Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

24 juin 2016

"Le cantique des oiseaux" de Farid od-dîn 'Attar

Le cantique des oiseaux de Farid od-dîn 'Attar

le cantique des oiseaux

Résumé :

Le Cantique des oiseaux, poème écrit en persan à la fin du siècle, chante le voyage de milliers d'oiseaux en quête de Sîmorgh, manifestation visible du Divin. La huppe, messagère de Salomon, les guide et les encourage en leur racontant des histoires de sagesse puisées parmi les classiques de la littérature profane ou inspirées du Coran. Chef-d'oeuvre de poésie mystique, Le Cantique des oiseaux est un récit initiatique : chacun peut voir dans les oiseaux le reflet de lui-même, à travers le prisme de ses propres expériences et de ses quêtes intimes. Chacun peut se perdre dans les sept vallées traversées par les oiseaux, pour mieux se retrouver. La traduction de Leili Anvar parvient par son souffle à rendre cette ascension spirituelle lumineuse, vibrante et universelle, fidèle à la lettre et à l'esprit d'Attâr.

Mon avis :

C’est un livre, un gros livre qui recueille un long poème qui mélange épisodes religieux et l’histoire des oiseaux qui doivent affronter diverses épreuves pour se libérer et se découvrir à Dieu.

C’est donc un livre qui se veut initiatique, qui cherche à donner des leçons dans un souci de libérer l’homme de son malheur et de le rendre meilleur. Cela est beau, c’est un fait l’intention est louable, mais la trop grande présence de la religion m’a bloquée dans le voyage que j’ai finalement fait d’une manière quasiment superficielle. En effet, le fait que l’homme doit automatiquement passé par Dieu pour être libre et beau me dérange énormément, tout comme l’idée qui veut que Dieu soit à l’essence de toute chose, et ceci même si le texte date du 12ième siècle.

En fait ce n’est pas une surprise de voir la trop grande présence de Dieu ici, ce texte est à forte tendance soufisme donc c’est logique, mais pour la personne du 21ème siècle et l’athée que je suis j’ai malgré tout eu du mal à faire l’impasse sur mes sentiments et me plonger dans ce livre entièrement sans rire de cette naïveté divine. Honnêtement je pense que c’est une épreuve de le lire pour quelqu’un qui croit que la nature humaine peut arriver à être libre et parfaite sans Dieu. Mais j’ai tenté.
Outre cela ce livre est quand même très beau à lire, il est évident que le but, même si je déplore Dieu et parfois la manière et la solution, est tout à fait honorable. Cela étant c’est vrai qu’il est un peu dur à lire, car il est rédigé entièrement en vers et en plus il est très long. Ce n’est vraiment pas un livre qui se lit comme un roman, comme toute poésie il faut du temps, des pauses, et je pense aussi un certain état d’esprit (que je n’avais probablement pas ( ?)).

Là je parle de l’écriture, mais à regarder ce livre est magnifique. Alors je ne suis pas forcément fan de tous les dessins, car ils ne sont pas forcément tous bien dessinés surtout si on compare avec l’art occidental à certaines époques (l’inverse peut marcher aussi), cependant j’ai retrouvé une forte influence chinoise dedans qui m’a beaucoup plu, qui m’a invitée aux voyages et aux merveilles - même si aucun art au monde ne surpassera pour moi l’art chinois.
En fait, le fait que les dessins soient vieux fait déjà tout le charme même si imparfait. En effet ses dessins sont déjà des trésors par leur âge et je ne peux que remercier les éditions Diane de Selliers de les faire découvrir et d’en orner ce livre, et ainsi d’en faire son écrin. Surtout qu’ils sont accompagnés de petites histoires très instructives.

Bref. Je ne suis pas certaine d’avoir parlé de ce livre comme il le fallait, un certain point de vue personnel me l’a gâché, mais pour sa culture, par curiosité ou autre, il est à lire. Et peut-être qu’un jour je le retenterai.

Je remercie les éditions Diane de Selliers et Babelio.


25 février 2016

Petite poésie, ça faisait longtemps

 

Petite poésie, d'une auteure que j'adore depuis que je suis ado, Marceline Desbordes-Valmore.

 

J'avais froid

Je l'ai rêvé ? c'eût été beau
De s'appeler ta bien-aimée ;
D'entrer sous ton aile enflammée,
Où l'on monte par le tombeau :
Il résume une vie entière,
Ce rêve lu dans un regard :
Je sais pourtant que ta paupière
En troubla mes jours par hasard.

