Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

31 juillet 2017

La dérive est trop grave pour ne pas s'inquiéter.

 

L'enfer est pavé de bonnes intentions.

Valeurs actuelles

Le point

Outre la force, une dictature s'installe aussi toujours par la loi et un dogme à suivre.

Aujourd'hui quel beau moyen de réduire la démocratie à une dictature nous avons avec l'inégibilité des personnes à propos soi-disant racistes voulu par la malsaine Licra, en effet vu que toutes critiques (surtout certaines vérités) sont considérées comme racistes, autant vous dire que maintenant le politiquement correct a force de loi et foi devant la République et ses besoins. Pas de quoi se réjouir pour l'avenir de la France...

Adieu débat (enfin il n'en restait plus beaucoup), adieu paix, adieu pays des Lumières, adieu démocratie ! Car tellement habitué à se faire manipuler et à croire que les bonnes intentions mènent toujours vers le paradis, cela passera à l'as pour les 3/4 du bas peuple...

Ce que je craignais arrive à grand pas, mais j'avoue que ça fait un choc de voir que les débats, la démocratie et sa pluralité d'opinion, la liberté d'expression (car soyons honnête ce que l'on appelle "incitation à la haine" est souvent exagéré et non-justifié) seraient un jour vu avec tant de mépris. Comment peut-on se dire que l'on a osé ça : l'intelligence et l'analyse ? Et les condamner en prime ? Triste monde, triste France. On est tombé bien-bas, nous ne valons pas mieux que la Corée du Nord. Licra assassine un peu plus la démocratie !

Posté par Florell à 21:22 - Divers - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

27 juillet 2016

"Je voulais juste vivre" de Yeonmi Park

Je voulais juste vivre de Yeonmi Park

je voulais juste vivre park

Résumé :

Yeonmi a 13 ans, sa courte vie est déjà marquée par le désespoir. Elle n’a qu’une solution : fuir son pays, la Corée du Nord. Elle ne se doute pas que le chemin vers la liberté va l’entraîner en enfer…
 
Après des années de privations et de harcèlement, par une nuit glaciale, Yeonmi, 13 ans, et sa mère, réussissent à traverser le fleuve Yalu qui marque la frontière entre la Corée du Nord et la Chine. Elles laissent derrière elles leur pays natal et ses horreurs : la faim, la délation constante et surtout une répression impitoyable et le risque permanent d’être exécutées pour la moindre infraction. Mais leur joie n’est que de courte durée. Rien ne les a préparées à ce qui les attend entre les mains des passeurs. Après plusieurs années d’épreuves inhumaines et un périple à travers la Chine et la Mongolie, Yeonmi atteint finalement la Corée du Sud.
 
À 22 ans, Yeonmi est désormais une combattante : c’est l’une des plus influentes dissidentes nord-coréennes et une activiste reconnue des droits de l’homme.

« L’une des histoires les plus déchirantes, et des plus inspirantes, que j’ai jamais lues. On ne peut plus l’oublier » The Bookseller
 

Mon avis :

Il y a deux ans à peu près, j’avais déjà eu grâce à un roman réaliste La vie rêvée de Jun Do une première approche de ce qui se passait en Corée du Nord, pays fermé à l’extrême et dirigé par une famille horrible. Ce livre m’avait fait découvrir déjà beaucoup de chose en plus de venir affirmer ce que je savais déjà, mais aujourd’hui le livre de Yeonmi Park vient compléter ce sombre tableau. D’une part parce que Yeonmi Park va nous faire découvrir la véritable dimension psychologique que prend le régime dictatorial sur les coréens du nord à force de propagande, en plus de nous faire découvrir le mode de fonctionnement de la société, et d’autre part parce qu’elle va nous faire découvrir l’après Corée du Nord que l’auteure vivra avec sa famille suite à sa fuite de ce pays où il est interdit de se plaindre des magnifiques conditions de vie…

Ce livre raconte donc des histoires, c’est un témoignage qui parle de plusieurs vies, mais à l’inverse du témoignage nombriliste qui raconte juste pour raconter - genre de livre que l’on voit souvent -, ce bouquin cherche avant tout à dénoncer les crimes que la Corée du Nord fait subir à ses habitants mais aussi à dénoncer la position de la Chine sur les réfugiés Nord-Coréens, qui par manque de reconnaissance se trouvent être victimes du trafic humain et réduits à l’état de rien afin d’échapper au renvoi dans le paradis socialiste de Corée du Nord.

