Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

17 juin 2015

"Les anges maudits de Tourlaville" de Yves Jacob "On ne choisit pas l'amour, c'est l'amour qui choisit..."

"Les anges maudits de Tourlaville" de Yves Jacob

les anges maudits de tourlaville

Résumé :

Tourlaville, au XVIIe siècle. Julien et Marguerite de Ravalet sont frère et soeur. Inséparables. D'une exceptionnelle beauté. Peu à peu, leurs tendres jeux d'enfants laissent place à un singulier désir. En dépit des mises en garde, de l'interdit, de la religion et de leur rang, ils cèdent à une passion dévastatrice. Marguerite est alors mariée de force, à treize ans, avec le seigneur de Hautpitois, bien plus âgé, et vit un véritable calvaire. Cette séparation n'empêchera pas les adolescents de se retrouver tels deux aimants attirés l'un vers l'autre, de fuir ensemble à travers la campagne normande, entraînés malgré eux dans une spirale diabolique, condamnés pour la postérité...

Mon avis :

C’est un roman d’une grande érudition que nous propose Yves Jacob avec cet opus. Nous entraînant sous le règne d’Henri IV avec ses mœurs et ses paysages, c’est avec un bonheur non feint que j’ai découvert l’histoire d’un amour trop grand, l’histoire d’amour entre un frère et une sœur, Marguerite et Julien de Ravalet.

Histoire réelle hors du commun, agréable pour son côté historique - j’ignorais complètement cette histoire -, mais aussi pour son écriture un peu vieillotte, sa sensibilité et sa pudeur, -  l’auteur ne bascule effectivement pas dans une histoire graveleuse et sordide -, j’ai eu un véritable coup de cœur pour ce livre qui m’a littéralement transportée en d’autres temps et en d’autres sentiments.
En effet, moi qui pensais être choquée par cette histoire d’inceste, j’ai été étonnée de voir que finalement je ne l’ai pas été.

Alors, cela vient peut-être du fait que l’auteur arrive à nous faire oublier que se sont un frère et une sœur, peut-être que ça vient du fait que cet amour était tout ce qui avait de plus naturel, ou peut-être que ça vient du fait que ce n’est réellement pas si choquant, mais quoi qu’il en soit à aucun moment dans ce livre je n’ai ressentie de dégoût, si ce n’est que sur la fin devant l’intransigeance des juges et devant la peine démesurée.

Outre le fond, et comme je l’ai déjà un peu dit, j’ai aussi énormément apprécié le décor de ce livre qui m’a transportée en "d’autres temps", vu que l’auteur a vraiment su faire ressortir par le langage, les gestes courants, les discussions, les chevauchées, etc.,  la vie et la mentalité de l’époque - même si je ne cache pas que parfois cette dernière avait de quoi énerver dans nos pays avancés.
En plus, sur ce point-là, ce qui a été agréable c’est qu’Yves Jacob n’a pas fait d’interminable longueur pour planter son décor, alors que souvent les auteurs peuvent être tentés d'en faire dans les romans historiques, lui il a mélangé tout cela à l’intrigue, ce qui fait que le récit ne souffre pas de pesanteur et ni de longueur. Tout défilait naturellement, pour le plus grand bonheur de la lectrice que je suis.

Bref, c’était une lecture envoûtante et enrichissante et je ne peux que la conseiller. En passant j’ai vu un peu par hasard qu’il y a eu un film présenté sur cette histoire au dernier festival de Canne. Alors mise à part le fait que je déteste le cinéma, je vous conseille ce livre avant tout car lui au moins il se passe à la bonne époque et contrairement au film il a de bons avis. (C’était gratuit.)

Merci aux éditions Presses de la cité.

Posté par Florell à 10:08 - Romance - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

10 mai 2015

"Ce que Fanny veut..." de Karine Lebert

"Ce que Fanny veut..." de Karine Lebert

Source: Externe

Résumé :

Ce que Fanny veut... Fanny l'aura ! A la fin du XIXe siècle, à Paris, entre la butte Montmartre et les beaux quartiers de la capitale, Fanny, jolie fleur ambitieuse de seize ans, met tout en oeuvre pour s'extraire de sa modeste condition. Afin de gagner sa vie, elle pose pour des peintres en mal de gloire en espérant un avenir meilleur. Trois hommes providentiels, Sam, le compagnon de toujours, Geoffrey, l'aristocrate intrigant, et Nathan, le médecin philanthrope, vont bouleverser le cours de son jeune destin...

Sur les traces de l'imprévisible Fanny, un roman à la fois plein de grâce et de gravité.

Mon avis :

Ici nous allons suivre l’histoire de Fanny qui n’a qu’un vœu dans sa vie, sortir de sa condition misérable. Pour cela, cette jeune et belle fille qui habite dans le maquis montmartrois, n’hésite pas à user de ses charmes et de son aplomb auprès de ces hommes riches qu’elle croise par chance ou par hasard.

