Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

06 décembre 2020

"Babylone, tome 1 : Le réveil des passions" de Françoise Bouron et Catherine David

Babylone, tome 1 : Le réveil des passions de Françoise Bouron et Catherine David

Françoise Bouron, Catherine David

Résumé :

Dans les secrets de la cité disparue…

VIe siècle avant Jésus-Christ.
La rumeur gronde dans Babylone…
Devant chacun des temples de la cité millénaire, des cadavres mutilés sont découverts.
Punition divine pour châtier les babyloniens ou crimes abjects ?
Ces meurtres incompréhensibles réveillent les passions enfouies, alors que la peur, la suspicion et l’angoisse traversent les ruelles de cette capitale en proie à de terribles luttes de pouvoir.

Un vieux roi malade, une reine conspiratrice, un prince fou, un général fougueux, un armateur blessé dans son honneur, mais aussi une jeune fille rêvant d’émancipation… Tous veulent connaître la vérité sur ces forfaits et protéger la grandeur de la ville mythique.

Trahisons, ambitions, intrigues amoureuses…
Entre thriller et saga historique, ce roman flamboyant nous entraîne au cœur de la vibrante et sulfureuse Babylone.

Ce roman est accompagné, en fin d’ouvrage, d’une visite guidée de Babylone, ville splendide située au bord de l’Euphrate, dont il ne reste aujourd’hui qu’un site archéologique inscrit au patrimoine mondial de l’unesco. les jardins suspendus de Babylone étaient l’une des sept merveilles du monde antique.

Mon avis :

Je ne sais pas si je vais être aussi originale que d’autres lecteurs, mais en effet ce livre ne casse pas trois pattes à un canard. Le sexe, les intrigues royales, les meurtres, la peur du châtiment divin c’est récurrent dans l’histoire et pas uniquement réservés à Babylone. Certes ce livre n’avait pas cette prétention première il me semble, il voulait ressuscitait un décor et une dynastie à travers ces diverses intrigues afin d’offrir aux lecteurs un peu d’inconnu que le sempiternel médiéval ou époque moderne. Mais honnêtement… ce n’est pas franchement une réussite.

Oui bien sûr, il y a un décor – mais à la limite, on n’imagine pas l’Egypte pharaonique si différente –, il y a aussi le panthéon divin légèrement abordé ainsi que la pratique religieuse, il y a aussi la dynastie de Napobolossare présente ici. Mais outre le traitement du personnage de Lâbâsi-Marduk dans le texte que j’ai trouvé réussit, tout le reste a pour ma part fait… pschitt.

On nous promettait de l’action, un décor grandiose (la couverture va dans ce sens également),  un lieu mystérieux, une dynastie marquante, mais finalement j’ai vraiment l’impression de n’avoir rien eu de tout ça, - à part une éternité devant moi pour m’ennuyer. Des trop longues descriptions, des scènes qui s’éternisent, de la lenteur, du déjà vu, et finalement rien de vraiment consistant à l’arrivée qui pourrait me donner l’envie de continuer à lire cette saga. Même sur le côté historique je n’ai pas trouvé grand-chose. Sauf les photos en fin de volume très intéressantes. Peut-être plus que le reste du livre.

Je viens de le dire c’est une saga, ce premier tome - tome de présentation - peut peut-être expliquer cette lenteur, espérons que le second soit plus nerveux.

Merci aux éditions XO.

Posté par Florell à 13:31 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

11 mai 2020

"Horemheb, le retour de la lumière" de Christian Jacq

Horemheb, le retour de la lumière de Christian Jacq

Résumé :

« Horemheb contempla la Grande Épouse royale, nimbée de la lumière dorée du couchant. Une beauté presque irréelle.
– Viens, exigea-t-elle en se relevant.
Serrant très fort sa main, elle l’ emmena au bord de la terrasse.
– Que discernes-tu, mon roi ?
Dans la lumière de l’ occident se dessinaient les formes des pyramides qu’ avaient érigées les pharaons de l’ âge d’ or.
– Nos ancêtres ont bâti l’ éternité, rappela la reine, et nous devons poursuivre leur œuvre. Ce qu’ Akhénaton a tenté de détruire, consolide-le ! »

Avec Horemheb, le retour de la lumière, Christian Jacq raconte l’ extraordinaire destin du scribe qui, aux côtés de Toutânkhamon, devient général puis pharaon, évitant à l’Égypte de sombrer dans le chaos.
Uni à une remarquable Grande Épouse royale, Horemheb n’ aura d’ autre enfant que l’Égypte et ouvrira son pays à la dynastie des Ramsès.

Mon avis :

Avec Horemheb on retrouve mon couple favori de la littérature, Vent du Nord et Le Vieux. Mais cette fois-ci on les retrouve à l’époque de la fin du règne d’Akhenaton et à l’avènement – et fin – de Toutankhamon. Cette période, on s’en doute, et donc l’idéal pour un roman où se mêle intrigue politique et religieuse ; les partisans d’Aton œuvrent dans l’ombre pour rétablir le culte de ce dernier, et il faut relever l’Egypte mise à mal par Akhenaton et donc en passer par plusieurs réformes. Bref ! Une belle ambiance explosive en perspective. 