Dans ces pages, l’auteure, pour aborder ces différents sujets que sont ; l’exclusion, la misère, la maladie, la peur, la souffrance, l’injustice, la survie, la fatigue, la propagande, etc., part de son enfance, remonte à ses ascendants, raconte les trafics de son père pour faire vivre sa famille qui souffre comme tout le pays de la famine puis son arrestation et les conséquences que cela entraîne. (Et là on a une belle image de la Corée du Nord.)
Elle raconte encore son histoire de fille vendue, mais aussi sa nouvelle vie libre où l’adaptation fut difficile quand dans toute ta vie les autres ont tout choisi pour toi, quand tu n’as pas appris à penser par toi-même et quand en plus tu dois rattraper des années de retard d’éducation.

Bref. Vous vous en doutez, ce livre n’est pas facile à lire, il y a tellement de choses exécrables et tristes dedans. Tellement de combat. Mais quand même, à la fin quelle joie de la voir se battre et tenir tête à la famille Kim qui en fait une personne anormale et dangereuse dans sa propagande.
Cependant cette joie est en demi-teinte, en effet combien de personnes sont encore des esclaves en Chine ? En Corée du Nord ? Combien sont arrêtées arbitrairement pour une rumeur ? Pour avoir rêvées d’une vie meilleure ? Combien de jeunes prennent des risques pour vivre une jeunesse joyeuse ? Une jeunesse qui veut porter des jeans, regarder des films. Combien meurent dans des camps de rééducation ?...

Au final, ce livre n’est pas bouleversant, il est révoltant. Et même si je ne vois pas en quoi un livre ferait changer les choses, surtout quelque chose d'aussi grand et tenace, c’est malgré tout un livre que je conseille pour savoir. Et pour ma part et parmi tous les voeux que je souhaite faire, je souhaite qu'un jour la Chine et la Corée du Nord connaissent enfin la liberté. Oui, je souhaite en même temps que cette jeune fille, rejoignant ainsi le souhait de Tian'anmen, que ces dictatures tombent pour un régime meilleur.

Merci aux éditions Kero.

05 avril 2016

"Un regard en arrière" de Edward Bellamy

Un regard en arrière de Edward Bellamy

Source: Externe

Résumé :

Julian West, un jeune et riche Bostonien, s’endort un soir de mai 1887 et se réveille en l’an 2000. Grâce à son hôte le Dr Leete, il découvre, incrédule et émerveillé, une Amérique radicalement différente. Plus de riches, plus de pauvres, plus de problèmes matériels… plus de décisions à prendre : une société-mécanique où chaque rouage est à sa juste place.

Mêlant engagement radical et imaginaire visionnaire, Bellamy accompagne son héros dans une fable politique, décrivant un futur à la fois sombre et lumineux. Anticipation rétro, Un regard en arrière ne peut que surprendre le lecteur du XXIe siècle, qui trouvera dans le rêve de perfection de Julian West une utopie glaçante aux relents totalitaires.

Mon avis :

Un regard en arrière, est le deuxième livre le plus vendu aux Etats-Unis au 19ème siècle après La case de l’oncle Tom de Harriet Beecher Stowe, mais pour ma part, je n’ai pas franchement aimé.

