Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

27 janvier 2020

"La politique s'affiche : un petit récit de nos murs politiques" de Milot Gregoire

La politique s'affiche : un petit récit de nos murs politiques de Milot Gregoire

Source: Externe

Résumé :

Aujourd'hui, les affiches et les tracts de campagne ont disparu au profit des tweets et de facebook. Une sélection et une analyse de pépites politiques permettent de revivre et de découvrir les revirements, les erreurs des uns et des autres.
Hier, on éditait des documents pour tout (mais aussi pour rien). Un slogan, un appel à manifester, une déclaration aux jeunes ou aux exploités, la politique s'affichait au quotidien pour informer, alerter, mobiliser et séduire l'électeur. Parcourir ces documents, les replacer dans leur contexte, interroger leurs auteurs, c'est l'occasion de découvrir l'histoire par la petite histoire. Les photos, témoignages, slogans et les arguments des candidats prennent toute leur saveur avec le recul du temps.

Mon avis :

Les affiches politiques c’est comme la réclame, je ne les regarde jamais. Mais bon si on suit l’idée de l’auteur les affiches actuelles ne parlent plus et ne sont guère inventives, donc je ne rate pas grand-chose. Toutefois, à l’avenir je les regarderai (quand je les regarderai) avec un œil différent. Mais soyons honnêtes aujourd’hui les murs virtuels remplacent ces bons vieux murs d’antan devenus presque silencieux.

Pour en revenir à ces bonnes affiches d’antan, je dois avouer que c’est une approche de l’histoire bien sympathique, et une belle manière de voir l’évolution de la démarche politique auprès de la population. Si aujourd’hui on a des affiches peu loquaces, fut un temps ce n’était pas le cas, puisque les affiches exposées tout un programme politique et s’adresser clairement à une population directement.
En outre, cette fameuse population était régulièrement représentée en compagnie des politiciens, montrant ainsi un peu mieux le public visé par le programme et donnant aussi une image proche des gens.

Au-delà de l’intérêt visuel qui nous montre qu’à l’époque on savait mieux se mettre en scène qu’aujourd’hui, que la communication c’était un art avec de l’humour et du sérieux, ce livre s’avère être aussi une rétrospective excellente de la Ve République et de quelques gouvernements précédents. Par ce biais on redécouvre ou découvre les discours politiques de certaines époques, l’usage public de l’histoire, des hommes politiques qui peuvent faire sourire ou pas. En tout cas ça a de la saveur.

En résumé, c’était une lecture très instructive et intéressante qui s’adresse autant aux personnes intéressées d’histoire, de politique, de communication, qu’aux gens curieux.

Merci à Babelio et aux éditions De Borée.

Posté par Florell à 20:56 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

15 mars 2019

"Léonard de Vinci : l'indomptable" de Henriette Chardak

Léonard de Vinci : l'indomptable de Henriette Chardak

léonard Henriette Chardak

Résumé :

Portrait intime d'un génie. Léonard de Vinci demeure le génie de tous les temps. Homme d'esprit universel, artiste peintre, sculpteur, poète, écrivain, philosophe, musicien, scientifique, ingénieur-inventeur, anatomiste... Qui est-il en vérité ? Au début du XVIe siècle, au terme de sa vie, Léonard de Vinci, génie, artiste pluriel et homme de science, quitte l'Italie où il fut reconnu par ses pairs, mais surtout moqué, accusé, rejeté, détesté, incompris... François Ie l'accueille, le protège à Amboise et le nomme premier peintre de la Cour. Le roi de France et sa mère Louise de Savoie partagent plusieurs secrets avec lui : l'origine du linceul du Christ, l'identité de la Joconde et un projet fou : une ville nouvelle. Enfin admiré et choyé, Léonard de Vinci revisite son passé, le scénario chaotique de sa vie. Très tôt arraché à sa mère aux origines étranges par un père notaire et sans scrupules, il ne peut espérer étudier à l'université pour cause de bâtardise... Placé dans un atelier d'art de Florence, tous, maître et apprentis, remarquent sa taille de géant et ses talents de peintre ambidextre. Magnétique, beau, drôle, insolent, secret, il est toujours dans l'oeil du cyclone de l'Histoire, tel une star moderne. Proche des Médicis qu'il déteste, ami de Botticelli et de Machiavel, il observe le monde en annonciateur du futur. Chassé de Florence, c'est à Milan que Ludovic Sforza lui réclame des projets d'armes de guerre et non de paix. On l'utilise, on le méprise, on le pille... Il prône l'amour et la bonté. Mais qui écoute cet humaniste et poète qui réinvente le monde ? Il signait souvent IO, car sa plus grande richesse fut d'être simplement lui et personne d'autre ! Ce récit romanesque apporte un éclairage original sur la vie de l'indomptable et génial Léonard de Vinci.

