Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

18 mai 2017

"Le mystère du livre perdu : à nous les trois mousquetaires" de P. Baccalario & E. Jauregui

Le mystère du livre perdu tome 2 : à nous les trois mousquetaires de P. Baccalario & E. Jauregui

A-nous-les-Trois-Mousquetaires

Résumé :

«Ne vous inquiétez pas : le sortilège a fonctionné. Nous avons détraqué des centaines de livres. Ce qui s'est passé avec Peter Pan ne se reproduira pas.»

Le monde des livres a de nouveau besoin d'Anna et Gabriel. Un mystérieux personnage au mauvais caractère est soudainement apparu en plein cœur du célèbre roman de cape et d'épée... Il faut le retrouver et l'expulser du livre!

L'enquête continue pour Anna et Gabriel, cette fois au secours des Trois Mousquetaires.

Mon avis :

Encore une fois Anna et Gabriel vont devoir faire face à tous les dangers littéraire pour remettre de l’ordre dans le marasme littéraire que Monsieur Zargo a mis au point avec Gustav Wart, afin d’écarter les jeunes de la culture et de la lecture.
Cette fois c’est au tour des Trois mousquetaires d’Alexandre Dumas d’y passer, puisqu’un nain (venant du fameux livre mystérieux dont personne ne se souvient) s’est glissé à l’intérieur et sabote toute l’histoire du romancier Dumas.
J’ai déjà parlé dans mon avis sur le 1er tome de l’idée originale des auteurs, donc je ne vais pas le refaire ici. Je vais néanmoins juste dire vite fait que ce livre m’a davantage plu que le 1er livre, vu que les Trois Mousquetaires est une histoire que j’apprécie particulièrement à la différence de Peter Pan.
Ca dit, passons au livre.

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais dans mon avis du premier livre je disais que je l’avais moyennement apprécié à cause de l’écriture plate et son déroulement trop sage, ben là c’est l’inverse qui s’est produit. En effet, j’ai lu très vite le livre, déjà parce qu’on en vient plus vite aux faits et aussi parce qu'il y a plus d’action, de suspense, que dans le premier. Là, il y a du mouvement, des alliances, etc. De plus, l’autre point positif, c’est que les auteurs ont su, sans alourdir le récit, rajouter 2 ou 3 petits détails qui complètent ce monde et les personnages, et ça c’était plutôt cool.
Alors certes, j’ai particulièrement apprécié le tome 2, je n’ai pas eu de sensation de déjà vu, mais n’empêche, n’empêche… je me demande jusqu’à où les auteurs vont aller pour mettre fin à cette cacophonie de style, de bruit, de personnage, d’époque littéraire sans lasser leurs lecteurs.

En attendant hâte de voir la suite.


15 décembre 2016

"Au secours de Peter Pan" de P. Baccalario & E. Jauregui

Le mystère du livre disparu : Au secours de Peter Pan de P. Baccalario & E. Jauregui

Au-secours-de-Peter-Pan

Résumé :

Anna et Gabriel sont bouleversés : la plus belle histoire jamais écrite, dont ils attendaient la sortie en librairie avec impatience, a disparu ! Pire encore, les héros et les histoires de leurs livres préférés sont tous mélangés… L’enquête commence, au cœur d’une aventure incroyable et magique, qui les mènera jusqu’au Pays imaginaire pour porter secours à Peter Pan.

Mon avis :

Le mystère du livre disparu est une histoire étrange…  Imaginez qu’un jour tous vos livres se mélangent, qu’un elfe se retrouve dans une aventure de Sherlock Holmes par exemple. Imaginez l’horreur que cela peut produite sur un lecteur passionné. C’est une hérésie ! Ce n’est pas possible ! On ne mélange pas deux choses si différentes et opposées ! Ca ne peut pas prendre, comme l’huile et l’eau. Et pourtant, c’est ce qui se passe ici pour le plus grand malheur des lecteurs qui ne pourront plus lire un livre avant la remise en ordre. Certes, la décision d’interdire l’accès aux livres est quand même disproportionnée, il n’y a rien de mortel à lire un livre où un objet StarWars se retrouve dans un conte pour enfant, mais c’est le choix des auteurs donc on ne va pas le discuter. Bref.
Cela bien sûr ne peut rester ainsi, et se sont deux enfants amoureux de la lecture avec l’aide de leur tante mystérieuse et libraire qui vont devoir réparer ses étranges mélanges qui ont suivi la sortie du Livre mystérieux de Lucy Ferrier. Mystérieux car on ne sait rien de ce livre, lui aussi a subit d’étrange chose d’ailleurs, à moins qu’il soit étrange à la base…

