malgré tout ce 2ème tome pour son côté historique et son personnage. Et qui sait ce que je reproche peut ne pas être un problème pour vous. Perso j’ai du mal avec les histoires d’amour, mais je sais que ce n’est pas le cas de tout le monde, donc à vous de voir. Et venez me dire. :)

Je remercie grandement les éditions Télémaque pour leur gentillesse.

Posté par Florell à 22:19 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

19 janvier 2016

Bilan livresque année 2015 et des trois derniers mois.

 

Petit coucou les gens !

Comme je n'ai pas trop le temps avec ma licence je vais vous faire vite fait un petit bilan de l'année 2015 et de ces 3 derniers mois où je n'ai pas fait de bilan mensuel.

 

Ces 3 derniers mois comme vous vous en doutez je n'ai pas eu trop le temps de lire, car avec les cours dur dur de pouvoir lire pour le plaisir (faut d'ailleurs que je m'organise autrement pour ce deuxième semestre) mais j'ai quand même lu un peu, donc voici le bilan.

3 derniers mois depuis octobre :

1- Société, culture et mentalité dans la France moderne de Robert Muchembled (Lecture pour mes cours mais facile d'accès et assez intéressante même pour une lecture plaisir. Vraiment je conseille.)

2- Cixi, l'impératrice de Juang Chang (Très très bon.)

3- Richelieu de Max Gallo

4- J'ai vu la fin des paysans de Eric Fottorino

5- La sonate de l'anarchiste de Etienne Guereau

6- D'art d'art tome 3 de Frederic Taddeï

7- Une autre idée du silence de Robyn Cadwallader

8- Le renversement des pôles de Nathalie Côte

9- Le prix Clara 2015 de Collectif

10- Le tome 17 de la BD du Donjon de Naheulbeuk de J. Lang

11- A la poursuite du grand chien noir de Roddy Doyle (Roman jeunesse.)

 

Niveau achat là aussi ce fut petit :

1- Le tome 17 du Donjon de Naheulbeuk

2- L'art paléochrétien et byzantin de John Lowden (Pour mes cours.)

 

Sinon pour le bilan de l'année, sans compter les petits livres pour enfant, j'ai lu si j'en n'ai pas oublié, 73 livres. Et dedans il y avait quelques belles découvertes comme : La reine des quatre royaumes de Mickael de Kent ; Siddharta de Hermann Hesse ; Le maître de Patrick Rambaud ; Danser avec le diable de Maud Tabachnik ; La perle et la coquille de Nadia Hashimi ; Le cerveau à sornette de Roger Price ; Cixi impératrice de Juang Chang ; Baguettes chinoises de Xinran ; Pourquoi le ciel est bleu de C. Signol ; Le livre noir de la condition des chrétiens dans le monde de Collectif.

Tous ces livres ne sont pas coups de coeur mais ils ont tous un truc très très très sympa, et bien sûr je n'ai pas mis toutes mes lectures sympathiques car j'ai la flemme. :D Après bien sûr j'ai eu des lectures bof bof mais bon je ne vais pas m'attarder dessus parce que voilà ils sont pas géniaux et de toute manière y'en a pas eu beaucoup.

nunu

 

T'es toujours là toi !?

concon nuage7

Pfffff. Comment on fait pour tuer un nuage chiant ???

Bref. Voici pour le bilan rapide, bonne lecture et à bientôt.

Posté par Florell à 11:26 - Bilan - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

18 janvier 2016

Prix Clara 2015 de Collectif

Prix Clara 2015 de Collectif

Source: Externe

Résumé :

Plusieurs centaines d'adolescents âgés de moins de 17 ans, en France et dans tous les pays francophones, ont participé à ce concours de nouvelles. Sur quelques six cents nouvelles envoyées, seulement une poignée sera retenue pour former ce recueil, offrant ainsi l'opportunité à des écrivains en herbe d'être publiés. Dévoilant une sensibilité à vif à travers des thématiques aussi diverses que la politique, la maladie, et le voyage, les nouvelles du Prix Clara ouvrent une fenêtre sur les rêves et les préoccupations des adolescents d'aujourd'hui. Amour, science-fiction, polar, témoignage, aventure : tous les genres sont explorés avec brio par ces jeunes, révélant ainsi leur intérêt et leur talent pour l'écriture. Ces nouvelles surprennent par leur fraîcheur, leur originalité, leur sincérité, et proposent un kaléidoscope de l'imaginaire adolescent.

Mon avis :

Ce qui est bien avec ce prix Clara  c’est que d’une année sur l’autre nous sommes sûrs de ne pas lire les mêmes choses, cette année était en effet bien différente de l’an 2014.

Nous retrouvons ici le même principe que précédemment, des nouvelles écrites par des ados et qui abordent divers domaines. Les histoires sont toujours agréables à lire, tristes, surprenantes, matures, innovantes, même si je les ai trouvé pour la plupart plus terre à terre que précédemment.

Alors on note encore quelques maladresses, comme dans la nouvelle sur Le plus beau jour de ma vie où techniquement dans ces pays traditionnels la cadette ne se marie pas avant l’aîné, mais bon ça n’est pas méchant.

