Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

26 juillet 2017

"De l'arsenic pour le goûter (série T2)" de Robin Stevens

De l'arsenic pour le goûter : une enquête trépidante du club Wells & Wong de Robin Stevens

 S7302236

 Résumé :

 «Je n'aimais pas du tout ce grossier Mr Curtis, et d'après les vibrations de colère que je percevais chez Daisy, j'ai compris qu'elle partageait mon opinion. Son rire contenu, comme s'il lançait des plaisanteries que les autres ne pouvaient pas comprendre... Les joues roses de Lady Hastings... Pas de doute, il se passait quelque chose.» Nouvelle affaire pour les détectives privées Daisy et Hazel ! Daisy fête son anniversaire avec la famille au grand complet dans sa maison de Fallingford. Mais l'ambiance est étrange : M. Curtis, un invité surprise que tout le monde déteste, ne semble vraiment pas digne de confiance. Le thé est servi, M. Curtis tombe gravement malade, empoisonné. Que s'est-il passé ? Difficile d'enquêter quand on imagine que tout le monde a une bonne raison d'être coupable...

Mon avis :

Une autre enquête pour notre club de détective en herbe. Cette fois-ci l’affaire a lieu chez Daisy pour son anniversaire ; un homme très désagréable est mort après s'être abreuvé d'une tasse de thé et plusieurs personnes semblent avoir des choses à cacher. Difficilement, d’autant plus que la famille de Daisy est suspecte aussi, nos enquêtrices aidées par deux amies du pensionnat vont mener l’enquête.

Ce livre reprend le schéma qui a fonctionné dans le premier tome, à savoir la différence de caractère entre nos deux personnages principaux qui se complètent l’un et l’autre et intensifient l'enquête, plus un suspense qui se distille doucement mais sûrement via des soubresauts qui complexifient un peu plus l’histoire. Cependant contrairement au 1er tome et même si lui je l’ai aussi bien lu que le premier livre, j’ai trouvé que certaines choses étaient prévisibles assez vite. Le livre n’est pas mauvais en soi, il n’est même pas mauvais du tout, au contraire j'ai adoré ; mais au niveau des ficelles il était un peu en dessous de la première enquête, en effet certaines choses étaient aussi grosses qu’une montagne et on les voyait arriver de loin. Mais outre cela je n'ai rien à dire de plus, car c'était une enquête prenante malgré tout et je l'ai lu comme un livre que j'aime, et pour un ado peut-être que ces ficelles visibles passeront à l’as.

Et en parlant d’ado n’hésitez pas à lui offrir ce livre pour les vacances, car lire c’est toujours bien, mais lire un livre prenant et en plus dans une ambiance surannée c’est toujours mieux. Honnêtement cette ambiance vieillotte je la kiffe.

En résumé, pour vous ou vos ados n'hésitez pas à commencer cette série prenante.

Merci aux édition Flammarion Jeunesse.


15 décembre 2016

"Au secours de Peter Pan" de P. Baccalario & E. Jauregui

Le mystère du livre disparu : Au secours de Peter Pan de P. Baccalario & E. Jauregui

Au-secours-de-Peter-Pan

Résumé :

Anna et Gabriel sont bouleversés : la plus belle histoire jamais écrite, dont ils attendaient la sortie en librairie avec impatience, a disparu ! Pire encore, les héros et les histoires de leurs livres préférés sont tous mélangés… L’enquête commence, au cœur d’une aventure incroyable et magique, qui les mènera jusqu’au Pays imaginaire pour porter secours à Peter Pan.

Mon avis :

Le mystère du livre disparu est une histoire étrange…  Imaginez qu’un jour tous vos livres se mélangent, qu’un elfe se retrouve dans une aventure de Sherlock Holmes par exemple. Imaginez l’horreur que cela peut produite sur un lecteur passionné. C’est une hérésie ! Ce n’est pas possible ! On ne mélange pas deux choses si différentes et opposées ! Ca ne peut pas prendre, comme l’huile et l’eau. Et pourtant, c’est ce qui se passe ici pour le plus grand malheur des lecteurs qui ne pourront plus lire un livre avant la remise en ordre. Certes, la décision d’interdire l’accès aux livres est quand même disproportionnée, il n’y a rien de mortel à lire un livre où un objet StarWars se retrouve dans un conte pour enfant, mais c’est le choix des auteurs donc on ne va pas le discuter. Bref.
Cela bien sûr ne peut rester ainsi, et se sont deux enfants amoureux de la lecture avec l’aide de leur tante mystérieuse et libraire qui vont devoir réparer ses étranges mélanges qui ont suivi la sortie du Livre mystérieux de Lucy Ferrier. Mystérieux car on ne sait rien de ce livre, lui aussi a subit d’étrange chose d’ailleurs, à moins qu’il soit étrange à la base…