Pour tout dire j'ai moyennement apprécié ce livre. En effet, l’histoire n’embarque pas le lecteur à cause de son écriture trop plate et à cause de son déroulement trop sage et trop rapide, en plus Peter Pan ce n’est pas ce que je préfère, mais l’idée du mélange est tellement originale que l’on s’embarque quand même dans cette histoire qui possède quelques belles surprises et mystères, où deux enfants vont devoir sauver la littérature au péril de leur vie. Et avec Capitaine Crochet comme ennemi autant vous dire que ça ne va pas être facile.

Mais finalement Capitaine Crochet n’est pas le véritable ennemi, et oui, qui est derrière ce mélange littéraire des plus absurde. Enfin qui, on sait déjà qui c’est ? Mais pourquoi déteste-t-il à ce point la littérature au point de vouloir interdire l’accès à tous les livres pour l'amour de la technologie ? Et quel est son véritable but ? Car la lecture et la technologie peuvent s’entendre après tout (même si là aussi je ne suis pas fan). Et quel peut bien être le rôle de Léo Gutenberg le critique littéraire le plus redouté ?
Si pour la première question une idée émerge, il faudra toutefois attendre la suite pour y voir un peu plus clair. Sera-t-elle nouvelle ou continuera-t-elle dans la même lignée que celui-ci, je l’ignore…
Mais j’espère que comme ici il y aura assez de matière pour commencer à résoudre l’énigme – écrire un livre en refaisant la même histoire n’a pas de gros intérêt – et assez de mystère pour avoir encore de lire cette série.

En résumé, c’était une lecture simple, rapide (idéal pour les enfants) pas franchement transcendante mais tellement originale que c’est plaisant à lire. Je conseille.

Merci aux éditions Flammarion Jeunesse.

 

26 mai 2016

"Sombreterre tome 1 : Le clan perdu" de Cassandra O'Donnell

Sombreterre tome 1 : Le clan perdu de Cassandra O'Donnell

Source: Externe

Résumé :

Orphelin, Victor n’est pas un garçon comme les autres. Il parle avec les fantômes et voit des choses que personne d’autre ne perçoit. Quand la jolie et captivante Alina fait irruption dans sa classe avec son horrible monstre invisible sur son épaule, le monde de Victor est bouleversé. Qui est-elle ? D’où lui viennent ses étranges et terribles pouvoirs ? Et surtout, pourquoi a-t-il l’impression de la connaître et qu’un lien ancien et magique les relie l’un à l’autre ?

Mon avis :

Nous suivons dans ce ivre la vie de Victor, jeune adolescent élevé dans une famille d’accueil et qui passe pour être un peu étrange et fou car ce jeune homme est le seul à voir des choses étranges. Il a donc très peu d’ami, en fait il n’en a qu’un seul : Lucas. Ensemble il mène la vie de tout jeune ado jusqu’au jour où Alina jeune fille mystérieuse fait son entrée dans la même classe que nos deux amis. De là vous vous en doutez va suivre un tas d’aventure qui en annonce encore une plus grande.

Bien qu’assez simple avec une intrigue pas vraiment recherchée, même plutôt classique je dois dire, que j’ai néanmoins apprécié ce bouquin. Il y a de l’humour, de l’action, du mystère, des personnages très agréables, bref, tout ce qui est nécessaire pour faire une bonne série fantaisie qu’on a envie de suivre.
Alors certes bien que classique dans le genre et très rapide, ce livre à première vue ne rajoute pas grand-chose au genre et ne le marquera probablement pas, mais mine de rien, l’auteure a su rendre son univers intéressant par des alliances qui étonnent, des faits limites flippants (je vous avouerai que j’en ai même fait un cauchemar), des monstres nouveaux même s'ils en rappellent d'autres, des mystères élucidés (connaissez-vous l'histoire de la chaussette qui disparaît ?), des tensions entre les principaux personnages. Bref. Y’a quand même des choses qui font qu’on n’a pas vraiment l’impression de lire du déjà vu même si ça fait écho à de lointain souvenir lecture, en tout cas pour moi qui n’en lis pas vraiment c’est l’impression que j’ai.