Ce roman qui faisait chez-moi une (très) lointaine référence à Ambre de Kathleen Winsor - roman que j’ai adoré -, ne m’a cependant rien fait, et peut se résumer à une histoire à fort potentiel mais au final plutôt mal exploité.
Rythme trop rapide, personnage à peine approfondi, trop superficiel, ce roman cumul pas mal de défaut dans son genre.

Cela dit, dire qu’il est entièrement mauvais ne serait pas honnête de ma part. En effet, même si comme je l’ai dit il est trop expéditif, faut quand même admettre qu’il se lit bien. D’accord l’histoire nous passe un peu au-dessus de la tête, les personnages nous font ni chaud ni froid, Fanny elle-même n’a pas réussi à m’énerver (!), mais à côté de ça ce livre n’est pas vide. La trame, même si on manque d’atome crochu avec, comme l’histoire de fanny et de sa famille, rattrape un peu tout ça, et empêche en fin de compte la totale débâcle annoncée au bout de quelques pages à peine.

En résumé, ce livre n’a pas été la lecture que j’escomptais. Il promettait beaucoup, il y a beaucoup dans ces pages d’ailleurs, mais à part la quantité d’aventure, la qualité elle, est absente. Dommage, il y avait pourtant de la matière.

Mais merci aux éditions Presses de la cité et à Babelio.

Posté par Florell à 10:23 - Contemporain - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,

05 juin 2014

"Le fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steak haché" de David Safier

"Le fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steak haché" de David Safier

Le fabuleux destin d'une vache qui ne voulait pas finir en steak haché de David Safier

Résumé :

Mis à part l'infidélité de son taureau, le bien nommé Champion, Lolle, une vache laitière, mène une vie tranquille dans un pré du nord de l'Allemagne.

Jusqu'au jour où elle apprend de la gueule de Giacomo, un chat errant qu'elle a sauvé de la noyade, que le fermier a décidé de vendre le troupeau de bovins pour régler ses dettes.

Afin d'éviter de finir entre deux tranches de pain de hamburger, Lolle, maligne comme un singe, décide de s'enfuir avec ses congénères pour rejoindre le pays où les vaches sont sacrées, l'Inde !

Mais la route est longue et semée de dangers, à commencer par Old Dog, le chien sanguinaire du fermier.

Débute alors pour Lolle et ses amis un périlleux voyage qui les conduit de l'autre côté de l'Atlantique, de New York à l'Ouest américain, territoire des bisons, jusqu'aux contreforts de l'Himalaya ...

Mon avis :

J’avais été déçue par les livres qui ont suivi Maudit Karma, d’ailleurs je pense que David Safier ne pourra jamais faire mieux, mais je dois avouer que ce livre m’a en partie réconcilié avec l’auteur. Il n’est pas aussi sympathique que Maudit Karma, mais il est très agréable à lire. En effet, contrairement à d’autres livres de cet auteur, j’ai rigolé en lisant les aventures burlesques de ces vaches et du chat Giacomo, qui est comme son nom l’indique un coureur de jupon patenté. Un peu comme le Giacomo Casanova de Maudit Karma d'ailleurs; est-ce d’ailleurs un clin d’œil à ce premier succès ? Possible... ou pas. ^^

Bref. Pour en revenir à mes vaches, je dois dire qu’au début je trouvais le livre mal parti, car quand j’ai vu que l’auteur leur avait attribué des sentiments mais aussi des comportements humains, j’avoue qu’au début ça m’a un peu rebuté, les animaux étant très franchement au-dessus de la trahison sentimentale par exemple. Cela dit une fois que j’ai mieux connu ces vaches et que je suis rentrée un peu plus dans l’aventure, ce sentiment peu avantageux sur le bouquin s’est très vite estompé. Même s'il est vrai que le lecteur peut faire la transposition des sentiments de ces vaches sur des humains, on ne peut que remarquer malgré tout que cette aventure ne peut appartenir qu’à des vaches qui rêvent d’un Éden terrestre. De plus elles forment ensemble un tableau tellement comique, que je n’ai pu finalement que les apprécier.

Faut dire qu’avec la vache naïve, la vache carrément chieuse, la vache qui lâche des reparties assassines à tout bout de champ, la vache meneuse mais un peu têtue, et le taureau amnésique, ça ne pouvait pas en être autrement. Je me suis vraiment retrouvée -et ça sera le cas de tout lecteur je pense- plongée dans un monde complètement barge, mais aussi dans une aventure « meuhesque » comme je n’en ai jamais lu et comme je ne suis pas prête de relire. C’était drôle, c’était frais, c’était changeant, c’était plaisant, même si parfois c’était un peu trop niais pour moi, comme l’histoire du bébé. Je n’en dis pas plus pour ne pas vous gâcher le plaisir de la lecture, mais comme je ne suis pas une personne attendrie devant les manifestations maternelles, c'est vrai que du coup certains passages m’ont plus ennuyée qu’autre chose, mais là après c'est une question de personnalité. Chaque lecteur ne réagira pas comme moi...


Mais passons, car malgré ceci ça reste une aventure rocambolesque agréable à lire.

Je remercie en passant les éditions Presse de la cité et Babelio pour ce partenariat.

Posté par Florell à 21:09 - Livre humoristique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , ,