Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

27 juin 2018

"Les contes et légendes du Vercors et du pays des quatre montagnes" de Claude Ferradou

Les contes et légendes du Vercors et du pays des quatre montagnes de Claude Ferradou

contes et légendes du vercors

Résumé :

Il n’existe à notre connaissance dans les bibliothèques, aucun recueil ancien publié de contes propres au terroir du Vercors, avant le travail remarquable de collectage publié par le Parc Naturel Régional en 1997, et réédité depuis.

« Ce pays fermé, haut dressé sur les plaines passagères, fait de gorges, de défilés, d’escarpements abrupts, de grottes, de forêts épaisses, de rivières encaissées bouillonnantes et vertes, de déserts criblés de trous, ce pays n’a donné naissance à aucune légende  » comme le regrettait Jean Noaro dans sa « Découverte du Vercors » (1979).

Et pourtant…  » Si l’on cédait à la tentation de parler du beau en ce pays, on ferait des volumes. » ainsi que l’a écrit Stendhal dans les « Mémoires d’un touriste ».

Que faire alors pour faire vivre dans notre mémoire collective et dans celle de nos enfants qui deviendra un jour la nôtre, cette grande nef de pierre et de nature foisonnante posée sous l’océan du ciel…?

Le dessein est audacieux : il faut, comme d’autres l’ont si bien fait avant nous, retrouver ou alors réinventer de toutes pièces ce répertoire si rare, à partir des sources orales ou écrites qui restent disponibles. Tel est le projet de Claude FERRADOU membre de la Société des écrivains dauphinois, à partir de souvenirs épars des veillées d’autrefois mais aussi de vieux grimoires notariés ou de notes oubliées d’un curé sur son registre mortuaire…

Il nous présente aujourd’hui quelques-uns de ces contes et nouvelles oubliés qui sont l’âme du pays du Vercors et des Quatre montagnes et de tous ceux qui l’ont habité.

Mon avis :

Les contes et légendes du Vercors et du pays des quatre montagnes, était un livre qui m’intéressé car la Matheysine ce n’est pas forcément loin du Vercors, en tout cas les noms me parlaient. Mais le livre un peu moins hélas… car en effet, je n’ai pas vraiment accroché aux histoires, pas plus qu’au style de l’auteur. (Et je ne parle même pas du patois.)

J’étais pourtant sûre que ça allait me plaire, car j’apprécie énormément la démarche de l’auteur qui a écrit ce bouquin dans l’optique de faire revivre la mémoire orale et régionale, là chose mérite vraiment d’être saluée et applaudi car la démarche est belle ! Mais hélas, je me rends compte, que la démarche ne suffit pas à faire un bon bouquin… Personnellement, le style m’a vraiment rebutée. Les descriptions sur plusieurs lignes (et qui n’apportent rien), l’écriture plate qui n’a pas la saveur du conte, de la veillé que j’imaginais, ont pour moi  gâché le projet de l’auteur, tout comme le choix des histoires. En effet, le choix des histoires ne fut pas formidable à mon humble avis, certaines m’ont bien plu, il y en a vraiment qui sont sympathiques comme L’œil de Divona et La demi-brebis, mais alors d’autres, je me suis demandé pourquoi elles y étaient, comme par exemple La vache gourmande ou encore Le Cabouchon. Certes, elles racontent une époque, une mentalité, une mémoire, mais force est de constater que ça ne suffit pas toujours.

Bref ! Vous l’aurez compris, je n’ai pas été tant emballée par ce livre, même si dedans il y a des histoires agréables ; cela étant, et même s’il me laisse mitigé, je sais qu’il peut plaire à d’autre, donc si la région vous intéresse ou la démarche de l’auteur, allez-y, tentez-le parce que y a du bon aussi (cf. avis sur Amazon). Et de toute manière la démarche mérite vraiment la peine de lire ce livre, car c'est notre mémoire et notre histoire.

Merci aux éditions Marivoles.