Enfin explosive au sens figuré ; il n'est pas encore question de bombe à l'époque, ce n'était pas encore la mode. Toutefois il faut bien dire que le succès de ce livre commence bien par le fait que l’auteur nous plonge dans une époque mouvementée, où les intérêts divergent et créent ainsi des situations dangereuses et complotistes. Des morts, des arrestations injustes, des trahisons, des coups du sort, il y en aura beaucoup.

Mais le succès du livre ne réside pas que dans de cette base somme toute classique du roman historique. En effet, les autres points agréables du livre sont : les personnages, l'absence de redondance et son côté "didactique".
Pour la redondance et la pédagogie je n'ai pas grand chose à en dire, si ce n'est que sur la pédagogie l'auteur prend le temps de décrire rapidement mais efficacement les rites et les fonctions, de manière à ce que ça soit compréhensible par tous et un minimum facile à retenir.
Pour les personnages, je vais être par contre un peu plus loquace, parce qu'il y en a beaucoup et ce beaucoup permet justement une large palette de caractère et d'ambition qui vont jouer sur l'intrigue. A l'exemple d'Horemheb qui est un personnage efficace et très intègre envers son pharaon, mais qui va forcément s'opposer à Nakhtmin qui est un fourbe en puissance mais lui aussi bien placé à la cour. A l'exemple encore d'Amenta (la première femme d'Horemheb) qui s'avère être un personnage entreprenant, et qui va donc forcément être utile à l'histoire par sa fidélité et son caractère.
A l'exemple encore de plein d'autres, puisqu'en effet on pourrait faire ça pour tous les personnages, du premier au dernier, qui par leur peur ou leur honneur vont bien montrer l'importance du règne et de ce qui s'y joue. En clair, ils ne sont pas là juste pour meubler et les capacités ou défauts de chacun ne sont pas gâchés.

De la dire que tout est parfait dans ce livre ? Non. Je note juste une fausse note ou alors j'ai raté un passage, c'est que je ne comprends pas comment Horemheb peut en venir à soupçonner Nakhtim d'être ce qu'il est. Mais excepté ceci, vous l'aurez compris ce livre m'a énormément plu, et si l'action vous plaît, l'Egypte Antique aussi, n'hésitez pas à lire ce livre. Bon temps garanti.

Posté par Florell à 21:07 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 mars 2020

"Louis XIV l'enfant roi" de François Guillaume Lorrain

Louis XIV l'enfant roi de François Guillaume Lorrain

Source: Externe

Résumé :

On connaît le Roi-Soleil, mais comment le jeune Louis est-il devenu ce monarque qui fit briller si haut la grandeur de la France ?

L’enfance de Louis XIV est aussi romanesque que douloureuse. Écrasé de professeurs, surveillé par Mazarin qui l’initie aux intrigues et à l’art d’être roi, fouetté par sa mère Anne d’Autriche, qui ne lui passe rien, il reçoit une éducation qui s’apparente à un dressage.

Souverain à cinq ans, il se retrouve projeté dans l’une des périodes les plus tourmentées de notre histoire, la Fronde. Le Parlement le malmène, les princes le défient, le peuple envahit son palais. Louis est à la fois un enfant, capricieux, buté, et un jeune roi qui doit subir en silence le mépris de ses aînés.

Parce qu’il fut très humilié, Louis XIV ne songera ensuite qu’à démontrer toute sa puissance. Avant que le soleil ne se lève, il y avait un « petit homme ». Et c’est à cette intimité que François-Guillaume Lorrain, en romancier passionné d’histoire, redonne vie sous nos yeux.

Mon avis :

François Guillaume Lorrain réussit dans ce roman biographique le délicat exercice de nous faire partager l’enfance d’un roi pris entre ses obligations et sa lourde éducation, et ses instants de liberté avec ses compagnons de jeu.
D’une écriture simple, sans superflu, mais rythmée et vivante, nous allons découvrir l’intimité de ce roi soleil dont l’enfance est une éternelle difficulté, dans une France secouée de toute part.

Nous imaginons souvent la vie de ce roi douillette, tendre, facile, sa personne respectée - hormis lors de la période de la Fronde -, à la lecture de ce roman vrai nous allons vite réviser notre jugement. De par l’époque mouvementée et la charge qui pèse sur ses épaules, nous allons en effet découvrir grâce à ce livre que l’enfance de ce petit roi n’avait finalement rien d’une partie de plaisir ; assommé de professeur, régulièrement écarté des personnes qui lui étaient agréables, ayant des obligations dus à son rang - mais n’étant pas non plus livré à lui-même et sans joie -, Louis XIV n'a pas eu l'enfance heureuse qu'on lui imagine. En effet, prisonnier d'un rang, d'obligations, d'une éducation profane et religieuse, on peut dire que son système d'éducation a contenu très vite la fougue de ce jeune homme en lui donnant très vite les traits d'un adulte sur qui repose une lourde charge.

Cependant, si toutes ces obligations sont pénibles à supporter et l’auteur le met fort bien en avant, ce dernier va quand même prendre le temps de raconter ces moments joyeux et simples que Louis XIV a pu partager avec ses amis ou encore sa famille. Ainsi, ces scènes décrites de manière très réaliste, vont nous permettre de découvrir que l'enfance de Louis XIV est malgré tout plus joyeuse, plus aimante, plus dorée que celle du commun des mortels, et qu'il a grandi entouré d'attention et d'affection.
Bien sûr, il a ses obligations très lourdes, mais c’est néanmoins un enfant qui peut se permettre des caprices, des largesses, une insouciance que d’autres n’ont pas. 