Mon avis :

"Mais que cherches-tu, au fond ?
- Un sens...
- Préfère une direction !"

On ne présente plus Léonard de Vinci : ingénieur ; rêveur ; architecte ; peintre… nous savons tous que ce fût un homme touche à tout et d’une grande intelligence. En revanche, ce que nous connaissons moins, c’est sa vie, son errance, ses rêves, ses attentes, en quelques mots l’homme derrière les inventions, les recherches ou encore les créations. Avec ce livre voilà la chose réparée, puisqu’en effet nous allons découvrir ce que cachent l’imagination et les actions de l’homme. Nous allons découvrir l’homme au plus profond de lui-même. Sur ce point, l’autrice a fait un travail de titan même si c’est un roman. Et je dois dire que c’était assez plaisant de découvrir cet homme aux mille projets, dont très peu aboutissent au final, Léonard étant par trop chimérique et assez langoureux.
Deux points que l’on retrouve hélas, dans le récit qui a trop bien su retranscrire  cet état d’esprit. Logique me direz-vous, Henriette Chardak écrit sur Léonard de Vinci, mais franchement c’était un peu trop long, un peu trop lent à mon goût.
Certes, une vie d’homme c’est long, celle de Léonard 67 ans dans une Europe en ébullition. Il y a de quoi écrire ! Mais quand même, j’avais l’impression de lire un livre sans fin où on s’égarait trop. Pour moi l’auteure a trop voulu en mettre, a trop voulu restituer la réalité, car elle aborde bien sûr la vie du génie et ses pensées, mais aussi la politique, les personnages, les villes, sa famille, la météo (non, la météo je déconne).
Je ne veux pas dénigrer ce livre, car vu la somme de travail qu’il y a derrière l’écriture on ne peut que le saluer. Mais voilà, moi je n’ai pas accroché en totalité, j’en aurai voulu un peu moins, pour rendre la lecture moins laborieuse mais aussi en retenir le plus possible - et pourtant j'étais loin d'être paumée.

En résumé c’est un livre très intéressant, érudit, romanesque, historique ; un bel hommage à cet homme. Seulement pour le lire, il faut s’armer de patience.

Editions de Borée.

Posté par Florell à 12:28 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 décembre 2018

"A fleur de peau" de James Barnaby

A fleur de peau de James Barnaby

Source: Externe

Résumé :

Se réveiller sans rien savoir des dernières heures écoulées, un fardeau que Jane supporte depuis ses onze ans. L'année où elle a été enlevée. Brillante étudiante de 19 ans aux yeux de tous, la jeune fille souffre pourtant de « fugues temporelles », crises proches du somnambulisme dont elle ne garde aucun souvenir. Comme chaque année, Jane passe l'été au bord du lac Mendota dans le chalet familial. Obligée de se rendre à Chicago pour son travail, sa mère la laisse en compagnie de son beau-père, Richard, qu'elle adore. Mais le lendemain matin, Jane se réveille les mains ensanglantées. Près d'elle gît Richard, égorgé. Et Jane le sait, elle a tout de la coupable idéale...