Posté par Florell à 21:38 - Livre régional - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

18 mai 2018

"L'invention du grand écrivain" de Joseph Vebret

L'invention du grand écrivain : dans les coulisses des grandes oeuvres littéraires de Joseph Vebret

Joseph Vebret

Résumé :

Dans les coulisses des grandes œuvres littéraires

Le xixe siècle voit naître le roman tel que nous le connaissons aujourd’hui. Auparavant, il était considéré comme un art mineur, un « fourre-tout » inférieur à la poésie et au théâtre, dont la codification était jalousement défendue par les « Classiques ». Sous l’effet d’une alphabétisation croissante, la littérature, réservée jusqu’alors à une élite, va s’adapter à un nouveau public. La place des écrivains dans la société ira alors grandissante : qu’ils soient considérés comme des faiseurs d’opinion, des leaders politiques, voire des symboles vivants, le peuple se reconnaît en eux. C’est l’avènement du sacerdoce de l’écrivain. De son côté, l’école célèbre la figure de l’écrivain comme celle d’un grand homme.

Ainsi, le xixe siècle va offrir au public des oeuvres inoubliables (Madame Bovary, Notre Dame de Paris, La Mare au diable, Le Rouge et le Noir, etc.) devenus de grands classiques lus et relus génération après génération.

Pour raconter l’invention du grand écrivain et visiter les coulisses de la création littéraire, Joseph Vebret convoque tour à tour Stendhal, Victor Hugo, Charles Dickens, Alexandre Dumas père et fils, Edgar Allan Poe, Honoré de Balzac, Émile Zola, Gustave Flaubert, Louise Colet, Charles Baudelaire, Eugène Sue, Jules Verne, George Sand, Léon Tolstoï, Lewis Wallace, Guy de Maupassant, Arthur Conan Doyle, Oscar Wilde, Edith Wharton, Gaston Leroux, Virginia Woolf et bien d’autres qui apparaissent en second plan.

C’est tout le xixe siècle qui défile sous la plume de Joseph Vebret, tant politique, social que littéraire.

Mon avis :

L’invention du grand écrivain c’est ce genre de livre où tu as de la découverte mais pas entièrement (sauf pour les écrivains qui ne vous intéresse pas des masses). En effet, ça reprend toujours plus ou moins ce qu’on connaît déjà sur certains écrivains, comme pour Arthur Conan Doyle qui n’aimait pas Sherlock Holmes ou encore pour Madame Bovary qui a été censurée à sa sortie, mais toutefois et en parallèle à ceci, se rajoute de l’information qui complète la petite anecdote, tout en nous éclairant sur la vie et le talent de ces gens. Vie souvent poursuivie par les créanciers et talent pas toujours mérité, comme par exemple pour Alexandre Dumas qui a été pas mal aidé. (Ca casse le mythe, je sais.)
Outre cela, c’est aussi un livre qui permet de découvrir de nouveaux auteurs - personnellement je ne connaissais pas Edith Wharton - et qui corrige quelques idées reçues, comme par exemple le fait qu’Edgar Allan Poe n’a pas connu ses premières traductions en français avec Baudelaire ; Isabelle Meunier en 1847, Gustave Brunet en 1844, etc.
Cela étant ça ne se résume pas qu’à une simple biographie, certains passages nous montrent les rapports qui existent entre la vie du romancier et ses romans ou personnages, Stendhal avec Le rouge et le noir ou encore Alexandre Dumas fils avec La Dame aux camélias.

Où est l’intérêt de cela ? L’intérêt premier, c’est que la vie de ces écrivains est condensée en quelques pages. Le deuxième intérêt, c’est que ce bouquin est intéressant car ça nous permet de voir derrière l’œuvre l’histoire des auteurs. Le seul petit truc qui manque à ces pages c’est le talent de conteur. En effet, on dirait que c’est écrit par un écrivain qui raconte une leçon, plutôt que par un écrivain qui raconte une passion, et c’est là le seul point négatif que je reproche.

En résumé, ça reste un livre agréable, intéressant, qui nous éclaire sur les oeuvres, les auteurs et autrices du 19ème début 20ème siècle de France et d’ailleurs, puisqu’il y a Wolf, Tolstoï… avec Hugo, Zola... C'est à tenter.

Editions Marivole.

26 mars 2018

"Femme de robe" de Michèle Dassas

Femme de robe de Michèle Dassas

Source: Externe

Résumé :

« Robe sur robe ne vaut », voilà comment un grand nombre de ses confrères avocats accueillirent la prestation de la première femme à avoir plaidé. Les railleries, le mépris traduisaient l’angoisse des hommes de voir des représentantes du sexe dit faible, accéder à des fonctions qui leur étaient jusqu’alors exclusivement réservées.

Combien avait-elle dû se battre, Jeanne Chauvin, avant de pouvoir en n prêter serment, trois ans après avoir essuyé un humiliant refus, alors qu’elle était pourtant munie de tous les diplômes nécessaires ! Femme de robe retrace le parcours de cette femme remarquable, ses combats, son humanité, ses espoirs. Aux côtés d’une mère d’exception et d’un frère, aussi déterminé qu’elle, qui fut député de Seine-et-Marne, et secrétaire du Grand Orient, Jeanne laisse le souvenir d’une femme digne, résolue, charismatique, une pionnière éprise d’équité. Mais Femme de robe est aussi un roman qui, au-delà des faits historiques, ressuscite une Jeanne plus intime, avec ses passions et sa sensibilité toute féminine.

Mon avis :

Ce livre est à lire, non parce que c'est d'actu mais parce que le parcours et les combats de cette femme valent le détour rien que pour la connaissance.
Jeanne Chauvin fait partie de ces femmes peu connues mais qui ont toutes leur place au Panthéon comme le souligne joliment l'autrice à la fin de ce roman.

"Jeanne Chauvin, humble et laborieuse pionnière, a ouvert la voie et tracé le chemin que des milliers de femmes ont depuis emprunté. N'a-t-elle pas gagné, elle aussi, sa place dans ce temple dédié aux personnages illustres, au coeur du Quartier Latin, si près de là d'où elle vécut, étudia et livra ses combats."


Roman, alors que je parle d'un parcours réel ? Oui, roman. Mais roman vrai, biographie romancée si vous préférez. Romancée sur la vie privée de la dame pas/peu connu des archives, mais pour le reste je vous direz bien que c'est proche de la réalité, et ce qu'on peut en dire c'est que cette femme a eu un parcours étudiant étonnant. Deux bacs, le littéraire et le scientifique, deux licences, une en droit et une philosophie, et enfin un doctorat en droit où elle soutient sa thèse Étude historique des professions accessibles aux femmes, véritable mise en bouche de son combat pour la liberté de la femme.

Une femme de tête, intelligente, combattante, qui pourtant dérange beaucoup par sa remise en cause de l'ordre établit. Dérange les élèves qui la conspuent par exemple le jour de sa soutenance qui sera ajournée. Dérangent les journalistes et les politiques, qui pour beaucoup n'hésitent pas à lui rappeler le rôle qui doit être sien. Dérange aussi, toute cette population hommes et femmes qui refusent la remise en cause de l'ordre établit. Non ne soyez pas choqués, des femmes qui se contentent de jouer les bonniches à l'époque il y en avait et pas qu'en France.
Mais Jeanne c'est aussi des soutiens, via des rencontres hommes ou femmes avec qui elle se battra pour la femme ; il y aura des politiques comme son frère Emile qui deviendra député, des journalistes qui ont les mêmes rêves qu'elle, des amis...
Néanmoins et malgré ces derniers, elle devra attendre pour avoir le droit de plaider, car la loi n'est pas de son côté. Qu'à cela ne tienne, elle fera modifier la loi avec ses soutiens. Deuxième femme avocate de France, elle sera la première à plaider !

Mais plus qu'un parcours romancé, ce livre décrit très bien cette époque où tout est en changement. C'est une bonne description des mentalités de cette époque et des paysages, des progrès qui fascinent et inquiètent aussi, et de cette société avec les combats qui l'anime.

En résumé, c'est un livre à lire car cette femme c'est une image merveilleuse, un modèle à connaître et inspirant, pleine d'esprit et d'intelligence, en plus d'être une véritable féministe qui a combattu toute sa vie efficacement pour des combats utiles à toutes (loin des féministes d'aujourd'hui qui pour beaucoup tombent dans le ridicule).

Merci aux éditions Marivole et à l'autrice de m'avoir fait connaître cette femme.