Enfin, outre la vie bien visible d’un roi je dirais, basé sur des faits assez matériels disons, F.G Lorrain va aussi nous dépeindre en parallèle aux évènements, un portrait psychologique d’un petit roi qui va nous montrer à quel point l’âge adulte est une revanche sur son enfance. Humilié par le Parlement, un oncle jaloux, des personnages orgueilleux et ambitieux, Louis XIV n’oubliera pas en grandissant toutes les vexations qu’il a subies à l’époque de son apprentissage.
En parallèle à ce portrait psychologique, on sentira en outre déjà poindre chez ce jeune garçon sa passion pour le théâtre, les choses de la guerre et la haute idée qui a de lui-même. Ce dernier point ne le rendra pas forcément agréable au demeurant…

Bref, vivant, turbulent, affectueux, curieux, désagréable aussi, l’auteur nous offre un portrait d’un jeune roi dans toute sa jeunesse et sa gravité, une esquisse d’une France déchirée et mouvementée.

XO éditions.

Posté par Florell à 09:46 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

25 février 2020

"Le bon sens" de Michel Bernard

Le bon sens de Michel Bernard

le bon sens michel bernard

Résumé :

Novembre 1449, dix-huit ans après la condamnation pour hérésie de Jeanne d’Arc, Charles VII chasse les Anglais de Rouen. La fin de la guerre de Cent Ans est proche : il faut achever la reconquête du territoire, panser les plaies des provinces dévastées et réconcilier les partis engagés dans la guerre civile. Promettant le pardon et l’oubli, le roi ordonne pourtant une enquête sur le procès de 1431. Malgré la résistance d’une partie de l’Église et de l’Université, quelques hommes opiniâtres, rusant avec la raison d’État, vont rechercher preuves et témoins pour rétablir la vérité, le droit et l’honneur de la jeune fille.
Après Le Bon Cœur, Michel Bernard relate l’histoire d’une poignée d’hommes en quête de justice. Bouleversés par la parole qu’ils découvrent dans les actes du procès, ils conduiront Charles VII à rendre à Jeanne un peu de ce qu’elle lui a donné. Chez cet homme insaisissable qui fut un grand roi, ils feront jouer au bon moment le bon ressort. Il a le visage d’Agnès Sorel, la beauté morte fixée par Jean Fouquet.

Mon avis :

Pardonnez-moi d’avance, si cet avis sera succinct. C’est que je n’ai pas grand-chose à en dire, si ce n’est que ce livre retrace une bonne partie de la vie de Charles VII roi de France.
Est-ce un roman ? Une enquête ? Un croisement entre plusieurs biographies ? Franchement je ne saurais le dire. Mais ce dont je suis certaine, c’est que Jeanne d’Arc et son enquête de réhabilitation – songez donc, un roi ne peut devoir son trône à une sorcière –, m’ont paru finalement comme des sujets bien secondaires. Et ce n'est point ce à quoi je m'attendais.

Le livre est-il pour autant mauvais ? Assurément non, pour prendre quelques connaissances des hommes de l’époque et de cette réhabilitation il est très bien. Si je dois en effet lui reconnaître une qualité, c’est le désir de faire de l’histoire correctement ; mais je dois bien avouer quand même, que c’est plat et d’une écriture commune. Je me suis ennuyée entre ces pages… tout en m’y intéressant. Chose curieuse…

Bon, tout n’est pas qu’ennui. En effet j’admets que la description psychique de certains personnages : le peintre Jean Fouquet, Charles VII, Dunois est plutôt agréable à suivre. Le retournement ou comportement de certains personnages, pouvoir oblige, aussi. Mais il ne faut pas m’en demander plus.

En conclusion, c’est un livre à lire si jamais l’histoire vous intéresse, si jamais vous avez l’occasion de le lire, mais ce n’est pas un bouquin qui vous manquera non plus.

Merci à Babelio et les Editions de la Table Ronde.

17 novembre 2019

"Le Roi fol" de Laurent Decaux

Le Roi fol de Laurent Decaux

Source: Externe

Résumé :

Au début de l'année 1392, tous les rêves sont permis à Charles VI. La reine Isabeau vient d'accoucher d'un fils, le pays retrouve la prospérité, la guerre avec l'Angleterre touche à sa fin. Mais, en quelques mois, un scandale d'adultère, un attentat contre son premier ministre, une maladie inexplicable s'abattent sur le jeune roi.

Charles diminué par ses crises de démence, les factieux s'agitent en coulisse. à la cour, le vice est l'affaire de tous et l'ambition n'est pas l'apanage des grands. Dans l'incroyable entreprise de démolition d'un règne, le spéculateur Nicolas Flamel, l'Italienne Valentine Visconti, le peintre Paul de Limbourg et le cuisinier Taillevent auront tous un rôle à jouer.
La France en sera quitte pour cinquante années de chaos.

Complots, joutes sanglantes, plaisirs débridés, Le Roi fol est le roman d'une France médiévale exaltée, soumise à toutes les passions.

Mon avis:

Nous sommes au 14ème siècle en 1392, Charles VI n'est pas encore le roi fou mais le bien aimé. A cette époque, il est un roi bien parti pour donner le meilleur à son royaume, mais il ne le pourra pas. A cause de sa folie, à cause de son entourage. Lecteur apprête-toi à plonger dans ce panier de crabe où tous les coups sont permis.

Ma lecture du Seigneur de Charny l’année dernière m’avait moyennement plu, j’avais trouvé le roman bien et pas bien à la fois. Certains sujets m’avaient plu et d’autres traînaient un peu trop en longueur pour moi, ce qui m'avait fait sortir mi-figue mi-raisin de cette expérience livresque. Cette année, dieu merci, l’expérience romanesque qui m’a été offerte avec ce livre a été cent fois meilleures ; avec son nouveau roman Le Roi fol, Laurent Decaux m’a offert une expérience de lecture franchement différente et franchement plus agréable que celle de 2018, étant donné que l’auteur a gagné en souplesse d’écriture, en maîtrise, en un mot : en talent.

En effet, contrairement au premier livre qui était pour moi long au démarrage, qui bloquait un peu, qui languissait dans son récit, le roman est ici à mon goût plus fluide, plus rapide, et j’ai trouvé accessoirement que le mélange des intrigues était mieux maîtrisé que dans le premier roman. Je m'explique, autant dans le Seigneur de Charny on distinguait deux voire trois histoires dans un livre, autant là on a pour un livre des histoires qui s’agglomèrent correctement entre-elles pour en former une seule à l’arrivée. Et une seule particulièrement prenante, il faut bien le dire.
Faut dire que c’est difficile de ne pas faire prenant avec ce roi et la Guerre de Cent ans. Oui pour ceux qui dormaient dans le fond, je rappelle que l’anglais n'est pas le seul ennemi à la France, et personnellement j’ai toujours pensé que le règne de Charles VI c’était le règne de ce roi qui pouvait permettre le pire comme le meilleur - et j’ai trouvé cette dichotomie bien mise en avant dans le livre au demeurant.

Bref ! Niveau écriture, y a pas à tortiller c’est 100 fois mieux maîtrisé que le Seigneur de Charny qui en soit n’était pas non plus mauvais. Je tape dessus depuis le début, mais la lecture avait des choses quand même intéressantes.

Outre ceci, un autre point que j’ai adoré, c’est le développement des personnages. Je dois dire que je les ai tellement trouvé bien fait, que pendant un moment je les ai cru réels. Alors, je sais que certains sont réels et d’autres pas, mais l’auteur leur a tellement bien fabriqué un caractère, une personnalité dans l’esprit de l’époque, que c’était difficile de ne pas y croire. Sans conteste, il y a dans ce livre une meilleure maîtrise du portrait aussi, après on n’adhère à ce qu’il a fait ou pas. Et quand je dis ça je pense surtout à la femme de Charles VI, mais personnellement je suis du même avis que l’auteur ; pour moi c’était une garce.

Bon, vous l'aurez compris, j'ai aimé ce livre et son histoire dans l'Histoire. On a dans ces pages ce qu'on est en droit d'attendre dans un roman histrorique, et le tout est amené avec érudition et talent. On gravite pleinement dans l'entourage de ce roi où on croise le pire comme le meilleur, et la plongée est totale.

En conclusion, c’était une bonne lecture avec une multitude d’intrigue, de personnage, bien écrite et bien remise dans son milieu. A lire pour vous faire plaisir ou/et à offrir avec plaisir.

XO Editions.

Posté par Florell à 22:35 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

26 septembre 2019

"La non pareille" de Michel Peyramaure

La non pareille de Michel Peyramaure

Source: Externe

Résumé :

Née en 1364 à Venise, Christine de Pizan n’a que quatre ans lorsqu’elle rejoint la cour de Charles V où son père, astrologue réputé, a été appelé. Mariée encore adolescente à un jeune savant picard, elle donne naissance à trois enfants avant que la maladie ne lui prenne son époux.
Veuve à vingt-cinq ans, Christine se retrouve face à un dilemme  : se remarier pour assurer l’avenir de sa famille ou se battre pour demeurer indépendante. Contre les mœurs de son temps, elle décide de vivre de ses écrits. Jusqu’à sa mort, de sa plume féconde et de sa remarquable érudition naîtra une soixantaine d’œuvres, en prose et en vers.
Féministe, humaniste et pacifiste avant l’heure, elle sera la première à écorner les représentations misogynes dans l’art de son époque, à défendre l’amour courtois et à dénoncer les horreurs de la guerre.
Sensible à la misère du peuple parisien, engagée dans son siècle, elle en a traversé toutes les tempêtes : la guerre de Cent Ans, la guerre civile opposant Armagnac et Bourguignons, la folie du roi Charles VI et les dévergondages de la reine Isabeau.
 
Par son formidable talent de conteur, Michel Peyramaure nous fait partager l’intimité d’un des personnages féminins les plus fascinants du Moyen Âge, une héroïne d’une incroyable modernité dont la liberté de pensée et la détermination à vivre selon ses convictions ont encore de quoi nous inspirer aujourd’hui.