En conclusion je dirai que c’est un livre à recommander pour tous enfants dès 9-10 ans. Y’a tout ce qui faut pour éveiller leur intérêt, faire marcher leur imaginaire, et donner le goût à la lecture et à l’aventure.

Merci aux éditions Flammarion Jeunesse.

 

28 janvier 2016

"A la poursuite du grand chien noir" de Roddy Doyle

A la poursuite du grand chien noir de Roddy Doyle

Source: Externe

Résumé :

Le grand chien noir est arrivé à Dublin pendant la nuit. Il répand la peur. Les autres animaux ont essayé de prévenir leurs maîtres, en vain. Les enfants de Dublin, menés par Gloria et Simon, partent à sa poursuite, aidés par des animaux.

Mon avis :

A la poursuite du grand chien noir raconte sur fond de crise économique, chômage, morosité des adultes, le parcours des enfants de la ville qui poursuivent le grand chien noir qui a volé le cœur de la ville, afin de lui rendre sa joie de vivre.

Ce roman très enfantin, peut-être un peu trop même pour l’âge recommandé (mais comme je n’ai plus 10 ans cela vient probablement de là), se propose donc d’aborder le sujet de la crise afin d’aider les enfants à se familiariser avec ce sujet quotidien, faisant ainsi comprendre le pourquoi de la morosité ambiante et le pourquoi de certaines choses.

Cela étant si ce livre se veut éclaireur sur une situation, je le trouve malgré tout et comme je le disais plus haut trop enfantin pour réellement faire passer son message, en plus d’être trop simple sur la solution finale, et ceci même si la victoire sur le chien n’est pas définitive gardant ainsi un côté réaliste de la situation. Certes le but de ce livre n’est pas de faire déprimer les enfants ni de leur faire peur sur l’avenir, mais si je veux bien accepter l’idée de l’aide des animaux dans leur quête –car un animal c’est toujours bénéfique pour le moral- je dois avouer que la logique du mot « Génial » m’a échappée. Même si c’est par essence un mot enthousiaste, je ne comprends pas qu’on en face une arme pour combattre la morosité. Mais bon les enfants ne vont probablement pas réfléchir jusqu’à là…
Autre chose qui est un peu dérangeant se sont les longueurs et la répétition de certaines scènes, ce qui pourrait faire penser à un certain manque d’imagination, mais toujours pour un enfant de dix ans cela ne dérangera peut-être pas.

Par contre un bon point ! Les illustrations en plus d’en avoir partout, elles sont sympathiques et permettent de mieux s’imprégner du livre.

En conclusion je ressors de ce livre du haut de mes 30 ans mitigée, car je le trouve trop enfantin si je le compare au tome 1 d’Harry Potter qui est moins simpliste alors qu’il est destiné à la même tranche d’âge, mais ça n’empêche pas que ça reste accessible et qu’il garde un côté nécessaire. Après tout il aborde un sujet d’actualité, à sa manière, mais il aborde.

 

Grand merci aux éditions Flammarion Jeunesse.

 

Posté par Florell à 22:53 - Livre jeunesse / Ado - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

04 octobre 2015

"Une peur bleue" & "Drôles d'idées" de Erwin Morser

"Une peur bleue" & "Drôles d'idées" les aventures de Marius le chat de Erwin Morser

marius le chat une peur bleue

 Résumé :

Le héros de la nouvelle série qui porte son nom, Marius, est un chat très sympathique qui habite dans une maison à la campagne. Ingénieux, curieux, malicieux, ouvert aux autres, Marius vit de petites aventures (ou mésaventures) qui s’achèvent souvent sur une chute aussi amusante qu’inattendue. Il est entouré de beaucoup d’amis animaux – blaireau, hérisson, ours, hibou, etc. – avec lesquels il partage ce quotidien plein d’entrain. Avec Marius le Chat malin, la vie est pleine de surprises et les aventures finissent toujours dans un éclat de rire !

Mon avis :

Ici on suit les aventures de Marius le Chat. Un chat roux aux idées farfelues et étonnantes. Avec ces amis, nous allons le suivre dans ses aventures quotidiennes et peu banales ou l’imprévu, la surprise, l’ingéniosité, le danger parfois, tiennent une place prépondérante.

