Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

11 juin 2016

"Ma vie en suspens" de Susannah Cahalan

Ma vie en suspens de Susannah Cahalan

Source: Externe

Résumé :

Susannah Cahalan, vingt-quatre ans, se réveille entravée sur un lit d’hôpital. Incapable de bouger ou de parler, elle n’a aucun souvenir de la raison pour laquelle elle est là. Celle qui, quelques semaines plus tôt, était une jeune fille en bonne santé, vivant sa première relation sérieuse et promise à une brillante carrière de journaliste, se retrouve désormais cataloguée comme psychotique violente, abrutie de médicaments. Que s’est-il passé?
Ma vie en suspens est l’histoire incroyable mais vraie d’une plongée inexplicable dans la folie. Susannah Cahalan raconte sans fard et sans concession cette descente aux enfers et son combat pour reprendre le dessus, retrouver son identité. Adoptant le point de vue de la journaliste, elle dresse la chronique de sa maladie : les crises de violence alternant avec un état de catatonie, les examens coûteux ne donnant aucun résultat, l’éventualité d’un internement à vie et enfin, après un mois de calvaire, l’arrivée d’un nouveau médecin dont le diagnostic lui sauvera la vie.

Mon avis :

Ma vie en suspense est l’histoire incroyable mais vraie d’une jeune fille de 24 ans qui va voir sa vie et sa raison bouleverser pour une maladie rare qui avant d’être découverte la fera passer pour bonne à interner. Crise d’angoisse, comportement maniaco-dépressif, paranoïa, hallucination, cette jeune fille a en effet tout du comportement psychologique dérangé. Pourtant malgré les apparences Susannah est atteinte d’une maladie rare qui met son esprit et son corps en grand danger.

Ce livre raconte ce parcours…, semé d’embûche, d’incompréhension, et de souffrance. D’amour et de patience aussi. Malgré sa maladie on peut dire que Susannah a eu beaucoup de chance d’être aussi bien traitée et entourée. Famille, médecins (certains pas tous), amis, ne l’ont jamais abandonnée et ont tout fait pour l’aider, même si le départ n’a pas toujours été simple.

Ce livre est raconté par Susannah elle-même, c’est un mélange de journalisme et de récit et il se lit comme un roman, mais figurez-vous qu’elle ne garde que peu de souvenir de cette période, voilà pourquoi au début elle n’oublie pas de préciser au lecteur que malgré ses différentes sources qui vont des vidéos de surveillances de l’hôpital, au carnet qu’entretenaient ses parents pour parler car ils sont divorcés, en passant par son dossier médicale, etc., elle peut se montrer partiale dans ses propos. Cela étant je n’ai pas vraiment remarqué une prise de position particulière de la part de l’auteure, au contraire je l’ai trouvé juste avec elle-même, ne se pardonnant aucune méchanceté et n’excusant aucunement son comportement. On ressent d’ailleurs une grande souffrance chez-elle, souffrance dû à sa méchanceté paranoïaque, son comportement terrible, et à l’impact de sa maladie sur ses proches. Honnêtement j’ai eu beau chercher je ne l’ai pas trouvé partiale.

Mais à côté de toute cela, ce livre comme tant d’autres, montre encore une fois les limites de la médecine mais aussi sa rapidité à émettre des diagnostiques qui peuvent se révéler lourd de conséquence que ça soit par l’enfermement ou la mort. Que serait-il advenu de Susannah si elle n’était pas tombée sur un médecin compétent qui a pris le temps de chercher ? Elle encore a eu de la chance mais combien d’autres passent au travers ?
Bien plus qu’un témoignage ce livre est aussi utile par son côté de mise en garde sur un système trop bien huilé. Attention, je ne veux pas dire que la médecine est nulle mais je remarque un peu partout qu’elle se remet rarement en question sur son fonctionnement. Car là je parle d’un mauvais diagnostique, mais le comportement de certains médecins que l’on retrouve dans ce livre est lui aussi abject. Ils parlent de cas, mais ne regardent pas où ils en parlent ni devant qui ils en parlent, pas plus qu'ils n'hésitent pas à écrire n'importe quoi sur les patients. Ici un médecin traitant n'hésitera pas à dire qu'elle fait un sevrage alcoolique !!! Alors qu'elle est juste en train de mourir car des anticorps s'en prennent à son cerveau. (Voyez l'écoute attentive du médecin et le professionnalisme...)