Mon avis :

Dans mes cours d’histoire j’ai bien sûr entendu parler de Christine de Pizan. Toutefois je n’ai encore jamais eu l’occasion de me pencher sur son œuvre et sa vie, c’est maintenant presque chose faite. « Presque » car ça reste un roman, mais après un petit tour sur Wikipédia (dieu du savoir) les grandes lignes de sa vie que sont son mariage, son veuvage, ses œuvres, etc. sont, semble-t-il, respectés. Chose heureuse, car on découvre ainsi et sans ennui, la force de caractère et le talent de cette femme qui malgré sa situation de veuvage préférera sa liberté.
Connue surtout comme femme de lettre, l’auteur a agrémenté aussi son roman avec quelques bribes de ses œuvres et idées, nous faisant ainsi partager la plume et les pensées de cette femme hors du commun, tout en n’hésitant pas à dire via le personnage de Laurette les limites de ses textes et de son écriture. Ne faisant pas de ce livre, et c’est là un point agréable, un panégyrique à la gloire de cette écrivaine qui a traversé le temps.

Mais ce roman ne se contente pas que de décrire l’existence de Christine, en effet, à travers ces pages nous allons découvrir les vicissitudes de la France et plus particulièrement de Paris. Bon, je ne vais pas vous mentir, en pleine Guerre de Cent ans c’est souvent mauvais (la révolte des cabochiens, Jean sans peur, la folie de Charles VI, etc.), mais les bons moments sont néanmoins là, telles des petites lumières dans ces temps difficiles.

Enfin, dernière chose agréable à ce livre, la résurrection d’autres femmes écrivaines comme Marguerite Porete ou encore Marie de France, par quelques petites références çà et là. Pour ma part, je trouve qu'il est toujours agréable de voir des choses qu’on ne voit pas toujours.

En définitive, ce livre n’est pas un coup de cœur car l’écriture est somme toute banale, mais il était très intéressant pour découvrir une époque, une femme, des œuvres. Là-dessus le livre tient sa promesse. A lire pour sa culture et son plaisir.

Editions Calmann-Lévy.

Posté par Florell à 16:39 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

12 septembre 2019

"Civilizations" de Laurent Binet

Civilizations de Laurent Binet

Source: Externe

Résumé :

Vers l’an mille : la fille d’Erik le Rouge met cap au sud.
1492 : Colomb ne découvre pas l’Amérique.
1531 : les Incas envahissent l’Europe.

À quelles conditions ce qui a été aurait-il pu ne pas être ?
Il a manqué trois choses aux Indiens pour résister aux conquistadors. Donnez-leur le cheval, le fer, les anticorps, et toute l’histoire du monde est à refaire.

Civilizations est le roman de cette hypothèse : Atahualpa débarque dans l’Europe de Charles Quint. Pour y trouver quoi ?
L’Inquisition espagnole, la Réforme de Luther, le capitalisme naissant. Le prodige de l’imprimerie, et ses feuilles qui parlent. Des monarchies exténuées par leurs guerres sans fin, sous la menace constante des Turcs. Une mer infestée de pirates. Un continent déchiré par les querelles religieuses et dynastiques.
Mais surtout, des populations brimées, affamées, au bord du soulèvement, juifs de Tolède, maures de Grenade, paysans allemands : des alliés.

De Cuzco à Aix-la-Chapelle, et jusqu’à la bataille de Lépante, voici le récit de la mondialisation renversée, telle qu’au fond, il s’en fallut d’un rien pour qu’elle l’emporte, et devienne réalité.

Mon avis

Honnêtement, je suis certaine qu’ils leur auraient fallu bien plus que le fer, les anticorps et le cheval pour résister aux conquistadors. Toutefois pour l’idée qu’il y avait derrière cette réécriture de l’histoire ce livre me tentait. Hélas, trois fois hélas, j’ai vite déchanté et pour plusieurs raisons.

Premièrement à cause de l’écriture : ce n’est pas raconté de manière très vive et attractive. J’ai eu l’impression que l’auteur racontait son imagination, par l’étalement de scène sans chercher à avoir une écriture qui en vaille la peine. Une écriture avec un souffle autre descriptif.

Deuxièmement, quand j’ai vu écrit : « la reine se souvint d’un marin génois qui souhaitait prouver la rotondité de la terre […] » ou encore « […] ce qui la forçait, disait-elle en riant, à admettre la rotondité de la terre », j’ai pris peur. Ce cliché de l’époque médiévale - et là on est même à la Renaissance - me gonfle au plus haut point. Depuis l’antiquité on se réfère au globe ou à la sphère pour parler de la Terre.