Non, tu ne cherchais pas mes yeux
Quand tu leur appris la tendresse ;
Ton coeur s'essayait sans ivresse,
Il avait froid, sevré des cieux :
Seule aussi dans ma paix profonde,
Vois-tu ? j'avais froid comme toi,
Et ta vie, en s'ouvrant au monde,
Laissa tomber du feu sur moi.

Je t'aime comme un pauvre enfant
Soumis au ciel quand le ciel change ;
Je veux ce que tu veux, mon ange,
Je rends les fleurs qu'on me défend.
Couvre de larmes et de cendre,
Tout le ciel de mon avenir :
Tu m'élevas, fais-moi descendre ;
Dieu n'ôte pas le souvenir !

Posté par Florell à 19:14 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

07 août 2015

"Bienvenue au moyen-âge" de Michel Zink

"Bienvenue au moyen-âge" de Michel Zink

bienvenue au moyen age

Mon avis :

Bienvenue au Moyen-Age ! Ou plutôt bienvenue dans le merveilleux, l’imaginaire, l’aventure du Moyen-Age. Il nous est à la fois familier, des chevaliers de la table ronde à la série télévisée Kaamelott, et il nous paraît si lointain : "Nous ne sommes plus au Moyen-Age". En quarante séquences vivantes et imagées, Michel Zink, l’un des plus grands spécialistes mondiaux de la littérature médiévale nous fait entrer dans le monde des poèmes, des romans, des chansons, des légendes du Moyen-Age. L’univers des troubadours n’était pas celui des baba-cool à guitare mais celui des poètes exigeants et des hommes de cour. Ils recherchaient avant tout l’élégance des manières, de l’esprit, des sentiments. Le Moyen-Age, c’est aussi la voix amoureuse des femmes qui se fait entendre en poésie. Sait-on par exemple que "Malbrough s’en va t’en guerre" est une chanson du XVIIe siècle mais héritière d’une tradition qui remonte au Xe siècle. La légende de Roland a t-elle existé réellement ou est-elle une invention qui a modelé notre histoire nationale ? Qui était le roi Arthur imaginé par Chrétien de Troyes ? L’amour occupe une place essentielle au Moyen-Age et particulièrement l’amour conjugal. Ici, la vie est une quête au plus près de la nature : Quête du Graal et du merveilleux. Entrez de plain-pied dans le Moyen-Age, voici sans doute la plus belle des invitations au voyage proposé avec humour et légèreté par un troubadour du XXe siècle. Ces chroniques ont pour origine une série d’émissions diffusées pendant l’été 2014 sur France Inter.

Mon avis :

 

J’aime beaucoup écouter ces très vieux textes du moyen-âge ou pas, que peuvent être certaines chansons comme « Le roi Renaud », « Le prince d’Orange » ou « Ô fortuna » que l’on attribue aux goliards. J’aime beaucoup les écouter, mais soyons honnête, je n’en connais pas des masses non plus ; et bien que je ne dirais pas qu’après lecture de ce livre j’en connais un rayon (comme le précise l’auteur ce livre est une introduction à la poésie du moyen-âge non une encyclopédie) je peux quand même affirmer que j’ai découvert un tas d’informations intéressantes sur cette dernière.
D’une part parce que j’ai découvert divers auteurs, divers courants, et donc une variété de textes, de légendes et d’images, et d’autre part parce que j’ai aussi découvert tous ces à côté qui donnent une autre approche de ces derniers mais aussi de l’époque, comme avec la différence entre ménestrel et troubadour ou encore la position de l’église sur les poésies féminines par exemple.

Tout cela est certes très bien, mais pourtant l’avantage de ce livre ne réside pas que dans cette présentation de la poésie, puisque qu’il donne aussi une autre approche de la vie intellectuelle au moyen-âge, et montre ainsi que ce dernier n’a pas été la période stupide et sans raffinement que les fausses idées ont imposé. D’ailleurs, ces textes sont remplis d’images, de poésie, de courtoisie, de passion… qui aujourd’hui font bien souvent cruellement défaut, et pourrait limite faire penser que les plus bêtes ne sont pas ceux que l’on imagine…

Bref, c’était une petite lecture rapide mais très enrichissante, je conseille à tous les curieux.

Merci aux éditions des équateurs.

