Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

18 mai 2017

"Le mystère du livre perdu : à nous les trois mousquetaires" de P. Baccalario & E. Jauregui

Le mystère du livre perdu tome 2 : à nous les trois mousquetaires de P. Baccalario & E. Jauregui

A-nous-les-Trois-Mousquetaires

Résumé :

«Ne vous inquiétez pas : le sortilège a fonctionné. Nous avons détraqué des centaines de livres. Ce qui s'est passé avec Peter Pan ne se reproduira pas.»

Le monde des livres a de nouveau besoin d'Anna et Gabriel. Un mystérieux personnage au mauvais caractère est soudainement apparu en plein cœur du célèbre roman de cape et d'épée... Il faut le retrouver et l'expulser du livre!

L'enquête continue pour Anna et Gabriel, cette fois au secours des Trois Mousquetaires.

Mon avis :

Encore une fois Anna et Gabriel vont devoir faire face à tous les dangers littéraire pour remettre de l’ordre dans le marasme littéraire que Monsieur Zargo a mis au point avec Gustav Wart, afin d’écarter les jeunes de la culture et de la lecture.
Cette fois c’est au tour des Trois mousquetaires d’Alexandre Dumas d’y passer, puisqu’un nain (venant du fameux livre mystérieux dont personne ne se souvient) s’est glissé à l’intérieur et sabote toute l’histoire du romancier Dumas.
J’ai déjà parlé dans mon avis sur le 1er tome de l’idée originale des auteurs, donc je ne vais pas le refaire ici. Je vais néanmoins juste dire vite fait que ce livre m’a davantage plu que le 1er livre, vu que les Trois Mousquetaires est une histoire que j’apprécie particulièrement à la différence de Peter Pan.
Ca dit, passons au livre.

Je ne sais pas si vous vous souvenez mais dans mon avis du premier livre je disais que je l’avais moyennement apprécié à cause de l’écriture plate et son déroulement trop sage, ben là c’est l’inverse qui s’est produit. En effet, j’ai lu très vite le livre, déjà parce qu’on en vient plus vite aux faits et aussi parce qu'il y a plus d’action, de suspense, que dans le premier. Là, il y a du mouvement, des alliances, etc. De plus, l’autre point positif, c’est que les auteurs ont su, sans alourdir le récit, rajouter 2 ou 3 petits détails qui complètent ce monde et les personnages, et ça c’était plutôt cool.
Alors certes, j’ai particulièrement apprécié le tome 2, je n’ai pas eu de sensation de déjà vu, mais n’empêche, n’empêche… je me demande jusqu’à où les auteurs vont aller pour mettre fin à cette cacophonie de style, de bruit, de personnage, d’époque littéraire sans lasser leurs lecteurs.

En attendant hâte de voir la suite.


02 mai 2017

"Jacques Coeur, le vif argent" de Michael de Kent

Jacques Coeur, le vif argent de Michael de Kent

Jacques-Coeur-le-vif-argent

Résumé :

Riche marchand et homme puissant, Jacques Coeur est propriétaire d'une flotte commerciale qui arpente la Méditerranée et fait connaître à la Cour de Charles VII soieries luxueuses, bijoux, parfums d'Orient. Il ne tarde pas à devenir le conseiller du roi en ce qui concerne sa politique commerciale vers le Levant, ainsi que l'arbitre des élégances et prenant sous son aile Agnès Sorel, favorite du roi. En 1436, Charles VII le nomme Grand Argentier du royaume de France. Il se lance dans de nombreuses entreprises commerciales et industrielles, et amasse une fortune considérable qui lui permet d'aider Charles VII à reconquérir son territoire occupé par les Anglais. Mais sa réussite éclatante l'amène à la disgrâce : en invoquant diverses accusations, ses rivaux et ses nombreux débiteurs, dont le roi, provoquent sa chute en 1451. Emprisonné puis banni en 1456, il meurt à Chios, en Grèce, lors d'une expédition contre les Turcs.Après Yolande d'Aragon, son ancêtre, évoquée avec panache dans La Reine des quatre royaumes, puis Agnès Sorel, maîtresse de Beauté, qui évoquait le parcours brillant puis tragique de la favorite de Charles VII, la Princesse Michael de Kent fait revivre pour nous avec admiration et un sens captivant du détail le destin d'un homme épris d'aventures et de luxe, mais aussi de pouvoir...

Mon avis :

Voici enfin le troisième et dernier livre de cette saga écrite par la princesse Michael de Kent, et c’est avec Jacques Cœur riche marchand et grand argentier du roi Charles VII que se finit notre voyage au Moyen-âge. Et mes amis quel voyage !
Guerre de cent ans, complots politiques, noce, argent, trahison, cette saga offre de bon moment de lecture par son approche de cette fin du moyen-âge à travers ces trois personnages ; Yolande d’Aragon, Agnès Sorel et enfin Jacques Cœur. Je ne reviendrai pas sur les deux premiers romans que j’ai déjà abordé dans les deux autres avis, alors parlons de Jacques Cœur.

Jacques Cœur pour ceux qui ne savent pas et pour faire court, était un homme parti de rien, qui bâtit une fortune considérable grâce à son commerce et qui aida le roi Charles VII à financer la guerre de cent ans. Mais la bonne fortune attirant médisance et jalousie, quelques un oeuvreront à sa chute. Sa chute sera douloureuse et la sanction terrible après une farce en guise de procès ; ici, c’est cette vie que nous propose Michael de Kent de découvrir.
Comme pour les deux autres livres ce roman a une haute valeur biographique, l’auteure ne change rien à cette recette gagnante, elle mélange toujours habillement biographie et roman ; mais en ce qui me concerne, et si je mets de côté le côté biographique qui est déjà fortement appréciable, j’ai retrouvé le plaisir de la lecture que j’avais eu lors du livre sur Yolande d’Aragon et que j’avais un peu perdu avec le bouquin sur Agnès Sorel. En effet, dans le tome consacré à Agnès Sorel on tournait en rond, on vivait peu de chose à part une histoire d’amour, ici point du tout ! On renoue avec les messes basses, les trahisons de cour, la niak de réussir, les voyages. On renoue aussi avec un récit bruyant, coloré, vivant, comme c'était le cas avec le livre sur Yolande d'Aragon et qu'on avait un peu perdu avec Agnès Sorel maîtresse de Charles VII. Bref ! L'auteure retourne aux origines et qu'est-ce que ça fait plaisir ! C'est même triste d'un côté car finalement ça se lit très vite alors qu'après y a plus.

Ensuite, pour le reste sachez que rien ne change non plus, le décor riche, foisonnant de détail, luxueux est toujours présent, même plus et le contexte historique est quant à lui, lui aussi respecté, à un détail près toutefois. Le palais Farnèse à l’époque de Jacques Cœur n’existe pas encore, l’auteure est en avance de quelques dizaines d’années sur ce point, mais bon ce n’est pas très grave non plus.

En conclusion, c’était une lecture formidable qui clôt une saga merveilleuse et enrichissante, et c’est bien dommage.

15 décembre 2016

"Au secours de Peter Pan" de P. Baccalario & E. Jauregui

Le mystère du livre disparu : Au secours de Peter Pan de P. Baccalario & E. Jauregui

Au-secours-de-Peter-Pan

Résumé :

Anna et Gabriel sont bouleversés : la plus belle histoire jamais écrite, dont ils attendaient la sortie en librairie avec impatience, a disparu ! Pire encore, les héros et les histoires de leurs livres préférés sont tous mélangés… L’enquête commence, au cœur d’une aventure incroyable et magique, qui les mènera jusqu’au Pays imaginaire pour porter secours à Peter Pan.

Mon avis :

Le mystère du livre disparu est une histoire étrange…  Imaginez qu’un jour tous vos livres se mélangent, qu’un elfe se retrouve dans une aventure de Sherlock Holmes par exemple. Imaginez l’horreur que cela peut produite sur un lecteur passionné. C’est une hérésie ! Ce n’est pas possible ! On ne mélange pas deux choses si différentes et opposées ! Ca ne peut pas prendre, comme l’huile et l’eau. Et pourtant, c’est ce qui se passe ici pour le plus grand malheur des lecteurs qui ne pourront plus lire un livre avant la remise en ordre. Certes, la décision d’interdire l’accès aux livres est quand même disproportionnée, il n’y a rien de mortel à lire un livre où un objet StarWars se retrouve dans un conte pour enfant, mais c’est le choix des auteurs donc on ne va pas le discuter. Bref.
Cela bien sûr ne peut rester ainsi, et se sont deux enfants amoureux de la lecture avec l’aide de leur tante mystérieuse et libraire qui vont devoir réparer ses étranges mélanges qui ont suivi la sortie du Livre mystérieux de Lucy Ferrier. Mystérieux car on ne sait rien de ce livre, lui aussi a subit d’étrange chose d’ailleurs, à moins qu’il soit étrange à la base…

Pour tout dire j'ai moyennement apprécié ce livre. En effet, l’histoire n’embarque pas le lecteur à cause de son écriture trop plate et à cause de son déroulement trop sage et trop rapide, en plus Peter Pan ce n’est pas ce que je préfère, mais l’idée du mélange est tellement originale que l’on s’embarque quand même dans cette histoire qui possède quelques belles surprises et mystères, où deux enfants vont devoir sauver la littérature au péril de leur vie. Et avec Capitaine Crochet comme ennemi autant vous dire que ça ne va pas être facile.