Pour tout dire j'ai moyennement apprécié ce livre. En effet, l’histoire n’embarque pas le lecteur à cause de son écriture trop plate et à cause de son déroulement trop sage et trop rapide, en plus Peter Pan ce n’est pas ce que je préfère, mais l’idée du mélange est tellement originale que l’on s’embarque quand même dans cette histoire qui possède quelques belles surprises et mystères, où deux enfants vont devoir sauver la littérature au péril de leur vie. Et avec Capitaine Crochet comme ennemi autant vous dire que ça ne va pas être facile.

Mais finalement Capitaine Crochet n’est pas le véritable ennemi, et oui, qui est derrière ce mélange littéraire des plus absurde. Enfin qui, on sait déjà qui c’est ? Mais pourquoi déteste-t-il à ce point la littérature au point de vouloir interdire l’accès à tous les livres pour l'amour de la technologie ? Et quel est son véritable but ? Car la lecture et la technologie peuvent s’entendre après tout (même si là aussi je ne suis pas fan). Et quel peut bien être le rôle de Léo Gutenberg le critique littéraire le plus redouté ?
Si pour la première question une idée émerge, il faudra toutefois attendre la suite pour y voir un peu plus clair. Sera-t-elle nouvelle ou continuera-t-elle dans la même lignée que celui-ci, je l’ignore…
Mais j’espère que comme ici il y aura assez de matière pour commencer à résoudre l’énigme – écrire un livre en refaisant la même histoire n’a pas de gros intérêt – et assez de mystère pour avoir encore de lire cette série.

En résumé, c’était une lecture simple, rapide (idéal pour les enfants) pas franchement transcendante mais tellement originale que c’est plaisant à lire. Je conseille.

Merci aux éditions Flammarion Jeunesse.

 

28 janvier 2016

"A la poursuite du grand chien noir" de Roddy Doyle

A la poursuite du grand chien noir de Roddy Doyle

Source: Externe

Résumé :

Le grand chien noir est arrivé à Dublin pendant la nuit. Il répand la peur. Les autres animaux ont essayé de prévenir leurs maîtres, en vain. Les enfants de Dublin, menés par Gloria et Simon, partent à sa poursuite, aidés par des animaux.

Mon avis :

A la poursuite du grand chien noir raconte sur fond de crise économique, chômage, morosité des adultes, le parcours des enfants de la ville qui poursuivent le grand chien noir qui a volé le cœur de la ville, afin de lui rendre sa joie de vivre.

Ce roman très enfantin, peut-être un peu trop même pour l’âge recommandé (mais comme je n’ai plus 10 ans cela vient probablement de là), se propose donc d’aborder le sujet de la crise afin d’aider les enfants à se familiariser avec ce sujet quotidien, faisant ainsi comprendre le pourquoi de la morosité ambiante et le pourquoi de certaines choses.

Cela étant si ce livre se veut éclaireur sur une situation, je le trouve malgré tout et comme je le disais plus haut trop enfantin pour réellement faire passer son message, en plus d’être trop simple sur la solution finale, et ceci même si la victoire sur le chien n’est pas définitive gardant ainsi un côté réaliste de la situation. Certes le but de ce livre n’est pas de faire déprimer les enfants ni de leur faire peur sur l’avenir, mais si je veux bien accepter l’idée de l’aide des animaux dans leur quête –car un animal c’est toujours bénéfique pour le moral- je dois avouer que la logique du mot « Génial » m’a échappée. Même si c’est par essence un mot enthousiaste, je ne comprends pas qu’on en face une arme pour combattre la morosité. Mais bon les enfants ne vont probablement pas réfléchir jusqu’à là…
Autre chose qui est un peu dérangeant se sont les longueurs et la répétition de certaines scènes, ce qui pourrait faire penser à un certain manque d’imagination, mais toujours pour un enfant de dix ans cela ne dérangera peut-être pas.

Par contre un bon point ! Les illustrations en plus d’en avoir partout, elles sont sympathiques et permettent de mieux s’imprégner du livre.