Ce livre est avant tout fait pour les enfants qui commencent à lire, le vocabulaire est simple et l’histoire peu longue, idéale donc pour les débutants qui s’initient à la lecture sans pour autant les dégoûter.
En plus de cela, ces livres sont accompagnés de dessins simples et mignons qui en plus de me rappeler légèrement certains livres sur lesquels j’ai appris à lire, permet aussi aux enfants de mélanger à la lecture le plaisir de regarder des images, montrant ainsi qu’un livre n’est pas fait que d’écriture et peut être divertissant.

A côté de cela j’ai juste à dire qu’avec sa voiture baignoire, son hamac à la cime des arbres, tous ses amis, les aventures de ce chat raviront tous les enfants qui apprennent à lire en les faisant évoluer dans un monde familier et simple comme les bambins l'imaginent souvent.

Bref ! C’est ce sont des nouvelles petites histoires faites d’amis et d’aventures qui commencent et qui va falloir suivre de près.

 

Merci aux éditions Casterman jeunesse.

Posté par Florell à 23:41 - Livre jeunesse / Ado - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

22 juillet 2014

"Les cavaliers afghans" de Louis Meunier

"Les cavaliers afghans" de Louis Meunier

les cavaliers afghans

Résumé :

" Dans ce pays sans âge, on ne parle pas en nationalités, mais en peuples. On ne compte pas en kilomètres, mais en jours de route. Quand on se quitte, on se dit Zenda Bashi, sois vivant, parce que l'existence est incertaine. " En 2002, Louis Meunier, tout juste diplômé, décide de plaquer une carrière tracée d'avance et de partir à l'aventure en Afghanistan. Il est ébloui par la beauté du pays et la dignité de ses habitants. Mais surtout, fasciné par la lecture des Cavaliers de Kessel, il rêve d'assister à un buzkashi, tournoi où les cavaliers ont droit à tous les coups pour déposer dans le cercle de justice, une dépouille de chèvre. Ces cavaliers redoutables, les tchopendoz, ne craignent ni les blessures ni la mort. Les combats sont d'une violence inouïe. Louis n'aura bientôt plus qu'une idée en tête : trouver le cheval de ses rêves pour, à son tour, devenir tchopendoz. Louis Meunier livre un puissant récit initiatique dans l'Afghanistan des légendes et des esprits : l'Ashvagan, littéralement en persan, " la Terre des chevaux ".

Mon avis :

Les cavaliers afghans est un agréable récit de voyage à lire, pour tout dire, j’ai pris autant de plaisir à lire ce livre que les récits de voyage d’Alexandra David-Néel que j’adore comme vous le savez probablement ou pas.

Les atouts de ce livre sont nombreux, l’écriture, la vie mouvementée de ce jeune homme, les paysages, certaines rencontres, les chevaux… font autant le charme de ces pages que l’ardeur que Louis Meunier met à réaliser ses buts. Et des buts il en a quelques-uns, comme devenir Tchopendoz ou encore traverser à cheval l’Afghanistan.

Mais au-delà d’un simple récit de voyage, ce livre est aussi un livre descriptif sur l’Afghanistan. Un livre où l’auteur met un point d’honneur à montrer l’Afghanistan autrement que par la guerre.

Alors bien sûr Louis Meunier subira cette guerre et vivra des faits dangereux qui seront dû à cette dernière et aux talibans, mais sans s’attarder dessus il va surtout mettre en avant les difficultés que rencontrent les afghans, ce qu’ils pensent de la présence étrangère –et hélas il y a eu beaucoup d’erreur à ce niveau-là-, mais aussi ce désir qu’ils ont de vouloir sortir du noir dans lesquels les talibans les ont plongés, par exemple en voulant faire revire les tournois de buzkashis que les crétins nommés avant avaient supprimés en même temps qu’un tas d’autres choses agréables à l’humain ; faisant ainsi de l’Afghanistan un monde sans vie, un monde triste, sans plaisir, sans rire, sans joie, sans rien. A-t-il d’ailleurs le mérite et l’utilité d’exister ainsi ? *Mode philosophique one*

Comme vous l'aurez compris, ce livre est un portrait géopolitique de l’Afghanistan et aussi un portrait plus intime.