Et troisièmement, je n’ai pas apprécié ce livre car je ne le trouve pas - même pour une uchronie - crédible. Il y a beaucoup trop de facilité. Déjà au niveau du voyage des Incas. Ils ont vraiment le cul bordé de nouille pour arriver si vite à manier le bateau ; à si bien voyager ; à si bien approcher les plages ; à si bien lire les cartes, que ça en est incroyable.
Idem pour la prise de pouvoir. Pour commencer, je vois mal une déchristianisation si rapide de l’Europe alors que la religion est chevillée au corps et à l'âme. Ensuite, je vois mal l’acceptation d’une nouvelle religion, surtout quand à côté un bon nombre de personnes se tapent sur la tronche à propos de religions ressemblantes et multiséculaires pour eux. Ca fait désordre. Et enfin, je dois dire que j'ai trouvé la prise de pouvoir trop facile. Outre le fait qu'on n'a pas de prophétie pour favoriser l'invasion en Europe, j'avoue que je n'ai pas compris cette pusillanimité des espagnols envers Atahualpa. Certes, ce dernier tient le roi espagnol en otage, mais justement comme c'est sa seule planche de salut on peut subodorer qu'il ne lui fera rien. Je pense donc que les espagnols étaient clairement en position de force pour agir, surtout que même en cas de pépin il existe toujours d'autres prétendants au trône. Donc qu'ils ne fassent pas dans le concret et n'imposent rien, pour moi c'était peu crédible, surtout qu'ils ont la force militaire, l'assise politique et administrative. L'Espagne ne fonctionne pas comme l'Amérique en 1492.

Bien sûr l’intérêt du livre est ailleurs. Il sert à prendre de la hauteur, à voir que toutes les religions sont ridicules et montre que le pouvoir est partout le même, mais c'est un fait, c'était mal amené. Et ceci malgré un début prometteur et plausible avec
le voyage des vikings, ainsi que la sérieuse déconvenue de Christophe Colomb. 

En résumé, le début était prometteur, mais l’écriture sans étincelle et le manque de crédibilité m’ont vaincue par K.O.

Editions Grasset.

Posté par Florell à 12:43 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

04 septembre 2019

"Le guérisseur des Lumières" de Frédéric Gros

Le guérisseur des Lumières de Frédéric Gros

Source: Externe

Résumé :

Franz-Anton Mesmer publie son Mémoire sur la découverte du magnétisme animal en 1779. Il y révèle l’existence d’un fluide universel aux pouvoirs thérapeutiques. Par simples effleurements de la main, ce fluide pourrait guérir et rétablir l’harmonie du corps et de la nature. Rejetée par la médecine officielle, portée par quelques guérisons « spectaculaires », cette théorie vaut à Mesmer une foudroyante popularité. La fièvre mesmérienne enflamme les imaginations, dans la France prérévolutionnaire des Lumières où son harmonie universelle fait écho aux aspirations à l’égalité et à la fraternité.

C’est au cœur de cette histoire fascinante, celle d’un homme en qui s’incarne toute l’effervescence d’une époque, que Frédéric Gros, puisant sa matière romanesque au cœur de l’événement historique, nous entraîne.

Mon avis :

A travers ce livre Frédéric Gros, nous propose de découvrir la vie de Franz-Anton Mesmer, magnétiseur du 18ème siècle qui défendit toute sa vie les fluides émis par les hommes, la nature, l’univers et qui peuvent guérir les êtres de leur mal si on sait bien les utiliser. Magnétiseur qui aurait quelques guérisons à son actif, Franz-Anton Mesmer peut apparaître pour notre époque comme un homme farfelu, ce qui était déjà le cas à son époque quand Lavoisier ou Franklin le descendaient en flèche, pour autant le personnage mérite qu’on s’y attarde car il est un homme de l’Europe aux prises avec la Révolution mais aussi un homme de son époque où l’esprit se libère.

C’est donc à travers quelques lettres destinées à un ami, Monsieur Wolfart, que nous allons découvrir Mesmer. Ces lettres qui sont écrites à la fin de sa vie sont une manière pour l’auteur de faire une rétrospective sur l’existence de Mesmer depuis le commencement et de nous faire ainsi partager la découverte de son don, sa manière de travailler, ses réflexions et découvrir les liens qu’il a pu créer avec des personnages plus ou moins célèbres comme Mozart, Theresia Von Paradis, etc.
Au-delà de son carnet d’adresse (impressionnant quand même) et d’une biographie, on va aussi aborder la manière dont il a été accueilli par les hommes de son temps, et découvrir que si une partie de la population l’acceptait, une autre partie refusait d’admettre son don. Si l’époque se prêtait effectivement à toutes les découvertes pour améliorer le futur de l’homme, toutes n’étaient pas admises pour autant. En effet, la religion ayant trop abusé de son pouvoir mystérieux, le 18ème siècle arrivant ne veut plus de mystère impalpable et ceci malgré le don certain de ce personnage qu’est Mesmer.

En lisant ce livre, qui reste un roman pour rappel, on va aussi découvrir la personnalité d’un homme proche de la nature, voulant aider son prochain, mais aussi un homme sensible avec ses secrets et ses peurs, qui s’est vite fait dépasser par son rêve de renommée. Renommée que ses disciples ont aussi pas mal saccagés. Toutefois, si les disciples ont dévoyé les fluides, son idée d’ouvrir une école était tout aussi pourrie faut bien le dire, un don ne s’apprenant définitivement pas.

Comme je le disais Mesmer est de l’époque révolutionnaire, il goutera quelques mésaventures d’ailleurs, toutefois bien plus que nous décrire les déboires de Mesmer l’auteur va nous décrire par son personnage Paris et sa terreur, Paris et sa mémoire courte. Il va en outre, nous faire aborder ce Paris sensible que Mesmer dans le livre dit avoir ressenti via des énergies, lourdes, sombres. Je ne sais bien sûr pas si cela est vrai, mais pourquoi pas, l’idée de la Révolution sur un plan plus sensible est plaisante. Surtout que ce côté rattrape le côté froid de l’écriture de Frédéric Gros. On ne lit en effet pas ce livre pour l’écriture mais plus pour l’histoire.