En conclusion je ressors de ce livre du haut de mes 30 ans mitigée, car je le trouve trop enfantin si je le compare au tome 1 d’Harry Potter qui est moins simpliste alors qu’il est destiné à la même tranche d’âge, mais ça n’empêche pas que ça reste accessible et qu’il garde un côté nécessaire. Après tout il aborde un sujet d’actualité, à sa manière, mais il aborde.

 

Grand merci aux éditions Flammarion Jeunesse.

 

Posté par Florell à 22:53 - Livre jeunesse / Ado - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

18 septembre 2015

"Grrr Grrr : imite nos bruits" de Sébastion Braun

"Grrr Grrr : imite nos bruits" de Sébastion Braun

Source: Externe

Résumé :

L'enfant apprend le nom et le bruit des animaux sauvages. Avec des volets à soulever.

Mon avis :

Grrr Grrr est un petit livre que les petits enfants vont adorer. Je l'ai essayé avec ma nièce d'un an et demi, et ça a été un succès !

Coloré, avec des dessins tous mignons, en carton solide (idéal pour résister aux enfants croisés avec Terminator), et avec une cachette par page où dedans se cache un animal et une petite description qui imite le bruit de ces derniers et que les enfants sont invités à reproduire (les adultes avec), ce livre est un petit bijou pour amuser les enfants, les éveiller, et leur faire découvrir le monde. Et plus particulièrement celui des animaux sauvages.

Pour ma part, en plus de passer un moment d'intimité avec ma nièce, j'ai aussi adoré ce livre car c'est typiquement le genre de livre qui peut être que bénéfique pour le développement de l'enfant, - et leur ouvrir le monde des livres.

En résumé, vous l'aurez compris je conseille ce livre pour un début d'éducation réussi. :)

 

Merci aux éditions Flammarion jeunesse.

20 avril 2015

"Le père castor raconte ses contes du printemps" de Collectif

"Le père castor raconte ses contes du printemps" de Collectif

père castor contes

Résumé :

Sept contes sur le thème de printemps, des œufs de Pâques, du jardinage et de la nature :

Le premier oeuf de Pâques
La petite poule rouge
Le loup ne sait pas compter
Le jardin de Clara
A pas de loup
L'envol
Espèce de Cucurbitacée !

Mon avis :

Je ne dirais pas que toutes les histoires se valent, L’envol est par exemple celle qui m’a le moins plu de par sa manière d’être racontée, et d’autres comme Le premier œuf de Pâques ou encore La petite poule rouge m’ont parue trop répétitives, néanmoins ces derniers contes comme les autres sont tout mignons et plein de fantaisie. Agréable à découvrir ou redécouvrir.
De plus ayant parfois une portée moralisatrice, un côté ludique et première découverte, on peut dire que ce livre se révèle assez complet au final pour éveiller les enfants. Leur esprit bien sûr, mais aussi leur côté son avec Espèce de cucurbitacée ! et image. J’avoue avoir été fan, malgré mon grand âge, des illustrations ; pétillantes, enfantines ou plus achevées. C’était plein de vie ! Du bonbon pour les yeux.^^

En bref, je pense que c’est avec plaisir qu’en ce printemps 2015 les enfants butineront dans ce livre des histoires chaudes et colorées, et qu’ils papillonneront d’un dessin à un autre.

Je remercie pour ce partenariat Babelio et les éditons Flammarion. (Je vous conseille de cliquer sur le lien et de regarder leur collection jeunesse qui a l'air juste super ! Complète et varier.)

 

30 novembre 2014

"Les cygnes sauvages" d'après Andersen. Adapté par Kochka, dessins Charlotte Gastaut

"Les cygnes sauvages" d'après Andersen. Adapté par Kochka, dessins Charlotte Gastaut

les cygnes sauvages

Résumé :

Il était une fois, onze princes qui chérissaient leur petite soeur, Elisa. Un jour, devenu veuf, le roi se remaria avec une méchante reine. Celle-ci sépara les enfants, confiant Elisa à des paysans puis transformant les princes en cygnes sauvages. Lorsqu'elle découvrit le sort réservé à ses frères, Elisa n'eut plus qu'un souhait : les délivrer du maléfice.

Mon avis :

Magnifique album pour une fort jolie histoire. J’ai tout adoré dans ce livre, de l’histoire (que je ne connaissais pas) jusqu’aux illustrations très simples, qui sont en plus agrémentées d’une touche dorée qui met des étoiles dans les yeux, - faisant par la même occasion de ce livre un album unique et agréable à regarder.

Et sûrement que votre enfant plus tard s’en souviendra, déjà parce que comme je l’ai déjà dit c’est un livre joli à regarder, mais en plus parce que l’histoire ne manque pas d’aventure. La preuve.

Onze princes se retrouvent transformer en cygnes sauvages par leur méchante belle-mère, leur sœur éloignée à son tour, part à leur recherche et essaye grâce à une aide mystérieuse de les délivrer du sortilège qui les accable. D’éloignement en aventure, la tâche ne sera pas aisée, mais pas impossible pour autant.

Alors je ne connais pas l’originale, donc je ne sais pas si ce livre lui est fidèle, mais quoi qu’il en soit, ça reste fidèle à la composition des contes, et un enfant (comme un adulte) y trouvera son compte.

Merci aux éditions Flammarion (jeunesse) et Babelio.

 

Posté par Florell à 00:28 - Livre jeunesse / Ado - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

10 février 2014

"Looney tunes tome 2 : l'âge d'or" de Warner Bros

"Looney tunes tome 2 : l'âge d'or" de Warner Bros

looney tunes

Résumé :

L'Animation et les Looney Tunes : deux mondes faits l'un pour l'autre, destinés à avoir beaucoup de Toons et à être heureux pour l'éternité. A l'écran comme en bande dessinée, Bugs Bunny, Elmer, Porky Pig, Daffy Duck et les autres sont devenus des légendes. Pour la première fois en librairie, nous vous proposons de découvrir le meilleur des studios Warner Bros !

Mon avis :

Là, ce que je peux dire de suite, c'est que je vais acheter le tome 1 de cette collection dès que possible, je ne suis pourtant pas fan des Lonney Tunes -je n'apprécie vraiment que Titi et Grominet et Bugs Bunny- mais malgré cela j'ai pris beaucoup de plaisir à plonger dans l'univers cocasse de ces personnages ; et de retrouver les ruses, la malchance, la stupidité, les courses poursuites, qui caractérisent si bien ces derniers. Oui je dis stupide, mais faut bien dire que Grosminet ou Coyote ne sont pas toujours très fufutes, même s’il est vrai qu'ils font preuves de beaucoup d'imagination, à l'inverse d'autres qui ne manquent pas d'audace et d’intelligence, comme Titi, et surtout Bunny dans l’histoire Alaska Express, - celle-là je crois bien que c’est celle que je préfère.

Cependant je trouve 2 bémols à cette BD. Le premier - qui n’est pas vraiment à prendre au sérieux -, c’est qu’elle est bien trop courte, je dis qu’il ne faut pas y prendre au sérieux mais quand même ^^. Et le deuxième, c’est la couleur des dessins. Ils sont un peu pâlots je trouve et j'avoue qu'au début ça m'a un peu rebutée. Et même si ce que je pensais être un frein à mon plaisir de lecture ne l’a finalement pas été, j’aurai quand même aimé que les dessins fassent moins négligés. Le coup de crayon est excellent, mais les couleurs peu prononcées me laissent une impression de réduction de budget au niveau de l’impression. Maintenant comme je le disais au début, c’est avec plaisir que j’achèterai le premier tome et la suite s’il y en a une de prévue, c'est pas ça qui va m'arrêter !

Quoi qu'il en soit c'est une BD qui plaira aux grands comme aux petits. Il n'y a pas d'âge pour se détendre.

Je remercie en passant Babelio et les éditions Jungles -que je découvre- pour ce partenariat.

 

Une petite page pour donner un avant goût :

 

08 septembre 2011

"Alice aux pays des merveilles" et "De l'autre côté du miroir" de Léwis caroll

"Alice aux pays des merveilles" et "De l'autre côté du miroir" de Léwis Caroll

couv36657562

Résumé :

" Quand le Lapin sortit une montre de son gousset, la regarda et reprit sa course, Alice se leva d'un bond car, en un éclair, elle réalisa qu'elle n'avait jamais vu un lapin avec un gousset et une montre à en sortir. Dévorée de curiosité, elle le suivit à travers champs, et eut juste le temps de le voir s'engouffrer dans un vaste terrier sous la haie. " Pourquoi Alice s'étonnerait-elle alors de rencontrer chemin faisant une Reine de Cœur, un Griffon, un Chapelier, un Lièvre de Mars ou de prendre le thé chez les fous ? C'est au pays des merveilles que l'a entraînée le lapin blanc, un pays où elle ne cesse de changer de taille, et où tout peut arriver. Un pays que Lewis Carroll met en scène avec une rigueur impeccable dans la loufoquerie. Loin de la mièvrerie du conte enfantin, cette nouvelle traduction restitue au texte anglais toute sa verdeur mathématique.

Et si Alice entrait dans la maison du Miroir, cette fois-ci ? A peine en a-t-elle l'idée que la glace se brouille et que la jeune fille plonge dedans. Une nouvelle galerie de personnages inattendus défile alors, comme de lointains cousins du pays des merveilles : Reine Rouge et Reine Blanche, Gros Coco, Blanc Bonnet et Bonnet Blanc...

Mon avis :

Aimant le DA de Walt Disney, j'ai toujours eu envie de découvrir les aventures d'Alice, c'est aujourd'hui chose faite.

J'ai cependant trouvé cette lecture moyenne, et je crois surtout que je n'aurais jamais dû lire les deux aventures d'Alice à la suite. En effet bien que ce soient deux histoires différentes, j'ai trouvé qu'elles étaient toujours basées sur le même schéma, à savoir l'éternelle absurdité des situations et présence constante de personnage étrange.

C'est deux points là ont du charme et je ne critique pas l'imagination de l'auteur, cependant lire que cela sur plusieurs centaines de pages ça devient vite lassant, et j'ai surtout ressenti cette lassitude lors de la lecture du second récit qui est De l'autre côté du miroir. Mais malgré tout j'ai bien aimé ce qui ressort de ce livre, à savoir qu'il n'est pas porteur de moral, il finit comme il a commencé.

J'ai parlé en début de cet avis du DA de Walt Disney que j'adore même si je l'ai découvert très très tard. Ben finalement je dois avouer que je suis assez étonnée des libertés qu'ils ont pris avec ce texte, (peut être qu'avec d'autres DA ils ont fait ça, mais je ne connais pas les contes pour enfant ne les ayants jamais lu et ni entendus), par exemple lors de cette lecture, j'ai été étonnée de voir que pour faire leur dessin animé, ils ont mélangé les deux textes, où moins étonnant enlevé carrément certains passages. Ce qui n'est finalement pas plus mal, je dois dire. En effet et même si souvent dans mes lectures je regrette qu'on ait enlevé des scènes de livre pour en faire un film ou un DA, là je dois dire que je ne regrette pas l'absence de quelques scènes parfaitement inutiles, comme celle du Porc et poivre ou encore celle de L'histoire de la fausse Tortue, et j'en oublie. Je trouve que trop de rien tue le rien, et du coup ben on oublie ce qu'il y a apprendre.

Et pour finir je dois dire que je regrette quand même une chose, la version originale. Je ne parle pas du tout anglais n'aimant pas cette langue, mais vu qu'apparement Alice est une oeuvre difficile à traduire et elle a reçu plusieurs traduction d'ailleurs, j'aurais aimé la lire en VO pour bien m'imprégner de ce monde et comprendre les subtilités de ce texte, bien qu'il faille aussi connaître les us et coutumes de l'Angleterre pour saisir le sens de toutes les petites histoires de cette grande histoire.


En résumé c'est à lire pour sa culture, mais vaut mieux éviter de lire les deux textes à la suite.


***

Petite note intéressante qui se trouve dans le préface que je vous remets ici : En parlant du livre) " [...] Il était donc prévisible que psychologues et psychanalystes s'emparaient de textes dont la richesse se prête depuis longtemps aux interprétations les plus imaginatives, non sans autoriser quelques élucubrations aberrantes" Et vous savez de ce que je pense de la connerie freudienne, lacanne et compagnie...

Très franchement je crois qu'il faut y voir d'autres choses que les théories fumeuses de certaines personnes. Perso j'adère plus à ce qu'a dit le traducteur sur ces deux textes à savoir "Ces deux récits rejoignent les plus grands textes de la littérature mondiale dans leur volonté de donner un (non-)sens à notre vie."

Bonne lecture.

Edit du 26/12/12 : Ici, j'ai trouvé des trucs super amusants à lire, notamment sur ce livre et DA "Alice aux pays des merveilles". C'est tellement fumeux et cintré, que j'avoue qu'en lisant ça, j'ai après l'étonnement, éclaté de rire. Je vous en souhaite donc autant.

En attendant je vous mets ici, le billet qui correspond à ce bouquin. D'ailleurs faudra m'expliquer par quel procéder miraculeux ils arrivent à de telle conclusion, Alice s'identifie a un petit garçon... mais bien sûr. Le coup du thé et des théières m'a bien fait rire aussi. Comme dirait l'autre : "Haaaaaaaa, la drogue, quelle magnifique invention." Bref, bonne poilade les gens ! ^^

« C’est par ce langage, le langage de l’inconscient, si bien parlé par Lewis Carroll avec ses fameux mots-valises, qu’Alice va réussir à sonder les tréfonds de son inconscient, faire volte-face à ses angoisses les plus profondes et finalement retrouver le chemin qui est le sien.
Alice arrive alors au moment où le Chapelier-toqué, le Lièvre de mars et le loir fêtent réciproquement leurs non-anniversaires, pour finalement proposer à Alice de fêter le sien.
Il s’agit-là, bien entendu, d’une dés-identification, particulièrement d’une dés-identification sexuelle. Jusqu’à la rencontre avec la chenille, nous avons vu qu’Alice se croyait identifiée sexuellement à un petit garçon : elle se mesurait à un point fixe, le pénis-membre masculin infantile. Désormais débarrassée de ce repère spatio-temporel, elle découvre une jouissance (fête) non-phallique encore plus grande que celle qu’elle vient de quitter.
Le thé-liquide qui coule de théières en théières et de tasses en tasses, figure explicitement et symboliquement dans le langage des rêves et de l’inconscient, la jouissance du vase-réceptacle féminin : la jouissance vaginale nouvelle.
Tel un psychanalyste chevronné, le Chapelier-toqué (qui travaille du chapeau) invite Alice à raconter son histoire : Maintenant ma chère, j’ai l’impression que vous avez une préoccupation. Voulez-vous nous dire ce qui vous ennuie ? Racontez-nous du début à la fin précise le Lièvre de mars. Arrêtant subjectivement le récit d’Alice, le Chapelier-toqué, le Lièvre de mars et le Loir ponctuent l’histoire de signifiants (entendant par exemple thé pour la lettre t) et de devinettes, de manière à lui faire accéder au versant inconscient de celle-ci.
Surtout, le Chapelier-toqué, en s’emparant de la montre du lapin blanc sous prétexte de la réparer (mais guérir n’est pas le but premier de la psychanalyse), la casse et libère ainsi Alice de son angoisse de castration (et/ou angoisse de perte de virginité). Comme le disait Jacques Lacan, on ne guérit pas parce qu’on se remémore, on se remémore parce qu’on guérit » (Christophe Bormans, Psychanalyse des contes et dessins animés).

http://www.psychanalyste-paris.com/-Psychanalyse-des-contes-de-fees-.html

Posté par Florell à 09:52 - Les classiques - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

29 août 2010

"Peter Pan" de James Matthew Barrie

"Peter Pan" de James Matthew Barrie

peter_pan

Résumé :

Peter Pan enlève Wendy et ses frères. Il les conduit au Pays Imaginaire où il règne en maître sur les enfants abandonnés. La lutte contre le Capitaine Crochet est sans merci. La jalousie de la fée Clochette est sans pitié pour Wendy... Et le dévouement de Wendy pour les enfants sans mère est sans limite.

Mon avis :

Soit j'ai vieilli d'un coup ou alors j'ai rajeuni, je sais plus. Chose dont je suis certaine en tout cas, c'est d'être sortie de ce livre mélancolique et un peu déprimée, notamment à cause de la fin, où l'auteur décrit le temps qui passe inexorablement. Adieu enfance ! Snif. ^^

Mais malgré cet étrange sentiment, ce fût quand même un agréable moment de lecture ; déjà grâce à la façon d'écrire de l'auteur, j'ai particulièrement adoré quand il décrit les suppositions d'une situation pour revenir à la réalité du livre, j'ai eu l'impression que ça donnait un brin de réalité à l'histoire, et ensuite grâce aux nombreux personnages hauts en couleur qui habitent ce pays imaginaire, sirènes, pirates, indiens...

Bien que la fée Clochette est le personnage que je préfère, grâce à son mauvais caractère et à sa jalousie maladive. Cependant je dois dire que Peter Pan est le personnage pour qui j'ai eu le moins de sympathie. Il est trop chef-prétentieux à mon goût, et j'avoue que je n'ai pas vraiment aimé ce trait de caractère assez dominant chez lui.

En résumé que vous soyez grand ou petit, ce livre est à lire. Il vous apportera en plus d'un bon moment de lecture, l'aventure et le rêve qui vous manque, et si vous croyez connaître l'histoire grâce au dessin animé de Walt Disney, détrompez-vous, les deux versions sont assez différentes, oui je me suis amusée à comparer, ce qui m'a permis de connaître le DA en passant.

Posté par Florell à 12:04 - Les classiques - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,