D’une part parce qu’il y a un fort écho de propagande socialiste-communiste, dans le système de fonctionnement de ces sociétés que notre personnage principal découvre par le biais des gens qui l’ont accueilli ; et d’autre part parce que ce livre ne ressemble pas à un roman, mais à un programme politique. Ni plus ni moins.
En effet, outre le fait qu’on ne découvre dans ces pages que les bons côtés de ce régime politique, jamais les mauvais côtés (!), Bellamy nous décrit en plus par le menu le système de fonctionnement de ce régime. Rien n’est oublié. Comme dans un vrai programme idéologique politique, on a toutes les données en main pour le mettre en place. Avec en plus le dénigrement des autres systèmes de pensé, pour bien mettre en avant la perfection du régime qu’il défend. Si ceci n’est pas politique tapez-moi !

A côté de cela, l’autre point qui dérange, et qui me dérange vraiment et plus que le reste, c’est que ce livre va encore plus loin qu'un exposé de programme politique, car 100 ans après le 19ème siècle, la totalité de la population a subit un véritable lavage de personnalité suite à l’avènement de cet ordre nouveau. Les personnalités toutes différentes qui font le charme et le malheur de notre 21ème siècle, ont ici toutes disparues ! Annihilées par un formatage où ressortent des robots humains tous identiques, qui se pensent parfait et pensent leur système parfait ; et là, y'a pas à dire on est quand même loin des dictatures passées, où il y avait toujours une part de la population qui refusait ces dernières. Triste monde, ici plus personne ne se révolte.

Alors on va me dire que c'est normal si personne se révolte, qui de sensé peut trouver mal de lutter contre la pauvreté, l’égalité des sexes, le gâchis, etc... mais vraiment, il ne pouvait pas imaginer son monde égalitaire autrement ? Il ne pouvait pas dénoncer son époque autrement que par un programme politique qui en a inspiré plus d'un ?!

 

Je me rends compte que dit comme ça, ce livre a l’air passionnant car il soulève des problèmes réels en dénonçant les sociétés inégalitaires et capitalistes de l’époque -qui gardent un écho actuel- tout en apportant une solution horrible, mais le hic c’est que c’est aussi ennuyeux à lire qu’un programme politique. C’est morne, c’est technique, c’est chiant. De plus ce côté « tout parfait » est épouvantable à supporter. J’ai perdu pour ma part mon sang froid plus d’une fois, même si le thème de la méritocratie était sympathique à suivre.

En résumé je comprends très bien l’engouement de l’époque pour ce livre qui apporte une vision totalement différente du monde, en mettant en avant un programme politique pour l’égalité des classes sociales, des sexes, propose de lutter contre le gâchis, l’anarchie du marché, et qui vulgarise le système financier de l'époque, mais vu comme s'est raconté je ne conseille pas la lecture de ce livre pour un moment de lecture agréable, cependant je le conseillerais pour découvrir un classique et aussi pour mieux comprendre l'influence que ce livre a pu avoir dans les programmes politiques passées. (Et aujourd'hui ?)

 

Merci à Libfly et aux éditions Aux Forges Vulcain

 

13 décembre 2015

Un vote amer...

 

 

 

Un vote amer, qui ne correspond pas à mon choix premier. N'est-ce pas cela la DICTATURE ? Voter sous la contrainte parce que des partis se sont montrés méprisants face au choix du peuple et ne respectent pas la DÉMOCRATIE.
Certes j'aurai pu faire le choix de garder mon choix premier, mais dans l'urgence j'ai préféré faire barrage à un parti qui a eu la malhonnêteté de prendre les électeurs en otage en se réunissant.

Vraiment c'est ça la démocratie ??? 