En résumé, à travers ce roman on va découvrir la vie d’un homme, son don, son rêve de gloire, mais aussi sa chute. Petit bémol, ce n’était pas forcément une lecture très agréable sur le plan de l’écriture, mais pour l'histoire réelle en partie, c’est à tenter.

 

Editions Albin Michel.

Posté par Florell à 12:06 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

04 juin 2019

"Les amants de Pompéï" de Michel Blondonnet

Les amants de Pompéï de Michel Blondonnet

Source: Externe

Résumé :

Richissime héritier, Numerius règne sur d'immenses domaines viticoles de la région de Pompéi. Il vit dans les plus somptueuses villas de cette petite cité devenue le paradis du luxe, de la débauche, la villégiature préférée de l'aristocratie romaine dont il fréquente l'élite mondaine et intellectuelle. Ami de Sénèque et de Pline, ce patricien éclairé se montre pourtant impitoyable dans la défense de ses possessions, dans un temps où le meurtre est monnaie courante. Marié à une beauté gauloise qui s'oublie dans les bras des gladiateurs, Numerius a choisi pour maîtresse une esclave parthe, future régente de sa vie. À cette femme aimée, il a offert un énigmatique bracelet d'or qui va changer leur destin.

Nous sommes sous Tibère, bientôt sous Néron. Les empereurs se succèdent dans un extraordinaire climat de raffinement et de cruauté. Mais dans les profondeurs du Vésuve, la terre commence à trembler. Octobre 79 approche.

Mon avis :

Si je vous dis que ce livre sort d’un parchemin qui date du 13ème siècle, dont le 16ème siècle aurait recopié la teneur avant la disparition du premier ; vous prendrez cela pour une aimable légende, un roman du moyen-âge comme cette époque a su si bien les faire. Mais si je vous dis que cette aimable légende possède des traces archéologiques bien palpables ; qu’en pensez-vous ? Avouez que ça titille votre curiosité. Et si tout ce livre, Les amants de Pompéi, n’était que réalité ? Ou presque ? Les écrivains successifs y ayant forcément mis leur touche personnelle, bien que j’ignore le contenu du parchemin d'origine tout comme vous.

Cette histoire nous emmène il y a 2000 ans, dans l’Empire Romain. Quand tout est encore beau, où Rome brille avec ses personnages tel que Pline, Sénèque, Columella, qui sont au demeurant les arrières personnages plus ou moins récurrent de ce livre. Dans cette Italie antique ça brille en beau monde donc, ça brille dans le paysage aussi, on imagine ces grands temples, ces grandes constructions, ces grands projets, et aussi au pied du Vésuve cette Campanie prospère, parfumée de vin et de Méditerranée. On imagine, mais on s’y verrait bien y vivre aussi. Bon peut-être pas au pied du Vésuve.

Dans cette Campanie prospère nous allons donc suivre la vie de Numerius Vibius. Vendeur de vin, homme d’affaire redoutable et citoyen impliqué. Rien qu’à travers ce personnage, nous allons déjà aborder une grande part de ce qui fait la Rome antique ; les assassinats (qui sont un sport national), l’esclavage et ses lois, le mariage, la famille, le commerce, la politique. Et tous ces sujets sont vraiment bien racontés, même si on regrettera juste que les points historiques soient trop vite abordés, encore que l’éruption était pas mal.

Cependant et même si pour le côté plongée historique ce livre vaut le coup d’œil, il faut surtout l’aborder pour son histoire ; l’histoire d’un homme commerçant et amoureux d’une esclave, mais qui avant ça est marié avec des enfants. Cette histoire, même si elle n’a rien d’exceptionnelle de base, a été pour moi très agréable à suivre car elle fut terrible d'une part, mais aussi parce qu'elle n'est pas arrivée à me faire détester Numérius d'autre part. Alors que techniquement il avait tout pour me déplaire avec ses histoires de chose pas très claires.
De fait, devant cette incompréhension qui me laisse pantoise, je me demande si je ne suis pas arrivée à détester ce mec parce que le roman m’a plongé dans cette époque en me faisant oublier la mienne ? Ou parce que dans le même temps, il possède un côté tendre qu’on n’arrive pas à imaginer à cette époque ? Quoi qu'il en soit les deux cotés sont-là et c'était plutôt agréable.

Enfin, le fait de penser que cette histoire avait une part de vérité grâce à l’archéologie, me l’a rendue plus agréable à lire que de coutume. (Oui, rien que pour ça.) Je précise que je ne prends pas forcément plaisir au malheur des autres, mais ça joue forcément de se dire qu'on lit peut-être une histoire d'il y a 2000 ans.

Quoi qu’il en soit pour le côté historique, le côté presque vrai de l’histoire puisque l’archéologie a l’air de lui donner en partie et un peu raison, il faut lire ce livre. On découvre beaucoup, on ouvre les yeux tout grands, on tremble avec la terre et on ne s’ennuie pas un seul instant.

Albin Michel.