En conclusion c’était un livre prenant mais aussi hallucinant de par son histoire. Je recommande !

Merci aux éditions Denoël.

 

Editions Denoël 400 pages
Collection : Impacts
Traduit de l'anglais américain par Elsa Maggion
Parution 26/05/2016

Posté par Florell à 18:39 - Livre témoignage - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

04 mai 2016

"La nuit appartient au tigre" de Michel Honaker

La nuit appartient au tigre de Michel Honaker

Source: Externe

Résumé :

Ancien des forces spéciales, Derek Ardo cherche à fuir son lourd passé. Reconverti dans l’humanitaire, il est engagé par une fondation pour prendre la tête d’une médiathèque dans un quartier neuf d’Aramsha, en Inde. Hormis Aparajita, une petite fille au caractère bien trempé, et Trishna, une jeune femme bannie par sa famille pour avoir fui un mariage forcé, les visiteurs sont rares, et sa vie s’annoncerait des plus tranquilles s’il n’y avait la présence d’un tigre mangeur d’hommes, dont les victimes se multiplient. Un climat de méfiance et de peur s’installe en ville, et Derek engage alors une guerre personnelle contre le fauve.
Dans un univers à mi-chemin entre Le Livre de la jungle et L’Histoire de Pi, Michel Honaker soulève des questions intemporelles telles que la relation de l'homme à la nature, sa volonté de contrôle et de domination, ou encore le poids des traditions. Tout à la fois roman d’aventures, d'initiation et fable écologique contemporaine, La nuit appartient au tigre est un roman court, dense et inoubliable.

Mon avis :

Ce livre c’est l’histoire d’un conte, d’un conte qui finit mal, enfin… qui finira mal. Plus loin. Plus tard.

Ce livre c’est l’histoire des hommes aux prises avec un tigre légendaire et tueur, qui veut se venger en laissant éclater sa part d’homme.

Ce livre c’est l’histoire d’une nature dévastée, d’un habitat violé, d’un tigre qui ne pardonne pas cette soif d’argent.

Ce livre c’est aussi l’histoire d’un homme qui croit en la culture et d’une femme rejetée. D’une panoplie de personnage attachant, mystérieux, entier, voire détestable.

C’est aussi un livre qui effleure la hiérarchie indienne, qui montre ces sociétés où chacun est à sa place et où personne ne pourra en bouger parce que la naissance en a décidé ainsi.

Ce livre c’est une histoire racontée simplement mais avec beaucoup de passion. Une écriture fluide, une histoire ni trop courte ni trop longue. Une histoire parfaite, avec plus d’une leçon qui nous rappellera l’impermanence de notre condition, qui critiquera la soif d’argent démesurée, les arrangements entre puissant, la destruction d’une nature originelle qui nous apportera que du malheur.

Ce livre est une histoire magnifique à lire, relire et à méditer. Un coup de coeur pour ma part. Pour l'histoire comme pour la couverture.

Petit passage comme ça en passant : "[...] Réaliste. La réalité, c'est ce qui manque le plus dans notre monde. Voir les choses et les nommer. Pas faire semblant qu'elles ne se sont pas produites. Pas faire comme si elles n'existaient pas."

Merci aux éditions Denoël

Editions Denoël collection Y
Sortie le 17 mars 2016

Posté par Florell à 17:54 - Contemporain - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , , ,

26 avril 2016

"La foule" de Driss Charaïbi

La foule de Driss Chraïbi

la foule driss

Résumé :

Première parution en 1960

Préface d'Eric Fottorino

Toute ressemblance avec des personnes et des faits réels ne saurait être que fortuite…

Octave Mathurin, brave fils d’officier de réserve, malheureux professeur d’histoire sans ambition et sans autorité, n’arrive à calmer ses élèves qu’en leur racontant des histoires drôles. Un beau jour, une éminence grise voit en lui le chef idéal du pays : un benêt certes, mais sympathique, et la Foule justement, ne réclame rien d’autre. Le voilà donc propulsé à la tête de l’État. Son premier acte pour affirmer sa virilité et son pouvoir : boire six canettes de bière. Sa préoccupation principale : ne surtout pas être dérangé lorsque sa femme fait la cuisine.
À travers sa lecture de La Foule, Éric Fottorino, figure incontournable de la scène journalistique et littéraire, nous invite à redécouvrir l'œuvre de Driss Chraïbi, son humour féroce et sa grande liberté de ton.

