Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

16 décembre 2017

"L'enfant de l'oeuf" de Amin Zaoui

L'enfant de l'oeuf de Amin Zaoui

l'enfant de l'oeuf

Résumé :

Harys, le narrateur, est un bon chien, un caniche qui aime son maître, qui aime ses chaussettes puantes, son haleine parfumée au vin rouge, sa voix quand il chante Bécaud. Ils habitent tous deux à Alger et son maître a pour maîtresse une chrétienne réfugiée de Damas, au corps vibrant de désir et à l’âme bouleversée par la guerre. Ce trio bancal, cacophonique, passionné, tient le journal de sa lente destruction dans une Algérie rongée par l’islamisme des Tartuffes. Magnifique, douloureux et fantasque, tel est L’Enfant de l’œuf, neuvième roman d’Amin Zaoui où l’auteur, avec un plaisir et une méthode qui rappelle le Sade de La Philosophie dans le boudoir, s’en prend systématiquement à toutes les formes d’autorité, au nom de la liberté. Amin Zaoui, écrivain de langue française et arabe, est né à Bab el Assa, Algérie. Il est professeur de littérature maghrébine à l’université d’Alger.

Mon avis :

"Le désert n'enfante jamais le printemps et le monde arabe n'est qu'un désert."
Amin Zaoui, L'enfant de l'oeuf, page 40.

 

L’enfant de l’œuf est un livre à deux voix, un chien Harrys et son maître Moul. Deux êtres dans la ville d’Alger où l’obscurantisme envahit la Lumière.
Chacun à leur manière aborde la vie, l’amour, la politique, la religion, la liberté. Chacun à leur manière, montre par leurs actes leur refus des dogmes. L’un pisse sur les journaux, l’autre boit du vin, fume, chante Bécaud et partage sa couche avec une chrétienne qui a fui la Syrie.

Pourtant malgré cette apparence libre, joyeuse, vivante, l’auteur aborde la guerre, l’éternel hiver du désert, l’abandon, la mort, la folie. Derrière cette apparence joyeuse, l’auteur aborde le malheur des vies, le malheur de notre monde incapable de tout se dire. Et plus le livre avance, moins ça va...
En effet, malgré la liberté, les femmes, un chien, une bonne bière, Madame Bovary (un livre qui n'est pas choisi au hasard) peu à peu l’homme se retrouve seul et en dérive… et ça c’est un peu dommage. Car l’auteur donne l’impression que la liberté dont la solitude est une branche, la jouissance du monde qui peut être simple et solitaire, ne suffisent pas à être heureux. Qu’il faut automatiquement être plusieurs pour l’être.
Certes, la fin du livre est chaotique et explique la dérive de Moul, mais en ce qui me concerne j’ai eu cette impression bien avant la fin, et vous vous en doutez je ne partage pas ce point de vue, l’Amour qui forme le couple, l’amitié, sont à mes yeux très secondaires et pas nécessaire au bonheur humain. Pour moi, une personne seule ou avec un chien peut être parfaitement heureuse ! Et échanger une fois de temps en temps quelques paroles avec le poissonnier, le boulanger, la connaissance que l’on croise dans la rue, peuvent largement suffire au bonheur. (Ouais ! Je sais, c’est une idée à contre-courant des sociétés.)
Bref !  Cela fait que j’ai été un peu agacée à la lecture de ce livre, néanmoins pour les autres sujets abordés, et malgré quelques radotages, faut admettre que ces pages sont agréables à tourner et agréables à imaginer vraies en ce qui concerne la personnalité de Moul. Un homme presque libre dans un pays qui s'islamise, c'est toujours sympathique.
Avec cela, il se lit bien, il possède quelques d'étrangetés fort sympathiques et notamment une belle phrase cité en haut du billet.

En résumé et même si je ne partage pas la prise de position de l'auteur sur le bonheur humain, c'est un livre à tenter.

Merci aux éditions Serpents à plumes.

Posté par Florell à 16:19 - Contemporain - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,