 

Pour revenir sur un sentiment un peu plus personnel, j’avoue néanmoins que je n’ai pas toujours ressenti le charme que l’auteur a pu ressentir pour ce pays. Deux exemples à ça ; premièrement je ne comprends pas la passion qui habite ce dernier pour les tournois de buzkashis. Personnellement je trouve cela aussi barbare qu’une corrida. C’est violent, c’est dangereux, c’est cruel, c’est… moche. Franchement, ça a quoi de charmant de voir des chevaux qui se mordent et qui frappent, de voir des humains qui les encouragent dans ce sens, et d’avoir le cadavre d’une pauvre chèvre qui n’avait rien demandé en guise de balle ?! ; et deuxièmement l’âme des afghans. Je n'ai pas du tout été touchée par cela. Alors c’est vrai que le fait qu’ils soient misogynes, considèrent la femme comme une merde, c’était mal barré pour eux. Je l’avoue, je ne supporte pas tous ceux qui ont cette mentalité d’abrutie. Mais outre cela, j’ai trouvé que les afghans avaient une mentalité plutôt sournoise, fausse et belliqueuse.
Alors bien sûr ils ne sont pas tous comme ça, l’auteur a rencontré quelques gens qui sont loin de ce portrait peu flatteur, mais il en a rencontré beaucoup de ce portrait aussi, et du coup - bien que je leur souhaite de sortir de l’obscurantisme - je n’ai pas spécialement de sympathie envers ce pays et ses habitants, même si j’ai conscience que la guerre peut expliquer ce genre de comportement. Bref, le charme n'a pas entièrement opéré chez-moi.

Mais malgré ça, c'est un agréable voyage épique et dépaysant à lire. Une aventure humaine utile qui aide à la compréhension d'un pays et qui fait aussi office de signal d'alarme. 

Je remercie les éditions Kero et Babelio pour ce partenariat.

24 juin 2014

"Les haut-conteurs tome 1 : la voix des rois" de Pierre Péru & Patrick McSpare

"Les haut-conteurs tome 1 : la voix des rois" de Pierre Péru & Patrick McSpare

les haut conteurs tome 1

Résumé :

1190, Tewkesburry, royaume d'Angleterre. A treize ans, Roland ne rêve que de voyages, de chevalerie et d'aventures. Seulement ses parents ont besoin de lui pour tenir l'auberge familiale. Il ne connait le monde que par les gens de passage, et son meilleur ami, l'ennui, semble bien décidé à lui gâcher son existence.

La venue d'un Haut-Conteur au village va tout changer. Le prestigieux chasseur d'histoires et d'énigmes enquête sur les mystères de la forêt de Dean et sur les goules qui s'y cachent. Il ne craint pas les croque-cadavres et s'enfonce seul dans les ténèbres, nuit après nuit... mais un matin, il ne revient pas.

L'histoire a-t-elle mangé celui qui aurait dû la raconter ? C'est ce que va tâcher de découvrir Roland... et peut-être deviendra-t-il lui-même Haut-Conteur ?

Mon avis :

Avant de commencer cet avis, je tiens avant tout à m’excuser auprès de Babelio et de l’éditeur pour ce retard d’une vingtaine de jour, qui s’explique par le fait que ce livre comporte un dracucul (un vampire pour ceux qui ne savent pas). Et comme vous le savez j’ai une peur bleue de cette légende, et au risque de me faire moquer, je dois avouer que quand j’ai vu qu’il y avait un méchant pas beau vampire dans ce livre, je me suis mise à lire les pages très très trèèèèèèèès doucement, jusqu’à ce que j’arrive enfin à lire ce livre en plein après-midi et non le soir. Le soir c’était vraiment pas la peine d’y songer. smiley

Pour en revenir au livre qui est le premier d’une série de 5, et bien que ce bouquin se base sur le même schéma narratif que les autres romans du genre, - un enfant qui rêve d’une autre vie, un évènement qui vient bouleverser l’ordre établi, un mentor, un mystère, etc, etc… -, et fait donc preuve de peu d’originalité, je dois quand même dire que j’ai apprécié ce roman pour l’histoire qu’il raconte.