Mon avis :

En toute franchise je n'ai pas fini ce livre, comme je suis péniblement arrivée jusqu'à la fin de la première partie, je n'ai pas eu le goût de me lancer dans la seconde, ayant trop peur de retrouver tout ce que je n'ai pas aimé dans la première. A savoir, le délire et le foutoir. Sincèrement ce livre ne m'a pas laissé d'autre impression à part être du grand n'importe quoi, du moins dans ce que j'ai lu.
En effet on a des personnages bizarres, qui ne sont quasiment pas introduit, et on se demande tout le long de la première partie à quoi ils peuvent bien servir, et en quoi les situations où l'auteur les met servent l'histoire.

Alors peut-être qu'on a la réponse dans la seconde moitié, mais comme je vous l'ai dit je ne suis pas allée jusqu'au bout car il me faut un peu plus que des situations - à première vu sans queue ni tête - pour me faire aller au bout d'un bouquin.
Oui, j'aime savoir où je vais et je n'aime pas forcément les livres qui prennent leur sens à la fin ou longtemps après le début.

Bref. Je n'ai pas fini le livre, je n'ai rien compris à ce que j'ai lu car je n'ai pas adhéré à l'histoire, mais au final je suis déçue d'être déçue car le résumé promettait beaucoup, une critique acerbe des politiques comme des populations. Quoi qu'il en soit c'est un rendez-vous manqué mais pas le dernier car j'ai découvert un auteur qui j'ai envie de découvrir.

Merci aux éditions Denoël.

155 pages
Collection : Empreinte Denoël
Paru le 17/03/2016 1er parution 1960

Posté par Florell à 22:37 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

14 février 2016

"Le revers de la médaille" de Olga Lossky

Le revers de la médaille de Olga Lossky

Source: Externe

Résumé :

Fin des années trente. Pál est un jeune artiste hongrois, étudiant à la faculté des beaux-arts de Budapest. En quête de modèle pour un projet de médaille, il fait la connaissance d’une jeune pianiste, Erzsebet. Fasciné par sa beauté, il réalise son portrait. Avec cette esquisse, Pál espère remporter le prestigieux concours organisé par la Monnaie de Budapest. Mais les événements décident autrement de son destin et le prix obtenu n’est pas celui qu’il attendait…
Les années ont passé. Installé à Londres, l’artiste – assisté de sa femme, la fidèle Nicky – est devenu l’un des médaillistes les plus renommés de son temps. Musiciens et hommes politiques le sollicitent pour immortaliser leurs traits. Après bien des personnalités illustres, c’est au tour du pape de lui commander une médaille à son effigie. Pál hésite, de peur de croiser dans les rues romaines le jeune homme qu’il a jadis été. Ainsi qu’il le craignait, cette rencontre avec le pape va l’entraîner dans un inéluctable processus de dévoilement.
On retrouve dans Le Revers de la médaille la belle et captivante écriture d’Olga Lossky, qui nous plonge dans le destin d’un homme d’exception, marqué par son époque et prisonnier d’une histoire qui le hante.
Mon avis :

Le revers de la médaille raconte l’histoire de Pal, jeune artiste hongrois obligé de quitter son pays et sa famille pour exercer son art ailleurs en toute liberté.
Le rêve sera accompli, mais hélas la seconde guerre mondiale chamboulera cette vie d’artiste qui aurait pu être belle et magnifique si notre jeune artiste ne vivait pas avec un lourd espoir doublé d’un chagrin dans le cœur.

Servi par une plume banale, sans grand effet de style, mais qui fait son petit effet, ce bouquin se dévore comme des petits pains. Je n’irai pas jusqu’à dire que tout est parfait, parce qu’un point m’a exaspérée, mais néanmoins que ça soit le sujet, la manière dont l’histoire est racontée, le développement de cette dernière et des personnages - qui sont en passant très fouillés et très humains -, tout est fait pour passer un agréable moment de lecture.
L’histoire est en effet émouvante sans pour autant favoriser un torrent de larme, l’auteure joue sur les angoisses et les espoirs, les déceptions et les craintes, d’un même cœur, sans nous perdre dans des méandres incompréhensibles sentimentaux ni nous balader d’une humeur à l’autre histoire de remplir des pages.
Bref, ici tout est maîtrisé, et tout est fait pour que l’histoire avance sans redite, mais avec suffisamment de mystère, de doutes, de réflexions, de surprises, pour tenir 300 pages.