Posté par Florell à 17:34 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

10 mai 2019

"Les Francs Royaumes : par deux fois tu mourras" de Eric Fouassier

Les Francs Royaumes : par deux fois tu mourras (T.1) de Eric Fouassier

IMG_20190430_154755

Résumé :

Palais de Rouen, 569. Galswinthe, la jeune épouse de Chilpéric, l’un des trois petits-fils de Clovis, meurt étouffée dans sa chambre. Juste après, son assassin est retrouvé poignardé… Quatre ans plus tard, la sœur de Galswinthe, la reine Brunehilde d’Austrasie, est persuadée que toute la lumière n’a pas été faite sur cette tragique affaire. Elle charge Arsenius Pontius, un jeune lettré gallo-roman, de se rendre à Rouen pour enquêter en toute discrétion.
Sur place, Wintrude, une ancienne princesse thuringienne devenue esclave des Francs, lui apporte des informations essentielles. La jeune femme, indirectement mêlée au meurtre de Galwsinthe, a dû se placer sous la protection de l’Église pour échapper à des proches de Chilpéric, qui cherchent à la réduire au silence… Victime lui-même d’une tentative de meurtre, Arsenius apprend qu’un conflit est sur le point d’éclater entre Neustrie et Austrasie. Dès lors, Wintrude et lui n’ont plus le choix : ils doivent faire éclater la vérité avant que le jeu des trônes n’embrase toute la Gaule mérovingienne.
Ressuscitant avec brio cet âge sombre qui fonda la France, où le meurtre, le sexe et la vengeance sont autant d’instrument de pouvoir, Éric Fouassier allie rigueur historique et inventivité romanesque pour emporter le lecteur dans une enquête trépidante.

Mon avis :

Childéric, ancêtre des trois rois de ce livre, avait eu une nuit une vision à propos de bêtes que sa femme Basine lui avait expliquée au petit matin. Il ressortait de cette prophétie, qu’après Clovis les descendants se conduiraient comme des bêtes et s’entredéchiraient pour la terre et le pouvoir. Je ne vais pas dire que cette vision fût réelle, mais quoi qu’il en soit l’histoire est telle que cette vision s’est avérée réelle, et c’est ce contexte que l’auteur de Par deux fois tu mourras a choisi pour son livre. Faut dire que l’époque se prête beaucoup aux trahisons, aux assassinats (sport national), aux girouettes, comme va en attester la suite de l’histoire…
Car tout commence en effet avec l’assassinat de Galswinthe, princesse wisigothe devenue Reine de Neustrie en se mariant avec Chilpéric, que sa sœur Brunehaut (Reine d’Austrasie et épouse de Sigebert), veut élucider. Bien que cette dernière ait déjà une petite idée de la commanditaire du meurtre : Frédégonde maîtresse du Roi Chilpéric.
Pour cela, elle envoie donc un émissaire en Neustrie, un jeune homme du nom d’Arsenius, afin que ce dernier fasse toute la lumière sur le meurtre de sa sœur. Mais ce qu’Arsenius va découvrir, va s’avérer plus compliqué que ce que pensait la Reine d’Austrasie ; coup fourrés, dangers, révélations, faux-semblants, ne vont pas ménager notre pauvre enquêteur malgré lui.

Vous l’aurez deviné, ce roman c’est une enquête historique où l’auteur va se faire plaisir avec ce que l’époque mérovingienne permet, mais si vous ne pensez que lire une enquête où plusieurs personnages vont risquer leur vie, détrompez-vous très vite. Car l’enquête n’est pas qu’une enquête, c’est toute une histoire qui appelle une faide et donc aura un impact non négligeable sur la stabilité de la Francia. Et tout cet impact politique, l’auteur va nous le faire découvrir ou redécouvrir en montrant les enjeux de ce meurtre, tout en rajoutant bien sûr au meurtre d’autres enjeux et une autre enquête avec des runes (je crois). Roman oblige !
Bien sûr dit comme ça, ça peut faire peur le lecteur plus novice en Histoire, mais (en sachant que je ne suis pas novice) pour ma part je trouve que ce bouquin est accessible à tous, tout en étant bien fait historiquement, du moins autant que faire se peut. Cependant, je n’ai pas trouvé qu’Eric Fouassier - et contrairement à ce qu’il dit - amoindrissait la légende noire du Néron et de la Néronne (oui, j’invente des mots), je trouve en effet Frédégonde toujours aussi garce, même si c’est vrai que pour le coup du meurtre de Galswinthe il envisage visiblement autre chose.

D’ailleurs petit aparté, je me demande comment ça va virer dans la suite. Car le rôle que joue un roi dans ces pages m’étonne un peu - surtout qu’il n’est pas réputé pour être un salopard -, du fait qu’avec Brunehaut ou Frédégonde il fera, fera plus, alliance. Du coup la question se pose, où est-ce que l’auteur va aller avec ce roi ? Est-ce le roi ou quelqu’un d’autre qui commandite le meurtre ? Comment l’auteur va rester au plus proche de l’Histoire avec son histoire comme dans le tome 1 ? Car oui dernier point, ce livre donne un début de réponse, mais ne résout pas l’enquête dans son entièreté, au contraire la lumière éclaire les ténèbres qui restent à parcourir.

En résumé, un bon premier tome. Bien écrit, bien clair, où l’imaginaire se mélange bien à l’Histoire. Vivement la suite.

Editions JC Lattès.

Posté par Florell à 15:26 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,