Posté par Florell à 10:26 - Documentaire / Essai - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,

09 mars 2012

Poésie de François Cheng

Bonjour les gens,

Comme vous le savez sans doute (moi je m'en suis souvenue grâce à Babelio, mais chut !), c'est la semaine de la poésie, du coup j'ai l'intention de vous mettre un peu de poésie. ^^ Mais, pas n'importe laquelle ! Pour changer un peu du classique français, et parce que j'adore tout ce qui vient de par là-bas, je vais vous mettre une poésie d'un auteur né en Chine, François Cheng.

 

chionoise

(Zhu Da)

Au bout de la nuit un seuil éclairé

Nous attire encore vers son doux mystère

Les grillons chantent l'éternel été

Quelque part la vie vécue reste entière.

 

François Cheng.

 

C'est court je sais, mais moi j'aime, et j'espère que vous aussi. A bientôt.

Florel.

 

PS :Je vous ai mis cette image car je l'ai étudié à mon second stage de peinture et calligraphie chinoise, et croyez moi j'ai souffert pour "reproduire" ces oiseaux, en fait, je crois qu'ils n'étaient pas du tout ressemblant. Mais ce peintre avait une tendance à voir les choses bizarrement. D'ailleurs j'ai bientôt fini mon stage de calligraphie et peinture chinoise, et c'est paaaaas juste.

 

Posté par Florell à 18:40 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,

09 février 2011

Poésie de Rudyard kipling "Si..."

gri


           SI...               

Si tu peux rester calme alors que, sur ta route,
        Un chacun perd la tête, et met le blâme en toi;
        Si tu gardes confiance alors que chacun doute,
        Mais sans leur en vouloir de leur manque de foi;
        Si l'attente, pour toi, ne cause trop grand-peine:
        Si, entendant mentir, toi-même tu ne mens,
        Ou si, étant haï, tu ignores la haine,
        Sans avoir l'air trop bon, ni parler trop sagement;

      

Si tu rêves, - sans faire des rêves ton pilastre;
        Si tu penses, - sans faire de penser toute leçon;
        Si tu sais rencontrer Triomphe ou bien Désastre,
        Et traiter ces trompeurs de la même façon;
        Si tu peux supporter tes vérités bien nettes
        Tordues par les coquins pour mieux duper les sots,
        Ou voir tout ce qui fut ton but brisé en miettes,
        Et te baisser, pour prendre et trier les morceaux;

      

Si tu peux faire un tas de tous tes gains suprêmes
        Et le risquer à pile ou face, - en un seul coup -
        Et perdre - et repartir comme à tes débuts mêmes,
        Sans murmurer un mot de ta perte au va-tout;
        Si tu forces ton cœur, tes nerfs, et ton jarret
        A servir à tes fins malgré leur abandon,
        Et que tu tiennes bon quand tout vient à l'arrêt,
        Hormis la Volonté qui ordonne : << Tiens bon ! >>

      

Si tu vas dans la foule sans orgueil à tout rompre,
        Ou frayes avec les rois sans te croire un héros;
        Si l'ami ni l'ennemi ne peuvent te corrompre;
        Si tout homme, pour toi, compte, mais nul par trop;
        Si tu sais bien remplir chaque minute implacable
        De soixante secondes de chemins accomplis,
        A toi sera la Terre et son bien délectable,
        Et, - bien mieux - tu seras un Homme, mon fils.

Rudyard Kipling 1865 - 1936

 

Traduction de Jules Castier 1949.

Ici d'autres traductions française.

      


Posté par Florell à 21:36 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags :

13 janvier 2011

Poésie de Marceline Desbordes-Valmore "Lettre d'une femme"



3798278891_af710199a2


Une lettre de femme.

 

Les femmes, je le sais, ne doivent pas écrire ;
J'écris pourtant,
Afin que dans mon cœur au loin tu puisses lire
Comme en partant.

Je ne tracerai rien qui ne soit dans toi-même
Beaucoup plus beau :
Mais le mot cent fois dit, venant de ce qu'on aime,
Semble nouveau.

Qu'il te porte au bonheur ! Moi, je reste à l'attendre,
Bien que, là-bas,
Je sens que je m'en vais, pour voir et pour entendre
Errer tes pas.

Ne te détourne point s'il passe une hirondelle
Par le chemin,
Car je crois que c'est moi qui passerai, fidèle,
Toucher ta main.

Tu t'en vas, tout s'en va ! Tout se met en voyage,
Lumière et fleurs,
Le bel été te suit, me laissant à l'orage,
Lourde de pleurs.