Pour en venir un peu plus profondément au livre et outre l’histoire, j’ai aussi beaucoup apprécié les personnages et notamment Pal qui est typiquement le genre de personnage que j’aime bien. C’est-à-dire difficile à cerner sans pour autant être une girouette. Je m’explique, Pal n’existe pas par des doutes complètement crétins, mais par sa souffrance, ses craintes et ses espoirs, et de ce fait il est très poignant à regarder vivre surtout que tout cela est légitime ; ce qui fait qu’on peut facilement le comprendre et se mettre à sa place. En effet, on ne retrouvera rien à redire sur son mode de penser et de vie, et pourtant c’est le genre de chose dont je ne me prive pas habituellement avec les personnages.
En clair, Pal est un personnage terriblement complexe et vivant quand bien même qu’il soit déjà à moitié mort. Et ça je kiff.
Quant aux autres personnages, ils ont aussi leur côté plaisant ou déplaisant, c’est selon, mais aucun n’est mieux représenté que Pal, - en même temps c’est normal le roman tourne autour de lui.

Cela étant comme je le disais un peu plus haut, un point m’a exaspérée ; c’est le délire artistique. Je ne sais pas pourquoi mais là j’ai été moins emballée par la vision que l’auteure donne à Pal sur son art. Franchement j’ai même parfois complètement été perdue parce que ça partait dans des méandres limites incompréhensibles, et en prime c’était difficile à retenir. En clair l'auteure pourrait se contredire, on ne s'en apercevrait même pas. Là vraiment pour moi y a en eu trop de fait, mais qu'on se le dise ; ça ne change rien au plaisir de lire cette tragique histoire.

En résumé, c'était une lecture très belle, bien écrite et que je conseille vivement.

Merci aux éditions Denoël
Parution le 14-01-16
Collection ; Roman français

Posté par Florell à 23:41 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 décembre 2015

"J'ai vu la fin des paysans" de Eric Fottorino

J'ai vu la fin des paysans de Eric Fottorino

 

Source: Externe

Résumé :

«L'agriculture fut la première grande rubrique qu'on me confia au Monde au milieu des années 1980. J'y ai appris la France vue du sol, avec ses traditions et ses élans de modernité, ses gestes ancestraux et ses révolutions silencieuses, ses bouleversements profonds alliant L'exode rural à une productivité si performante qu'elle fit craindre pour l'environnement.
Au moment de publier ce recueil de textes, je suis saisi d'une sensation particulière face à des événements qui se répètent à l'identique, comme si le monde agricole avait le secret du temps qui ne passe pas. Le sociologue Henri Mendras avait fait scandale, en 1967, en annonçant La Fin des paysans. J'ai vu s'accomplir cette prédiction. De crise du lait en crise du porc, c'est un certain visage de la France qui s'évanouit, tandis qu'une agriculture industrielle et financière supplante un ordre éternel des champs désormais révolu.»

Mon avis :

Je ne sais pas vraiment ce que j’ai retenu de cette lecture, en fait j’ai pas dû en retenir grand-chose parce que ben voilà la question paysanne je ne la connais pas vraiment. Du coup vous devez vous demandez pourquoi je l’ai choisi ? Ben en fait parce que je ne m’attendais pas à un documentaire sur la question paysanne mais plutôt à une espèce de série de portrait de plusieurs paysans.

Cela étant même si je ne crois pas en voir retenu grand-chose, je pense que j’ai quand même saisi ce qui avait à saisir, à savoir, que la question paysanne reste sans solution. (C'est vraiment comme ça que je le vois.)
Blague à part, en lisant ce livre je me suis quand même rendue compte d’un tas de chose que je n'aurai jamais imaginé dans ce monde, déjà j’ai un peu mieux compris la raison des quotas. Oui il y avait qu’une conne qui ne l’avait pas compris c’était moi. J’ai mieux saisi aussi le poids de la communauté internationale dans la question paysanne en Europe. Oui on ne peut pas toujours s’opposer efficacement face à de puissant pays. La difficulté pour le monde paysan de s’adapter à la mondialisation du marché fermier, d’élargir leur récolte, mais aussi à survivre et à transmettre leur patrimoine.
Bref, il y a quand même des sujets abordés qui aident à mieux comprendre les crises paysannes.

A côté de cela j’ai quand même découvert qu’on pouvait espérer des paysans autre chose que de labourer la terre, pour d’une part faire vivre le village mais aussi les faire vivre, et d’autre part pour éviter aussi que les terres en friches si aimables aux braises ne se transforment en catastrophe écologique, et tout cela vous l’aurez compris, en nettoyant les campagnes des ronces, des friches, en gardant les chemins accessibles….
Alors très franchement je ne sais pas si ça se fait, je crois me souvenir que c’était des hypothèses avancées plus qu’autre chose, mais en tout cas j’ai trouvé qu'il y avait de l’idée qui permettait d’envisager la fonction paysanne autrement.

Bon tout cela est très bien, mais ce que j’ai apprécié découvrir c’est surtout le rapport entre la terre et le paysan. Le rapport entre le paysan et sa manière de voir son métier. Et là-dessus je n’ai qu’un regret c’est que ça n’ait pas été plus développé, car au fond c’était ce que je recherchais. Mais bon ça n’en fait pas un livre mauvais pour autant.

En résumé je vous dirais bien que c’est un livre à lire pour comprendre un peu mieux la question paysanne, mais à part des politiques, des étudiants en géographie je ne vois pas qui ça peut intéresser au fond.

Je remercie cependant les éditions Denoël

Collection : Hors collection Série : Carte de presse
Paru le 15/10/2015

 

Posté par Florell à 15:45 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

05 décembre 2015

"La sonate de l'anarchiste" de Etienne Guéreau

La sonate de l'anarchiste de Etienne Guéreau

Source: Externe

Résumé :

Avril 1894.
Tandis que les bombes des anarchistes ensanglantent Paris, la réputation d'un jeune pianiste ne cesse de grandir. Fédor, virtuose tourmenté, compose une musique aux pouvoirs extraordinaires. Joie, tristesse, colère : les émotions générées par son instrument se répercutent sur son public et le plongent dans un dangereux état de dépendance.
Lorsque Fédor est accusé de préparer un attentat, il est contraint d'accepter le marché que lui soumet le commissaire Chavreuil. Qui lui a tendu ce piège? Qu'attend-on de lui? Que cache son incroyable don? Troublé par la fougueuse Solange que le destin a placée sur son chemin, Fédor va devoir mettre ses talents au service d'une puissance occulte. Il découvrira qu'une sonate peut parfois provoquer... un massacre.

Mon avis :

La sonate de l’anarchiste n’est pas le livre du siècle, mais il a indéniablement quelque chose qui fait que sa lecture est agréable.

Nous suivons ici Fédor, jeune pianiste pas vraiment exceptionnel à un détail près, avec ses compositions il a la faculté «d’hypnotiser», d’enlever toute faculté de contrôle aux public qui l’écoute. Forcément ce don ne passe pas inaperçu, des personnes vont vouloir s’en servir, du coup voilà notre héros embarqué bien malgré lui dans une histoire de corruption qui sera pas sans danger.

Voilà pour le speech rapide de l’histoire, et justement puisque je parle d’elle, je peux déjà vous dire que cette dernière est bien trouvée et ficelée. Même si par moment elle peut paraître un peu lente, notamment avec les passages qui content les moments musicaux, elle n’en reste pas moins agréable, nouvelle et bien maniée, puisque l’auteur fait avancer l’histoire calmement mais sans temps mort, distribue quelques revirements bien sympathiques, partage quelques scènes qui valent leur pesant d’or (je pense notamment à la scène du salon chez la folle), et mélange savamment l’intrigue de corruption avec le monde musical, où là les idées sont toutes aussi bien trouvées les unes que les autres car elles rajoutent une ambiance mystérieuse à cette histoire en même temps de la servir.

Outre cela, l’autre point agréable du livre, non en fait les deux autres points agréables du livre, sont d’une part, les personnages qui sont communs mais pas trop et difficilement cernables -personnellement j’ai souvent eu des doutes sur leur compte-, et d’autre part le contexte politique, où l’on retrouve la période anarchiste qui secoua l’Europe fin 19ème siècle.
Ce point-là mérite vraiment d’être souligné car il est assez rare dans la littérature, et personnellement je trouve que c’est une bonne période à utiliser pour un roman de ce genre où la situation fait qu’on n’a pas d’autre choix que de marcher dans le chantage, car la période fait que la justice est encore plus pourrie qu’en temps normal.

Bref, malgré les petites lenteurs ce livre est un très bon policier, qui apporte beaucoup, beaucoup de renouveau, et qui surprend pour du vrai. La fin, le déroulement de l’intrigue, vous ne la devinerez jamais.

Merci aux éditions Denoël.

Collection roman français
Date de parution le 01/10/2015
368 pages

Posté par Florell à 22:52 - Livre policier, thriller - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

23 octobre 2015

Une autre idée du silence de Robyn Cadw Allader

Une autre idée du silence de Robyn Cadw Allader

une autre idée du silence

Résumé :

Angleterre, 1255. À seulement dix-sept ans, Sarah décide de devenir anachorète. Dévouée à Dieu, elle vivra recluse dans une petite cellule mesurant neuf pas sur sept à côté de l’église du village. Fuyant le deuil de sa sœur adorée, morte en couches, et la pression d’un mariage imposé, elle choisit de renoncer au monde – à ses dangers, ses désirs et ses tentations – pour se tourner vers une vie de prière. Mais petit à petit elle comprend que les murs épais de sa cellule ne pourront la protéger du monde extérieur.

Une autre idée du silence raconte l’histoire intemporelle d’une femme rebelle, prête à des sacrifices inimaginables pour se libérer des chaînes de la société. Elle enchante et hante le lecteur jusqu’à la dernière page.

Mon avis :

De par son résumé cette histoire me rappelait étrangement Du domaine des murmures de Carol Martinez, et bien que j’avais un peu peur de relire la même histoire, je l’ai choisi justement pour ça car j’avais plutôt bien apprécié Du domaine des murmures. Et après lecture, je ne crois pas me tromper en affirmant que j’ai préféré ce livre à celui de Carol Martinez et en disant qu’il est meilleur. Certes l’écriture n’est pas la même, le livre de Carol Martinez y gagne largement dans ce domaine, mais niveau histoire et contenu y’a pas à dire Une autre idée du silence est bien meilleur. Alors que dans Du domaine des murmures l’histoire est principalement centrée autour de la recluse, ici l’auteur nous fait partager en plus toute la vie du village.

En effet, ici nous allons côtoyer les saisons qui rythmes la vie, les fêtes, les malheurs, les lois qui règlent l’existence des villageois. Forcément cela n’est qu’effleuré, mais c’est tout de même largement suffisant pour donner du souffle au livre et donner un aperçu de la vie au moyen-âge.

A côté bien sûr il y a aussi la recluse Sarah, et là aussi j’ai trouvé cette recluse plus intéressante que celle du roman de Carol Martinez. D’une part parce que Robyn Cadw Allader nous décrit sa santé qui se détériore dans cette cellule presque noire, et d’autre part parce qu’elle nous décrit ses pensées, ses sentiments, ses hontes, ses doutes, ses questions, ses soucis, avec beaucoup d’intensité, ce qui donne au final une dimension très profonde à ce roman. (Même si je ne vous le cache pas qu’il peut parfois énerver, parce que ben voilà… l’église c’est de la merde.)
De plus ce sentiment de profondeur est aussi appuyé par le fait que la recluse Sarah est une personne au caractère finalement assez prononcé. En effet, parfois on assiste à des coups de sang, des coups de cœur, qui montre que même morte à la vie elle est toujours intensément vivante, ce qui de ce fait donne encore plus de vie à ce roman, - en plus de protéger le lecteur de la morosité et de faire un peu oublier cette image noire et pas drôle de recluse.
Bon cela est présent dans Du domaine des murmures, mais dans mon souvenir ce n’est pas aussi bien fait.

Bref ! Peu importe tout ce que je raconte, je crois que vous avez compris que ce livre m’a beaucoup plu et n’est pas loin du coup de cœur, par conséquent je ne peux que vous le conseiller.

Merci aux éditions Denoël.

Date de parution le 03/09/2015
Traduit de l'anglais (Australie) par Arnaud Baignot & Perrine Chambon
Collection : denoël & d'ailleurs

16 juillet 2015

"La mer couleur de vin" de Leonardo Sciascia

"La mer couleur de vin" de Leonardo Sciascia

la mer couleur de vin

Résumé :

Rebelle à toute forme d’oppression, Leonardo Sciascia n’a cessé de lutter contre les différents pouvoirs. Dans ce recueil de treize récits écrits entre 1959 et 1972, l’enfant du pays raconte la Sicile et sa «mer couleur de vin». Dénonçant les ravages causés par la mafia et l’avidité des nantis, il met en lumière le poids de la tradition religieuse et livre de la misère du peuple une série de tableaux saisissants. Sans aucun doute l’une des voix les plus marquantes de la littérature italienne du XX.

Mon avis :

Je suis désolée auprès de l'éditeur pour se retard qui s'explique par le fait que je n'arrive pas à faire d'avis sur ce livre qui pourtant a été une excellente lecture. Je dois avouer qu'il m'est arrivée parfois de ne pas savoir parler d'un livre que j'ai aimé, et ben là c'est exactement le cas. Je bloque sur les mots. Du coup je suis d'avance désolée si cet avis va être petit.

 

Cela éclaircie, et comme je l'ai déjà dit ce livre a été une agréable lecture. Sauf deux nouvelles Philologie et Eufrosina que je n'ai pas aimé, tout le reste est excellent et m’a énormément plu. L'auteur a une plume charmante, une imagination débordante capable de raconter toutes les histoires du monde, et le savoir-faire certain pour raconter les gens, la vie, les sentiments.
Sur ce dernier point j'ai d'ailleurs sincèrement cru ressentir les mêmes sentiments que notre galerie de personnage, qui vont de l'exilé, à une femme rongée par le remord, en passant par la colère des hommes et leur peine. Sans exagérer, c'est tellement bien raconté que même si on n'a jamais connu ces histoires on ressent la force de tempêtes intérieures.

 

Ca dit je n'ai plus grand chose à dire sur ce livre. Si ce n'est que c'est un livre que je conseille pour les travers qu'il dénonce, pour son écriture passionnée et passionnante, pour son parfum italien et du temps jadis.

Merci aux éditions Denoël.

 

La mer couleur de vin 192 pages.
Traduction de Jacques de Pressac et revu par Mario Fusco en 2015.
Première parution en 1976 et le 13/05/2015
Collection Denoël & d'ailleurs.

Posté par Florell à 05:31 - Contemporain - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

07 juillet 2015

"Moi, Amélie dernière reine du Portugal" de Stephane Bern

"Moi, Amélie dernière reine du Portugal" de Stephane Bern

moi amélie dernière reine du portugal

Résumé :

Née en Angleterre en 1865, Marie-Amélie d’Orléans, princesse de France, épouse en 1886 l’héritier du trône portugais, dom Carlos de Bragance. À l’âge de quarante-trois ans, elle est foudroyée par le double assassinat de son mari et de son fils aîné. Impuissante à conjurer la révolution de 1910, elle est contrainte à l’exil, en Angleterre puis à Versailles, où elle s’éteindra en 1951 à quatre-vingt-six ans.
De l’exil de sa famille à l’échec de son mariage, de la mort de son mari et de ses deux fils aux chemins de l’errance, de la révolution et des guerres, cette femme aura connu toutes les vicissitudes d’une existence romanesque. À partir de la correspondance et du journal intime de la reine Amélie, documents inédits appartenant aux archives de la Maison de France, Stéphane Bern a imaginé ses Mémoires, reflet fidèle d’une figure méconnue de l’Histoire contemporaine. Il signe ainsi son premier roman à la croisée de deux passions, le Portugal et l’histoire des monarchies européennes, et nous fait partager l’exceptionnelle leçon de vie de La reine Amélie.

Mon avis :

Avec Moi, Amélie dernière reine du Portugal, Stéphane Bern va nous faire voyager sur presque un siècle d’Histoire avec cette dernière reine portugaise qui naquit princesse française.
Livre écrit à la manière d’un journal, avec l’aide d’archive de la maison de France, c’est avec beaucoup de passion pour cette reine que l’auteur va nous faire découvrir les tumultes que cette femme à traverser, et la manière dont-elle les a probablement ressentis.
De son enfance et son premier exil, à ses fiançailles en France, en passant par son voyage à Vienne, pour finir par sa vie au Portugal et son dernier exil, Stéphane Bern va tout nous raconter sur cette grande femme.

Bien sûr ce livre rappellera le Secret d’Histoire que Stephane Bern a fait récemment sur cette reine, en plus de petites choses inédites on retrouvera dans l’ensemble ce qui a déjà été dit sur cette dernière, par conséquent il ne faudra pas s'attendre à trop de découverte.
Cependant comme le ton employé ici sonne plus intime ce n’est vraiment pas un roman désagréable à lire, et ceci malgré la généalogie parfois dur à suivre et le ton un peu trop pathos que l’auteur prête à sa reine. Sur ce dernier point d’ailleurs, je dois dire que cette manie que Stephane Bern lui a donné (ou pas) de croire qu’elle attirait la mort, qu’elle portait malheur, était un peu agaçante, en effet pour ma part j’ai un peu du mal avec ces personnalités-là.

Néanmoins malgré ces quelques petits points sombres - qui faut le dire ne sont pas très importants -, ce fut une lecture très agréable, Stéphane Bern manie bien sa plume et sait bien jouer avec les codes du roman, surtout au début où la lecture est la plus intense dans tout le roman.

En résumé c’était une lecture fort sympathique et je la conseille.

Merci aux éditions Denoël.

Moi, Amélie dernière reine du Portugal
400 pages
Première parution en 1997. Deuxième parution le 04/05/2015

Posté par Florell à 21:40 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

26 mai 2015

"Encyclopédie des sports oubliés" de Edward Brooke-Hitching

"Encyclopédie des sports oubliés" de Edward Brooke-Hitching

encyclopédie des sports oubliés livre

Résumé :

Edward Brooke-Hitching a parcouru nombre de grimoires poussiéreux afin de faire revivre les sports et autres passe-temps les plus étonnants, les plus dangereux ou tout simplement les plus absurdes que l'homme ait jamais inventés (et, tout compte fait, abandonnés). Après tout, qui aurait pensé à remettre au goût du jour les combats de pieuvres, très populaires au XVIIIe siècle ? Ou la boxe avec feux d'artifice - un sport aussi dangereux qu'on peut le craindre. Quant au ballet à skis, il ne semble pas si risqué, à moins que vous ne tentiez de reproduire l'exploit de Suzy «Chapstick» : le grand écart sur la pointe des skis. Voyage délicieusement loufoque au pays des excentriques, ce livre ravira tous les fans des Monty Python ou de Mr Bean.

Mon avis :

L’encyclopédie des sports oubliés possède une approche particulière de son sujet, vu que l’auteur mélange le sérieux de ses recherches au ton humoristique.

Ce livre qui se présente dans une magnifique couverture cartonnée, va aborder ces sports oubliés d’une manière concise. Rarement sur plus d’une page et souvent accompagné de dessins qui finiront de vous convaincre que ces sports ont existé, l’auteur va faire partager aux lecteurs dans un court texte l’essentiel de ces modes sportives éphémères ; origine, pratique, image véhiculée, fin, et parfois anecdote.

Mais au-delà du simple mode d’emploi, ce livre va nous faire aborder sous une autre facette, l’Histoire. En effet, sport noble ou sport populaire, sport d'ici ou d'ailleurs, ce bouquin se relève au final un excellent ouvrage d’histoire pour découvrir toutes les couches de ces populations anciennes dans leurs moments de divertissement, mais aussi pour découvrir leurs mentalités comme le montre un court passage sur les procès d’animaux (!) ou encore l’évolution des sociétés avec par exemple la naissance des associations de défenses des animaux qui est abordée ici.

On sera néanmoins étonné de voir que certain de ces sports ne sont pas si vieux, quelque-uns datent de quelques dizaines années en arrière à peine, comme ; le golf à l’arc, le gober de poisson rouge (qui m’a fait monter la gerbe. Je vous jure que c’est vrai !), le lancer de serpillière, etc.

Cependant je reproche une petite chose à ce livre, c’est que parfois j’ai eu l’impression qu’il ne parlait pas de sport mais plutôt de challenge, de record du monde, et ce dans des catégories qu’on ne peut pas dire sportives – enfin pour moi – comme le gober de poisson ou encore comme le record de personnes dans une cabine téléphonique. Bon, ce n’est pas un gros défaut non plus, et il y en a très peu, mais voilà avec ce genre là j’ai trouvé qu’on s’éloignait parfois du sujet. Après c’est peut-être moi qui n’aie pas la bonne définition du mot sport en tête. ^^

Bref, malgré ce défaut pas déplaisant, c’était une lecture très sympathique que je conseille.

Merci aux éditions Denoël (Hors collection)
Traduit de l'anglais par Laurent Barucq
272 pages
Paru le 04/05/2015

Posté par Florell à 21:48 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,