Mon avis :

A fleur de peau, possède un résumé tentant pour qui comme moi ne lis pas beaucoup de polar. Quand je l’ai reçu, j’avais cependant un peu peur de m'être emballée pour rien, vu que dès l’entrée du livre il est question de Walt Disney et des soi-disant scènes qui impressionnent les enfants dans les animés. Et pour moi, s’il y a bien une chose qui ne fait pas peur quand on est gamin c’est bien Walt Disney. Car Walt Disney ce n’est pas L’exorciste non plus, mais passons.

Un peu refroidi donc, j’ai commencé à lire quand même ces pages, et outre le fait que j’ai constaté beaucoup de longueur et de description qui m’ont rendue la lecture parfois un peu pénible, je dois avouer que dans l’ensemble le livre est vraiment pas mal et se lit plutôt bien. D'une part, grâce à l’histoire de cette jeune fille manipulée qui a des absences et des crises de délire, et qui sera maltraitée par toutes les institutions existantes comme la police et les services de santé lors de l’enquête. Et d'autre part, grâce au fait qu’il se sert pour la base de son mystère, de pratiques manipulatrices réelles mises en place par des services secrets et des médecins de tout bord depuis longtemps.

Comme je l’ai déjà dit, le livre malgré les longueurs se lit bien, l’enquête et l’histoire de Jane sont prenantes, riches en surprise, en obstacle convenu, même si on s’étonne peu au final que les salauds et les requins festoient toujours sur le dos des victimes… Mais en ce qui me concerne, ce qui m’a réellement plu ici, c’est tous les détails sur les pratiques manipulatrices et le but de ces démarches de « reprogrammation », où on comprend pourquoi et sous certaines conditions Walt Disney peut servir l’hypnose et la manipulation, et donc faire peur aux enfants si on reste dans cette optique-là. Ca ne tient pas la plus grosse partie du livre, certes, pourtant ces explications et la manière dont s’imbrique la trame dedans rend l’horreur des faits plus tangible et l’histoire un tantinet moins imaginaire et délirante. Ca fait un peu froid dans le dos...

En résumé, un peu long mais très intéressant à lire pour l’ingrédient de l’intrigue qu’est l’hypnose dans un but de servir l’état, les institutions, les ambitions personnelles.

Editions De Borée.

Posté par Florell à 15:28 - Livre policier, thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 octobre 2014

"Une singulière prédiction" de Yveline Gimbert

"Une singulière prédiction" de Yveline Gimbert

une singulière prédiction livre

Résumé :

Un homme se présente à la porte de Germain Aubert pour le tuer ! Germain sait déjà pourquoi il vient et commence à se rappeler. Indochine, 1954. Suite à une mauvaise blague, Germain laisse penser à son camarade Reymond Malartre qu'il a des dons de devin et lui prédit sa mort dans quelques mois. Cette faute, Germain n'aura jamais le temps de la réparer et Reymond, d'une santé fragile, se suicidera à son retour en France.
Cette prédiction malencontreuse hantera toute l'existence de Germain : incapable de s'adapter à la société, d'accomplir ses ambitions et maladroit avec les femmes. Aujourd'hui, cet homme qui vient pour le tuer, c'est le frère de Reymond.

Mon avis :

J’aime bien lire parfois quelques auteurs proches du terroir, des auteurs régionaux. Généralement ce sont des bonnes petites découvertes agréables, faciles à lire, un peu plus terre à terre que d’autres romans plus connus, enfin bref, j’ai rarement des mauvaises surprises. Et ben là encore une fois, ça été une bonne pioche.

L’écriture est simple, tout s’enchaîne facilement - alors qu’étonnamment je trouve que le résumé comme le titre ne correspondent pas à la majorité de l’histoire -, les personnages sont agréables à découvrir et à suivre, le décor est très champêtre. Bref, c’est une France profonde et vieillotte que j'ai suivi avec plaisir. Ce livre respire la simplicité, les joies simples et le temps où elles étaient encore de mise. Ce qui dépayse beaucoup et fait du bien mine de rien ; même si à côté de ça notre pauvre héros à quand même un karma de merde (pardon pour l’expression). Parce qu'en effet le pauvre il va en vivre des vertes et des pas mûres dans sa vie. Et d’ailleurs c’est malheureux à dire, mais c’est justement ces choses-là qui fait que ce livre se lit aussi très bien, même si comme je l'ai déjà dit l'histoire ne tourne pas que autour de cette prédiction très particulière. Dans ce cas je dirais même qu'elle est en digression permanente par rapport au résumé, mais personnellement ça ne m’a pas gêné le moins du monde.

Cependant il y a un point qui ne m’a pas beaucoup convaincue dans ce livre, c'est la fin. Plus particulièrement le raisonnement du frère de Rey sur la mort. Alors je suis entièrement d’accord avec lui dans le principe, mais complètement ! Cela dit la conversation qui s’est tenue avant dans le livre n’amène pas pour moi ce genre de réflexion philosophique. Pour tout dire j’ai trouvé que cette sentence tombait là comme un cheveu sur la soupe, je ne l'ai pas trouvé en adéquation avec l'histoire, mais bon ce n'est pas non plus un terrible faux pas car elle n'est pas hors sujet, on se demande juste comment elle arrive là.

En résumé ça fut une lecture fort agréable pour moi.

Je remercie les éditions de Borée.

Posté par Florell à 20:33 - Livre régional - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

20 mai 2010

"Des croix sur la mer" de Jean-François Coatmeur

"Des croix sur la mer" de Jean-François Coatmeur

 

des_croix

 

Résumé :

Août 1944. Un village de Bretagne. Jean Palu attend, avec 17 autres otages civils, son exécution. Une seule chose obsède le condamné : une lettre restée sur son bureau...
Au début de la guerre, Palu l'infirmier a rêvé de la Résistance. Mais son corps l'a trahi, faisant de lui un éternel convalescent que sa femme, Françoise, a trompé avec un jeune maquisard. Palu est devenu Palu le cocu, un mari complaisant. Pour se venger des amants, il a écrit une lettre, adressée à la Kommandantur. Une lettre de dénonciation jamais envoyée... Détruire ce document ignoble, c'est le seul espoir qu'il reste à Palu de mourir plus noblement qu'il a vécu.

Mon avis :

Jean-François Coatmeur est connu pour ses livres policier, mais ce livre bien que romancé reste basé sur des faits réels. Le 5 août 1944 vers 10 heures, l'auteur a été arrêté avec des compatriotes par des soldats allemands et alignés contre un mur jusqu'à 17 heures. Tous attendaient la mort quand miraculeusement un ordre a libéré tous les otages.

Dans ce livre Palu, le personnage principal qui est un jeune infirmier, vit le même enfer sauf que dans son bureau il a écrit une lettre à la Kommandantur, qui dénonce l'amant de sa femme car ce dernier se bat dans la résistance. Une lettre qu'il n'a jamais envoyé, mais qui dans ces dernières heures le gêne et qu'il faut détruire absolument afin de mourir dignement. Est ce qu'il y arrive ? Si oui ; Comment ? Je vous le laisse découvrir...

Cela dit il faut souligner un autre point sur ce livre, en plus d'une histoire à moitié romancée assez bien mise en scène, ce livre décrit très simplement l'horreur et la connerie de la guerre ; la peur d'une mise à mort certaine, et la vie d'un petit village de Bretagne sous l'occupation allemande. Qu'on découvre aussi avant la guerre, par le biais des souvenirs de Palu.
Petit bémol cependant, le personnage s'attarde peut être trop sur ses souvenirs, on en vient un peu à oublier l'histoire d'origine du livre, bien que malgré tout la mort surtout et la vie un peu moins, restent les seigneurs de ce livre.

Posté par Florell à 22:05 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,