 

 

Posté par Florell à 20:13 - Message - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

11 décembre 2015

"Vive Le pen ! " de E. Duverger & R. Ménard

Vive Le pen ! de E. Duverger & R. Ménard

Source: Externe

Résumé :

Oui, « Vive Le Pen ! » Comme une bravade, un gant jeté au visage de ce monde de la presse qui joue les matamores face au Front national mais multiplie, à longueur de colonnes ou de talk-shows, les petites et les grandes lâchetés. Qui se couche devant les puissants du jour mais chasse en meute tous ceux qu’il peut habiller des oripeaux du fascisme ou du pétainisme. Il ne s’agit pas ici de défendre Le Pen, père ou fille, mais de dénoncer cette chasse aux sorcières dès que vous affichez sympathie, proximité, ou même vague intérêt pour des thèses, des points de vue, des analyses qu’il est tellement commode de discréditer d’un retentissant « facho ». Alors oui, « Vive Le Pen », comme un pied de nez, un défi , une provocation.

Robert Ménard, fondateur de l’organisation Reporters sans frontières qu’il a dirigée durant plus de 20 ans, il est aujourd’hui journaliste-chroniqueur sur RTL et I>Télé. Emmanuelle Duverger est la rédactrice en chef de la revue Médias.

Mon avis :

Ils se disent descendre de Voltaire mais en fait ils se rapprocheraient plus d’Orwel.

Un pamphlet lapidaire mais utile, qui va démontrer la déliquescence de notre démocratie et de la liberté de penser par le terrorisme intellectuel pratiqué par les élites, les journaleux de ce pays, sous la bonne garde des Torquemada de la pensée unique que sont les syndicats, les juges et les associations, qui agissent comme une véritable inquisition en jetant une chape de plomb sur le système politique et d’information français.

Au-delà d’un simple état des lieux de la presse et de la démocratie, les auteurs vont aussi montrer les incohérences de l’attitude des divers médias sur les faits et les personnes, en prouvant que bien plus que les idées c’est au final bien l’étiquette politique qui fait de vous une personne respectable ou pas, une personne bonne ou mauvaise, une personne à inviter et à écouter sur un plateau de télévision ou non. Comme le montre ici l’exemple de Michel Drucker et son Vivement dimanche où il dit qu’il n’invitera jamais Le Pen père et fille pour les raisons évidentes que leurs idées sont soi-disant mauvaises pour la démocratie et non-respectueuses, alors qu’à côté de ça il invitera, car jugé moins dangereux (!), un Mélenchon qui pourtant « se contente [juste !] de faire l’apologie d’un Castro et de Chavez, et refuse quand il siège au Parlement européen, de condamner le président biélorusse Alexandre Loukachenko, démocrate modèle, partisan du bourrage d’urnes et du matraquage d’opposants. » ...
Un autre exemple qui appuierait la théorie qui prouve que c’est bien l’étiquette politique qui fait de vous un homme respectable et non vos idées ? Alain Badiou, un « penseur respecté, adulé » aujourd’hui, alors qu’il a approuvé fortement dans le passé « la Grande révolution culturelle prolétarienne, la pensée-maotsetoung » et « justifié « l’écrasement du régime fantoche cambodgien » par les Khmers rouges.» !
Vous pouvez bien sûr arguer que tout ça c’est vieux et que c’est donc oublié, mais dans ce cas pourquoi reprocher à Marine Le Pen d’être la fille de son père ? Pourquoi lui reprocher les idées de son père ? La comparer au parti nazi de par son père, alors que ce dernier a tenté à l'âge de 16 ans d'entrer au FFI. (Paradoxe !)

Tout cela montre clairement l’idéologie sélective et incohérente qui s’est emparée du domaine médiatique français surtout dominé par la gauche. Où on les voit lever en coeur leur lance quand leurs ennemis disent ou font quelque chose qui dérange, mais se taisent, voire applaudissent, quand leurs alliés font ou disent la même chose. (Voir lettre G. Marchais plus bas qui n'a jamais choqué pour comprendre...)

Mais les médias ne sont pas les seuls à avoir des agissement dangereux, puisque la justice s'y est mise en se portant garante du politiquement correct et de la démocratie avec ses lois liberticides qui sont justes-là pour dicter par la peur le comportement de tout en chacun.
Cruel paradoxe, celle-ci prétend en effet agir pour la démocratie, en chassant tout ce qui menace cette dernière, mais en fait elle la tue peu-à-peu au nom d’une standardisation d'idée nécessaire pour sa bonne marche ! (Allez comprendre leur logique.)

Bref. Ils - journaleux, associations, juges - critiquent et condamnent tous ceux qui sont selon leur critère trop à droite ; mais finalement on s'aperçoit très vite que ces endoctrinés ne valent pas mieux que ceux qu’ils critiquent sur des suppositions (souvent) en plus ! Bâillonnant la liberté d’expression et d’agir, ils sont en fait la plaie de la démocratie et non son garde du corps comme ils se plaisent à le croire.

Au final, vous l’aurez compris ce livre met en avant l’hypocrisie qui s’est emparé du monde médiatique et politique, et instaure par sa ligne de conduite tout doucement mais sûrement une dictature bien-pensante qui ne rend pas le moins du monde service à l’avenir de ce pays en empêchant tout débat nécessaire.
Il met aussi en avant que la liberté d’expression n’est valable que pour les gens de gauche mais pas pour les autres.
Mais plus important que tout ça, il rappelle que la démocratie c’est aussi écouter les idées des autres, ce qui serait bon de se souvenir aujourd'hui.

Et pour ma part comme je n’aime pas qu’on me dicte quoi dire et quoi penser, je suis née pour faire chier, je crie "comme une bravade, un gant jeté au visage de ce monde de la presse qui joue les matamores « Vive Le Pen ! »" Car c’est peut-être bien encore le seul parti de France à faire vivre la démocratie... [Paradoxe encore]

Extrait :

*Lettre de G. Marchais (PC) : "En raison de la présence en France de près de quatre millions et demi de travailleurs immigrés et de membres de leurs familles, la poursuite de l'immigration pose aujourd'hui de graves problèmes. Il faut les regarder en face et prendre rapidement les mesures indispensables. La cote d'alerte est atteinte [...] C'est pourquoi nous disons : il faut arrêter l'immigration, sous peine de jeter de nouveaux travailleurs aux chômage. Je précise : il faut stopper l'immigration officielle et clandestine. Il faut résoudre l'important problème posé dans la vie locale française par l'immigration." (Ce que je ne comprends pas c'est que personne n'a appliqué cette lettre, alors que ce morceau est plein de sagesse ! Venant de la gauche c'est même étonnant d'où l'intérêt de le souligner.)

 

 

***

Ce thème se rapproche d'autres livres à lire aussi : La régression intellectuelle de la France de Philippe Némo (pas mal dans son genre) et Le terrorisme intellectuel de Jean Sévilla, je n'ai pas encore eu le temps de le lire mais voici le résumé qui parle de lui même : "La France, dit-on, est le pays de la liberté. Dans le domaine des idées, cela reste à démontrer. Car sur la scène politique, culturelle et médiatique, tout se passe comme si un petit milieu détenait la vérité. En 1950, les élites exaltaient Staline. En 1960, elles assuraient que la décolonisation apporterait le bonheur outre-mer. En 1965, elles s'enflammaient pour Mao ou Fidel Castro. En 1968, elles rêvaient d'abolir toute contrainte sociale. En 1975, elles saluaient la victoire du communisme en Indochine. En 1981, elles croyaient quitter la nuit pour la lumière. En 1985, elles proclamaient que la France devait accueillir les déshérités de la terre entière. Dans les années 1990, ces mêmes élites affirmaient que le temps des nations, des familles et des religions était terminé. Pendant cinquante ans, les esprits réfractaires à ce discours ont été discrédités, et les faits qui contredisaient l'idéologie dominante ont été passés sous silence. C'est cela, le terrorisme intellectuel. Pratiquant l'amalgame, le procès d'intention et la chasse aux sorcières, cette mécanique totalitaire fait obstacle à tout vrai débat sur les questions qui engagent l'avenir."

Posté par Florell à 16:46 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,