A l’inverse il y a par contre d’excellente nouvelle oùje ne retrouve rien à redire comme celle d’Elora La rumeur que pour ma part j’ai trouvé vraiment bien écrite et bien pensée et qui apportera aux jeunes qui liront ces lignes beaucoup de grain à moudre. Pour moi c’était vraiment la meilleure nouvelle du livre où la leçon est amenée d’une manière singulière et avec beaucoup de justesse. Ce rapprochement fallait y penser !

Bref.

Pour conclure outre la bonne cause, je conseille ce livre comme le précédent pour son bon moment de lecture, pour la découverte de voir les débuts, qui sait ?, des futurs auteurs de demain.

Merci aux éditions Eloise d'Ormesson et Lecteurs.com.

 

Posté par Florell à 16:01 - Contemporain - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

16 janvier 2016

"Gengis Khan : l'homme qui aimait le vent" de José Frèches

Gengis Khan : l'homme qui aimait le vent de José Frèches

gengis khan

Résumé :

De la Chine aux frontières de l'Europe, il a régné sur le plus grand empire de l'Histoire. Dès son enfance, Temüdjin, futur Gengis Khan, rêve de grands espaces. Son précepteur chinois, Vieille Cime, lui parle d'Alexandre le Grand : il veut le surpasser en nombre de conquêtes ! Il apprend à manier l'arc, à monter à cheval, à apprivoiser les aigles. À la mort de son père, ce nomade prend la tête du clan des Quiyat, puis, en 1206, est élu chef des Mongols. Séducteur, autoritaire, il rallie à lui de nombreux peuples, bousculant les grandes civilisations sédentaires qui l'entourent : à l'ouest, l'Europe des cathédrales, à l'est, la Chine des Song. Pour atteindre son rêve de grandeur, Gengis Khan doit se révéler impitoyable. Avec virtuosité, José Frèches nous raconte les années d'apprentissage et l'ascension fulgurante de ce guerrier implacable qui faisait corps avec ses chevaux et aimait les femmes avec passion et sensualité. Un homme qui voulait vivre tous ses rêves. Le destin fascinant d'un personnage de légende.

Mon avis :

Après Confucius, Bouddha, La Chine… voici venu non le temps de l’île aux enfants, mais pour le lecteur de découvrir la vie de Gengis Khan. Nom Ô combien célèbre, mais vie Ô combien obscure pour le lecteur lambda. Cela étant avec José Frèches voici le mal en passe d’être réparé, car nous allons enfin pouvoir découvrir la vie de ce « sauvage des steppes » qui créa et dirigea un empire à la gloire du peuple mongol.

Dans cette première partie nous allons donc suivre l’enfance de Temüdjin (Gengis Khan) au début de la création de son empire. Nous allons de ce fait découvrir son enfance, connaître sa famille, la vie dans le camp, sa femme, pour le voir aussi déjà affronter quelques dangers et percevoir le génie politique de cet homme.

Bon, j’exagère sûrement peut-être un peu en parlant de génie politique (encore que), mais c’est important de préciser que ce n’était pas un sauvage à cheval comme on pourrait avoir tendance à l’imaginer. Il savait que les alliances étaient importantes, ils avaient un talent militaire certain et ils savaient commander et parler ; et en plus derrière ses actions il avait un réel projet politique, il voulait faire la gloire du peuple mongol comme la sienne. Certes comme tout le monde a fait avant et après lui, ici ou ailleurs, mais c’est pour dire.

Tout cela au premier abord ressemble un peu trop à un tableau descriptif. Là comme je vous en parle ça ressemble à rien de passionnant, plutôt à une succession de fait au air de biographie. C’est vrai. Mais il ne faut pas perdre de vu que c’est un roman et que c’est donc raconté à la manière d’un roman - même si on peut trouver mieux conté -, avec des descriptions, des dialogues, une ambiance mi-magique mi-réelle, un peu de suspense, une psychologie des personnages.
D'ailleurs sur ce dernier point je ne sais pas si l’auteur a inventé la mentalité des perso., j’avoue pour ma part avoir du mal à imaginer Temüdjin si calme, si amoureux et réfléchi, mais j’ai envie de dire que si c’est le cas ce n’est pas grave, car c’est sympathique malgré tout vu que ça ne dénature en rien le but de ce livre, qui est de nous faire découvrir la vie de cet homme .
Et d’ailleurs d’une manière générale, même si l’auteur a pris des libertés avec la psychologie comme avec les évènements ça ne me dérange pas, car ce livre a déjà - et c’est immense - changé ma vision de cet homme. Maintenant je vais le voir autrement qu’un sauvage sans cervelle.

En résumé, même si cette épopée épique n’est pas racontée de la manière la plus vivante qui soit, c’est un livre qui m’a malgré tout plu car il m’a ouvert une nouvelle vision sur un des hommes les plus connus au monde, en même temps de me faire découvrir sa vie en cassant l'idée que j'avais à l'origine. Bref, ce n'était pas une lecture perte de temps et ça c'est cool.

Merci aux éditions XO.

Posté par Florell à 09:26 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,