Mais finalement Capitaine Crochet n’est pas le véritable ennemi, et oui, qui est derrière ce mélange littéraire des plus absurde. Enfin qui, on sait déjà qui c’est ? Mais pourquoi déteste-t-il à ce point la littérature au point de vouloir interdire l’accès à tous les livres pour l'amour de la technologie ? Et quel est son véritable but ? Car la lecture et la technologie peuvent s’entendre après tout (même si là aussi je ne suis pas fan). Et quel peut bien être le rôle de Léo Gutenberg le critique littéraire le plus redouté ?
Si pour la première question une idée émerge, il faudra toutefois attendre la suite pour y voir un peu plus clair. Sera-t-elle nouvelle ou continuera-t-elle dans la même lignée que celui-ci, je l’ignore…
Mais j’espère que comme ici il y aura assez de matière pour commencer à résoudre l’énigme – écrire un livre en refaisant la même histoire n’a pas de gros intérêt – et assez de mystère pour avoir encore de lire cette série.

En résumé, c’était une lecture simple, rapide (idéal pour les enfants) pas franchement transcendante mais tellement originale que c’est plaisant à lire. Je conseille.

Merci aux éditions Flammarion Jeunesse.

 

10 octobre 2014

"Le fils" de Philipp Meyer. Une saga américaine !

"Le fils" de Philipp Meyer

le fils meyer

Résumé :

Roman familial, vaste fresque de l’Amérique des années 1850 à nos jours, Le Fils de Philipp Meyer, finaliste du prestigieux Prix Pulitzer 2014, est porté par trois personnages – trois générations d’une famille texane, les McCullough – dont les voix successives tissent et explorent avec brio la part d’ombre du rêve américain.
Eli, le patriarche que l’on appelle " le Colonel " est enlevé à l’âge de onze ans par les Comanches et passera avec eux trois années qui marqueront sa vie. Revenu à la civilisation, il prend part à la conquête de l’Ouest avant de s’engager dans la guerre de Sécession et de devenir un grand propriétaire terrien et un entrepreneur avisé.
À la fois écrasé par son père et révolté par l’ambition dévastatrice de ce tyran autoritaire et cynique, son fils Peter profitera de la révolution mexicaine pour faire un choix qui bouleversera son destin et celui des siens.
Ambitieuse et sans scrupules, Jeanne-Anne, petite-fille de Peter, se retrouve à la tête d’une des plus grosses fortunes du pays, prête à parachever l’œuvre du « Colonel ». Mais comme ceux qui l’ont précédée, elle a dû sacrifier beaucoup de choses sur l’autel de la fortune.
Et comme tous les empires, celui de la famille McCullough est plus fragile qu’on ne pourrait le penser.

Mon avis :

C’est une saga familiale parmi tant d’autre. C’est une saga qui se déroule sur plusieurs générations, comme plein d’autres ; mais c’est une saga étonnante. Ce n’est pas pour autant un coup de cœur car le livre souffre de quelques longueurs, comme quand par exemple l’auteur raconte sur des pages entières la manière de dépecer un bison ou de fabriquer des outils. Mais excepté ça je dois reconnaître que cette saga est servie par une écriture fluide, qui fait quand même que les pages défilent sans vraiment qu’on s’en rende compte. Mais l’histoire n’est peut-être pas étrangère à cela non plus. Car l’aventure, la famille, l’argent, les guerres, les jalousies, les désaccords, l’amour –alors ça c’est ce qui m’a le moins intéressée j’admets – vont pimenter cette fresque dans un état encore balbutiant, le Texas.

Ici on va trouver d’une part le côté historique comme la révolution mexicaine, les indiens, les blancs, la justice un peu arbitraire, etc… qui est raconté cependant sans parti pris, - en tout cas je n’ai pas remarqué quoi ce soit, pour moi l’auteur raconte juste froidement une histoire. Et d’autre part, dans les turpitudes de l’Histoire, on va découvrir cette famille puissante qui va donner toute la vie de ce roman par sa variété de membre ; elle est pleine de conflit, de jalousie, d’incompréhension, d’envie différente, qui conduiront parfois à des choses étonnantes.

Alors j’ai dit un peu plus haut que l’auteur raconte une histoire sans parti pris, froidement malgré le fait que ses personnages ressentent des choses. La variété des scènes et des personnages me pousse à croire cela, de mon point de vu ce mélange ne pousse pas à prendre parti pour quoi que ce soit. Cependant ce bouquin n’en reste pas moins une réflexion sur l’homme, sur la construction de son histoire, de sa richesse, etc… D’ailleurs on remarquera que pour tous les hommes elle reste assez semblable, sans être identique pour autant.

Quoi qu'il en soit même si parfois certains passages paraissent un peu fastueux, c'est un livre que je recommande si les pavés ne vous font pas peurs.

Je remercie en passant grandement les éditions Albin Michel. :)

Posté par Florell à 10:48 - Littérature - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , ,

24 juin 2014

"Les haut-conteurs tome 1 : la voix des rois" de Pierre Péru & Patrick McSpare

"Les haut-conteurs tome 1 : la voix des rois" de Pierre Péru & Patrick McSpare

les haut conteurs tome 1

Résumé :

1190, Tewkesburry, royaume d'Angleterre. A treize ans, Roland ne rêve que de voyages, de chevalerie et d'aventures. Seulement ses parents ont besoin de lui pour tenir l'auberge familiale. Il ne connait le monde que par les gens de passage, et son meilleur ami, l'ennui, semble bien décidé à lui gâcher son existence.

La venue d'un Haut-Conteur au village va tout changer. Le prestigieux chasseur d'histoires et d'énigmes enquête sur les mystères de la forêt de Dean et sur les goules qui s'y cachent. Il ne craint pas les croque-cadavres et s'enfonce seul dans les ténèbres, nuit après nuit... mais un matin, il ne revient pas.

L'histoire a-t-elle mangé celui qui aurait dû la raconter ? C'est ce que va tâcher de découvrir Roland... et peut-être deviendra-t-il lui-même Haut-Conteur ?

Mon avis :

Avant de commencer cet avis, je tiens avant tout à m’excuser auprès de Babelio et de l’éditeur pour ce retard d’une vingtaine de jour, qui s’explique par le fait que ce livre comporte un dracucul (un vampire pour ceux qui ne savent pas). Et comme vous le savez j’ai une peur bleue de cette légende, et au risque de me faire moquer, je dois avouer que quand j’ai vu qu’il y avait un méchant pas beau vampire dans ce livre, je me suis mise à lire les pages très très trèèèèèèèès doucement, jusqu’à ce que j’arrive enfin à lire ce livre en plein après-midi et non le soir. Le soir c’était vraiment pas la peine d’y songer. smiley

Pour en revenir au livre qui est le premier d’une série de 5, et bien que ce bouquin se base sur le même schéma narratif que les autres romans du genre, - un enfant qui rêve d’une autre vie, un évènement qui vient bouleverser l’ordre établi, un mentor, un mystère, etc, etc… -, et fait donc preuve de peu d’originalité, je dois quand même dire que j’ai apprécié ce roman pour l’histoire qu’il raconte.

En effet, en oubliant le fait que ça change de mes lectures habituelles, j’ai trouvé que tous les ingrédients pour faire une bonne série fantaisie étaient réunis ici ; il y a du mystère, du surnaturel, des frissons, une ambiance trouble, des doutes, des personnages intrigants, et j'en passe... Dans l'ensemble, c'est vraiment une lecture agréable, fluide, sans temps-mort, où tout s'enchaîne, même si j'ai mis beaucoup de temps à le lire. (Vlad je te déteste !)

Cela dit malgré cela j'ai quand même trouvé un petit bémol à ce livre, bien que j'ai eu quelques surprises en lisant ces pages, il est quand même trop prévisible. Certaines ficelles se voient autant qu'une montagne en plein désert, ce qui est un peu dommage ; mais bon ça ne m'a pas enlevé pour autant le plaisir de la lecture. Le décor, l'histoire et l'ambiance, se suffisent à eux-mêmes. D'ailleurs j’ai vraiment hâte de pouvoir lire la suite, même si je sens que je vais le regretter, car Vlad y est toujours… Hélas pour mes nuits… (Vous avez le droit de dire que je suis folle ^^)

En résumé, c’est un début de saga prometteur malgré le manque d’originalité sur certaines choses, cela dit, il plaira autant aux grands qu’aux petits.

Je remercie Babelio et les éditions Pocket pour ce partenariat.

 

Posté par Florell à 14:55 - Livre fantasy - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,