Mais si l'on ne vit plus que d'espoir et d'alarmes,
Cessant de voir,
Partageons pour le mieux : moi, je retiens les larmes,
Garde l'espoir.

Non, je ne voudrais pas, tant je te suis unie,
Te voir souffrir :
Souhaiter la douleur à sa moitié bénie,
C'est se haïr.

 

Marceline Desbordes-Valmore 1786 - 1859

Posté par Florell à 20:25 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

28 novembre 2010

Poésie d'Henri Michaux "Ma vie"

 

3669296511_0cbc83bddc


Ma vie

Tu t'en vas sans moi, ma vie.
Tu roules.
Et moi j'attends encore de faire un pas.
Tu portes ailleurs la bataille.
Tu me désertes ainsi.
Je ne t'ai jamais suivie.
Je ne vois pas clair dans tes offres.
Le petit peu que je veux, jamais tu ne l'apportes.
A cause de ce manque, j'aspire à tant.
A tant de choses, à presque l'infini...
A cause de ce peu qui manque, que jamais tu n'apportes

Henri Michaux ( 1899 - 1984 )

 

Posté par Florell à 08:37 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

21 novembre 2010

Poésie de Pierre Reverdy "Tard dans la vie"

grim2

Tard dans la vie  

Je suis dur
Je suis tendre
   Et j'ai perdu mon temps
  A rêver sans dormir
     A dormir en marchant
  Partout où j'ai passé
   J'ai trouvé mon absence
  Je ne suis nulle part
    Excepté le néant
        Mais je porte caché au plus haut des entrailles
        A la place ou la foudre a frappé trop souvent
        Un cœur ou chaque mot a laissé son entaille
        Et d'où ma vie s'égoutte au moindre mouvement


                                             Pierre Reverdy (1889 - 1960 )       


 

Posté par Florell à 12:15 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

09 novembre 2010

Poésie d'Alfred de Musset "Adieu !"

 

 

adieu



Adieu !

Adieu ! je crois qu'en cette vie
Je ne te reverrai jamais.
Dieu passe, il t'appelle et m'oublie ;
En te perdant je sens que je t'aimais.

Pas de pleurs, pas de plainte vaine.
Je sais respecter l'avenir.
Vienne la voile qui t'emmène,
En souriant je la verrai partir.

Tu t'en vas pleine d'espérance,
Avec orgueil tu reviendras ;
Mais ceux qui vont souffrir de ton absence,
Tu ne les reconnaîtras pas.

Adieu ! tu vas faire un beau rêve
Et t'enivrer d'un plaisir dangereux ;
Sur ton chemin l'étoile qui se lève
Longtemps encor éblouira tes yeux.

Un jour tu sentiras peut-être
Le prix d'un cœur qui nous comprend,
Le bien qu'on trouve à le connaître,
Et ce qu'on souffre en le perdant.

 

Alfred de Musset ( 1810 - 1857 )

Posté par Florell à 20:34 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : ,

05 novembre 2010

Poésie d'Emily Brontë "Je suis le seul être ici-bas dont ne s'enquiert"

lune

Je suis le seul être ici-bas dont ne s'enquiert.


Je suis le seul être ici-bas dont ne s'enquiert
Nulle langue, pour qui nul œil n'aurait de pleurs ;
Jamais je n'ai fait naître une triste pensée,
Un sourire de joie depuis que je suis née.

En de secrets plaisirs, en de secrètes larmes,
Cette changeante vie s'est écoulée furtive,
Autant privée d'amis après dix-huit années,
Oui, solitaire autant qu'au jour de ma naissance.

Il faut jadis un temps que je ne puis cacher,
Il fut jadis un temps où c'était chose amère,
Où on âme en détresse oubliait sa fierté
Dans son ardent désir d'être aimée en ce monde.

Cela, c'était encore aux premières lueurs
De sentiments depuis par le souci domptés ;
Comme il y a longtemps qu'ils sont morts ! A cette heure,
A peine je puis croire qu'ils ont existé.

D'abord fondit l'espoir de la jeunesse, puis
De l'imagination s'évanouit l'arc-en-ciel,
Enfin m'apprit l'expérience que jamais
La vérité n'a crû dans le cœur d'un mortel.

Ce fût cruel, déjà, de penser que des hommes
Étaient tous creux et serviles et insincères,
Mais pire, ayant confiance dans mon propre cœur,
D'y déceler la même corruption à l'œuvre.

Emily Brontë le 17 mai 1837. (1818 - 1848)

Posté par Florell à 20:06 - Poésie - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , ,