Flûte de Paon / Livre-sse livresque

Livres, mots, poésies ainsi que d'autres petites choses...

23 mai 2020

"A la lumière de Renoir" de Michèle Dassas

a la lumière renoir

Résumé :

Elève, muse, amie, complice : voici ce que fut Jeanne Baudot pour Renoir pendant plus de vingt-six ans. Elle vouait au maître une admiration sans bornes que la passion commune pour la nature et ses beautés exacerbait. Que de moments précieux et joyeux partagèrent-ils ! Dès son plus jeune âge, évoluant au coeur de la sphère privilégiée d'intellectuels, d'artistes et de collectionneurs parisiens de la Belle Epoque, cousine de Paul Gallimard, amie des petites Manet, de Degas, Mallarmé, Maillol, Maurice Denis, Valéry et de tant d'autres, Jeanne ne pouvait que succomber à l'appel de l'Art.
La peinture l'ensorcela. A la lumière de Renoir tente de percer le secret de cette folle passion aux vertus rédemptrices. "Grâce à la peinture, j'ai éprouvé dans ma vie des émotions et des joies esthétiques qui m'élevèrent dans le royaume de la Beauté pure et m'immunisèrent contre tant d'atteintes terrestres.", dira-t-elle dans ses souvenirs.

Préface de Jean-Marie ROUART de l'Académie Française.

Mon avis :

Il y a quelques année Michèle Dassas avait écrit un roman très remarqué sur la pionnière des avocates (que je recommande toujours vivement), cette fois-ci elle s’attaque à une artiste peintre, amie, élève, muse de Renoir : Jeanne Baudot.
De son adolescence à sa mort nous allons parcourir sa vie, découvrir ses joies, ses doutes, ses peines, son caractère, son rapport à la peinture. Nous allons découvrir une autre époque faite de génie comme il y en a plus, où se côtoyait des littérateurs, des artistes, des journalistes…

Avec le souci de bien faire et de retranscrire au plus proche la réalité, l’écrivaine a fait mainte recherche en partant à la recherche de Jeanne Baudot à travers des écrits et des témoignages d'époque. Je dois dire qu’elle a bien réussi son travail, puisqu’elle nous rend un portrait de Jeanne jeune et vieillissante. Dans la tourmente ou l’enthousiasme. Et nous plonge ainsi dans une longue époque que traverse moult soubresauts.
Néanmoins, si j’ai apprécié plonger dans cette époque et découvrir cette femme, je dois avouer que j’ai peu accroché à cette artiste peintre qui resta dans l’ombre de Renoir, et qui ne fut pas tant exceptionnelle que ça à mes yeux. Ayant tout eu facilement, sans talent exceptionnel, je lui trouve effectivement moins de mérite que d’autres femmes artistes au sens large.

Effet Jeanne Baudot ou pas, je n’ai aussi pas tout le temps accroché à l’écriture de ce livre. Ho ! pas grand-chose de décevant, mais j’ai trouvé certains passages assez longs et quelques répétitions surtout quand Jeanne peint. Mais malgré tout, j’ai été plus que ravie de lire ce livre qui fait revivre une femme oubliée.

Tentez-le, car il en vaut le détour pour la culture.

Posté par Florell à 16:57 - Contemporain - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , , , , ,

11 mai 2020

"Horemheb, le retour de la lumière" de Christian Jacq

Horemheb, le retour de la lumière de Christian Jacq

Résumé :

« Horemheb contempla la Grande Épouse royale, nimbée de la lumière dorée du couchant. Une beauté presque irréelle.
– Viens, exigea-t-elle en se relevant.
Serrant très fort sa main, elle l’ emmena au bord de la terrasse.
– Que discernes-tu, mon roi ?
Dans la lumière de l’ occident se dessinaient les formes des pyramides qu’ avaient érigées les pharaons de l’ âge d’ or.
– Nos ancêtres ont bâti l’ éternité, rappela la reine, et nous devons poursuivre leur œuvre. Ce qu’ Akhénaton a tenté de détruire, consolide-le ! »

Avec Horemheb, le retour de la lumière, Christian Jacq raconte l’ extraordinaire destin du scribe qui, aux côtés de Toutânkhamon, devient général puis pharaon, évitant à l’Égypte de sombrer dans le chaos.
Uni à une remarquable Grande Épouse royale, Horemheb n’ aura d’ autre enfant que l’Égypte et ouvrira son pays à la dynastie des Ramsès.

Mon avis :

Avec Horemheb on retrouve mon couple favori de la littérature, Vent du Nord et Le Vieux. Mais cette fois-ci on les retrouve à l’époque de la fin du règne d’Akhenaton et à l’avènement – et fin – de Toutankhamon. Cette période, on s’en doute, et donc l’idéal pour un roman où se mêle intrigue politique et religieuse ; les partisans d’Aton œuvrent dans l’ombre pour rétablir le culte de ce dernier, et il faut relever l’Egypte mise à mal par Akhenaton et donc en passer par plusieurs réformes. Bref ! Une belle ambiance explosive en perspective. 

Enfin explosive au sens figuré ; il n'est pas encore question de bombe à l'époque, ce n'était pas encore la mode. Toutefois il faut bien dire que le succès de ce livre commence bien par le fait que l’auteur nous plonge dans une époque mouvementée, où les intérêts divergent et créent ainsi des situations dangereuses et complotistes. Des morts, des arrestations injustes, des trahisons, des coups du sort, il y en aura beaucoup.

Mais le succès du livre ne réside pas que dans de cette base somme toute classique du roman historique. En effet, les autres points agréables du livre sont : les personnages, l'absence de redondance et son côté "didactique".
Pour la redondance et la pédagogie je n'ai pas grand chose à en dire, si ce n'est que sur la pédagogie l'auteur prend le temps de décrire rapidement mais efficacement les rites et les fonctions, de manière à ce que ça soit compréhensible par tous et un minimum facile à retenir.
Pour les personnages, je vais être par contre un peu plus loquace, parce qu'il y en a beaucoup et ce beaucoup permet justement une large palette de caractère et d'ambition qui vont jouer sur l'intrigue. A l'exemple d'Horemheb qui est un personnage efficace et très intègre envers son pharaon, mais qui va forcément s'opposer à Nakhtmin qui est un fourbe en puissance mais lui aussi bien placé à la cour. A l'exemple encore d'Amenta (la première femme d'Horemheb) qui s'avère être un personnage entreprenant, et qui va donc forcément être utile à l'histoire par sa fidélité et son caractère.
A l'exemple encore de plein d'autres, puisqu'en effet on pourrait faire ça pour tous les personnages, du premier au dernier, qui par leur peur ou leur honneur vont bien montrer l'importance du règne et de ce qui s'y joue. En clair, ils ne sont pas là juste pour meubler et les capacités ou défauts de chacun ne sont pas gâchés.

De la dire que tout est parfait dans ce livre ? Non. Je note juste une fausse note ou alors j'ai raté un passage, c'est que je ne comprends pas comment Horemheb peut en venir à soupçonner Nakhtim d'être ce qu'il est. Mais excepté ceci, vous l'aurez compris ce livre m'a énormément plu, et si l'action vous plaît, l'Egypte Antique aussi, n'hésitez pas à lire ce livre. Bon temps garanti.

Posté par Florell à 21:07 - Roman historique - Commentaires [0] - Permalien [#]
Tags : , , ,