En effet, en oubliant le fait que ça change de mes lectures habituelles, j’ai trouvé que tous les ingrédients pour faire une bonne série fantaisie étaient réunis ici ; il y a du mystère, du surnaturel, des frissons, une ambiance trouble, des doutes, des personnages intrigants, et j'en passe... Dans l'ensemble, c'est vraiment une lecture agréable, fluide, sans temps-mort, où tout s'enchaîne, même si j'ai mis beaucoup de temps à le lire. (Vlad je te déteste !)

Cela dit malgré cela j'ai quand même trouvé un petit bémol à ce livre, bien que j'ai eu quelques surprises en lisant ces pages, il est quand même trop prévisible. Certaines ficelles se voient autant qu'une montagne en plein désert, ce qui est un peu dommage ; mais bon ça ne m'a pas enlevé pour autant le plaisir de la lecture. Le décor, l'histoire et l'ambiance, se suffisent à eux-mêmes. D'ailleurs j’ai vraiment hâte de pouvoir lire la suite, même si je sens que je vais le regretter, car Vlad y est toujours… Hélas pour mes nuits… (Vous avez le droit de dire que je suis folle ^^)

En résumé, c’est un début de saga prometteur malgré le manque d’originalité sur certaines choses, cela dit, il plaira autant aux grands qu’aux petits.

Je remercie Babelio et les éditions Pocket pour ce partenariat.

 

Posté par Florell à 14:55 - Livre fantasy - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 juin 2014

"Odysseus tome 1 : les rêves d'Ulysse" de Valerio Manfredi

"Odysseus tome 1 : les rêves d'Ulysse" de Valerio Manfredi

Odysseus les rêves d'ulysse

Résumé :

Voici le grand roman de l'un des plus célèbres personnages de l'histoire littéraire, Odysseus (Ulysse).
Odysseus, dont le nom grec signifie « qui est plein de colère », fait ses premiers voyages avec son père Laerte, l'un des Argonautes. Lors d'une terrible battue au sanglier, il manque de perdre la vie, découvrant simultanément combien comptent le courage et la prudence. Les années passent. Devenu jeune homme, Odysseus se rend à Sparte où il croise pour la première fois Hélène. Celle-ci s'éprend de lui, mais il ne veut pas d'elle : celle qu'il aime est Pénélope. Après leur mariage, Laerte, admiratif de la sagesse de son fils, lui cède le pouvoir. Odysseus devient roi d'Ithaque. Hélas, la paix sera de courte durée : Pâris a ravi Hélène, Ménélas exige sa restitution, en vain. Le siège de Troie commence, et avec lui, la guerre.
Sur le fil de L'Iliade, Valerio Manfredi brosse le portrait d'un héros moderne et saisissant, qui a fait de l'intelligence l'arme humaine la plus puissante.

Mon avis :

C’est toujours compliqué de parler d’une série à son commencement, mais je vais essayer de vous en parler quand même, même si dans les grandes lignes vous connaissez déjà l’histoire, puisqu’il s’agit en effet de l’histoire d’Ulysse, (de son véritable nom Odysseus), qu’Homère a si bien narré.

Alors pour le commun des mortels le nom d’Ulysse évoque Ithaque, le cyclope, les dieux grecs, Télémaque, Pénélope et sa tapisserie, un vaisseau perdu sur les flots et non dans l’espace (bon ça c’était pour la déconne, désolée), Circé, le cheval de Troie, etc, etc…

Ben ici à part Ithaque, sa famille, et la guerre de Troie, ne vous attendez pas à retrouver cet Ulysse des grands exploits. Non. Puisque dans ce premier tome l’auteur s’est surtout attaché à décrire l’enfance et la vie de jeune adulte d’Ulysse (Odysseus). A savoir son apprentissage, son esprit, sa vie de famille, etc, etc… Et même si à première vue cela ne vous semble pas très palpitant, et ben détrompez-vous car il y a toute une ambiance mystérieuse qui règne dans ces pages mais aussi autour des personnages. Même si on connaît l’histoire, il y a toujours des choses qui intriguent, comme par exemple les trois noms d’animaux qu’Odysseus doit citer à un moment.

De plus, je trouve que redécouvrir les premières années d’Ulysse, permet aussi aux lecteurs d’aborder d’une autre manière ce héros mythologique, de découvrir ou redécouvrir des facettes que ses exploits ont un peu passé au second plan. Même si visiblement l’auteur a pris ses libertés avec l’histoire commune et admise, comme avec le fait qu’Ulysse participe -certes à contrecœur-, à la guerre de Troie sans avoir simuler la folie pour y échapper.

 

Ensuite l’autre atout de ce bouquin, c’est qu’il n’est pas qu’un livre sur cet homme, c’est aussi un livre où l’on croise d’autres héros mythologiques comme Achille, Héraclès, Jason… Ce qui faut le dire donne une atmosphère plus profondément mythologique à ce livre. Personnellement  je me suis vraiment retrouvée plongée dans la Grèce antique et dans une épopée hallucinante aussi et surtout grâce à ça. Alors je vous entends de là me dire : « Oui mais c’est normal que tu en croises d’autres, beaucoup de ces personnages ont participé à la guerre de Troie avec Ulysse ! ». Ce qui est vrai, mais comme Valerio Manfredi est arrivé à caser des héros antérieurs à la guerre de Troie comme Héraclès ou encore Jason, je trouve que ça rajoute une dimension plus profonde au récit. Un peu comme si l’auteur remontait aux sources, malgré le fait que l’histoire se base autour d’Ulysse. Et on sent que ça n’a pas été fait pour remplir des pages, mais vraiment dans un but d’immerger entièrement le lecteur à cette époque, enfin c’est ce que je ressens.

 

Néanmoins je trouve un petit défaut à ce bouquin, c’est que sur la fin ça traîne un peu en longueur. Alors comme la guerre de Troie a durée 10 ans, il est normal que ça traine un peu, et même si je ne peux pas dire que ces pages se suivent et se ressemblent (car tout ce qui a fait la guerre de Troie se retrouve là) ça reste quand même assez long à lire à la fin. Un peu comme les personnages on ne voit jamais arriver la scène finale de cette guerre, que les dieux grecques ont pris un malin plaisir à faire durer. Cela dit je lirai le tome 2 dès sa sortie, puisque je veux connaître la suite de ses aventures là, car même si d’une manière général on la sait déjà, celle-là on ne la connaît pas encore.

 

Pour faire court, je vous conseille ce livre qui est une grande aventure en compagnie d'un personnage des plus contemporain. Pour ma part je vais assez vite me pencher sur d'autres livres de cet auteur.

Je remercie en passant les éditions JC Lattès pour ce SP.

 

17 août 2013

"Calvin et Hobbes : Il y a des trésors partout !" de Bill Watterson

"Calvin et Hobbes : Il y a des trésors partout !" de Bill Watterson

calvin et hobbes

Résumé :

Calvin est un petit garçon comme les autres qui adorent se raconter des histoires. Il imagine des aventures extraordinaires avec tigre en peluche, Hobbes,doué de parole. Une création originale de Bill Watterson, qui a su séduire un large public par son inventivité, son humour et son intelligence.

Mon avis :

Qui ne connaît pas Calvin et Hobbes ? Beaucoup de gens sûrement et quel dommage. Jamais un personnage d’une BD, et qui plus est un enfant ne pourrait être aussi agréable à regarder, vivre, s’agiter, jouer, parler, penser…

Pour ceux qui ne connaissent pas, Calvin c’est un petit blondinet, turbulent qui aime les facéties, qui vit dans son monde, qui rend fou ses parents, sa maîtresse et sa voisine Suzie. C’est aussi un compagnon, Hobbes, qui est son tigre en peluche avec qui il part à l’aventure. Bien qu'il n'échappera pas aux lecteurs que ce dernier est souvent plus sage.

Calvin c’est aussi la jeunesse et l’insouciance, mais c’est aussi curieusement un petit garçon très pertinent sur le monde. Il le réinvente souvent, mais il y porte parfois comme un regard désabusé. A le voir il a l’air d’être une vraie tête brûlée, mais pourtant à l’attendre il pourrait en étonner plus d’un par sa vision des choses, au point que l’on se dit que si les gens pensaient la même chose le monde serait sûrement meilleur.

Il est vrai que j'ai très peu de chose à dire sur Calvin et Hobbes, à part que j’aime beaucoup cette BD, que je récidive à chaque fois et que je possède tous les tomes jusqu’au 20 dans cette collection, - que j'ai bien l'intention de continuer dans ce même format qui de par son prix est excellent. Et si vous vous demandez pourquoi il n’y a pas les 19 avis des tomes précédents sur ce blog, c’est parce qu’ il n’y a pas plus à dire sur ceux-là, bien que ça ne soit pas toujours la même chose l’esprit reste le même. Mais quoi qu’il en soit c’est toujours très agréables à lire et à regarder.

Je remercie Babelio et les éditions Hors collection pour ce partenariat.

Posté par Florell à 10:59 - BD / Manga - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

08 janvier 2013

"Flander's Compagny tome 1" de Ruddy Pomarede : Boucheriiiiiiiiiiiie !

"Flander's Compagny tome 1" de Ruddy Pomarede

flander's compagnie

Résumé :

Que seraient les super héros s’ils n’avaient pas de super vilains à combattre ?

Sûrement pas les stars planétaires adulées des foules que l’on connaît aujourd’hui.
Non, sans une Némésis crédible, le super héros n’est pas grand chose de plus qu’un simple représentant de l’ordre aux goûts vestimentaires douteux.
Heureusement, il y a la Flander’s Company !
Cette entreprise recrute et forme les pires des vilains - la crème de la crème - avant de louer leurs services à tous les justiciers en manque de renommée.
Alors certes, le patron est tyrannique, ses employés un brin loufoques, les tarifs pratiqués totalement exhorbitants… mais tout ce qui compte, finalement, c’est qu’ils servent le Mal. Et ils le servent sacrément bien !
 
Mon avis :
Garez vos miches la Flander's est de retour ! Le catastrophique Caleb, la dézingueuse Cindy, le patron tyrannique et Sadoman, ont ressorti leur costume pour la version papier de cette série Web, que j'ai découvert début 2012 ou courant 2011, je sais plus. ^^
Plus intimement maintenant, j'ai beaucoup aimé cette BD, j'avais un peu peur au début à cause du dessin de la couverture que j'ai vu sur le net et qui ne me plaisait pas des masses, mais finalement dans l'ensemble ça l'a fait et même plus que fait. On retrouve bien l'humour, les clins d'oeil..., de la série. Tout comme on retrouve bien l'ambiance de taré de cette entreprise.
Mon histoire préférée est d'ailleurs la dernière (Hyppolite en Stroumph Grognon c'est mémorable ! Même si à la base c'est plus mon surnom ^^), celle des clones m'a beaucoup plu aussi, avec plein d'autres en faite.
Par contre un GROS bémol, les titres sont anglais, mais Bibi elle ne lit pas l'anglais (Oui je parle de moi à la troisième personne). Elle ne parle même pas l'anglais comme une vache espagnol, donc ben comment dire ?????????  Je n'ai rien bité aux titres.
Alors même si ce n'est sûrement pas le plus important c'est vhiant quand même, alors la prochaine fois mettez des titres en français les mecs (ou les deux langues si vous voulez) mais s'il vous plaît, ayez pitié pour les cancres.

 
J'ai parlé un peu plus haut du dessin de la couverture qui me rebutait un peu. Donc vous allez me demander pourquoi tu l'achètes connasse ?
Et vous avez raison de vous poser la question ! (le connasse peut-être moins...) Sauf que je ne l'ai pas acheté, je vous dirais ! Ma frangine me l'a offert à ma demande pour noël, disons qu'elle était sur la liste des livres que je voulais. 
Et là, vous allez vous demander : "Mais pourquoi tu la mets sur la liste si le dessin ne te plaît pas courgasse ?" Parce queeeeeeeeeeeeeeeeeeeeee... c'est la Flander's que je vous répondrai.
Et comme je ne suis absolument pas mécontente de ce tome, j'ai bien fait de vouloir essayer quand même, même si parfois j'ai trouvé certaines expressions dans les visages qui n'étaient pas super, comme les yeux vides par exemple. Qu'est-ce qu'ils font flipper ma parole !
 
Bref, tout ça pour dire, que les fans de la série seront, je pense, heureux de découvrir ce nouveau format, et se réjouiront des nouvelles aventures de ces trublions.
 
( Et désolée si l'avis est mal écrit, mais je l'ai écrit pendant que je regardais un truc très con sur le net, et c'était un peu compliqué de tout faire. )
 

nuageconcon6

Un petit apperçu de la BD en vidéo ici :
 
 

Posté par Florell à 23:52 - BD / Manga - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,